Une occupation de la fin du 10e millénaire BCE à la Grande Rivoire (Isère) ?

Mise en contexte (géographique et historique)

Le site archéologique de la Grande Rivoire (Sassenage, Auvergne-Rhône-Alpes, Isère) est un abri-sous-roche localisé dans la partie septentrionale du massif subalpin du Vercors (fig. 1). Orienté plein sud, il s’ouvre au pied d’une falaise de calcaire sénonien à 580 m d’altitude sur le flanc ouest de la vallée du Furon. La surface au sol couverte par le surplomb rocheux est d’environ 75 mètres carrés (fig. 2).

Fig. 1 : massif subalpin du Vercors. Étoile rouge : La Grande Rivoire (Sassenage, Isère). Système de coordonnées SRTM 1 Arc-Second Global (latitude et longitude) : WGS84/Pseudo Mercator. Données (modifiées) et produit d’après la NASA LP DAAC (https://lpdaac.usgs.gov).
Réalisation et infographie : A. Angelin.

Découvert en 1986, le site fait d’abord l’objet de cinq opérations de sauvetage jusqu’en 1994 sous la direction de Régis Picavet. S’en sont suivies dix-huit campagnes estivales sous l’égide de Pierre-Yves Nicod entre 2000 et 2017. Ces travaux ont permis – entre autres – d’identifier une importante séquence chronostratigraphique, dilatée sur plus de cinq mètres d’épaisseur, comprenant une succession quasi continue d’occupations humaines se répartissant entre le Premier Mésolithique (ca. 8500-6400 cal. BCE) à l’époque gallo-romaine (Picavet 1999 ; Nicod, Picavet 2003). Depuis 2020, les fouilles, désormais codirigées par A. Angelin et J. Robbe, ont repris et concernent les niveaux les plus anciens du Mésolithique.

Fig. 2 : plan des différents secteurs de fouille de la Grande Rivoire. Réalisation et infographie : C. Bernard (AVDPA) et A. Angelin.

En 2017, tous les niveaux protohistoriques, néolithiques et de la fin du Mésolithique avaient été fouillés dans les principaux secteurs du site. La séquence complète incluant le Premier Mésolithique n’était alors connue que dans deux secteurs marginaux (cf. SU12-15 et SU16-22 ; fig. 2), aujourd’hui bien documentés (Angelin 2017 ; Angelin et al. 2019 ; 2021). Nous renvoyons par ailleurs le lecteur à notre précédente publication sur le blog Archéorient pour 1) une chronique des fouilles de 2020 à 2022 et 2) une description exhaustive du cadre chronoculturel déjà établi (Angelin 2022).

Les niveaux fouillés entre 2020 et 2023 sont à l’image des campagnes précédentes, c’est-à-dire très fortement anthropiques et constitués d’un mélange de cendres de bois, de matières organiques et de charbons (abstraction faite des décapages d171 à d173). Le matériel archéologique mis au jour est très abondant avec plusieurs milliers de restes d’ossements d’animaux (cervidés, sangliers, caprinés sauvages…) et d’artéfacts lithiques (silex taillés et cristal de roche). On soulignera plusieurs découvertes intéressantes et inédites du côté de l’industrie osseuse, des éléments de parures et en aout 2023, lors d’un effondrement d’une coupe stratigraphique laissée en place comme témoin, la découverte surprise d’un fragment de coxal gauche (partie iliaque) d’Homo sapiens (étude J. Terrom), assurément Premier Mésolithique… (fig. 3).

Fig. 3 : secteur NR12-15, Eb -799 à -935 cm : fragment gauche de coxal (partie iliaque) de jeune Homo sapiens découvert lors d’un effondrement d’une coupe à la jonction entre les secteurs NR12-15 et NR16-21. Attribution culturelle : Premier Mésolithique. Échelle de 1/1. Photographies et infographie : A. Angelin.
Synthèse de la campagne 2023

Bilan de la phase de terrain (secteur NR16-21)

En 2023, comme les années précédentes (2020-22), nous sommes intervenus sur les 20 mètres carrés du secteur central de l’abri (cf. NR16-21 ; fig. 2), qui est, rappelons-le, le plus riche, le mieux protégé, mais aussi l’un des plus fragiles. En effet, depuis plusieurs années, la fouille et l’enregistrement des données de terrain issues de ces couches encore en place étaient devenus une réelle nécessité tant ces dépôts étaient instables et menacés de destruction – et ils le sont toujours.

Durant les deux mois estivaux, ce sont sept décapages (d167 à d173) représentant jusqu’à 60 cm d’épaisseur sédimentaires (40 cm en moyenne) qui ont été nécessaires pour atteindre les objectifs que nous nous étions fixés lors de la reprise, en 2020, à savoir atteindre le sommet du substrat stérile et la base des occupations mésolithiques tels qu’identifiés en 2011 par Pierre-Yves Nicod avec la fouille intégrale du secteur adjacent SU16-22 (fig. 4).

Fig. 4 : superposition du profil théorique (VDP) R16-21.d136-d173.x95 montrant la succession des décapages en NR16-21 sur l’axe R/S et de la photographie de la coupe stratigraphique S40. En rouge : décapages effectués entre 2013 et 2017 ; en bleu : décapages effectués en 2020 ; en vert : décapages effectués en 2021 ; en jaune : décapages effectués en 2022 ; en violet : décapages effectués en 2023. Données projetées et géoréférencées avec le logiciel QGIS© 3.28.10-Firenze. Photographie et photomontage : C. Bernard (AVDPA). Réalisation et infographie : A. Angelin.

D’un point de vue purement sédimentaire, les décapages d168 à d170 sont relativement similaires à ce que nous avions constaté à la fin de la campagne 2022, avec une nette réduction des niveaux cendreux au centre de l’abri au profit d’un cailloutis limono-organique et une extension de couches cryoclastiques plus ou moins stériles à l’ouest et à l’est du secteur. Ces décapages semblent correspondre à la phase ancienne des occupations du Premier Mésolithique de la Grande Rivoire (ca. 8450-8200 cal. BCE).

Les couches cendreuses, présentes depuis les niveaux du Second Mésolithique disparaissent totalement dès le décapage d171 au profit d’un cailloutis limono-organique associé à quelques taches cendreuses éparses toujours étonnamment riches en mobilier archéologique – puisque nous pensions déjà avoir atteint la base des occupations anthropiques. De fait, si l’on constate une nette réduction de la quantité d’artéfacts dans les décapages d171 et d172, la fouille du décapage d173, bien que réduit à une fenêtre d’environ 9 mètres carrés, a permis 1) de mettre au jour une très grande quantité de mobilier et 2) d’identifier des marqueurs chronoculturels jusqu’alors inédits à la Grande Rivoire et qui semblent renvoyer à une phase plus ancienne, peut-être initiale du Mésolithique, de la fin du 10e millénaire. La base du décapage d173 se caractérise, de nouveau, par des niveaux très cendro-organiques, épais et homogènes qui semblent s’enfoncer en direction de la falaise et sous plusieurs décimètres de cryoclastie (fig. 5).

Fig. 5 : secteurs NR16-21 et SU16-22 : superposition des profils théoriques (VDP) NR19.d142-d173.y0 et SU19.d22-d49.y0 montrant la succession des décapages sur l’axe 18-19 et de la projection verticale des vestiges mobiliers (lithique et ossement) sur une amplitude de 25 cm de part et d’autre de la VDP. Données projetées et géoréférencées avec le logiciel QGIS© 3.28.10-Firenze. Réalisation et infographie : A. Angelin.

Bilan du cadre chronoculturel

Sur le plan chronoculturel, l’observation des éléments cynégétiques (ou marqueurs chronoculturels) mis au jour (secteur NR16-21, décapages d153-d173) et leur comparaison avec notre référentiel chronotypologique issu des ensembles du secteur SU16-22 nous permettent d’affiner le cadre du Premier Mésolithique (fig. 6) :

  • Les décapages d153 à d155 marquent la toute fin du Premier Mésolithique et sont associés, entre autres, à des pointes de rétention à deux bords abattus et une troncature oblique (type BA12C de Perrin et al. 2018 ou triangle de Montclus). Par comparaison avec le secteur adjacent SU16-22, ces décapages se rapprochent de l’ensemble 3B daté entre 6900 et 6590 cal. BCE ;
  • Les décapages d156 et d157 sont caractérisés par la présence de plusieurs pointes axiales à bord abattu légèrement oblique et une troncature normale, rectiligne (type BA12A). D’un point de vue chronotypologique comme statistique, nous aurions affaire à une toute nouvelle phase chronoculturelle située entre les phases moyenne et récente du Premier Mésolithique que nous n’avions pas identifiée dans le secteur SU16-22 et dont les traits culturels seraient peut-être à chercher du côté de la Chartreuse (Robbe 2021). De toute évidence, d’un point de vue purement statistique, cette « nouvelle phase » se rapproche de l’ensemble 3A de SU16-22 daté entre 7340 et 7060 cal. BCE ;
  • Les décapages d158 à d166 montrent un ensemble plus ou moins homogène où la lecture évolutive est assez difficile en l’état actuel. On constate néanmoins une diminution des pointes de type BA12A au profit d’une augmentation des pointes axiales à deux bords abattus convergents (type BA11C ou pointe de Sauveterre) qui serait davantage à rapprocher de la phase moyenne du Premier Mésolithique de la Grande Rivoire entre 7940 et 7590 cal. BCE (ensemble 2 de SU16-22) ;
  • Les décapages d167 à d173 se détachent nettement des ensembles sus-jacents et sont associés aux pointes à dos courbe (type BA11B ou segment) et aux pointes à troncature oblique (type TR21C) associées aux microburins. Autant d’éléments caractéristiques de la phase ancienne du Premier Mésolithique de la Grande Rivoire daté entre 8450 et 8210 cal. BCE (ensembles 1A/B de SU16-22).
Fig. 6 : mise en parallèle chronostratigraphique – et schématique – des effectifs de marqueurs chronoculturels (armatures de flèches : N=x) du Premier et du Second Mésolithique de la Grande Rivoire découverts dans le secteur SU16-18 entre 2008 et 2011 et dans le secteur central NR16-21 entre 2014 et 2017 et entre 2020 et 2023. Dessins : R. Picavet et J. Robbe. Réalisation et infographie : A. Angelin.

Vers l’identification d’une phase (beaucoup) plus ancienne à la Grande Rivoire ?

En 2023, la fouille du décapage d170 (et plus particulièrement du d171) et des suivants montre une nette et réelle rupture avec les niveaux sus-jacents.

Une rupture d’abord sédimentaire, puisque les couches cendreuses présentes depuis les niveaux du Second Mésolithique disparaissent totalement dès le décapage d171 au profit d’un cailloutis limono-organique associé à quelques taches cendreuses toujours riches en mobilier archéologique.

Une rupture également culturelle avec :

  • sur le plan des industries lithiques en silex, dans les décapages d172 à d173, une industrie (dans son ensemble) et des marqueurs chronoculturels qui divergent nettement des décapages sus-jacents (figures 7, 8). On notera 1) l’apparition d’un silex exogène noir très caractéristique (dès le décapage d171) ; 2) la présence de pointes à troncature oblique et de microburins et 3) l’apparition de lamelles à dos qui font écho aux exemplaires de la couche 4c de l’Aire III de l’abri de la Fru (Saint- Christophe-la-Grotte, FR-74), datée entre 10635 et 9315 cal. BCE (Pion, Thévenin 2007). Des éléments qui, à la Fru, semblent hérités de traditions épigravetiennes… (Mevel et al. 2014) ;
Fig. 7 : secteur NR16-21, d172-d173 : sélection de nucléus en silex provenant des décapages d172 à d173. Le no 6 provient du décapage provisoire d174, non fouillé (prélevé en surface en fin de campagne). Attribution culturelle : Premier Mésolithique. Échelle de 1/1. Photographies et infographie : A. Angelin.
Fig. 8 : secteur NR16-21, d173 : sélection d’armatures de flèches microlithiques en silex provenant du décapage d173. Attribution culturelle : Premier Mésolithique. Échelle de 2/1 (silhouette grisée à côté de chaque pièce à l’échelle de 1/1). Dessins : J. Robbe.
  • les industries en cristal de roche (étude E. Doubercourt), dont la présence reste discrète sur l’ensemble de la séquence, disparaissent brusquement à partir de la base des décapages d166 et d167 ;
  • les spectres fauniques (étude L. Derbord) des décapages d172 et d173 sont également différents des niveaux sus-jacents. Peu diversifiés, ils sont composés de grand gibier (cerf, sanglier, bouquetin). Peu d’individus (adultes et périnataux de cerf et sanglier) ont été abattus et ramenés sur le site. De plus, les profils squelettiques sont très particuliers (présence seulement d’éléments à faible valeur nutritive) et interrogent sur l’existence potentielle d’un traitement et/ou d’un transport différentiel des carcasses ;
  • l’industrie osseuse (étude B. Marquebielle), d’une incroyable richesse dans les décapages d163 à d165, se raréfie considérablement pour disparaitre totalement à la base du décapage d171 ;
  • à l’instar du quartz, le dernier élément de parure (étude S. Rigaud) en place remonte au décapage d167. Qui plus est, ce dernier est un élément fossile d’affinité septentrionale.

Et enfin une rupture peut-être aussi environnementale (étude A. Henry) puisque si la chênaie caducifoliée riche en Rosacées prunoïdées semble proliférer dans le Premier Mésolithique (niveaux récents/moyens), les premières observations (encore préliminaires) anthracologiques du décapage d173 laissent présager que l’on a, dans ces niveaux inférieurs, affaire à une végétation différente composée principalement de prunoïdées et de pin sylvestre, reflétant le caractère moins thermophile de la végétation à cette époque.

Autant de nouvelles découvertes et de résultats déjà passionnants qui montrent bel et bien, dès les décapages d170/d171, une rupture sur plusieurs plans avec les niveaux sus-jacents que l’on distingue particulièrement bien en 3D grâce à la plateforme ArcheoViz mise en place par Sébastien Plutniak et son équipe (Angelin, Plutniak 2024).

Sans entrer, de manière trop précoce, dans des interprétations d’ordre fonctionnel (de ces occupations), il semble clair, que, sur des bases sédimentaires comme des projections verticales du mobilier archéologique, nous ayons à faire, dans les décapages d171 à d173, à des modalités d’occupation et à une organisation spatiale différente de celle des décapages sus-jacents et que nous pourrions qualifier, de façon très préliminaire, d’occupations plus ponctuelles ou de plus courte durée.

En guise de conclusion, si les objectifs fixés en 2020 ont été atteints et remplis, nous ne nous attendions pas à des niveaux si profonds et toujours aussi riches (et encore moins à des restes humains). Fin aout 2023, nous avons laissé en place et protégé la base du décapage d173 qui se caractérise, de nouveau, par des niveaux très cendro-organiques, épais et homogènes et qui semblent s’enfoncer en direction de la falaise, sous plusieurs décimètres de cryoclastie. Si la Grande Rivoire n’a pas encore dévoilé tous ses secrets, elle est plus que jamais menacée de destruction… En témoignent les multiples et incessants effondrements causés par l’érosion et l’instabilité des dépôts.

Références bibliographiques

Angelin A. 2022. La séquence mésolithique de la Grande Rivoire (Sassenage, Isère, France) : nouveaux résultats. ArchéOrient – Le Blog, 21 octobre 2022, [En ligne]. Disponible sur https://archeorient.hypotheses.org/20540

Angelin A. 2017. Le Mésolithique des Alpes françaises du Nord. Synthèse d’après l’étude des industries lithiques de l’abri-sous-roche de la Grande Rivoire (Isère, France), Bulletin de la Société préhistorique française, 114/3, 580‑582.

Angelin A., Perrin T., Nicod P.-Y. 2021. The First and Second Mesolithic of La Grande Rivoire (Vercors range, Isère, France): A Diachronic Perspective on Lithic Technology, in : D. Borić, D. Antonović, B. Mihailović (éds), Foraging Assemblages. Volume 2, Belgrade/New-York, Serbian Archaeological Society / The Italian Academy for Advanced Studies in America, Columbia University, 444‑451.

Angelin A., Perrin T., Nicod P.-Y., Picavet R. 2019. Premier et Second Mésolithiques du massif subalpin du Vercors : approche diachronique à travers l’étude des industries lithiques, in : P. Bintz, C. Griggo, L. Martin, R. Picavet (éds), L’Homme dans les Alpes, de la pierre au métal, Le Bourget-du-lac, Presses universitaires Savoie Mont Blanc, 195‑212.

Angelin, A., Plutniak, S. 2024. La Grande Rivoire, Sassenage, Isère, France (Dataset), [En ligne]. Disponible sur https://doi.org/10.5281/zenodo.10517476

Mevel, L., Pion, G., Fornage-Bontemps, S. 2014. Changements techniques et géographie culturelle à l’extrême fin du Paléolithique dans les Alpes du nord françaises. Les stratigraphies de l’abri de La Fru (Savoie) revisitées, in : J. Jaubert, N. Fourment, P. Depaepe (éds), Transitions, Ruptures et Continuité En Préhistoire [Volume 2 : Paléolithique et Mésolithique]. Société préhistorique française, Paris, 527–546.

Nicod P.-Y., Picavet R. 2003. La stratigraphie de la Grande Rivoire (Isère, France) et la question de la néolithisation alpine, in : M. Besse, L.-I. Stahl Gretsch, P. Curdy (éds), Constell aSion : hommage à Alain Gallay, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 147‑168.

Perrin T., Angelin A., Defranould E. 2018. Liste typologique pour les industries de pierre taillée de la Préhistoire récente européenne, version 2018-02 [en ligne]. Disponible sur https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01638819

Pion, G., Thévenin, A. 2007. Le Mésolithique de l’abri de La Fru à Saint-Christophe-la-Grotte (Savoie), Bulletin de la Société préhistorique française, 104, 483-515.

Picavet R. 1999. Les niveaux du Mésolithique au Néolithique de l’abri de la Grande-Rivoire (Sassenage, Isère, Vercors, France)/The Mesolithic to Neolithic levels of La Grande-Rivoire rockshelter (Sassenage, Isère, Vercors, France), in : P. Bintz, A. Thévenin (éds), L’Europe des derniers chasseurs. Épipaléolithique et Mésolithique, Paris, CTHS, 617‑625.

Robbe J. 2021. The lithic assemblage of the Mesolithic station of Alp2 (pre-alpine mountain range of Chartreuse, northern French Alps): Preliminary data, in : D. Borić, D. Antonović, B. Mihailović (éds), Foraging Assemblages. Volume 2, Belgrade/New-York, Serbian Archaeological Society / The Italian Academy for Advanced Studies in America, Columbia University, 440‑443.

Les auteurs

Alexandre Angelin est préhistorien, spécialiste des industries lithiques de la période mésolithique. Il est membre de l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Louise Derbord est doctorante en archéozoologie à l’Université Toulouse Jean Jaurès sous la codirection de Sandrine Costamagno (CNRS, UMR 5608 TRACES) et Thomas Perrin (CNRS, UMR 5608 TRACES). Dans le cadre de sa thèse, elle étudie les dynamiques d’occupation et les systèmes d’exploitation de la montagne au Mésolithique.

Jocelyn Robbe est préhistorien, spécialiste des industries lithiques et des réflexions d’ordre paléoethnologique pour la période mésolithique. Il est membre de l’UMR 5608-TRACES, Maison de la Recherche, Toulouse.



Citer ce billet
Alexandre Angelin, Louise Derbord et Jocelyn Robbe (2024, 9 février). Une occupation de la fin du 10e millénaire BCE à la Grande Rivoire (Isère) ? ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsnv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search