Paysages du front d’Orient (9). Légumes en Macédoine, 1916-1918.

Les « jardiniers de Salonique »…. le sobriquet que G. Clemenceau donna aux soldats affectés sur le front d’Orient, supposés s’adonner aux travaux potagers plus qu’aux combats, fut une injuste flétrissure. Ne traduit-il pas aussi une condescendance bien française à l’égard du monde paysan ? Et pourtant, si ces soldats ne s’étaient pas faits cultivateurs, leur condition matérielle et sanitaire aurait été des plus précaires.

Aux inconforts propres à la vie de troupe, qui plus est en pays étranger, s’ajoutaient en effet des difficultés logistiques que ne connurent pas vraiment les régiments affectés sur le front ouest. En Macédoine, l’approvisionnement alimentaire trouva rapidement ses limites. De nombreuses contraintes obéraient les transports, d’une part parce que le réseau de voies carrossables était bien moins développé qu’en France, d’autre part parce que la topographie même de la zone de front, située en grande partie en montagne, rendait de toutes façons l’acheminement des vivres moins aisé. J. Ancel rappelle aussi, en 1921, à quel point l’éloignement géographique et la dépendance vis-à-vis du fret maritime avaient fait du ravitaillement de ces soldats une chose subordonnée à bien d’autres priorités : les fournitures en artillerie et munitions, les équipements, les matériaux de construction, le rapatriement des invalides. Même les rotations des permissions étaient considérablement espacées.

Vivre sur le pays est un expédient ordinaire pour une armée en déplacement, moyennant des achats, des réquisitions, des rapines. Mais ce n’est plus tenable dans une guerre de position, surtout si l’on doit se concilier la population locale, ou du moins ne pas se l’aliéner. Qui plus est, dans le cas de la Macédoine, le front s’ouvre fin 1915 dans un espace marqué par les guerres balkaniques et de premiers exodes ou déplacements de population auxquels s’ajoutent les évacuations de civils de la zone de front [voir billets 6 ‘villages ruinés’ et 7 ‘réfugiés’]. Dans ces circonstances, l’accès aux ressources alimentaires était pour le moins malaisé, à commencer pour la paysannerie macédonienne elle-même, qui bénéficia de distributions de pain ou de farine organisées par l’armée française (fig. 1). Ces largesses n’étaient certes pas dénuées d’arrière-pensées politiques mais elles révèlent que la nourriture n’était pas surabondante dans les campagnes, en particulier dans les secteurs où la population avait été grossie par l’afflux des réfugiés ou des évacués. La correspondance des soldats à leurs familles évoque un menu ordinaire pour le moins spartiate et dépourvu de toute variété :

Nous sommes toujours au régime des 150 à 200 gr de débris de biscuits et d’un oignon et, chose curieuse nous sommes toujours en vie […]. À part ça toujours l’os de mouton à sucer et une marmite d’eau chaude où nagent deux ou trois oignons ce qui, paraît-il produit un mélange nommé soupe. »

(anonyme, carte-photo du 17 novembre 1918).
Fig. 1: Distribution alimentaire aux réfugiés civils par l’armée française, mars 1916. Source : ECPAD.

La situation de l’adversaire n’est guère plus avantageuse et peut-être même pire : songeons à ce que put représenter, pour les troupes allemandes et bulgares tenant les lignes de crête sur près de 130 km, la logistique alimentaire vers des campements permanents souvent situés à plus de 2000 m d’altitude, dans des rocs battus par les vents et sur des sentiers tracés uniquement pour la guerre. Dans de telles conditions, il n’y a pas lieu de s’étonner de la perte de combativité de ces soldats au cours de l’année 1918.

L’état physique des soldats est mauvais, voire inquiétant. Le scorbut fait son apparition dans les rangs serbes, un comble pour des troupes terrestres. Même le fourrage manque pour les bêtes de somme et pour les montures (Ancel 1921 ; Saint-Ramond 2019).

« Labourage et pâturage… »

Il découle logiquement de cette situation que le front ne tiendra pas sans une production agricole locale. Celle-ci se met en place dès le printemps 1916, mais n’est véritablement organisée de façon systématique et hiérarchisée qu’au cours de l’année 1917-1918. L’armée française passe alors de grosses commandes auprès de semenciers, comme Vilmorin. Les graines sont ensuite réparties dans les sites occupés, en fonction des besoins et des capacités de production de ces derniers (fig. 2). Des terrains sont mis en culture aux abords des cantonnements permanents, pour approvisionner ces derniers mais aussi les troupes de passage qui rejoignent les lignes de front et les secteurs montagnards impropres à toute culture.

Fig. 2 : Deux listes de commandes de semences pour des potagers du front. Source : Service historique de la Défense, 20 N 675.

Les documents conservés dans les archives recensent les surfaces de potagers, de parcelles de fourrage, les villages produisant du vin. Les soldats-maraîchers peuvent fournir aux cantines des légumes de toutes sortes : diverses variétés de choux et de laitues, de chicorées ou de radis, des haricots, des petits pois, des navets, des carottes, des betteraves, des tomates et des aubergines, des épinards ou des bettes… et même de la roquette et du cerfeuil. L’amélioration alimentaire concerne aussi les animaux ; une note de service invite par exemple à organiser une rotation annuelle de plantes fourragères et on se fait expédier de France pas moins de 14 espèces de graines fourragères : dactyle, fétuque, fromental, fléole, paturin… Malgré une relative sécheresse météorologique, la récolte de 1918 semble avoir été satisfaisante et, si l’on se fie à J. Ancel, l’activité agricole de l’armée aurait même eu un effet d’émulation sur les cultivateurs de certains villages. Il faut quand même indiquer que des contrats d’approvisionnement étaient proposés et que les gains escomptés pouvaient être tentants.

Cette organisation agricole ne règle pas tous les problèmes d’approvisionnement. En 1917, la production militaire de foin à Zelova, près du lac Prespais, ne couvre même pas un cinquième des besoins ; il faut acheter le reste dans les alentours. Pour le vin, on note un recours persistant aux réquisitions. Dans le secteur de Florina, une note du 9 septembre 1918 impose à tous les villages possédant un vignoble de livrer la moitié de la récolte à l’armée et de se conformer à la date des vendanges que déterminera le commandement militaire. Le 21 septembre, on fixe le début des vendanges au 24 du même mois ainsi que le jour d’enlèvement du raisin dans chaque localité ; avant celui-ci, toute transaction sur les raisins est interdite. La production doit être acheminée vers une cuverie qui vient alors d’être construite. Cet effort productif et cette administration agronomique s’installent comme en pays conquis. Il est également frappant de constater que tout se passe comme si la présence des troupes devait durer. En juillet 1918, à peine deux mois avant la percée-éclair du front (à la mi-septembre, mais celle-ci n’est alors pas encore prévisible), les semences demandées sont des variétés d’hiver… (fig. 2).

On peut s’interroger sur l’incapacité à imaginer d’autres réponses aux problèmes logistiques que l’importation de variétés françaises. Pourquoi avoir fait venir de France des graines de piment alors qu’à Bukovo, tout près de Monastir, l’on en produit un excellent et réputé dans toute cette partie des Balkans ? Réflexe colonial ? Réticence à tester les variétés indigènes ? Pénurie de graines locales ? Absence de liens solides entre les populations rurales et les troupes de soldats ?

Fig. 3: Récolte de foin dans la plaine de Monastir (aujourd’hui Bitola, République de Macédoine du Nord). Au dos de la photo une mention en italien indique : prigionieri tedeschi ; il s’agit d’un groupe de prisonniers allemands, employés comme ouvriers agricoles sous la surveillance d’un soldat africain appartenant à une unité des troupes coloniales.
Jardins à la française

Cette activité s’inscrit de façon visible dans le paysage, avec des situations très contrastées d’un site à l’autre. En plaine, comme c’est le cas autour de Florina, la mise en culture est aisée. Dans les montagnes, c’est une autre affaire : pas de tracteur, pas de charrue, pas même un araire – les photos-cartes montrent ceux de paysans macédoniens à l’envi (et peut-être même avec une pointe d’envie…). Non, rien d’autre que des bèches pour retourner la terre… et un inévitable recours au portage à bras pour arroser les planches de cultures. Quelques photographies aériennes suggèrent que de petits canaux pouvaient acheminer l’eau des ruisseaux dans certaines vallées. Mais même sans cela, bêcher, sarcler, fumer ou arroser, c’est infiniment moins éreintant que de creuser, dans la même terre, des tranchées ou des terriers pour s’enfoncer devant l’ennemi.

Les résultats obtenus auraient fait ravaler son mépris à Clemenceau s’il avait visité le front : de beaux jardinets logés dans des vallons, où l’arrosage des légumes est plus facile, des parcelles carrées, tendues comme un tapis au soleil près des campements, émaillant les pelouses sèches sur les flancs de petits reliefs (fig. 4, 5, 7). Sur les clichés on perçoit une certaine fierté chez les soldats qui posent à côté d’un potager bien tenu. Sur l’autre bord du front, les soldats allemands et bulgares ne sont pas en reste et s’évertuent également à produire des denrées consommables (fig. 5). Dans le cas des premiers, c’est d’autant plus nécessaire que, à la fin du conflit, le rationnement est sévère dans leur pays qui, contrairement à la France et à l’Angleterre, ne peut compter sur aucun empire colonial pour soutenir l’effort de guerre.

Fig. 4 : Potagers de Skočivir, dans la boucle de la Cerna (République de Macédoine du Nord). Carte-photo, vers 1916-1917.
Fig. 5 : Plantations dans un potager militaire bulgare du front (République de Macédoine du Nord). Vers 1917-1918.

Dans les campements permanents, on voit même se développer un jardinage d’ornement. De petits arbres sont plantés en ligne le long des tentes ; certains sont soigneusement taillés en haies basses. Esquisses de jardins à la française, ces haies soulignent parfois les limites d’une place d’arme dans un camp d’ambulance… art topiaire mais aussi trompe-l’ennui et recherche d’un maigre confort domestique : rien de tel qu’un écran végétal pour briser un peu le vent près des tentes et filtrer la poussière (fig. 6).

Fig. 6 : Tentes et arbustes, secteur de la Cerna (République de Macédoine du Nord), vers 1917-1918.
Une archéologie des jardins éphémères ?

Que sont devenus ces sites maraîchers dans les paysages d’aujourd’hui ? Ils n’ont pas laissé de trace bien palpable, et ce n’est guère surprenant puisque l’on peine à reconnaître certains sites d’habitat ruinés et abandonnés à la même époque, alors que la présence humaine y fut bien plus durable [cf. billet 6]. Sur les hauteurs de la rive gauche du Gallikos, plus rien ne trahit la présence des jardins cultivés pendant la guerre (fig. 7). Ailleurs, il faudrait poursuivre l’investigation, notamment là où la mise en culture avait nécessité quelques travaux préalables ; peut-être trouverait-on encore quelques murets ou bourrelets de terrain ?

Une autre voie possible est la botanique : parmi toutes ces graines, arrivées par tonnes depuis la France, quelques-unes auront-elles eu une descendance ou donné des hybridations avec la flore locale ? L’hypothèse est raisonnablement envisageable pour les espèces qui se disséminent aisément : les plantes fourragères, les foins, les crucifères (navets, choux, raiforts), les chénopodiacées (betteraves, bettes, épinards). Voilà un sujet pour les archéobotanistes des champs de bataille (Hello 2013) ou pour les spécialistes de la flore obsidionale.

Mais le fin-mot de l’histoire est que l’on ne sait toujours pas comment on cuisinait les légumes des maraîchers de Salonique : à la grecque ou en macédoine ?

Références

Ancel J., 1921. Les travaux et les jours de l’armée d’Orient. Brossard, 225 p.

Miquel P., 1998. Les poilus d’Orient. Fayard, 353 p.

Saint-Ramond F., 2019. Les désorientés. Expériences des soldats français aux Dardanelles et en Macédoine, 1915-1918. Presses de l’Inalco, 296 p. DOI : 10.4000/books.pressesinalco.20209

Hello G., 2013. Le bois de la guerre : quand l’anthracologie contribue à l’histoire des forêts du Nord Pas-de-Calais (1803-1805). Sciences agricoles, mémoire de fin d’études, 65 p. + Ann.

L’auteur

Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Nicolas Jacob-Rousseau (2024, 15 mars). Paysages du front d’Orient (9). Légumes en Macédoine, 1916-1918. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w109

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 mars 2024

    […] Paysages du front d’Orient (9). Légumes en Macédoine, 1916-1918. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search