La mosaïque de cônes urukéenne : premiers travaux archéométriques

La mosaïque de cônes (en allemand Stiftmosaik – les termes allemands font référence car le site d’Uruk, fouillé par des équipes allemandes depuis le début du 20e siècle, a livré la majeure partie des mosaïques de cônes connues à ce jour) est une technique de décor architectural polychrome qui se révèle être une énigme ; elle apparaît probablement à la fin de l’Obeid ou à l’Uruk ancien (fin 5e mill./début 4e mill. av. J-C) au Proche-Orient, et se développe au cours du 4e millénaire avant notre ère jusqu’à devenir emblématique de l’architecture urukéenne au cours de l’Uruk récent (ca. 3500-3250 av. J-C). A cette période, elle est présente dans l’ensemble de la Mésopotamie, en Anatolie ainsi qu’à l’est de l’Iran (Fig.1). Elle disparaît au début du 3e millénaire et ne sera plus jamais utilisée. Elle n’est attestée à ce jour que dans des contextes d’architectures exceptionnelles ; les vestiges les mieux préservés sont à Uruk, dans le Sud mésopotamien, dans le quartier de l’Eanna, constitué exclusivement de bâtiments monumentaux (Fig.2, Eichmann 2007).

Fig. 1. Carte des principaux sites Uruk récent en Mésopotamie. Image : S. Dermech/J-Ph. Droux. Fond de carte ESRI.
Fig. 2. Plan du quartier de l’Eanna à Uruk, au niveau IV (Late Chalcolithic 5). Source : Wikipedia, Lamassu Design CC BY-SA 3.0
Principe de la mosaïque

Les cônes sont des éléments en terre cuite ou en pierre, de forme conique, disposés en rangées superposées qui tapissent la face extérieure (dans l’écrasante majorité des cas) des structures (murs, colonnes, podium). Seule la « tête », autrement dit leur extrémité plate, est visible. Une partie des cônes sont de couleur rouge, noire ou blanche et forment des mosaïques géométriques bichromes ou polychromes. Les mosaïques ont ainsi une double fonction : créer un décor géométrique coloré et protéger de l’érosion la maçonnerie en brique crue sous-jacente (Fig. 3 et 4).

Fig. 3. Vue en coupe d’une colonne en terre crue décorée de mosaïque de cônes à section ronde et à section aplatie. Source: Eichmann 2007, Taf. 6/f. Credit: German Archaeological Institute, Photo: W. König.

Fig. 4. Détail du décor du Podestfassade tel qu’exposé au Vorderasiatisches Museum de Berlin. Credit: Staatliche Museen zu Berlin – Vorderasiatisches Museum, Photo: O. Tessme

Interprétations du décor

Ce décor a donné lieu à de nombreux travaux (Brandes 1968 ; Behm-Blancke et Hübner 1978 ; Behm-Blancke 1989 ; Eichmann 2007 ; van Ess 2012, 2013, 2021 ; Vogel 2023). L’étude menée par Markus A. Brandes (1968) sur le Pfeilerhalle (« Hall aux piliers ») à Uruk, qui comptait originellement 231 mosaïques, a mis en évidence les principes d’organisation symétrique du décor au sein du bâtiment. Il a également suggéré que la mosaïque de cône pourrait avoir été inspirée par des nattes et des treillis de roseaux, constructions légères par ailleurs attestées sur le site (Brandes 1968, repris par Eichmann 2007). Ce même décor du Pfeilerhalle sera plus tard interprété comme une forme de proto calendrier sumérien (Behm-Blancke et Hübner 1978).

En 2014, Roi et al. proposent une étude interdisciplinaire de la mosaïque de cônes, à l’aune des neurosciences visuelles. Ils dressent des parallèles entre la mosaïque et le système visuel, considérant cette technique comme « le stade initial des procédés de reproduction de l’image ». En effet, les motifs sont « décomposés en point d’image élémentaires », reproductibles à l’identique et à l’infini. Di Ludovico (2018) a par la suite formulé une hypothèse similaire, en reconnaissant dans les mosaïques un processus de discrétisation et de décomposition en une unité minimale. Enfin, Helga Vogel (2023) mène une étude exhaustive, en synchronie et en diachronie, de l’ensemble des mosaïques connues à ce jour sur le site d’Uruk, et montre l’apparition, l’évolution et la disparition de certains motifs, en écartant toute signification symbolique à ce décor.

Étude de la chaîne opératoire

Il existe différents types de cônes. Les cônes en pierre naturellement colorée sont rares : le plus bel exemple est celui du Steinstiftgebäube (« Bâtiment à cônes en pierre ») à Uruk : les cônes sont en calcaire blanc, calcaire rouge ou calcaire bitumineux noir.

La très grande majorité des cônes sont en terre cuite. Leur fabrication a suscité peu d’intérêt jusqu’à récemment et la première véritable étude de la chaîne opératoire a été réalisée par Margarete van Ess (2021) sur un corpus de cônes d’Uruk : les cônes peuvent être gedreht (roulés sur une surface plane) ou gerollt (roulés entre les mains). La composition de la pâte céramique évolue au cours du temps : pâte à inclusions grossières dans les niveaux anciens, qui devient de plus en plus fine dans les niveaux récents. La taille des cônes change également au cours de l’occupation du site, ce qui a permis à M. van Ess de proposer une première typo-chronologie. Les cônes les plus fins et les plus petits sont produits à l’Uruk récent et à la période Jemdet Nasr (fin du 4e mill. av. J.-C.) ; au début du 3e millénaire, certains cônes montrent une section rectangulaire, puis la technique est abandonnée.

La coloration des cônes en terre cuite peut être modulée selon les températures de cuisson et prendre des teintes très variées allant du beige rosé au jaune-vert, bleu-gris voire au noir (van Ess 2021). D’autres cônes ont été peints.

Premiers travaux archéométriques visant à identifier les matières colorantes

Jusqu’à très récemment, les matières colorantes des cônes peints n’avaient pas été analysées.

En 2018, une étude portant sur une série d’objets bitumineux ou portant des traces de bitume en provenance de Tell Brak (Jezireh syrienne) a permis de confirmer l’usage de bitume archéologique sur un cône à tête noire, provenant probablement du Temple aux Yeux et attribué à l’Uruk récent (Connan et Oates 2018).

Deux séries d’analyses ont été menées à partir de 2020 par Fanny Alloteau puis Adriana Iuliano, au Rathgen-Forschungslabor SMB-SPK de Berlin, sur des cônes d’Uruk et de Cheikh Hassan (Moyen-Euphrate syrien) appartenant aux collections du Vorderasiatisches Museum SMB-SPK Berlin (ci-après dénommé VAM) et attribués à l’Uruk récent. Ces analyses ont identifié de l’hématite pour le rouge, de la dolomite pour le blanc et du bitume pour le noir, et ont confirmé une application à froid après cuisson (Fig. 5, Alloteau et al. 2022).

Fig. 5. Photographie de trois cônes colorés d’Uruk portant des résidus de matière colorante rouge, noire et blanche des collections du Vorderasiatisches Museum SMB-SPK Berlin. Source: Alloteau et al. 2022. Credit: Rathgen-Forschunsglabor, Staatliche Museen zu Berlin – Vorderasiatisches Museum.

Une troisième série d’analyses a été menée par Télio Guimet et Stéphan Dubernet au laboratoire Archéosciences-Bordeaux (UMR 6034) sur des cônes d’Uruk et de Suse appartenant aux collections de la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg (BNUS) et à une collection privée (Fig. 6). Ce matériel était très érodé, en comparaison des cônes du VAM, et il a été possible de confirmer l’usage d’hématite pour l’un d’entre eux présentant une trace rouge encore visible, ainsi que du bitume sur un cône à tête creuse provenant de Suse. Pour ce dernier, des analyses complémentaires sont en cours afin d’en identifier la source

Fig. 6 : Cônes de la collection de la BNUS (Strasbourg). Image : MISHA/photo Laurent Brancaléoni. Collection Huot, BNUS.
Conclusion

Ces séries d’analyses ont porté sur des artefacts provenant de différents sites : Uruk et Suse dans le Sud, Cheikh Hassan et Tell Brak dans le Nord Mésopotamien. Jusqu’à présent les résultats ont confirmé ce qui étaient des intuitions de la part des archéologues : une application à froid après cuisson, et l’usage de matériaux traditionnels pour les pigments rouges (hématite), noirs (bitume) et blancs (dolomite).

Cependant, les analyses menées par F. Alloteau et A. Iuliano n’ont pas permis d’identifier un liant minéral, (de type chaux) car aucune trace de calcite n’a été observée en association avec les pigments rouges ou blancs (Alloteau et al. 2022). Cette absence soulève la question de potentiels liants organiques d’origine végétale ou animale (graisse animale, lait, œuf, autre). Cette hypothèse, dont l’enjeu est important puisqu’il permettrait d’élargir la gamme d’utilisation des produits animaux à l’Uruk récent, est l’objet d’une étude à venir.

Remerciements

Les auteurs remercient le Rathgen-Forschungslabor et le Vorderasiatisches Museum SMB-SPK, Berlin, ainsi que la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg. Les analyses menées par A. Iuliano ont été financées par une bourse Erasmus+ et l’université de Bologne. Les analyses menées par T. Guimet ont été financées par l’IdEx exploratoire MOSAIK de l’université de Strasbourg. Enfin, les auteurs remercient J. Connan pour son aide dans l’analyse des bitumes de Suse ainsi que la société Geomark Research Inc.

Bibliographie

Alloteau F., Dermech S., Iuliano A., Röhrs S., Simon S., Radujkovic S., Gries H., Helwing B. 2022. Cone mosaic façades in Mesopotamia (4th millennium BCE): archaeometric approach to an architectural innovation. In: Mosaik. In situ – tranzlosiert – museal. Beiträge des 15. Konservierungswissenschaftlichen Kolloquiums in Berlin / Brandenburg, 4 novembre 2022, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 12-21. ⟨hal-04196421⟩

Behm-Blancke, M. R. 1989. Mosaikstifte am oberen Euphrat – Wandschmuck aus der Urukzeit. Istanbuler Mitteilungen 39, 73-83.

Behm-Blancke M. R. et Hübner W. 1978. Ein frühsumerisches Kalender in Uruk-Warka. Bagdader Mitteilungen 9, 134-136.

Brandes M. A. 1968. Untersuchungen zur Komposition der Stiftmosaiken an der Pfeilerhalle der Schicht IVa in Uruk-Warka. Baghdader Mitteilungen, Beiheft 1.

Connan J. et Oates J. 2018. The bitumen of Tell Brak from the Middle Uruk (c.3500 BC) to Late Bronze Age (c.1280 BC): origin and trade routes. J His Arch & Anthropol Sci. 2018;3(6):756-769.

Crüsemann, N., van Ess, M., Hilgert, M. et Salje, B. (éd.). 2013. Uruk. 5000 Jahre Megacity, Ausstellungskatalog. Petersberg, Michael Imhof Verlag.

Di Ludovico A. 2018. A composite look at the composite wall decorations in the early history of Mesopotamia. In: S. Di Paolo (éd.), Composite artefacts in the Ancient Near East. Exhibiting an imaginative materiality, showing a genealogical nature. Oxford, Archaeopress, 21-28.

Eichmann R. 2007. Uruk: Architektur. Von den Anfängen bis zur frühdynastischen Zeit, AUWE 14. Rahden/Westf., Verlag Marie Leidorf.

Lippolis C. avec Jacopo B., Quirico E., Ragazzon G. 2020. L’Area archeologica di Tūlūl al-Baqarat. Gli scavi della missione italiana. Interim report (2013-2019). Volume I Il territorio e gli scavi. Sesto Fiorentino, Apice libri.

van Ess M. 2012. Stiftmosaik. Reallexikon der Assyriologie und Vorderasiatischen Archäologie, Band 13, 184-    186. Berlin – New-York, De Gruyter.

– 2013. Die Technik der Tonstiftmosaiken. In: Crüsemann et al. (éd.), 128-129.

– 2021. Tonstifte in Uruk: ein Massenprodukt für den Bau. In: C. Bührig, M.van Ess, I. Gerlach, A. Hausleiter et B. Müller-Neuhof (éd.), Klänge der Ärchäologie. Festschrift für R. Eichmann. Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 85-96.

Vogel H. 2023. Die archäologische Sequenz der geometrischen Stiftmosaike in Uruk-Warka. Entwicklung und Erlöschen der Fundgattung, handwerklich-künstlerische Aspekte, Kontexte. ZOrA 15 (2022), 68-118.

Les auteurs

Sarah Dermech est docteur en archéologie, Membre associée Archimède (UMR 7044), Université de Strasbourg et travaille sur les couleurs et la géométrie au Néolithique et au Chalcolithique au Proche-Orient ancien.

Adriana Iuliano est doctorante à Archéosciences Bordeaux (UMR 6034), Université Bordeaux Montaigne, Ses recherches en archéométrie portent sur la fresque romaine. Elle a effectué une des séries d’analyse de cônes urukéens des collections du Vorderasiatisches Museum, SMB-SPK Berlin.

Télio Guimet est titulaire d’un master 2 en archéométrie à Archéosciences Bordeaux (UMR 6034) au cours duquel il a analysé les vestiges de matières colorantes d’un lot de cônes urukéens de la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg.

Fanny Alloteau est docteur en physique et chimie des matériaux. Ses recherches portent sur la conservation du patrimoine culturel. Elle a effectué une des séries d’analyse de cônes urukéens des collections du Vorderasiatisches Museum, SMB-SPK Berlin.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Dermech, Adriana Iuliano, Télio Guimet et Fanny Alloteau (23 février 2024). La mosaïque de cônes urukéenne : premiers travaux archéométriques. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw9n


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search