Le « pyraunos » : une marmite spéciale des Balkans méridionaux

C’est à la transition du Bronze Moyen au Bronze Récent, voire au plus tard au 17ème/16ème s. av. J.-C., qu’un nouveau type de marmite apparait dans le Sud des Balkans. Le « pyraunos » (fig. 1), une marmite avec un pied intégré qu’on pouvait placer directement sur le feu et qui conservait de manière optimale la chaleur, s’est rapidement répandu dans toute la zone de la mer Noire à l’Adriatique en passant par l’Égée, avec un impact visible sur la vie quotidienne des habitants des villages de type « tell » (ou « toumba » en Macédoine), des sites palafittiques et des grottes régulièrement fréquentées.

Fig. 1 : « Pyraunos », adapté de Hochstetter 1984 : 156 fig. 41.

Cette forme a été reconnue relativement tard par les archéologues. C’est A. Hochstetter (1984 : 155–164), en étudiant la céramique du Bronze Récent et du Fer Ancien de la « toumba » de Kastanas, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Thessalonique, qui en a identifié des centaines de fragments et qui a introduit le terme, déjà utilisé pour toute une gamme de marmites et braseros dans la région du Danube. Pour elle, il était clair que la forte présence de ces vases à Kastanas et la quasi-absence dans le reste de la région ne pouvaient s’expliquer que par le fait qu’ils n’avaient pas été identifiés. Et en effet, vingt ans plus tard, B. Horejs, en publiant la céramique de Haghios Mamas en Chalcidique, cartographiait désormais un grand nombre de « pyraunoi » en Grèce septentrionale, mais aussi quelques exemplaires dans les pays voisins (Horejs 2007a : 152 fig. 97 et mis à jour dans Pavùk & Horejs 2012 : 140). Aujourd’hui, cette forme est devenue l’un des marqueurs chronologiques du Bronze Récent et Fer Ancien, facilement identifiable sur tous les sites (fig. 2).

Fig. 2 : Carte de distribution des « pyraunoi » au Sud des Balkans (T. Krapf).
Une marmite avec support intégrée

Il s’agit d’une marmite, souvent profonde et avec un fond plat ou concave, à laquelle le support circulaire qui servait à la placer sur le feu, voir à allumer le feu directement sous le vase, est directement fixé. Ce support comporte une grande ouverture qui permet d’alimenter le feu, ainsi qu’un certain nombre de petites ouvertures pour la circulation de l’air et des « cheminées » pour l’évacuation de la fumée. Des tenons massifs ou des anses verticales ou horizontales permettent de soulever ce vase relativement lourd. Pour récupérer son contenu, il fallait sûrement utiliser un autre vase plus petit avec une anse haute ou une louche en bois. Parfois, ces « pyraunoi » sont décorés, notamment de cordons digités. Ils sont toujours faits à la main et les supports, dont la pâte est (très) grossière, sont relativement irréguliers. On peut distinguer différents types d’après la taille ou – dans les rares cas de bonne conservation – le profil du vase. Le diamètre du bord est habituellement supérieur à 20 cm (et peut atteindre 50 cm pour les très grands exemplaires) et celui du support, à la base, mesure normalement entre 20 et 40 cm, avec une hauteur totale entre 30 et 40 cm. Ce sont les fragments de la jonction entre le vase et le support qui sont les plus faciles à reconnaître ainsi que les fragments des supports, surtout lorsque l’ouverture ou des perforations sont préservées (fig. 3). Le dessous de la marmite, dont la surface cachée par le support ne fait l’objet d’aucun traitement de surface, peut aussi être relativement facilement identifié dans la céramique fragmentée.

Fig. 3 : « Pyraunoi » de la région de Korçë en Albanie : 1, 3 et 5 de Sovjan, 2 et 4 de Maliq secteur C (photos T. Krapf).

Ces marmites étaient assez fragiles, notamment les supports qui doivent souvent s’être cassés. En les enlevant complètement, le vase même pouvait en revanche être encore utilisé et il y a bien des exemples de vases presque complets dont le pied a été soigneusement détaché suite à un accident.

C’est peut-être ce problème de fragilité qui a mené, au Fer Ancien, dans la zone occidentale, au développement d’un nouveau type avec deux pieds massifs au lieu du support circulaire (fig. 4). On en connaît aujourd’hui une vingtaine d’exemplaires en Macédoine centrale et occidentale ainsi qu’en Albanie méridionale (Bäuning & Kilian-Dirlmeier 2013 : 22 fig. 6 ; Krapf 2018 : 123 fig. 10 ; Tsoungaris 2018).

Fig. 4 : « Pyraunos » bipode, trouvé dans le Lac Prespa (photo et dessin T. Krapf).
L’origine et la diffusion

L’origine des « pyraunoi » est à chercher dans la région du Danube. Mis à part quelques rares exemplaires de support avec une surface horizontale perforée pour placer un autre vase dessus à Apsalos en Macédoine (Georgiadou 2021 : 86–87), seul le type décrit ici a été adopté au Nord de l’Égée. Les premiers « pyraunoi » apparaissent dans une vaste zone de Toroni à la pointe méridionale de la Chalcidique (Bronze Moyen ; Morris 2010 : 52) à Sovjan en Albanie méridionale (couche 5c3, tout début du Bronze Récent ; Krapf sous presse), comprenant Haghios Mamas également en Chalcidique (à partir de la couche 13, fin du Bronze Moyen ; Horejs 2007a : 151) et Kastanas dans la vallée de l’Axios / Vardar (à partir de la couche 19, contemporaine de Haghios Mamas couche 13 ; Hochstetter 1984 : 157). Il faut d’ailleurs mentionner qu’à Kastanas et Sovjan, il y a des lacunes dans l’occupation avant les phases mentionnées et il n’est donc pas exclu que les « pyraunoi » soient apparus même un peu plus tôt. Pour faire le lien entre le Danube et l’Égée, il manque encore des fragments en Serbie, mais la publication récente de « pyraunoi » du Kosovo commence à combler cette lacune (Gashi 2017 : 267 et pl. LXXXVII.1). La distribution le long de l’Axios/Vardar indique la voie de ce transfert : les grandes rivières qui traversent le sud des Balkans du nord au sud.

Cuisine internationale sur les pentes du mont Olympe

Mis à part quelques rares exemplaires le long du golfe Eubéen à Pefkakia/Volos (Lis et al. 2020 : 319) et Lefkandi (Evely 2006 : 212 ; Lemos 2002 fig. 101.1), cette forme n’a pas du tout été adoptée plus au sud. Dans une étude sur les réseaux de contacts entre les Balkans centraux et la Grèce centrale/méridionale, B. Horejs (2007b : 297) citait les « pyraunoi » comme un des indicateurs de l’existence de contacts réguliers entre la région du Danube et la Macédoine, mais notait que cette dernière ne transmettait pas plus loin les influences des Balkans centraux et était donc une sorte de « buffer zone ». Aujourd’hui, c’est la Piérie, la région des pentes du mont Olympe, qui nuance un peu cette image, avec la découverte d’une culture matérielle « internationale » qui combine les traits mycéniens du sud avec ceux du nord, notamment les marmites tripodes typiques du sud avec les « pyraunoi » du nord (Dimoula et al. 2022). D’autres objets indiquent aussi qu’il s’agit d’une zone de contact entre les mondes mycénien et macédonien (Eder 2009).

Exceptés deux exemplaires à Haghios Mamas (Horejs 2007a : 146) et un nombre plus considérable à Koukos, également en Chalcidique (Carington Smith 2000), les marmites tripodes n’ont pas été utilisées au nord. Tout à l’ouest, en Épire, les « pyraunoi » font également lentement leur apparition dans les publications (Preka-Alexandri & Sakkas 2019 : 77 fig. 3 ; Krapf 2022 : 23 fig. 3).

La fin des « pyraunoi »

La fin de l’usage de ces vases n’est pas encore très claire, mais c’est dans le courant du Fer Ancien que ces marmites disparaissent lentement et sont remplacées par d’autres formes. À Sovjan, elles existent jusqu’à l’abandon du site au 8ème s. av. J.-C., mais sont considérablement moins fréquentes qu’au Bronze Récent. La présence de « pyraunoi » à Kastanas jusqu’à l’abandon du site montre leur utilisation encore à l’époque archaïque, voire classique, sur les sites traditionnels, pendant qu’en Chalcidique, à Haghios Mamas, elles n’ont plus cours déjà avant la fin de l’Âge du Bronze.

Réutilisation des marmites en contexte funéraire

Un phénomène qui vaut d’être mentionné ici est l’utilisation de « pyraunoi » au Fer Ancien en contexte funéraire, non comme offrandes, mais comme récipients pour les cendres ou le squelette. C’est le cas – entre autres – à Krepeni au Lac Kastoria (Tsoungaris 2018), à Kuç i Zi en Albanie (Andrea 1985 pl. XXIII), à Vergina en Imathie (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013 : 21) et Nea Zoi à Pella (Chrysostomou 1998). Des traces montrent que ces vases ont été utilisés sur le feu avant leur déposition finale dans une tombe (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013 : 21) et parfois le support avait été détaché, soit par accident pendant l’utilisation, soit pour la réutilisation en contexte funéraire. Il ne semble pas improbable que cette réutilisation implique un symbolisme et qu’il ne s’agisse pas de vases choisis de manière aléatoire.

Perspectives

Maintenant que ces vases sont bien connus, les études à venir devront plus particulièrement porter sur les analyses technologiques, les questions de la circulation des marmites par des analyses pétrographiques et chimiques et des analyses des résidus organiques pour explorer les recettes de cuisine. À Sovjan, certains fragments ont été analysés par pétrographie et XRF portable et aussi radiographiés (fig. 5) et de nouvelles recherches en cours en Macédoine centrale sont prometteuses, notamment celles de T. Ogawa (université Paris 1 Panthéon – Sorbonne) sur le mobilier de Toumba à Thessalonique. Pour la compréhension des sociétés préhistoriques, l’étude des vases culinaires comme celle de l’alimentation en général sont d’un intérêt primordial et ce changement, au tournant du Bronze Moyen et du Bronze Récent dans le sud des Balkans, avec l’utilisation d’un nouveau type de marmite dans la vie quotidienne pour plusieurs siècles, voire presque un millénaire, est significatif. Et le fait que ces vases aient même pu servir de contenant pour les restes des défunts dans des tumuli le souligne encore davantage.

Fig. 5 : Radiographie du « pyraunos » Sv99/472.7 de Sovjan (T. Krapf).
Remerciements

Je souhaite remercier les directeurs et directrices consécutives de la Mission archéologique franco-albanaise du bassin de Korçë (MAFAK) de m’avoir confié l’étude de la céramique du Bronze Récent et du Fer Ancien de Sovjan, en particulier Petrika Lera, avec qui j’ai également pu voir le mobilier d’autres sites qu’il a exploré. Les travaux à Korçë ont eu lieu dans le cadre d’une thèse de doctorat des universités de Paris 1 Panthéon – Sorbonne et de Bâle, sous la direction des professeurs Martin Guggisberg et Gilles Touchais, financée par le Fonds National Suisse et les fondations Janggen Poehn et Matthieu. Enfin, je remercie aussi tous les chercheurs et toutes les chercheuses en Albanie, Grèce, Macédoine du Nord, Bulgarie et Kosovo avec qui j’ai pu discuter de la céramique régionale et qui ont bien voulu me présenter le mobilier de leur site d’étude.

Références

Andrea Zh. 1985. Kulture Ilire e tumave në pelgun e Korçës, Tirana, Akademia e Shkencave e RPSSh, Qendra e kërkimeve arkeologjike.

Bräuning A. & Kilian-Dirlmeier I. 2013. Die eisenzeitlichen Grabhügel von Vergina, Die Ausgrabungen von Photis Petsas 1960-1961, Monographie des Römisch-Germanischen Zentralmuseums 119, Mainz, Verlag des Römisch Germanischen Zentralmuseum.

Carington Smith J. 2000. The Cooking Vessels of Koukos, Sykia, in : Π. Αδάμ-Βελένη (éd), Μύρτος, Μελέτες στη μνήμη της Ιουλίας Βοκοτοπούλου, Thessalonique, 219–228.

Chrysostomou A. 1998. Ταφικά ευρήματα από τον αρχαίο οικισμό στη Νέα Ζωή Νομού Πέλλας, in : Μ. Λιλιμπάκη-Ακαμάτη & Κ. Τσακάλου-Τζαναβάρη (éds), Μνείας χάριν, Τόμος στη μνήμη Μαίρης Σιγανίδου, Thessalonique, Υπουργείο Πολιτισμού, 313–333.

Dimoula A., Koulidou S., Tsirtsoni Z., Standall E., Craig O. E., Valamoti, S. M. 2022. Fusion cuisine in the shadow of Mount Olympus: an integrated study of Middle and Late Bronze Age cooking pots, Journal of Greek Archaeology 7, 37–66.

Eder B. 2009. The Northern Frontier of the Mycenaean World, Αρχαιολογικό Έργο Θεσσαλίας και Στερεάς Ελλάδας 2, 2006, 113–131.

Evely D. (éd) 2006. Lefkandi IV, The Bronze Age, The Late Helladic IIIC Settlement at Xeropolis, British School at Athens Supplementary Volume 39, Athens, British School at Athens.

Gashi Sh. 2017. Relations between the Mycenaean World and Kosovo, as Reflected in Imported Vessels and Weapons, in : M. Fotiadis, R. Laffineur, Y. Lolos & A. Vlachopoulous (éds), HESPEROS, The Aegean Seen from the West, Proceedings of the 16th International Aegean Conference, University of Ioannina, 18-21 May 2016, Aegaeum 41, Liège, Peeters, 263–270.

Georgiadou A. 2021. Άψαλος Αλμωπίας, Ο οικισμός της Ύστερης Εποχής Χαλκού, Thessalonique, University Studiy Press.

Hochstetter A. 1984. Kastanas, Ausgrabungen in einem Siedlungshügel der Bronze- und Eisenzeit Makedoniens 1975-1979, Die handgemachte Keramik, Schichten 19 bis 1, Prähistorische Archäologie in Südosteuropa 3, Berlin, Verlag Volker Spiess.

Horejs B. 2007a. Das prähistorische Olynth, Ausgrabungen in der Toumba Agios Mamas 1994-1996, Die spätbronzezeitliche handgemachte Keramik der Schichten 13 bis 1, Prähistorische Archäologie in Südosteuropa 21, Rahden/Westf, Verlag Marie Leidorf GmbH.

Horejs B. 2007b. Macedonia: Mediator or Buffer Zone between Cultural Spheres?, in : I. Galanaki, H. Tomas, Y. Galanakis & R. Laffineur (éds), Between the Aegean and Baltic Seas, Prehistory Across Borders, Proceedings of the International Conference, Bronze and Early Iron Age Interconnections and Contemporary Developments between the Aegean and the Regions of the Balkan Peninsula, Central and Northern Europe, University of Zagreb, 11-14 April 2005, Aegaeum 27, Liège, Université de Liège, 293–306.

Krapf T. sous presse. Le site de Sovjan dans son contexte égéo-balkanique, Du Bronze Moyen au Fer Ancien, in : G. Touchais, P. Lera & C. Oberweiler (éds), Sovjan, Village préhistorique lacustre d’Albanie sud-orientale 1, Le site dans son environnement, Recherches archéologiques franco-albanaises 5, Athènes, École française d’Athènes.

Krapf T. 2014. The Late Bronze Age Pottery of Macedonia: Comparisons with the Plain of Korçë, in : L. Stefani, N. Merousis & A. Dimoula (éds), 1912-2012. A Century of Research in Prehistoric Macedonia, Proceedings of the International Conference held in the Archaeological Museum of Thessaloniki, 22-24 November 2012, Thessalonique, Αρχαιολογικό Μουσείο Θεσσαλονίκης, 584–597.

Krapf T. 2018. Sovjan (Korçë): First Remarks about the Late Bronze Age Pottery, in : Γ. Καραμήτρου-Μεντεσίδη (éd),Το αρχαιολογικό έργο στην Άνω Μακεδονία 3, 2013, Aiani, Αρχαιολογικό Μουσείο Αιανής, 115–131.

Krapf T. 2022. Early Iron Age Pottery in Epirus, Southeastern Albania and Western Macedonia. Common Trends and Regional Preferences, in : B. Θεοφιλοπούλου (éd), Το αρχαιολογικό έργο στη Βορειοδυτική Ελλάδα και τα νησιά του Ιονίου 2, Ιωάννινα, 23-26 Νοεμβρίου 2017, Πρακτικά, Athènes, Έκδοση του Οργανισμού Διαχείρισης και Ανάπτυξης Πολιτιστικών Πόρων, 19–27.

Lemos I. S. 2002. The Protogeometric Aegean, The Archaeology of the Late Eleventh and Tenth Centuries BC, Oxford, University Press.

Lis B., Kiriatzi E., Batziou A., Rückl Š. 2020. Dealing with the Crisis: Mobility of Aeginetan-Tradition Potters around 1200 BC, The Annual of the British School at Athens 115, 269–327.

Morris S. 2010. Prehistoric Torone: A Bronze Age Emporion in the Northern Aegean: Preliminary Report on the Lekythos Excavations 1986 and 1988-1990, Meditarch 22/23, 1–67.

Pavùk P. & Horejs B. 2012. Sammlung Fritz Schachermeyer, Mittel- und spätbronzezeitliche Keramik Griechenlands, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften.

Preka-Alexandri K. & Sakkas D. N. 2019. Long before Monovyza, The excavation at Stenes near Grika in

the context of Late Bronze Age Thesprotia », in I. Π. Χουλιαράς & Γ. Θ. Πλιάκου (éds), Θεσπρωτία Ι, Πρακτικά Α’ Αρχαιολογικού και Ιστορικού συνεδρίου για τη Θεσπρωτία (Ηγουμενίτσα, 8-11 Δεκεμβρίου 2016), Ioannina, ΥΠ.ΠΟ.Α., 73–92.

Tsoungaris Ch. 2018. Περιήγηση στις αρχαιότητες του Νομού Καστοριάς μέσα από τα εκθέματα του Αρχαιολογικού Μουσείου Άργους Ορεστικού, in : Γ Καραμήτρου-Μεντεσίδη (éd), Το αρχαιολογικό έργο στην Άνω Μακεδονία 3, 2013, Aiani, Αρχαιολογικό Μουσείο Αιανής, 147–160.

L’auteur

Tobias Krapf est le secrétaire scientifique de l’École suisse d’archéologie en Grèce et membre de la Mission archéologique franco-albanaise du bassin de Korçë (MAFAK).



Citer ce billet
Tobias Krapf (2024, 19 avril). Le « pyraunos » : une marmite spéciale des Balkans méridionaux. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8v8

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20 avril 2024

    […] Le « pyraunos » : une marmite spéciale des Balkans méridion… […]

  2. 3 mai 2024

    […] Le « pyraunos » : une marmite spéciale des Balkans méridionaux, par Tobias Krapf, sur le Carnet ArchéOrient. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search