Le projet interdisciplinaire de la fouille d’Amarynthos (Eubée, Grèce)

L’École suisse d’archéologie en Grèce (ESAG), en collaboration avec l’Éphorie des antiquités d’Eubée, a pu identifier le sanctuaire d’Artémis Amarysia à Amarynthos, recherché depuis un siècle environ (Ducrey et al. 2018). Le site, localisé à une dizaine de kilomètres à l’est de la ville antique d’Érétrie, sur l’île d’Eubée, conserve les traces de cinq millénaires de fréquentation humaine (fig. 1-2). Non seulement une grande partie du sanctuaire a pu être fouillée ces dernières années, mais également le site préhistorique voisin ainsi que de nombreuses structures médiévales (Fachard et al. 2023 ; ESAG, EFAEUV 2023 ; pour les rapports annuels, voir le périodique Antike Kunst sous www.esag.swiss).

Fig. 1 : Vue aérienne du site d’Amarynthos avec la colline de Paléoekklisies au fonds (photo ESAG)

Le projet est actuellement dirigé par Sylvian Fachard et Angeliki G. Simosi, en collaboration avec Thierry Theurillat, Samuel Verdan et les trois co-directeurs de la fouille, Tobias Krapf, Tamara Saggini et Olga Kyriazi, assistés par Jérôme André (ESAG/Université de Lausanne et Éphorie des antiquités d’Eubée). L’équipe poursuit une approche interdisciplinaire pour l’exploration du site, dont les différents volets sont décrits ici. La recherche se concentre sur les phases les plus anciennes du site, allant de la préhistoire à la formation du sanctuaire, aux époques géométrique et archaïque (Verdan et al. 2020).

Fig. 2 : Plan du site d’Amarynthos après la campagne de fouilles de 2023 (plan Thierry Theurillat)
Épigraphie

Grâce aux sources écrites et aux inscriptions découvertes dans différentes régions de l’Eubée centrale, souvent sur des pierres en remploi provenant d’Amarynthos, l’existence du sanctuaire était connue de longue date, mais sa localisation restait un mystère. Les recherches menées par Denis Knoepfler (Université de Neuchâtel et Collège de France), et notamment sa correction d’une erreur de distance dans un texte de Strabon, ont redirigé les recherches au lieu-dit Paléoekklisies à l’est du village moderne d’Amarynthos, menant à la découverte du sanctuaire (Knoepfler 1988). Enfin, des témoignages épigraphiques – tuiles estampillées au nom d’Artémis et bases de statues avec dédicaces à la triade Artémis, Apollon et Leto (fig. 3) – assurèrent définitivement l’identification du site, en 2017. Le sanctuaire était l’un des lieux où les décrets les plus importants d’Érétrie étaient exposés et deux d’entre eux ont été retrouvés lors des fouilles, fournissant des nouvelles données concernant l’histoire érétrienne aux époques classique et hellénistique.

Fig. 3 : Dédicace publique de la statue d’un bienfaiteur à Artémis, Apollon et Léto (vers 100 av. J.-C.), découverte en remploi dans un puits d’époque romaine dans l’Artémision (photo ESAG)
Prospections géophysiques

Dans l’enquête de localisation du sanctuaire, des prospections géophysiques ont joué un rôle important pour restreindre la zone de recherche aux abords occidentaux de la colline de Paléoekklisies. Et même après la découverte des premiers édifices du sanctuaire, des tomographies de résistivité électrique, menées en collaboration avec l’Université de Thessalonique, ont été très utiles pour implanter les sondages au bon endroit et pour explorer des terrains privés inaccessibles aux fouilleurs, permettant de suivre la stoa à la limite septentrionale du sanctuaire même au-delà de la route moderne et en dehors de la zone protégée comme site archéologique.

Analyses d’un mobilier extraordinaire

Au cœur du sanctuaire, le temple a été fouillé principalement entre 2020 et 2023. Plusieurs phases architecturales, s’échelonnant au moins de l’époque géométrique à la fin de l’époque archaïque, ont été identifiées. Une découverte majeure est un dépôt d’offrandes, composé d’environ 700 objets et constitué au dernier quart du 6e s. av. J.-C., avant la construction du dernier temple (fig. 4). Il contient des vases, des figurines en terre cuite, des bijoux, des amulettes, des armes et divers autres objets qui racontent l’histoire des rituels pratiqués dans le sanctuaire à l’époque archaïque (fig. 5). L’étude de ce mobilier implique non seulement la collaboration de plusieurs spécialistes, des céramologues aux numismates, mais également une série d’analyses de laboratoire, permettant de mieux comprendre la provenance et l’usage des objets, de même que certaines de leurs caractéristiques, comme des traces de couleur conservées sur des terres cuites et des fragments d’architecture, parfois presque invisibles. Concrètement, une sélection de vases est analysée par pétrographie et par analyses chimiques WD-XRF au laboratoire Fitch de l’École britannique d’Athènes. Pour la détection de résidus organiques, d’autres vases ont été confiés au laboratoire de l’Université Harokopeio à Athènes. Enfin, des analyses MA-XRF ont été effectuées par le laboratoire Demokritos d’Athènes, pour l’identification des matériaux et traces de couleur.

Fig. 4 : Dépôt d’offrandes dans le temple en cours de fouilles (photo ESAG)
Fig. 5 : Échantillon des offrandes du dépôt : a. lécythe attique à figures noires du groupe Phanyllis ; b. miroir en bronze avec poignée représentant une jeune fille nue jouant du “crotale”; c. figurine féminine en terre cuite de provenance ionienne ; d. tête en ivoire probablement produite en Égypte, date indéterminée; d-e. sceaux scarabées, 8e-7e siècle; g. applique en or, 8e-7e siècle; h. tasse en bronze avec une inscription sur la poignée, 7e siècle; i. lance en bronze, 8e-7e siècle (photos ESAG)

Ce mobilier demande aussi d’importants travaux de restauration, notamment les objets en métal et les fragments de textile (Saggini et al. 2022). Certains objets ont été prélevés en bloc pour être fouillés au laboratoire de restauration et on a pu avoir recours à la tomographie et aux rayons X à l’hôpital de Chalcis, capitale moderne de l’île, pour les identifier avant les interventions.

L’architecture

Une autre équipe s’intéresse à l’architecture du sanctuaire, de ses portiques, trésors et temples. La démarche n’implique pas seulement des architectes, mais concerne également l’étude du travail de la pierre et la localisation des carrières. Thierry Gregor, tailleur de pierre (Université de Poitiers), a aidé à l’identification des traces d’outils sur les blocs d’architecture. Pour dresser le plan du site et des différentes structures, l’équipe utilise systématiquement la photogrammétrie, souvent produite avec des photos prises par drone.

Une collaboration avec le programme de visualisation scientifique de la Haute École d’Arts de Zurich (ZHdK) a abouti à la création d’un modèle digital du portique monumental qui délimitait le téménos à l’est ainsi qu’à des reconstitutions graphiques du sanctuaire (fig. 6). Un projet d’étude des scories ferreuses d’Érétrie et d’Amarynthos, dont une quantité considérable a été découverte dans les tranchées de fondations de certaines structures, est actuellement en cours. Il s’agit probablement des déchets d’une production de fer dans le cadre des programmes de construction.

Fig. 6 : Reconstitution du sanctuaire d’Artémis Amarysia à Amarynthos (Oliver Bruderer, Joe Rohrer)
De la micromorphologie à l’étude du paysage

Sur le terrain, le site est exploré à différentes échelles, de la formation du paysage à celle des sols et niveaux archéologiques, étudiés sous le microscope grâce aux prélèvements effectués par les micromorphologues (fig. 7, laboratoire Wiener de l’American School of Classical Studies at Athens). Des carottages réalisés par Matthieu Ghilardi (CNRS, voir Ghilardi et al. 2018), puis par Tibor Talas (Université de Lausanne), permettent de comprendre comment le paysage a évolué d’une baie à une lagune, à l’Âge du Bronze, puis à une plaine côtière, où le sanctuaire s’est développé au 1er millénaire av. J.-C. La micromorphologie, quant à elle, aide à reconstruire la circulation dans le sanctuaire, les nombreuses réfections des sols et l’utilisation des espaces ainsi qu’à identifier des phases d’abandon des édifices, marquées par des sédimentations naturelles.

Fig. 7 : Étude micromorphologique (Wiener Lab Athènes) (photo ESAG)
Faune et flore

Reconstituer le paysage antique requiert que l’on s’intéresse aussi à la faune et à la flore. Par l’étude des pollens présents dans les carottages, des palynologues lèvent le voile sur la végétation préhistorique et antique. Dans le cadre de la fouille, des échantillons de sédiments ont systématiquement été tamisés par flottation, pour une récupération exhaustive des micro-restes organiques. L’étude des restes de la faune aquatique et terrestre mène à la compréhension de l’alimentation en préhistoire et à l’époque antique et, dans le cas du temple, des pratiques sacrificielles.

Anthropologie

Une vingtaine de tombes ont été fouillées sur le site, datant des périodes préhistorique, géométrique, paléochrétienne (fig. 8) et post-byzantine. Elles sont donc soit antérieures, soit postérieures au sanctuaire, à part deux enchytrismes (sépultures en jarre) des 8e-7e siècles av. J.-C., cependant placés en dehors du sanctuaire de cette époque. Tant que ce dernier fut en activité, l’habitat semble avoir été tenu à distance, à l’intérieur des terres. L’analyse des squelettes par Maria Liston (Université de Waterloo au Canada) donnera un sommaire aperçu de la population ayant occupé Amarynthos au fil des millénaires. Plusieurs des individus tirés des tombes sont actuellement intégrés dans un large programme d’étude de l’ADN antique, conduit par Anna-Sapfo Malaspinas (Université de Lausanne).

Fig. 8 : Tombe paléochrétienne (photo ESAG)
Prospection

Depuis 2021, en parallèle à la fouille, une prospection de type intensif (fig. 9) et extensif couvre la plaine entre la ville d’Érétrie et le sanctuaire d’Amarynthos ainsi que les pentes des montagnes qui l’entourent. Ce projet, co-dirigé par Sylvian Fachard et Angeliki G. Simosi, avec la collaboration de Chloé Chezeaux (Université de Lausanne), vise à mieux comprendre l’évolution de l’occupation humaine sur la longue durée, ainsi que l’insertion du sanctuaire dans le paysage. Un programme de télédétection basé sur une couverture LiDAR de 200 km2 (AeroPhoto Co Ltd de Thessalonique) permet d’identifier des centaines de vestiges, souvent recouverts par la végétation.

Fig. 9 : Prospections entre Érétrie et Amarynthos (photo S. Fachard)

En trois campagnes, il a été possible de prospecter une surface de 21 km2, de documenter près de 200 structures et de compter plus de cent mille tessons de céramique et fragments de tuiles. Des fragments de sculpture et des stèles funéraires ont également été découverts et plusieurs des dèmes antiques localisés.

Médiation culturelle

La découverte et la fouille d’un site de grande ampleur comme le sanctuaire d’Artémis à Amarynthos a aussi son importance pour la population locale et l’ESAG est très reconnaissante du soutien qu’elle reçoit de la part des autorités grecques. Grâce à des financements du Fonds National Suisse et de la Fondation Stavros Niarchos, des programmes de médiation culturelle auprès des écoles en Suisse et en Eubée peuvent être réalisés (agora.esag.swiss), dirigés en Suisse par Pauline Maillard et Caterina Martini (Université de Lausanne/ESAG) et en Grèce par Christina Pagoni (ESAG). Plusieurs évènements et activités sont organisés régulièrement sur place, comme les portes ouvertes du chantier du sanctuaire, un atelier “fouille” pour les enfants (fig. 10) et des conférences publiques. Le documentaire « Artémis, Le temple perdu », réalisé par Sébastien Reichenbach pour RTS et Arte, a permis de faire découvrir le sanctuaire d’Amarynthos au grand public.

Fig. 10 : Atelier pour enfants de découverte de la fouille archéologique sur la plage qui borde l’Artémision (photo T. Krapf)
Remerciements

Nous remercions le Ministère hellénique de la Culture, la Confédération suisse (SEFRI), le Fonds National suisse de la recherche scientifique et toutes les fondations qui soutiennent le projet archéologique à Amarynthos. Il n’est pas possible de mentionner ici toutes les personnes qui ont participé aux recherches, depuis les premiers travaux sur le terrain en 2003, et sans lesquels le projet ne se serait pas concrétisé. Mais nous tenons à mentionner les deux premiers directeurs du projet, Karl Reber (Université de Lausanne) et Amalia Karapaschalidou (Éphorie des antiquités d’Eubée), sous la conduite desquelles les preuves définitives de la localisation du sanctuaire ont été découvertes.

Références

Ducrey P., Krapf T., Reber K., Knoepfler D. 2018. Amarynthos. Séance du 1er juin célébrant la découverte et la fouille du sanctuaire d’Artémis Amarysia à 60 stades de la ville d’Érétrie (Eubée, Grèce), CRAI, 856–953.

ESAG, EFAEUV 2023. Das Heiligtum der Artemis Amarysia in Amarynthos, Die Grabungen 2017–2020, Érétrie. https://www.esag.swiss/fr/das-heiligtum-der-artemis-amarysia-in-amarynthos

Fachard S., Simosi A. G., Krapf T., Saggini T., Theurillat T., Verdan S., André J., Chezeaux Ch., Kyriazi O. 2023. Die Ausgrabung im Heiligtum der Artemis Amarysia und die Prospektion zwischen Eretria und Amarynthos (Euböa, Griechenland), Bulletin SAKA-ASAC, 46–51.

Ghilardi M., Vacchi M., Currás A., Müller Celka S., Theurillat T., Lemos I., Pavlopoulos K. 2018. Géoarchéologie des paysages littoraux le long du Golfe Sud-Eubéen (île d’Eubée, Grèce), Quarternaire 29, 2, 95–120.

Knoepfler D. 1988. Sur les traces de l’Artémision d’Amarynthos, CRAI, 382–421.

Saggini T., Maillard P., Giannoulopoulos H., Konsoulidi G. 2022. Από την ανασκαφή στη δημοσίευση, Αρχαιολογία και Τέχνες 138, 56–69.

Verdan S., Theurillat T., Krapf T., Greger D., Reber K. 2020. The Early Phases in the Artemision at Amarynthos in Euboea, Greece, in : T. E. Cinquantaquattro, M. D’Acunto (éds.), Euboica II, Pithekoussai and Euboea between East and West, Proceedings of the Conference, Lacco Ameno (Ischia, Naples), 14-17 May 2018, Aion Nuova Serie 27, Naples, 73–116.

Les auteurs

Tobias Krapf est le secrétaire scientifique de l’École suisse d’archéologie en Grèce et co-directeur de chantier de la fouille d’Amarynthos.

Sylvian Fachard est professeur ordinaire d’archéologie classique à l’Université de Lausanne et directeur de l’École suisse d’archéologie en Grèce.

Angeliki G. Simosi est la Directrice émérite de l’Éphorie des Antiquités d’Eubée. Précédemment, elle était directrice de l’Éphorie des antiquités sous-marines.

Thierry Theurillat est le secrétaire scientifique à Lausanne de l’École suisse d’archéologie en Grèce et fait partie de la direction scientifique du projet de fouille à Amarynthos.

Samuel Verdan (Université de Lausanne – ESAG) fait partie de la direction scientifique du projet de fouille à Amarynthos. Il a mené aussi les fouilles dans le sanctuaire d’Apollon Daphnephoros à Érétrie.

Tamara Saggini (Université de Lausanne – ESAG) est co-directrice du chantier de la fouille à Amarynthos et spécialiste pour la céramique archaïque.

Olga Kyriazi est l’archéologue responsable pour Érétrie et Amarynthos à l’Éphorie des Antiquités d’Eubée et co-directrice du chantier de la fouille d’Amarynthos.

Jérôme André est doctorand en archéologie classique à l’Université de Lausanne et assistant des directeurs du chantier de la fouille d’Amarynthos.



Citer ce billet
Tobias Krapf, Sylvian Fachard et Angeliki G. Simosi (2024, 5 avril). Le projet interdisciplinaire de la fouille d’Amarynthos (Eubée, Grèce). ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w698

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search