Colloque « Pathways of Communication » : trois jours d’échanges sur la circulation en Anatolie de la Préhistoire à la période Seljukide

Image1_page d'accueilDu 20 au 22 mars 2014 s’est tenu le colloque « Pathways of Communication. Roads and Routes in Anatolia from Prehistory to Seljuk Times » à la Faculté des Lettres de l’Université d’Ankara (Turquie). Celui-ci a été brillamment organisé par Lutgarde Vandeput et Leonidas Karakatsanis, au nom du British Institute at Ankara (BIAA) et en collaboration avec l’Université d’Ankara. Trois jours d’échanges intensifs se sont succédé autour d’un programme dense et très riche, nourri de la diversité des profils et des origines des intervenants, ainsi que des angles d’approche d’un sujet aussi passionnant que complexe.

L’ouverture de ce colloque s’est faite sous le signe des possibilités significatives offertes par l’essor des technologies numériques (web mapping, SIG) tant d’un point de vue technique (modélisation, analyses spatiales et représentation en 3D) que de la réunion et du partage des données historiques et géographiques du bassin méditerranéen, sous forme d’atlas interactifs en ligne et/ou d’applications à télécharger (Barrington Atlas of the Greek and Roman World, Antiquity À-la-carte, ORBIS, PLEIADES, Digital Atlas of Roman and Medieval Civilizations).

Image2_Antiquity A-la-Carte Image3_ORBIS
   Deux exemples d’atlas interactifs en accès libre sur internet, Antiquity À-la-carte et ORBIS

Les présentations suivantes concernaient les routes maritimes, voies de communication qui ne sont évidemment pas à négliger dans le monde méditerranéen, puis les périodes les plus anciennes réunies sous le thème « Communication without roads? ». Les interventions de Tristan Carter (McMaster University), spécialisé dans l’étude de l’obsidienne et des traditions culturelles aux périodes préhistoriques en Méditerranée orientale, et d’Emma Baysal (BIAA), qui étudie notamment la parure en Anatolie, ont conduit lors des temps libres à des échanges intéressants sur l’approche de la circulation des matières premières durant la Préhistoire ainsi que sur leurs projets de recherche en cours et à venir. Le programme des deux jours suivants a ensuite été organisé chronologiquement depuis l’âge du Bronze et la période Hittite à la dynastie des Seljukides, en passant par les époques hellénistiques, romaines et byzantines. Il fut également marqué par la session posters au cours de laquelle nous avons présenté une étude portant sur l’acquisition, la circulation et les voies de communication au Néolithique à travers l’exemple de la parure en matière minérale du site de Mureybet sur le Haut-Euphrate syrien.

Poster présenté par les auteurs lors du colloque.

Poster présenté par les auteurs lors du colloque.
(cliquer pour agrandir)

Notre participation à ce colloque a été motivée par l’envie de relancer un projet commun, initié en 2007 (Alarashi et Chambrade 2010) et inspiré par les travaux d’O. Barge et C. Chataigner (2004) sur l’obsidienne en Arménie, que nous avions mis entre parenthèses pour nous consacrer à notre recherche doctorale. C’était également l’occasion de diffuser à l’international cette initiative et, surtout, de confronter notre approche avec celle de chercheurs engagés de longue date dans l’étude de la circulation, mais travaillant sur des périodes plus récentes et donc sur la restitution de routes et de chemins pour lesquels des témoignages sont disponibles. La circulation des biens et des hommes durant les périodes et dans la région qui nous concernent est abordée traditionnellement sous l’angle de modèles théoriques de diffusion, le plus souvent de l’obsidienne (pour une synthèse de ces modèles, voir Delerue 2007, Annexe 9) et, comme l’a souligné Tristan Carter lors de sa communication, les analyses SIG de type « chemins de moindre contrainte » n’ont pas encore été appliquées à ce type de problématique pour des périodes aussi anciennes : deux tendances dont il est aisé de comprendre les raisons. En effet, contrairement à l’âge du Bronze et, plus encore, aux périodes classiques et postérieures, nous manquons cruellement de données concrètes tels les récits d’entretien de routes (évoqués par M. Massa, University College London) ou de franchissement de cols mentionnés dans les textes – e.g. les fameuses Portes de Cilicie empruntées par Alexandre le Grand –, les vestiges de routes pavées ou de bornes kilométriques (les milliaires romains dont a parlé R. Dinç, Adnan Menderes University), ou encore la présence de lieux de halte et d’échanges aisément identifiables, comme les caravansérails (présentés par S. Redford, Koç University). M.-C. Cauvin (1991) avait proposé des itinéraires de circulation de l’obsidienne anatolienne d’après une cartographie historique des voies de passage. Il nous semble possible d’aller plus loin dans cette démarche et de proposer de nouvelles perspectives d’étude de la circulation des hommes et des biens sur de longues distances au Néolithique. L’idée est de s’appuyer sur une combinaison 1) des traditionnelles approches adoptées et données exploitées pour les périodes plus récentes, par exemple celles dont la pérennité est avérée (par exemple les voies de passage naturelles), 2) de la prise en considération de plusieurs types de matières premières utilisées dans la fabrication des objets à caractère symbolique (outils en obsidienne, parure en pierres et en coquillages, objets en chlorite, etc.) et 3) de l’utilisation des outils SIG : une démarche qui s’est trouvée confortée par certaines communications présentées lors de ce colloque et les retours positifs que nous avons eus sur le poster.

Pour résumer ces trois jours d’échanges sur les « Pathways of communication », nous retiendrons plusieurs idées et perspectives d’analyse régulièrement mises en avant et semblant être communément acceptées. La première est en fait un constat de la pérennité des voies de circulation au cours des siècles, voire des millénaires, au moins depuis l’âge du Bronze, liée à la constance de contraintes géographiques (passages à gué des cours d’eau majeurs, nécessité d’emprunter certains cols pour la traversée du Taurus notamment). Si cette perspective nous conforte dans notre approche des voies de circulation au Néolithique, nous sommes tout de même tentées de relativiser ces conclusions dès lors que l’on sait, par exemple, que le lit de l’Euphrate a connu des modifications majeures durant l’Holocène (Besançon et Geyer 1996). La rareté de la prise en considération d’autres critères pour retracer les chemins de circulation a par ailleurs été soulignée, en particulier la nécessité d’un accès régulier à un point d’eau tout au long du trajet effectué (ceci renvoie non seulement à l’influence que pouvait avoir la localisation de ces ressources sur le tracé du chemin emprunté mais aussi au choix de la période de déplacement). L’apport des outils SIG a été mis en évidence mais en parallèle d’une mise en garde sur leur utilisation : ils ne sont évidemment bien souvent qu’un point de départ, une piste menant à une réflexion plus approfondie alimentée de données archéologiques, et peuvent demeurer très théoriques, notamment pour les périodes qui nous concernent. Enfin, tout comme l’a soulevé Elton Hugh (Trent University), dont la communication a clôturé ces trois jours de colloque, nous conclurons également sur le fait que, lorsque l’on aborde la circulation et les déplacements, aucune analyse et approche théorique ne saurait être complète sans expérimenter soi-même ces voies de communication ancestrales.

Références bibliographiques

Alarashi H. et Chambrade M.-L. 2010. Outils géographiques appliqués à l’étude de la provenance des matériaux utilisés pour la parure néolithique : L’exemple du site de Mureybet, in : Alarashi H., Chambrade M.-L., Gondet S., Jouvenel A., Sauvage C., Tronchère H. (éds.), Regards croisés sur l’étude des paysages anciens. Nouvelles recherches sur le bassin méditerranéen, en Asie Centrale et au Proche et au Moyen-Orient, TMO 56, Lyon, MOM, 95-106, http://www.persee.fr/web/ouvrages/home/prescript/article/mom_1955-4982_2010_act_56_1_1331

Barge O. et Chataigner C. 2004. Un SIG pour l’analyse des approvisionnements : l’exemple de l’obsidienne en Arménie, Revue d’Archéométrie 28, 25-33.

Besançon J. et Geyer B. 1996. Environnement et occupation du sol dans la vallée de l’Euphrate syrien durant le Néolithique et le Chalcolithique, Paléorient 22/2, 5-15.

Cauvin M.-C. 1991. L’obsidienne au Levant préhistorique : provenance et fonction, Cahiers de l’Euphrate 5-6, 163-190.

Delerue S. 2007. L’obsidienne dans le processus de néolithisation du Proche-Orient (12000-6500 av. J.-C. cal.), thèse de doctorat, Université Bordeaux 3.

Les auteurs :

Marie-Laure Chambrade est post-doctorante, Géographe, spécialiste des zones arides du Proche-Orient

Hala Alarashi est doctorante, Archéologue, spécialiste de la parure néolithique du Proche-Orient

UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Chambrade M.-L., Alarashi H., Colloque « Pathways of Communication » : trois jours d’échanges sur la circulation en Anatolie de la Préhistoire à la période Seljukide, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 18 avril 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2754


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *