Archéologie de la production céramique et des espaces artisanaux : Regards croisés

Le 9 décembre 2022, le colloque international « Archéologie de la production céramique et des espaces artisanaux : Regards croisés » organisé par Claire Padovani (Paris 1 Panthéon Sorbonne, Arscan-Vepmo), Julie Flahaut (INRAP, Arscan-Gamma) et Sonja Willems (Université catholique de Louvain, Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles, Arscan-Gamma), s’est tenu à l’Université Paris 1, et en ligne sur Zoom. Valentine Roux (Temps) et Pascale Ballet (Arscan-Espri) étaient les modératrices de cette journée, qui a rassemblé plus d’une centaine de participants majoritairement européens et américains (fig. 1). Une partie des contributions a été publiée en anglais dans un numéro spécial du Journal of Archaeological Science : Reports, intitulé « Exploring Craft Spaces : New Insights into the Archaeology of Pottery Production ». Quatre contributions sont encore en cours de publication.

Fig. 1 : La salle du colloque au début de la journée © J. Flahaut

Ce colloque a réuni une vingtaine de spécialistes de disciplines variées, travaillant sur l’Europe et l’Asie du Sud-Ouest, afin d’initier un dialogue autour d’une même problématique (fig. 2ab) : quel type d’information peuvent fournir les espaces, les structures et les outils de production pour comprendre l’économie de la production céramique, et comment faut-il les étudier ?

Fig. 2ab : Affiche (a) et programme (b) du colloque Archéologie de la production céramique et des espaces artisanaux : Regards croisés © C. Padovani

La production de céramique, un des produits les plus communs et universellement répandus, est généralement étudiée par le biais du produit fini. Les objectifs de cette rencontre étaient de changer de perspective, en se focalisant sur le contexte spatial, technique, social et économique de la production ; et d’autre part, de fédérer une communauté de recherche autour de la question des protocoles pour étudier les espaces désignés par l’expression « ateliers de potiers » et l’organisation du travail.

Les ateliers et les systèmes de production ont été relativement peu examinés par des méthodes archéologiques. Le matériel céramique est rarement contextualisé dans son lieu de production, et notre connaissance de l’organisation de ces espaces est lacunaire dans la plupart des aires chrono-culturelles. Dès lors, certains modèles ont tenté de lier le produit, la technologie et l’organisation de la production, en s’appuyant sur des exemples ethnologiques ou historiques (Van der Leeuw 1977, Peacock 1982). Néanmoins, ces modèles anglo-saxons sont basés sur des concepts économiques modernes qui s’appliquent souvent mal aux sociétés pré-industrielles. Ces modèles tendent à associer, de manière linéaire, spécialisation du produit, développement technologique et grande échelle de production, sans considérer la variabilité culturelle des organisations (Gorgues 2017 ; Padovani 2023 ; Willems et al. 2023).

Chaque archéologue, selon sa période ou région d’étude, utilise un vocabulaire et des concepts particuliers pour décrire les vestiges liés à la production. Par exemple, Costin (2020) a mis en évidence la grande diversité de définitions données au terme « atelier », selon les préjugés ou stéréotypes, formatés par des courants de pensée euro-centrés, hérités de la révolution industrielle. Or, l’absence de définitions partagées ne fait qu’accroître la difficulté de l’identification et de l’interprétation des ateliers, et des outils, structures ou technologies associés. Il est crucial de confronter les regards et les approches pour trouver des bases de raisonnement communes, tout en soulignant les différences pour chaque aire chrono-culturelle. Nous considérons que le terme atelier présuppose une spécialisation du lieu de production et une continuité spatiale de la plupart des activités qui permettent de réaliser le produit céramique (fig. 3). Toutefois, pour étoffer l’interprétation socio-économique des productions anciennes, il est nécessaire de se concentrer sur la description de leur organisation matérielle.

Fig. 3: Atelier de potier actuel au Kurdistan Iraquien, à proximité du site d’Aliawa © MAIPE

Selon les régions et les périodes, les ateliers peuvent se trouver dans des zones plus ou moins éloignées de l’habitat, qui sont généralement moins fouillées. Certains archéologues ne retrouvent que les zones de rejet des déchets, d’autres que les fours, d’autres encore des preuves indirectes de la présence d’une aire de production. Un exemple notoire est celui des ateliers de Corinthe à la période archaïque, considérée comme l’apogée de la production Corinthienne. L’emplacement de ces ateliers n’est pas connu, pourtant leur existence est attestée par de nombreuses représentations de potiers au travail, découvertes dans le village de Penteskouphia (Hasaki 2022).

Les études d’ateliers géographiquement et culturellement distants, présentées par A. Dupont Delaleuf (Égypte) et D. Marechal, J. Flahaut, V. Viquesnel-Schlosser (Haut de France) ont comme point commun d’adopter une démarche multidisciplinaire. Cette démarche intègre l’atelier dans un territoire et combine céramologie, archéométrie, lithique, géologie, géochimie et même ethnologie. Ces travaux de terrains récents montrent la richesse informative des ateliers, lorsque les vestiges sont minutieusement fouillés et que les données analysées sont croisées.

S. Willems et B. Favennec ainsi que F. Thuillier sont revenus sur les méthodes de fouilles de ces ateliers et particulièrement sur le développement d’un protocole d’étude et d’enregistrement des structures de cuisson (fig. 4). Ces structures complexes sont généralement peu ou rapidement fouillées, ce qui détruit une grande partie des informations utiles comme les traces de réfections et les modalités d’abandon. S. Willems et B. Favennec insistent notamment sur la possibilité d’identifier des gestes structurés, voire rituels, par le biais d’une récurrence de dépôts matériels dans les structures archéologiques des fours. 

Fig. 4 : Four de Montescourt-Lizerolles en cours de fouille © D. Maréchal, Inrap

Les fours de potiers ont été étudiés sous des angles divers, soulignant la variété des données exploitables à partir de ces structures. S. Amicone et ses collaborateurs proposent une approche multidisciplinaire des structures de cuisson (combinant morphologie, archéométrie, céramologie) testée sur un four de Dinka au Kurdistan Iraquien. A. Genevey présente un protocole de datation des fours de potier en France, par le biais d’analyses archéomagnétiques. Elle se sert également des mesures d’intensité et de direction du champ magnétique sur les fours précisément datés par d’autres moyens, pour affiner les courbes de référence. Enfin, C. Padovani, et J. Cheng, qui a uniquement participé au numéro spécial, proposent une analyse morpho-technique des structures de cuisson afin de mettre en place des hypothèses sur leur variabilité et leur diffusion dans les premiers temps de l’apparition de ces technologies, respectivement au Proche-Orient et en Chine du Sud-est.

F. Bostyn et N. Cayol ont étudiés 67 outils en silex retrouvés dans un atelier de potier de la période romaine du nord de la France. L’approche techno-fonctionnelle de ce corpus a montré que le savoir-faire de taille utilisé était connu depuis l’Acheuléen et parfaitement adapté à la production d’éclats ovalaires réguliers utilisés comme estèques, probablement pour racler l’argile en surplus sur le pot.

Le contexte environnemental des ateliers a été exploré par le biais du combustible, par C. Douché au Kurdistan Iraquien (époque d’Ur III) et J. Chardonneau-Henneuse et ses collaborateurs dans le Languedoc (Antiquité, Moyen-Âge) (fig. 5). Ils utilisent les vestiges archéobotaniques ou anthracologiques comme indicateurs pour comprendre la production et la gestion du combustible, qui relèvent de l’intégration économique des ateliers dans leur environnement respectif. M. Zingarello propose une analyse de la gestion de l’eau dans les ateliers du bassin mésopotamien à partir des structures retrouvées dans un atelier du 2e millénaire av. n. è., fouillé récemment à Larsa.

Fig. 5 : Dr. Carolyne Douché en train de présenter « Appréhender le combustible des fours de potiers à travers l’archéobotanique. L’exemple du site de Logardan, Kurdistan Iraquien (3e mill. av. n. è.)» © J. Flahaut

Les communications de J. S. Baldi et J.-J. Herr, ainsi que la contribution au numéro spécial de Z. Barahona Mendieta, F. Relats Montserrat et R. Séguier, se concentrent sur une analyse technologique des céramiques produites, des outils et/ou des structures, intégrés dans l’espace de l’atelier. Les applications de cette approche innovante au Kurdistan Iraquien au 3e et au 1er millénaire av. n. è., ainsi qu’en Haute-Égypte au 1er millénaire av. n. è., confirment l’efficacité de cette méthode redonnant vie aux ateliers anciens, par la restitution des logiques fonctionnelles des espaces et de l’organisation sociale du travail.

Enfin, les contributions au numéro spécial de E. Hasaki et G. London proposent des études ethnologiques centrées sur l’organisation du travail dans les ateliers de potiers, à partir d’observations menées aux Philippines, à Chypre et en Tunisie. Elles offrent un regard précieux sur l’organisation des tâches dans les ateliers et les possibilités d’interprétations des traces archéologiques laissées par les potiers.

Pour conclure, l’étude des ateliers de potiers illustre parfaitement l’importance et la réussite de la multidisciplinarité. Par ailleurs, elle offre un regard unique sur l’organisation des relations sociales, économiques et politique de la production dans les sociétés anciennes. Le prochain projet (ou défi) du groupe de recherche est de créer un thésaurus commun pour la description des fours et des ateliers afin de faciliter la coopération et l’interopérabilité des données.

Bibliographie

Costin, C. 2020. « What Is a Workshop? », in A. K. Hodgkinson, C. Lelek Tvetmarken (dir.), Approaches to Analysis of Production Activity at Archaeological Sites, Archaeopress, Oxford, 177-197.

Gorgues, A. 2017. « Wherever I Lay my Tools. Workplace Morphology and Temporality in the Northern Iberian World (Sixth-First Centuries BC) (with collaboration of Florent Comte) », in A. Gorgues, K. Rebay-Salisbury, R. Salisbury (dir.), Material Chains in Late Prehistoric Europe and the Mediterranean. Time, Space and Technologies of Production, Ausonius Editions, Bordeaux, 67-96.

Hasaki, E. 2022. Potters at Work in Ancient Corinth: Industry, Religion, and the Penteskouphia Pinakes, American School of Classical Studies, Athènes.

Padovani, C. 2023. L’organisation de la production céramique des premières sociétés urbaines. Analyse technique et sociale des pyrotechnologies et des espaces de travail potiers de l’Asie du Sud-Ouest (4e et 3e millénaires av. n. è.). Thèse de doctorat non publiée. Paris : Université Paris 1.  

Peacock, D. P. S. 1982. Pottery in the Roman World: an Ethnoarchaeological Approach, Longman, Londres.

Van Der Leeuw, S. E. 1977. « The Economics of Pottery Making », in B. L. Van Beek (dir.), Ex horreo, University Printing Office, Amsterdam, 68-76.

Willems, S., Borgers, B., Thuillier, F., Ledauphin, A. 2023. Atlas des productions céramiques en territoire des Ménapiens, Atrébates et Nerviens, éditions Mergoil, Drémil-Lafage.

Les auteures

Claire Padovani est archéologue de terrain et chercheuse postdoctorale dans le cadre du projet FACT.WORK de l’Agence Nationale de la Recherche porté par Archéorient (UMR 5133) à Lyon, et coordonné par Johnny Samuele Baldi. Ses recherches portent sur l’organisation sociale du travail, le développement de la maîtrise du feu dans l’artisanat et la diffusion des pyrotechnologies pour la production céramique commune dans les sociétés pré- et protohistoriques d’Asie du Sud-Ouest.

Julie Flahaut est chargée d’étude et d’opération à l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) et spécialisée dans l’étude de la céramique gallo- romaine. Elle prépare actuellement une thèse sur Les nécropoles de l’Antiquité tardive de Boulogne-sur-Mer à l’Université Paris-Nanterre (UMR 7041-Arscan-Gamma).

Sonja Willems est responsable de la collection gallo-romaine aux Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles (MRAH), chargée de recherche à l’Université catholique de Louvain et chercheuse associée à Gamma, UMR 7041. Dans le cadre du projet FED-tWIN fédéral « MuSEE.Doc », elle développe des projets de recherche autour des questions de la gestion et du statut de la production artisanale en Gaule Belgique.



Citer ce billet
Claire Padovani, Julie Flahaut et Sonja Willems (2024, 17 mai). Archéologie de la production céramique et des espaces artisanaux : Regards croisés. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11okx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search