Le sanctuaire de Zeus au sommet de l’Hellanion Oros d’Égine (Grèce)

Un nouveau projet gréco-suisse explore depuis 2021 le sommet de la plus haute montagne de l’île d’Égine (531 m), au centre du Golfe Saronique, à une vingtaine de kilomètres du port d’Athènes (fig. 1). Le mont Hellanion Oros est bien reconnaissable de loin et offre une vue panoramique non seulement sur l’Attique et les îles voisines, mais également sur le Péloponnèse et la mer Égée (fig. 2).

Fig. 1 : Carte avec la position d’Égine et de la zone explorée (J. André).
Fig. 2 : L’Hellanion Oros depuis l’ouest, avec l’Attique au fond. Le site de Megali Koryphi à droite (J. André).

Aujourd’hui couronnée par une chapelle, la montagne était dédiée dans l’Antiquité à Zeus Hellanios, selon les sources écrites et une inscription sur un vase en bronze découverte par des archéologues allemands au début du 20e siècle dans une citerne antique sur la pente septentrionale (fig. 3) (Goette 2000). Sur le sommet s’étale un vaste champ de ruines, dont certaines structures remontent à l’Âge du Bronze.

Fig. 3 : Grande citerne archaïque avec l’Hellanion Oros au fond, vue vers le sud (T. Krapf).

L’équipe archéologique dirigée par les auteurs avec Leonidas Vokotopoulos, Sofia Michalopoulou (Éphorie des Antiquités du Pirée et des îles) et Jérôme André (Université de Lausanne) a ouvert des sondages dans plusieurs zones sur le sommet (Krapf et al. 2022, 2023a/b et sous presse a/b, Vokotopoulos et al. sous presse). Elle a également mené deux campagnes de prospection de la campagne environnante. Les résultats prometteurs permettent de présenter ici un premier aperçu de l’histoire riche et changeante de ce lieu particulier qui a été fréquenté pendant les quatre derniers millénaires pour des raisons tout à fait diverses, entre lieu de culte et refuge, et de le replacer dans l’histoire de l’île.

Première fréquentation au Bronze Moyen

Des tessons du Bronze Moyen, récupérés dans les couches les plus profondes des sondages effectués au sommet, indiquent une fréquentation dès la 1ère moitié du 2e mill. av. J.-C., période pendant laquelle le port et la ville fortifiée de Kolonna, à l’emplacement de la ville moderne d’Égine, étaient particulièrement florissants et entretenaient des relations non seulement avec la Grèce continentale, mais également avec les Cyclades et la Crète minoenne. Mais pour quelle raison certains habitants sont-ils montés au sommet de l’Hellanion Oros ? Y avait-il déjà un lieu de culte sur ce sommet visible depuis la ville et tout le Golfe Saronique, inspiré des sanctuaires de sommet en Crète, comme c’est le cas sur l’île de Cythère (Gauss 2007, 137) ? Pour le moment, les vestiges sont trop rares pour trancher cette question.

Un sanctuaire mycénien ?

Une figurine en terre cuite de l’époque palatiale mycénienne, produite au tour de potier et découverte au sommet lors des fouilles largement inédites de la première moitié du 20e siècle, est déjà un indice plus clair (Pilafidis-Williams 1995). Des sanctuaires de sommet, phénomène précédemment documenté principalement en Crète, ont désormais été découverts aussi en Grèce continentale, notamment sur le mont Lykaion en Arcadie (Romano, Voyatzis 2014) ou sur le mont Arachnaion en Argolide, visible depuis l’Hellanion Oros (Psychoyos, Karatzikos 2015).

À Égine, la phase mycénienne palatiale est moins connue que les périodes précédentes, car les couches correspondantes ne sont pas bien conservées à Kolonna. Mais on note une certaine dispersion du peuplement dans le territoire de l’île, avec un autre site fouillé près du village moderne de Lazaridès, à 2 km à vol d’oiseau depuis l’Hellanion Oros (Polychronakou-Sgouritsa 2021). À l’échelle régionale, les relations de l’île – et plus largement du Golfe Saronique – avec les centres palatiaux mycéniens sont encore mal connues.

Un grand édifice sur la pente méridionale de l’Hellanion Oros, non loin du sommet, pourrait d’ailleurs appartenir à cette phase, mais seule son exploration archéologique permettra de déterminer plus précisément sa date et fonction. La construction presque cyclopéenne ressemble cependant aux édifices de Korphos Kalamianos sur la côte corinthienne du Golfe Saronique (Pullen 2015).

Un site de refuge à la fin de l’Âge du Bronze

La situation change pendant la phase de la chute des palais mycéniens. Le site de Lazaridès est désormais abandonné. En haut de l’Hellanion Oros, une fortification cyclopéenne est construite. Entre 2021 et 2023, un bâtiment de cette période a été fouillé au nord du sommet. Dans une pièce relativement restreinte d’environ 3,7 sur 2,8 m, plus d’une trentaine de vases ont été découverts (fig. 4–5), ainsi que d’autres objets en argile, pierre et bronze.

Fig. 4 :  Le sommet depuis le nord-est, avec l’édifice mycénien et la fondation antique (J. André).
Fig. 5 : Vases mycéniens en place (T. Krapf).

Le stockage et la préparation de nourriture semblent avoir été des fonctions majeures de cet édifice, étant donné la présence d’au moins six marmites tripodes (fig. 6). On a également découvert de la céramique fine, comme des vases à boire ou des alabastra. Cette brève période d’occupation, probablement motivée par la situation d’insécurité générale, prend fin avec l’effondrement de cet édifice, conservant le mobilier in situ sous une épaisse couche de grands blocs. Un deuxième site fortifié, mais sans traces d’occupation, a été identifié à moins de 2 km à vol d’oiseau, à Megali Koryphi (Vokotopoulos, Michalopoulou 2018).

Fig. 6 : Marmite tripode découverte dans l’édifice mycénien (I. Asvestas).
Un sanctuaire de Zeus au sommet

On ne sait – pour le moment – que peu de choses sur les 2-3 siècles qui suivent, au début de l’Âge du Fer, mais les tessons géométriques découverts au sommet témoignent du fait que le site est de nouveau fréquenté depuis au moins le 8e s. av. J.-C. À l’époque archaïque, nouvelle période d’apogée de l’île d’Égine, un complexe monumental est construit sur la pente septentrionale de la montagne et c’est dans une citerne pas loin de ce complexe que le vase en bronze avec l’inscription a été découvert. Le sommet est alors fréquenté pour le culte de Zeus Hellanios. Une fondation antique directement à côté de la chapelle, des spolia dans les murs de cette dernière et des tuiles antiques indiquent la présence d’un petit édifice, probablement un temple. Dans les sondages au nord de l’église, une couche noire a été mise au jour, contenant de la céramique géométrique à romaine et des milliers de fragments minuscules d’os d’animaux brûlés. Il doit s’agir des restes des sacrifices qui ont eu lieu sur l’autel, sûrement localisé au sommet, et qui ont été rejetés sur la pente. Quelques offrandes ont également été mises au jour, comme un sceau scaraboïde. La découverte, en 2023, d’un certain nombre de lampes à huile d’époque romaine, indique des activités nocturnes. Le sommet faisait clairement partie du paysage religieux de l’île, comme le sanctuaire extra-urbain d’Aphaia au nord-est. Les deux sanctuaires, ainsi que le temple d’Apollon à Kolonna, sont tous très bien visibles depuis la mer lorsqu’on s’approche de l’île, voire depuis les régions avoisinantes. L’Hellanion Oros semble d’ailleurs faire partie de tout un réseau d’autres sanctuaires de Zeus, localisés sur des sommets en Attique et en Argolide, avec une parfaite intervisibilité (de Polignac 2023).

Toujours à l’époque classique-hellénistique, la partie sud de l’île est aussi vouée à l’agriculture et des inscriptions « horos » marquent des limites des territoires définies suite à l’occupation athénienne (Polinskaya 2009). Une tour ronde à la pointe méridionale de l’île rappelle aussi la fonction stratégique de l’endroit.

Et de nouveau un site de refuge ?

Avec la fin de l’Antiquité, le culte de Zeus a également pris fin. Le moment exact est difficile à déterminer pour l’Hellanion Oros. Plus tard, un village-refuge se développe à nouveau sur le sommet, entouré d’un mur d’enceinte, malgré l’absence d’une source d’eau. Un des édifices a été partiellement fouillé par l’équipe gréco-suisse.

Tout le territoire de la partie méridionale d’Égine, aujourd’hui presque complètement abandonnée, était en tout cas intensément cultivé jusqu’au 20e siècle, ce dont témoignent les murs de terrasse, les villages abandonnés, les aires de battage et les nombreuses chapelles. Nous ignorons depuis quand le sommet de l’Hellanion Oros est devenu un sanctuaire chrétien, mais la chapelle dédiée à l’Analipsi / Ascension y existe au moins depuis deux siècles.

Conclusions et perspectives de recherche

L’histoire millénaire de l’Hellanion Oros est fortement liée à celle de l’île d’Égine. Quand la ville d’Égine à Kolonna était florissante, la montagne servait de lieu de culte et soulignait – par sa grande visibilité dans le paysage – la domination de l’île. Pendant les phases d’insécurité, en revanche, l’accès difficile et en même temps le contrôle de tout le paysage et des voies de circulation, en faisaient un endroit idéal pour se réfugier.

Fig. 7 : Prospection sur la pente nord-ouest avec l’Hellanion Oros au fond (T. Krapf).

Pendant les campagnes archéologiques de 2024 et 2025, l’équipe prévoit de poursuivre les travaux topographiques et l’ouverture de sondages exploratoires à différents endroits autour du sommet pour pouvoir dater les diverses structures et ainsi faire progresser la compréhension de l’évolution chronologique décrite ci-dessus. En parallèle, l’équipe continuera la prospection intensive (fig. 7) de la partie méridionale de l’île, autour de la montagne, afin de mieux comprendre l’insertion du site dans le paysage. Malgré le terrain difficile et la couverture souvent dense de la végétation, du mobilier archéologique a été découvert dans la majorité des unités et de nombreuses structures et sites ont été identifiés.

Remerciements

Le projet est une collaboration entre l’École suisse d’archéologie en Grèce (ESAG) et l’Éphorie des Antiquités du Pirée et des îles et nous remercions les deux institutions pour leur soutien, ainsi que tous les étudiant-e-s qui ont participé aux travaux. Le financement a été assuré par la Fondation de l’ESAG.

Références

De Polignac F. 2023. Genèse et mutations des paysages religieux (XIIIe-VIe siècles) : Égine, Attique, Argolide », Annuaire de l’École Pratique des Hautes Études, Résumés des conférences et travaux 130, 181–190.

Gauss W. 2007. Prähistorische Funde vom Gipfel des Oros auf Ägina, in : F. Lang, C. Reinholdt, J. Weilhartner (éd.), Στέφανος Αριστείος. Archäologische Forschungen zwischen Nil und Istros: Festschrift für Stefan Hiller zum 65. Geburtstag, Vienne, 125–142.

Goette H. R. 2000. Το ιερό του Διός Ελλανίου στο Όρος της Αίγινας, in : Πολιτιστικός Σύλλογος Πάχειας Ράχης « Το Ελλάνιο Όρος » (éd.), Αίγινα, Η περιοχή του Ελλάνιου Όρους, Κείμενα από την πολιτιστική εβδομάδα, Égine, 26–42.

Krapf T., Chryssoulaki S., Vokotopoulos L., Michalopoulou S., André J. 2022. Aegina, Hellanion Oros, Antike Kunst 65, 137–142.

Krapf T., Chryssoulaki S., Vokotopoulos L., Michalopoulou S., André J. 2023a. Aegina, Hellanion Oros, Antike Kunst 66, 100–104.

Krapf T., Chryssoulaki S., Vokotopoulos L., Michalopoulou S., André J. 2023b. Das griechisch-schweizerische Forschungsprojekt auf dem Berg Hellanion Oros auf der Insel Ägina, Bulletin SAKA-ASAC, 72–75.

Krapf T., Chryssoulaki S., Vokotopoulos L., Michalopoulou S., André J. sous presse a. Aegina, Hellanion Oros, Antike Kunst 67.

Krapf T., Chryssoulaki S., Vokotopoulos L., Michalopoulou S., André J. sous presse b. Le sanctuaire de Zeus au sommet du mont Hellanion Oros sur l’île d’Égine : histoire de sa redécouverte, in : D. Lefevre, C. Voisin (éd.), Sanctuaires et paysages, La découverte des lieux de culte en Italie méridionale, en Sicile et dans le bassin égéen, Actes du colloque de Strasbourg.

Pilafidis-Williams K. 1995. A Mycenaean Terracotta Figure from Mount Oros on Aegina, in: C. Morris (éd.), Klados, Essays in Honour of J. N. Coldstream, BICS Suppl. 63, Londres, 229–235.

Polinskaya I. 2009. Fifth-Century Horoi on Aegina, A Reevaluation, Hesperia 78, 231–267.

Polychronakou-Sgouritsa Ν. 2021. Ο μυκηναϊκός οικισμός στους Λαζάρηδες Αίγινας, δέκα χρόνια έρευνας. Ερωτήματα που ζητούν ακόμη απάντηση, in : E. Καράντζαλη (éd.), Γ΄ Διεθνές Διεπιστημονικό Συμπόσιο: Η Περιφέρεια του Μυκηναϊκού Κόσμου. Πρόσφατα ευρήματα και πορίσματα της έρευνας. Λαμία, 18-21 Μαΐου 2018. Πρακτικά,Athènes, 309–320.

Psychoyos O., Karatzikos Y. 2015. Mycenaean Cult on Mount Arachnaion in the Argolid, in : A.-L. Schallin, I. Tournavitou (éd.), Mycenaeans up to date. The Archaeology of the North-eastern Peloponnese – Current Concepts and New Directions (ActaAth 4o, 56),Stockholm, 261–276.

Pullen D. J. 2015. How to build a Mycenaean Town: The Architecture of Kalamianos, in : A.-L. Schallin, I. Tournavitou (éd.), Mycenaeans up to date. The Archaeology of the North-eastern Peloponnese – Current Concepts and New Directions (ActaAth 4o, 56),Stockholm, 377–390.

Romano D. G., Voyatsis M. E. 2014. Mt. Lykaion Excavation and Survey Project, Part 1. The Upper Sanctuary”, Hesperia 83, 569–652.

Vokotopoulos L., Michalopoulou S. 2018. Megali Koryphi on Aegina and the Aegean Citadels of the 13th/12th c. BCE, in: J. Driessen (éd.), An Archaeology of Forced Migration: Crisis-induced Mobility and the Collapse of the 13th c. BCE Eastern Mediterranean, Aegis 15, Louvain-la-Neuve, 149–175.

Vokotopoulos L., de Polignac F., Krapf T., Chryssoulaki S., Michalopoulou S., André J. sous presse. Hellanion Oros on Aegina: A mountain peak site in plain view of Athens, in : E. Andrikou, A. Mazarakis Ainian, S. Fachard, N. Papadimitriou, J. Papadopoulos, D. Vlanti (éd.), Athens and Attica in the Early Iron Age and the Archaic Period, Actes du colloque d’Athènes, décembre 2022.

Les auteurs

Tobias Krapf est le secrétaire scientifique de l’École suisse d’archéologie en Grèce

Stella Chryssoulaki est la Directrice Générale du Musée Archéologique d’Héracleion et Directrice émérite de l’Éphorie des Antiquités du Pirée et des Îles.



Citer ce billet
Tobias Krapf et Stella Chryssoulaki (2024, 22 mars). Le sanctuaire de Zeus au sommet de l’Hellanion Oros d’Égine (Grèce). ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2p7

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 31 mars 2024

    […] Le sanctuaire de Zeus au sommet de l’Hellanion Oros d’Égine (Grèce) […]

  2. 9 avril 2024

    […] Mont Hellanion Oros, sur l’île d’Égine en Grèce (source de l’illustration) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search