MAPARABIA. Les humanités numériques au service de la recherche sur l’Arabie préislamique

En février 2024, un portail web dédié à l’Arabie antique a été ouvert au public (https://ancientarabia.huma-num.fr/). Ce site donne accès à trois outils numériques : un Atlas numérique, un Répertoire géographique et un Dictionnaire thématique de l’Arabie antique.

Fig. 1 : Page d’accueil du portail Web Ancient Arabia.

Ils sont le fruit d’un projet collaboratif ANR (ANR-18-CE27-0015, 2019-2023, dir. Jérémie Schiettecatte) réunissant quatre laboratoires européens : deux français (CNRS, UMR 8167, Orient & Méditerranée, Paris et UMR 5133 Archéorient, Lyon) et deux italiens (Université de Pise, Dipartimento di Civiltà e Forme del Sapere et CNR-ISPC, Milan). Le consortium réunissait seize chercheurs spécialistes de domaines complémentaires : archéologie, épigraphie, paléographie, linguistique, géographie, géomatique, cartographie, humanités numériques, tous grands connaisseurs de l’Arabie du début du Ier millénaire av. J.-C. au début de l’islam.

Comme le site le rappelle, l’objectif in fine de ce projet, en grande partie atteint à ce jour, a été de :

Modéliser les dynamiques territoriales et culturelles de l’Arabie antique en croisant l’archéologie et les sources textuelles, afin de valoriser la production d’une histoire régionale renouvelée du début du premier millénaire avant J.-C. jusqu’au VIIe siècle après J.-C. ».

Pour ce faire, le projet a été découpé en trois grands chantiers :

  1. Un atlas numérique de l’Arabie antique, accessible en ligne sur une interface simple d’utilisation mais également utilisable en mode avancé (analyse spatiale, production cartographique) par tout chercheur qui le souhaite à partir du logiciel libre QGIS. Il repose sur le développement d’une géodatabase des sites et inscriptions de l’Arabie antique et permet la cartographie des établissements, langues, écritures, groupes sociaux et cultes de l’Arabie antique ;
  2. / Un gazetteer de l’Arabie antique consultable en ligne recensant les lieux connus par un ou plusieurs noms dans l’Arabie antique, décrivant ces lieux et renseignant les sources épigraphiques ou littéraires qui les mentionnent ;
  3. Un dictionnaire thématique de l’Arabie antique actuellement riche de 200 entrées et qui continuera d’être alimenté dans les années qui viennent. Ce Thematic Dictionary of Ancient Arabia (ISSN 3036-3527) couvre plusieurs aspects de l’histoire, de la société, de la religion, de la linguistique et de la topographie en Arabie entre le début du Ier millénaire avant notre ère et le VIIe siècle de notre ère.
Fig. 2 : Digital Atlas of Ancient Arabia (capture d’écran).

Figs. 3 & 4 : Nuages de mots illustrant les disciplines du projet et le contenu du dictionnaire (à la lettre A

L’enjeu du projet était double :

D’une part, il s’agissait de développer des outils numériques répondant aux standards des humanités numériques (principes FAIR), de la science ouverte et de l’open access. Les entrepôts de données et le site web qui expose les outils sont hébergés sur les serveurs d’institutions publiques partenaires : TGIR Huma-Num du CNRS et CNR-ISPC. Les logiciels libres ont été privilégiés pour le développement de la géodatabase (postgreSQL) et son administration (Qgis) et pour le CMS du site web (Laravel). Les entrées du dictionnaire et du gazetteer sont enrichies de métadonnées (format Dublin Core) qui facilitent leur moissonnage et sont toutes identifiées par une URI stable, voire un DOI (dictionnaire). Tous les outils et bases de données sont en open access.

D’autre part, le second enjeu était d’apporter un contenu conséquent à ces outils. Pour l’atlas, nous avons intégré quatre bases de données archéologiques de chercheurs et deux archives en ligne pour les données épigraphiques : DASI (corpus des inscriptions sudarabiques) et OCIANA (corpus des inscriptions nordarabiques). Pour le gazetteer, la mise en place d’un outil d’interopérabilité avec une archive en ligne, DASI, a permis l’extraction de toponymes contenus dans un corpus de 10 000 inscriptions. Pour le dictionnaire, nous avons mobilisé plus de 90 contributeurs internationaux.

Dans sa réalisation, le projet a bénéficié du soutien et des ressources de la TGIR Huma-Num mais aussi des compétences de développeurs indépendants de grande qualité, qui ont su être à l’écoute de nos attentes et rendre intelligible à des chercheurs en sciences humaines les besoins et contraintes qu’impose le numérique. Nous saluons à ce titre la belle collaboration avec Cartodia (Atlas Numérique) et avec Matteo Gallo (Gazetteer).

En constituant une archive pérenne et interopérable structurée en trois référentiels,  Atlas, Gazetteer et Dictionnaire thématique accessibles par le Web, nous espérons que le site sera utile aux spécialistes de l’Arabie ancienne, en présentant une synthèse tenant compte des derniers développements de la recherche, mais aussi à la communauté universitaire plus large (étudiants et chercheurs en études classiques, islamiques, éthiopiennes, iraniennes et proche-orientales), en fournissant un accès facilité à des sources cruciales pour la compréhension du monde antique et de l’émergence de l’islam.

Ce nouveau site web scientifique inédit de l’Arabie préislamique comble un vide, fournit une documentation scientifiquement validée et permet de relativiser certains poncifs éculés que l’on trouve toujours sur le Web, d’une Arabie antique misérable et plongée dans l’ignorance. Il était plus que jamais urgent de fournir des données fiables et d’apporter un regard scientifique dépourvu de toute considération idéologique.

Les auteurs

Mounir Arbach est Directeur de Recherche au CNRS, CEFREPA — Mascate, Sultanat d’Oman. Épigraphiste et historien, il est spécialiste de l’histoire de la civilisation de l’Arabie du Sud avant l’Islam.

Anne Benoist est archéologue, chargée de recherches au CNRS et spécialiste des études céramiques d’Arabie du Sud-est (Emirats, Oman) et d’Arabie du Sud (Yémen). Depuis 2012, elle a développé des recherches en Afrique orientale (Ethiopie, Soudan). Elle est membre de l’UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.

Jérémie Schiettecatte est chercheur au CNRS (UMR 8167 Orient & Méditerranée). Ses recherches portent sur l’étude de l’évolution du peuplement de l’Arabie et de l’Ethiopie antique. Depuis 2000, ses recherches l’ont mené à Bahreïn, aux E.A.U., au Yémen, en Arabie Saoudite et en Ethiopie. Il a dirigé la mission archéologique franco-saoudienne d’al-Kharj (2011-2016).



Citer ce billet
Mounir Arbach, Anne Benoist et Jérémie Schiettecatte (2024, 3 mai). MAPARABIA. Les humanités numériques au service de la recherche sur l’Arabie préislamique. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10stf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search