Les transferts techniques en Méditerranée orientale. L’exemple de la vaisselle de pierre de l’âge du Bronze (3e et 2e millénaires avant J.-C.)

Vase de pierre minoen provenant du site de Malia (Photo E. Morero)

Vase de pierre minoen provenant du site de Malia (Photo E. Morero)

L’âge du Bronze, en Méditerranée orientale, est marqué par l’avènement d’un nouveau système politique, social et économique, centralisé autour d’une élite palatiale. Cette nouvelle organisation atteint son apogée dès les 3-2e millénaires av. J.-C. Elle amène un accroissement des demandes en produits de luxe qui conduit ainsi à l’essor des activités artisanales, dont la vaisselle de pierre fait partie, mais aussi à la spécialisation des artisans dépendant de l’autorité centrale. Ces évolutions politiques, économiques et sociales entraînent la multiplication des contacts entre les différentes régions. Outre les objets et les matériaux, les idées, les savoir-faire et les hommes voyagent, apportant alors des évolutions morphologiques, stylistiques ou technologiques dans les différents artisanats locaux. Au sein des industries de luxe en plein essor, celle des vases de pierre connaît un développement intense. Les principaux centres de cette production sont l’Égypte, la Crète, les Cyclades, la Grèce continentale et le Levant.

L’observation des évolutions typologiques, et surtout technologiques, dans les principaux centres producteurs, durant l’âge du Bronze, apporte des éléments de réponse importants pour la reconstitution d’une diffusion des procédés de fabrication en Méditerranée orientale. Ainsi, dans un premier temps, l’identification des techniques de fabrication utilisées dans chacun des principaux centres de fabrication de la vaisselle de pierre est indispensable. Nous avons concentré nos recherches sur la phase technique la mieux documentée pour l’ensemble du matériel : l’aménagement de l’intérieur des vases. Cette opération peut être effectuée au moyen de différentes chaînes opératoires et techniques de forage, ou bien le récipient peut être évidé au ciseau. Une fois les différents outils et procédés identifiés pour l’ensemble des centres, ils sont comparés afin d’identifier les innovations techniques et les éventuels transferts de savoir-faire. Un corpus de 469 vases de pierre provenant des principaux centres de Méditerranée orientale a ainsi été analysé. Il s’agit de productions dont les formes sont représentatives du répertoire local de chaque centre, mais aussi de copies de vases égyptiens/égyptisants, qui sont alors très en vogue dans l’ensemble de la zone.

Méthode

Nous avons adopté une approche pluridisciplinaire, liant l’archéologie, l’ethno-archéologie, la tribologie (science de l’étude du frottement, de l’usure et de la lubrification – Georges 2000) et les reconstitutions expérimentales. En premier lieu, nous avons procédé à une observation à différentes échelles du mobilier archéologique afin de dresser une typologie des traces et morphologies liées aux processus de fabrication. Une première analyse à l’œil nu a été effectuée, complétée par une observation microscopique des micro-traces d’usure au Laboratoire de Tribologie et de Dynamique des Systèmes de l’École Centrale de Lyon (LTDS – UMR 5513). Afin d’interpréter les stigmates de fabrication observés sur le matériel archéologique, une confrontation avec un référentiel expérimental s’est avérée indispensable. Aucun foret n’ayant été découvert à ce jour, nous avons fait appel à d’autres sources pour la reconstitution des outils expérimentaux. Ces données ont été fournies par les études ethnographiques d’ateliers traditionnels (principalement en Egypte, Iran et Inde), mais aussi les découvertes de mèches de foret en pierre et les représentations d’artisans au travail sur les bas-reliefs des tombes égyptiennes.

Typologie des différentes formes intérieures de la vaisselle de pierre minoenne. Les différentes morphologies/traces indiquent l’emploi de différents outils et chaînes-opératoires de forage (dessins d’après B. Detournay et al. 1980; photos E. Morero)
Fig.2a1 Vase de pierre minoen provenant du site de Malia (Photo E. Morero) Type A – conique
Fig.2b1 Fig.2b2 Type B – globulaire
Fig.2c1 Fig.2c2 Type C – cylindrique
Fig.2d1 Fig.2c2 Type D – cylindrique à paroi verticale convexe

Outre l’enrichissement du référentiel, ces tests ont permis d’appréhender les contraintes liées au geste technique et au-delà, d’obtenir des informations concernant l’organisation de la production et des ateliers de fabrication, mais aussi l’apprentissage des artisans. Des forets à archet, à poids et à volant ont ainsi pu être reconstruits et testés, selon diverses associations, faisant intervenir différents types de mèches (tubes en cuivre, roseau creux, en pierre et en bois), différents abrasifs (principalement de la poudre d’émeri et de corindon, mais aussi des sables riches en quartz et autres minéraux abrasifs) et lubrifiants (eau et huile).

Fig.3a Fig.3b Fig.3c Fig.3d
Représentation d’un foreur de vases provenant de la tombe d’Aba à Deir el-Gebrâwi (d’après Davies 1902 : Pl. XIV) Reconstitutions expérimentales de forets à poids égyptien (Photos E. Morero) Reconstitutions expérimentales de forets à archet (Photo E. Morero)

Résultats

Les techniques et les chaînes opératoires de forage utilisées dans les principaux sites de production de Méditerranée orientale ont pu être mises en évidence ainsi que leur développement au cours de l’âge du Bronze. Contrairement à l’idée généralement répandue d’une koinè technique, les méthodes de fabrication, mais aussi une grande partie des outils et procédés techniques sont différentes d’une région à l’autre. Ainsi, si les ateliers égyptiens ont principalement axé la production sur l’usage de tubes et de mèches en pierre (types en pierres grenues et croissants de silex), mises en rotation au foret à poids, les autres centres de Méditerranée orientale privilégient d’autres savoir-faire.

Reconstitution expérimentale de forage égyptien au moyen d’un foret a poids (a), de mèches en roche abrasive (b) et de croissants de silex (c). Les cavités obtenues (d et e) révèlent des traces et morphologies comparables aux vases égyptiens (f et g). (Photos E. Morero)

Reconstitution expérimentale de forage égyptien au moyen d’un foret à poids (a), de mèches en roche abrasive (b) et de croissants de silex (c). Les cavités obtenues (d et e) révèlent des traces et morphologies comparables aux vases égyptiens (f et g). (Photos E. Morero)

En Crète, par exemple, la production est principalement axée sur l’emploi de mèches en bois (en forme de huit et mèche pleine) mais aussi de forets tubulaires (roseau creux et tube de cuivre recouvert de cire) adaptés aux types de roche forées.

Reconstitution expérimentale du système de forage des cavités coniques des vases minoens au moyen d’un foret à archet   et de mèches en bois (a), d’abrasifs et d’eau. La cavité obtenue (b) présente des stigmates identiques à ceux du matériel archéologique (c). (Photos E. Morero)

Reconstitution expérimentale du système de forage des cavités coniques des vases minoens au moyen d’un foret à archet et de mèches en bois (a), d’abrasifs et d’eau. La cavité obtenue (b) présente des stigmates identiques à ceux du matériel archéologique (c). (Photos E. Morero)

Reconstitution expérimentale du système d’élargissement des cavités des vases minoens au moyen d’un foret à archet (a) et de mèches en bois (b), d’abrasifs et d’eau. La cavité obtenue (c) présente des stigmates identiques à ceux du matériel archéologique (d). (Photos E. Morero)

Reconstitution expérimentale du système d’élargissement des cavités des vases minoens au moyen d’un foret à archet (a) et de mèches en bois (b), d’abrasifs et d’eau. La cavité obtenue (c) présente des stigmates identiques à ceux du matériel archéologique (d). (Photos E. Morero)

Les Cyclades, le Levant et Chypre ont également révélé l’usage de savoir-faire distincts.

Les transferts techniques

Des particularismes et des savoir-faire distincts apparaissent au sein des différentes productions, mais aussi des savoirs partagés, impliquant des transferts de techniques spécifiques. Par exemple, le forage tubulaire est arrivé en Crète depuis l’Egypte dès le Minoen Ancien II/III. Par la suite les ateliers minoens ont probablement eux-mêmes transmis cette technique vers les Cyclades et Grèce continentale. Mais une sélection des savoir-faire semble avoir été opérée par les différents centres, certaines techniques ayant été rejetées. Par ailleurs, on observe des comportements distincts entre les divers ateliers, particulièrement visibles pour ceux impliqués dans l’imitation des formes égyptiennes/égyptisantes. Si certains adoptent en même temps une forme de vase étrangère et la technique qui a permis de le fabriquer (Levant Nord), d’autres semblent opérer une distinction entre le savoir-faire et la morphologie des vases (Levant Sud et Chypre).

Par ailleurs, au travers de nos tests expérimentaux nous avons pu constater que les transferts de technique nécessitent un apprentissage auprès d’un artisan. Un savoir-faire ne peut être transmis par simple observation d’un objet fini, il faut pouvoir observer le procédé en cours d’exécution. Il est donc possible que l’absence de contacts directs entre les artisans égyptiens et ceux du Levant Sud et de Chypre les ait conduits à créer chacun leur propre réponse technologique dans leur manière d’imiter les formes égyptiennes.

Bibliographie

Davies N. G. 1902. The Rock Tombs of Deir el Gebrâwi, Vol. I, Londres, Egypt Exploration Fund.

Detournay B.,  Poursat J.-C1.  Vandenabeele F. 1980. Le Quartier Mu II, Vases de pierre et de métal, vannerie, figurines et reliefs d’applique, éléments de parure et de décoration, armes, sceaux et empreintes, Paris, P. Geuthner.

Georges J.-M.  2000. Frottement, usure et lubrification. La tribologie ou science des surfaces, Paris, Editions CNRS.

Hester T. and Heizer R. 1981. Making Stone Vases: Ethnoarchaeological Studies at an Alabaster Workshop in Upper Egypt, Malibu, Undena Publications.

Morero E. 2011a. Les techniques de fabrication des vases de pierre, in Pfälzner P. (dir), Interdisziplinäre Studien zur Königsgruft von Qatna, Qatna Studien, Vol. I., Wiesbaden, Harrassowitz , 275-291.

Morero E. 2011b.  Transferts techniques en Méditerranée orientale. L’exemple de la fabrication des vases de pierre à l’Age du Bronze, Syria 88, 207-224.

Morero E. 2013. Les techniques de fabrication des vases de pierre, in Poursat J.-Cl.  (dir.), Fouilles exécutées à Malia, Le Quartier Mu V, Vie quotidienne et techniques au Minoen Moyen II, Athènes, Ecole française d’Athènes, 67-85.

Procopiou H. 2013. Techniques, sens et émotions : autour du polissage en Méditerranée orientale durant l’âge du Bronze, Université de Paris 1, Habilitation à diriger des recherches.

Stocks D. 2003. Experiments in Egyptian Archaeology, Stoneworking Technology in Ancient Egypt, Londres, Routledge.

L’auteur :
Elise Morero est archéologue, post-doctorante
Spécialiste de l’artisanat lapidaire,  du monde égéen et de la méditerranée orientale.
UMR 7041- ArScAn. Equipe Archéologie du monde grec — protohistoire égéenne


Pour citer ce billet : Morero E. 2013. Les transferts techniques en Méditerranée orientale. L’exemple de la vaisselle de pierre de l’âge du Bronze (3e et 2e millénaires avant J.-C.), ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 28 mai 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2896

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.