Bref aperçu sur les outillages osseux d’Aşıklı Höyük

Le tell d’Aşıklı est situé en Cappadoce. Il est à ce jour le plus ancien établissement néolithique d’Anatolie centrale (Özbaşaran 2011, 2012 avec références). Les niveaux inférieurs de la stratigraphie sont datés d’environ 8250 BC cal. Il existe par ailleurs des indices d’occupations antérieures à cette date, qui remonteraient au début du Dryas récent. Les fouilles conduites entre 1989 et 2004 par l’Université d’Istanbul ont mis au jour des niveaux d’occupation qui se succèdent sur plus de 10 m de stratigraphie. Quatre phases d’occupation, appelées levels et numérotées, de la plus récente à la plus ancienne, de 1 à 4 ont été définies.

L’un des objectifs de la reprise des fouilles depuis 2010 est de mieux connaître les modalités d’occupation du niveau 4 et d’identifier les changements qui ont eu lieu aux niveaux 3 et 2.
Les niveaux 4 et 3 sont datés de la fin du 9ème millénaire BC cal. et sont comparables du point de vue de l’architecture. Le changement majeur dans ce domaine apparaît à la base de la stratigraphie fouillée dans le niveau 4, quand les constructions sub-ovalaires, mises au jour en 2010, sont remplacées par des maisons rectangulaires. Le niveau 2 est daté de la première moitié du 8ème millénaire BC cal. et témoigne de l’agrandissement du village ainsi que de changements dans les industries lithiques (étude de Ciler Altınbilek et de Nurcan Kayacan et cours) et dans la faune (étude de Hilke Buitenhuis et de Jöris Peters en cours). Le niveau 1, détruit avant 1989, est représenté à Musular, un site plat à proximité immédiate du tell d’Aşıklı et interprété comme un site satellite de celui-ci à la fin de son occupation, autour de 7500 BC cal (Özbaşaran et al., 2012).

L’étude des vestiges fauniques d’Aşıklı, renouvelée grâce aux fouilles effectuées depuis 2010, permet de suivre l’évolution des élevages ovin, caprin et bovin depuis le niveau 4. Il s’agit de changements liés à l’intensification de l’élevage, à la diminution de la chasse et à la consolidation du mode de vie villageois, sédentaire. Le parcage de ruminants de forme sauvage et l’utilisation du fumier sont bien attestés au niveau 4 ; les premières formes d’animaux domestiques apparaissent dans le courant des occupations du niveau 2. Il existe aussi des indices de domestication du blé. En effet, la vallée de la Melendiz, où se situe Aşıklı, constituait un milieu particulièrement favorable aux activités agricoles. Ce site permet donc d’étudier, sur une durée d’environ 800 ans, des changements biologiques, économiques et sociaux relatifs à la domestication des animaux et des plantes par des populations dont l’héritage était de chasseur-cueilleurs. Les industries osseuses sont étudiées d’un point de vue technologique pour définir le substrat écologique et social dans lequel elles sont produites et utilisées.

Le présent billet est un compte-rendu des résultats de l’étude détaillée de plus de 100 pièces recueillies lors des fouilles de 2010-13. Un premier classement du matériel issu des fouilles de 1989-2000 a été effectué en 2002 par Mlle Munise Kaya dans le cadre d’un mémoire de yüksek lisans de l’Université d’Istanbul, intitulé « Aşıklı Höyük 4GH Derin Sondaj Açması Kemik Buluntuları ». Les données sur la collection provenant des fouilles de 2010-13 seront complétées par l’analyse des traces d’utilisation sur les outils dans le courant du printemps 2014. Ces études seront présentées à la prochaine rencontre de l’ICAANE (Bâle juin 2014) ainsi que dans le premier volume de la publication des fouilles d’Aşıklı. Ce volume, qui est en cours de préparation, inclura également le rapport final de l’étude des industries osseuses de Musular.

Outils  Poinçon, pointe, aiguille, outil sur épiphyse d’os long, outil tranchant, grattoir sur lame de côte, outil sur fragment de corps de côte, outil sur scapula, coin
Parures  Perle tubulaire, dent perforée (et imitations), belt-buckle
Divers  Flûte, plaquette gravée, disque perforé, objet indéterminé* sur carapace de tortue  (*en raison de la fragmentation)

Les artefacts osseux du niveau 4 ont été prioritairement étudiés. Il s’agit essentiellement d’outils, dans lesquels dominent les poinçons, et d’éléments de parures personnelles, qui sont des belt-buckles, des perles tubulaires et des dents percées ainsi que des imitations en os de ces dents. Les éléments de débitage sont rares, l’industrie étant largement fondée sur l’exploitation de fragments d’os similaires aux fragments issus de la préparation culinaire.  Les mêmes classes d’objets sont présentes dans les occupations postérieures et les données recueillies à ce jour sont trop pauvres pour permettre de reconnaître des changements diachroniques au sein de la structure des outillages.

Les outils sur épiphyses d’os longs (Fig. 1), sur scapulas (Fig. 2 et 3) et sur fragments de corps de côtes utilisés tels quels ou après aménagement minimal n’ont été que récemment reconnus lors du tri des restes de faune. Ils constituent des catégories d’outils caractéristiques de la production à Aşıklı Höyük.

Fig. 1. Outil sur épiphyse distale de tibia de bœuf (niveau 4). Échelle : 5 cm.

Fig. 1. Outil sur épiphyse distale de tibia de bœuf (niveau 4). Échelle : 5 cm.

Fig. 2. Fragment distal d’outil sur scapula de bœuf (niveau 2).

Fig. 2. Fragment distal d’outil sur scapula de bœuf (niveau 2).

Les équivalents les plus proches d’outils sur scapulas sont les « palettes » des sites néolithiques du 6ème millénaire BCE dans la plaine d’Ararat en Arménie et dans le niveau III (Halaf) de Tilki Tepe dans la région de Van en Anatolie (Badalyan et al., 2004 : 407 et fig. 6d, 2010 : 200 et fig. 15).

Fig. 3. Manche d’outil sur scapula de grand ruminant. L’os a été rétréci pour séparer le manche de la partie active (niveau 4). Echelle : 1 cm

Fig. 3. Manche d’outil sur scapula de grand ruminant. L’os a été rétréci pour séparer le manche de la partie active (niveau 4). Echelle : 1 cm

Des outils sur scapulas, appelés plaster tools, ont été retrouvés à Çatal Höyük en Anatolie centrale (Russel, 1996). Les modifications du support par le façonnage ne permettent pas une comparaison fiable entre ces pièces identifiées en Cappadoce, en Arménie et à Van. Quoi qu’il en soit, le niveau 4 d’Aşıklı fournit les exemples les plus anciens actuellement connus de palettes sur scapulas. Les dents percées, qui sont des craches (canines résiduelles) de cerfs, et leurs imitations (Fig. 4) constituent, elles aussi, un trait distinctif des parures à Aşıklı, bien différent de ce qui est connu au Néolithique précéramique levantin. On retrouve, en revanche, des pendeloques sur canines de cervidés ou inspirées de la forme de ces dents dans les niveaux épipaléolithiques de sites levantins (voir, par ex., Le Dosseur, Maréchal, 2013 avec références). D’une manière générale, la composition de l’outillage osseux de ce site souligne la spécificité des productions locales. Aşıklı est par ailleurs un des rares sites qui témoignent de l’utilisation de carapaces de tortues pour l’industrie.

Fig. 4. Imitations de craches de cerfs appartenant à un ensemble qui contenait aussi des perles tubulaires (niveau 4). Le spécimen no 1 a été cassé au niveau du trou ; un nouveau trou a été fait pour réutiliser l’objet. Le spécimen no 2 est une reproduction schématique. Échelle : 3 cm.

Fig. 4. Imitations de craches de cerfs appartenant à un ensemble qui contenait aussi des perles tubulaires (niveau 4). Le spécimen no 1 a été cassé au niveau du trou ; un nouveau trou a été fait pour réutiliser l’objet. Le spécimen no 2 est une reproduction schématique. Échelle : 3 cm.

Des choix récurrents de matières premières ont été opérés selon les outillages. Les formes naturelles et la taille des fragments ont été exploitées. Les formes plates et les dimensions importantes des scapulas et des côtes des grands ruminants et d’équidés sont conservées sur les palettes et les grattoirs (Fig. 5). Sur les fragments de côtes utilisés tels quels ou avec aménagement minimal, ce sont les bords naturellement minces et les faces larges et plates qui ont servi de parties actives.

Fig. 5. Grattoir sur lame de côte (niveau 4). Échelle : 3 cm.

Fig. 5. Grattoir sur lame de côte (niveau 4). Échelle : 3 cm.

Les outils sur épiphyses d’os longs présentent des parties actives sous forme de plages qui se situent sur des surfaces larges et naturellement plates ou à relief réduit : la face médiale des humérus, latérale des fémurs, dorsale des radius, crâniale et caudale des tibias, palmaire des métacarpes. Plus rarement, la plage est prise sur une surface de fracture longitudinale. À une exception près, ces éléments proviennent de bœufs, sans doute choisis pour leur taille et leur poids importants ; un spécimen vient d’un sanglier. Les métapodes de lièvre et de renard et le tibia de renard définissent le calibre et la forme des perles tubulaires (Fig. 6), tandis que l’épaisseur de l’os compact et le diamètre des diaphyses des os longs de grands animaux, en particulier le fémur des ruminants, qui présente par surcroît une section ronde régulière, assurent la production de belt-buckles solides (Fig. 7).

Fig. 6. Perles tubulaires débitées par sciage transversal et fracturation. Échelle : 1 cm.

Fig. 6. Perles tubulaires débitées par sciage transversal et fracturation. Échelle : 1 cm.

Fig. 7. Belt-buckles provenant du niveau 2 (à gauche) et du niveau 3 (à droite). Le spécimen à droite a été cassé et réutilisé. Échelle : 3 cm à gauche et 1 cm à droite.

Fig. 7. Belt-buckles provenant du niveau 2 (à gauche) et du niveau 3 (à droite). Le spécimen à droite a été cassé et réutilisé. Échelle : 3 cm à gauche et 1 cm à droite.

Un seul spécimen est fait à partir de bois de cervidé. La morphologie et la technique de fabrication de ces objets peut suggérer la production d’une paire de buckles par support : trois trous alignés seraient ouverts sur un fragment longitudinal (p. ex., esquille) d’os ; ensuite, le support serait coupé longitudinalement à la hauteur du trou central pour former la pointe du buckle. Cette étape serait suivie par la mise en forme de la partie centrale et proximale de l’objet. Les os longs d’oiseaux sont particulièrement adaptés à la production d’instruments de musique et nous en avons ici la confirmation avec une flûte sur fragment de diaphyse d’ulna de vautour fauve (Gyps fulvus – Fig. 8). Enfin, le choix, même s’il est rare, d’os longs de carnivores de tailles moyenne et grande témoignerait peut-être de démarches individuelles et d’une appréciation particulière de cette classe de mammifères.

Fig. 8. Flute. L’objet d’origine a été cassé au niveau d’un trou (flèche). La surface de fracture a été abrasée et utilisée (niveau 4). Échelle : 3 cm.

Fig. 8. Flute. L’objet d’origine a été cassé au niveau d’un trou (flèche). La surface de fracture a été abrasée et utilisée (niveau 4). Échelle : 3 cm.

L’emploi d’esquilles d’os longs pour fabriquer des poinçons (Fig. 9) doit être souligné. La pratique du rainurage longitudinal à l’aide d’un instrument lithique tranchant semble relativement peu fréquent. Les supports proviennent de radius, de tibias, de métapodes et plus rarement d’humérus et de fibulas de bêtes de taille moyenne, qui sont pour la plupart des caprinés (moutons ou chèvres). Traités pour la consommation dans le site, ces animaux constituaient une source privilégiée de matières premières d’outils. Parmi les poinçons, on notera des spécimens longs de plus de 110 mm, obtenus par fracturation ou à l’aide du sciage longitudinal. Cette technique a été employée dans le débitage en quart des métapodes. Les poinçons longs ont été entretenus et réutilisés après fracture, souvent mésiale. Enfin, les rares coins et les outils tranchants (Fig. 10) ont été pris sur esquilles d’os longs de grands ruminants, d’équidés, de caprinés et même sur cassures de poinçons, selon les tailles d’outils recherchées. Dans l’ensemble, les supports reconnus suggèrent des choix ponctuels faits au sein de la faune consommée et le recours à des procédés spécifiques au débitage ou à un façonnage intensif en cas de besoin.

Le sciage transversal combiné à la fracturation a été employé pour fabriquer les perles tubulaires. On observe un travail peu soigné, produisant de multiples coupures réalisées pour amincir l’os avant la cassure (Fig. 6). Dans les rares cas où les surfaces de fracture ont été adoucies, elles l’ont été de manière sommaire, par abrasion. Le sciage, longitudinal, oblique ou transversal, a également été employé pour les décors gravés (Fig. 8) et des aménagements spécifiques (Fig. 9).

Fig. 9. Poinçon sur esquille de radius de petit ruminant (mouton ou chèvre) avec aménagements proximaux réalisés par sciage transversal (niveau 4). Échelle : 3 cm.

Fig. 9. Poinçon sur esquille de radius de petit ruminant (mouton ou chèvre) avec aménagements proximaux réalisés par sciage transversal (niveau 4). Échelle : 3 cm.

Fig. 10. Outil tranchant sur esquille de tibia d’équidé (niveau 4). Échelle : 3 cm.

Fig. 10. Outil tranchant sur esquille de tibia d’équidé (niveau 4). Échelle : 3 cm.

Le raclage est la technique de façonnage principale. L’emploi de la percussion, de l’abrasion et du sciage était ponctuel (voir aussi supra). Le raclage en rotation est observé sur toutes les perforations réalisées. Sur les belt-buckles, il définit la deuxième étape du façonnage des trous, qui ont été entamés par abrasion. La conservation des traces de fabrication est généralement bonne. On notera ici le raclage de supports plus ou moins frais (non déshydratés) et l’utilisation de tranchants en obsidienne, matière localement disponible en Cappadoce. Sur les outils, on observe la réalisation de multiples gestes pour obtenir la forme souhaitée, sans néanmoins rechercher une finition homogène sur l’ensemble de l’objet.

Il s’agirait là d’adaptations à des contraintes posées par les supports choisis, en fonction de l’habileté gestuelle des fabricants des outils. Les propriétés de l’obsidienne en rapport avec le façonnage de l’os sont examinées dans le cadre du programme ANR-08-BLANC-0318-CSD9, qui est une collaboration entre l’IFEA d’Istanbul (MAE/CNRS, en association avec ArScan) et le Laboratoire de Tribologie et Dynamique des Systèmes de l’École centrale de Lyon.

Le raclage était également employé pour réparer les objets. Les cycles de ravivage et les modes de recyclage font partie de l’étude de la gestion des outillages, qui est en cours et comprend l’analyse des traces d’utilisation. On notera ici les indices, forts, d’utilisation longue et d’entretien des belt-buckles et des craches de cerfs perforées, qui pouvaient être réparés après cassure et réutilisés. Sur les perles tubulaires et sur les outils, les attitudes variaient, probablement en fonction du mode et de la durée d’utilisation.

En conclusion, les industries osseuses d’Aşıklı Höyük permettent de : 1) définir ce qui relèverait d’une tradition technique locale, bien établie lors de l’occupation du niveau 4 ; 2) décrire les choix de matières premières, de techniques et d’outils de fabrication en termes de savoir-faire ; 3) apprécier la gestion des divers outillages durant la période d’installation et de développement des premières activités  agricoles à ce site.

Remerciements

Je remercie Mihriban Özbaşaran de m’avoir confié l’analyse des industries osseuses d’Aşıklı. Je remercie aussi Laurence Astruc d’avoir relu et corrigé le texte de ce billet. Les missions d’étude en Turquie sont soutenues par l’UMR 5133 du CNRS (Archéorient) et le Istanbul University Research Fund. Les propriétés de l’obsidienne en rapport avec le façonnage de l’os sont examinées dans le cadre du programme ANR-08-BLANC-0318-CSD9, qui est une collaboration entre l’IFEA d’Istanbul (MAE/CNRS, en association avec ArScan) et le Laboratoire de Tribologie et Dynamique des Systèmes de l’École centrale de Lyon. Enfin, les comparaisons avec les restes de faune ont été possibles grâce à la collaboration avec Hilke Buitenhuis, Joris Peters, Mary Stiner, and Natalie Munro, chargés de l’étude du matériel ostéologique.

Bibliographie
Badalyan R.S., Lombard P., Chataigner C., Avetisyan P. 2004. The Neolithic and Chalcolithic phases in the Ararat plain (Armenia): the view from Aratashen, in: Sagona A. (dir.), A View from the Highlands. Archaeological Studies in Honour of Charles Burney, Louvain, Peeters (Ancient Near Eastern Studies Supplement 12), 399–420.

Badalyan R.S., Harutyunyan A.A., Chataigner C., Le Mort F., Chabot J., Brochier J.E., Balasescu A., Radu V., Hovsepyan R. 2010. The settlement of Aknashen-Khatunarkh, a Neolithic site in the Ararat Plain (Armenia): excavation results 2004-2009, TÜBA-AR 13, 186–218.

Le Dosseur G., Maréchal C., 2013. Bone ornamental elements and decorated objects of the Natufian from Mallaha, in: Bar Yosef O., Valla F.R. (dir.), Natufian Foragers in the Levant. Terminal Pleistocene Social Changes in Western Asia, Ann Arbor, International Monographs in Prehistory (Archaeological Series 19), 293–311.

Özbaşaran M., 2011. Restarting at Aşıklı Höyük, Anatolia Antiqua XIX, 27–37.

Özbaşaran M., 2012. Aşıklı, in: Özdoğan M., Başgelen N., Kuniholm P. (dir.), The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research. Central Turkey, Istanbul, Archaeology and Art Publications, 135–158.

Özbaşaran M., Duru G., Kayacan N., Erdoğu B., Buitenhuis H. 2012. Musular. The 8th millenium cal. BC satellite site of Aşıklı, in: Özdoğan M., Başgelen N., Kuniholm P. (dir.), The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research. Central Turkey, Istanbul, Archaeology and Art Publications, 159–180.

Russel N. 1996. Bone tools, http://www.catalhoyuk.com/archive_reports/1996/ar96_11.html (Accessed: 1/4/2014)

L’auteur : Rozalia Christidou est archéologue, spécialiste des industries osseuses
Chercheur associée à l’UMR 5133-Archéorient – MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon


Pour citer ce billet :
Christidou R., Bref aperçu sur les outillages osseux d’Aşıklı Höyük, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 4 avril 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2678


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *