La Mission archéologique franco-libanaise de la Bekaa Centrale

La Bekaa centrale

La Bekaa a souvent été une zone périphérique soit contrôlée, soit sous l’influence des grands pouvoirs en raison de ses richesses naturelles et de sa position stratégique. La vallée de la Bekaa a été continuellement peuplée depuis la préhistoire. Le nombre limité de fouilles de grande envergure menées dans la région à ce jour rend difficile la définition des modalités de peuplement et la datation des occupations est imprécise du fait d’une chronologie encore mal calée. Les données disponibles proviennent essentiellement de la fouille de sites de l’Age du Bronze comme Kamid el-Loz (e.g. Heinz 2016) dans le sud, Tell Hizzin (Genz et Sader 2008) et Tell el-Ghassil (Doumet-Serhal 1996) dans le nord de la Bekaa.  Les occupations du Bronze ancien sont très mal connues par quelques rares vestiges, alors que des tombes du Bronze Moyen et des zones d’habitat du Bronze Récent ont été identifiées à Kamid el-Loz, Tell Hizzin et Tell Ghasil. Le Bronze récent est mieux connu par la ville bien établie de Kumidi (Kamid el-Loz). Des études sur les collections de céramiques provenant des anciennes prospections de la région de Anjar montrent la présence d’assemblages remontant à l’Âge du Bronze ancien I, II et III (trois fragments de jarres peignées de Deir Zanoun d’après Badrechany 2013). Les données sur l’économie et les stratégies de subsistance en revanche sont beaucoup plus sporadiques pour la Bekaa. Une économie fondée sur l’agriculture de l’orge et l’élevage des moutons, des chèvres et des bovins a été identifiée à Kamid el-Loz (Bökönyi 1990 et Wagner-Durand 2021).

Dans l’Antiquité, la région était sous la domination des Séleucides, interrompue par une période d’autonomie sous le Royaume Ituréen de 80 av. J.-C. à 64 av. J.-C. Les Ituréens ont occupé la Bekaa et le nord du Liban et fondé un vaste royaume avec comme capitale religieuse Héliopolis-Baalbek et comme capitale politique Chalcis (Aliquot 2009), dont la localisation reste à ce jour sujette à débat (Ghadban 1978, Aliquot 2009, Abou Diwan et Doumit 2016). Avec l’arrivée des Romains, s’opère un changement notoire de l’occupation de la région : ces derniers prennent le contrôle de la plaine agricole et des routes entre le littoral et la Syrie. La vallée était d’une importance considérable pour l’Empire romain, car c’était l’une des principales régions agricoles des provinces orientales, et elle était connue pour ses nombreux temples, parmi lesquels celui de Niha (Newson & Young 2015), Majdal Anjar (Aliquot 2009, Abou Diwan et Doumit 2016), Dakweh et Hammara (Taylor 1986).

Ensuite, la région est connue par la fondation de la ville omeyyade de Anjar. Elle a été fondée comme ‘madina’ (ville) sous le calife al-Walid ibn Abd al-Malik (705-715). Le site a fait l’objet de vastes dégagements de la part de Maurice Chéhab, de 1952 à 1977, qui furent suivis de reconstructions (Chéhab 1963). Malgré la publication récente d’une partie des archives de ces fouilles, nous ne disposons pas de détails sur la stratigraphie ni sur la céramique (Chéhab 2018). Une étude architecturale du site a été réalisée entre 2000 et 2002 par une équipe allemande qui a fourni une analyse et des plans détaillés des différentes constructions (Finster 2003).

Cependant, quelques prospections ont mentionné l’existence de plusieurs sites archéologiques dans les environs. Dans les années 1960, les sites préhistoriques identifiés dans la Bekaa ont fait l’objet d’inventaires suite à des prospections au niveau national par Loraine Copeland et Peter Wescombe (Copeland et Wescombe 1966 ; Copeland et Yazbeck 1997-1998). Cependant, ce n’est que dans les années 1970 qu’une prospection archéologique de toute la plaine et des piémonts est réalisée par Leon Marfoe (Marfoe 1978, 1979). D’après ces deux dernières prospections, trois sites importants comportaient des tessons indiquant des occupations du Néolithique à l’Âge du Fer : Deir Zanoun et Tell Shamsine à Anjar et Tell Ain Al Khanziri à Majdal Anjar. Une prospection archéologique de la région deAnjar réalisée par René Mouterde et André Beaulieu entre 1935 et 1937 a pu repérer également une série de « postes fortifiés » qui s’étendent entre la grande source d’Anjar et les premiers contreforts de l’Anti-Liban vers le nord. Ces bâtiments marquaient la voie antique de Majdal Anjar (au sud) vers Baalbek (au nord) (Beaulieu et Mouterde 1955).

Le projet

Une première mission franco-libanaise « Dynamique de peuplement et modalités d’occupation de la Bekaa centrale et occidentale (Liban), (DPM Bekaa)» a débuté en 2020 pour deux ans avec un financement CEDRE PHC (Partenariat Hubert Curien franco-libanais mis en œuvre en France par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et au Liban, par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur). Il s’agit d’une collaboration entre l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo – Dominique Pieri), l’Université libanaise (Jwana Chahoud) et Archéorient (Christophe Benech) (Benech et al. 2021). À la suite de deux années de prospection, nous avons choisi de continuer de travailler plus spécifiquement sur la région d’Anjar en raison, d’une part, de la découverte de sites bien préservés qui permettront de pallier le manque d’études archéologiques dans une région riche en vestiges du passé et, d’autre part, de la nécessité de sauvegarder et de promouvoir des sites du patrimoine culturel en danger de la Bekaa centrale, menacé par les projets de construction en cours. La mission archéologique franco-libanaise de la Bekaa Centrale, retenue en 2023 par la commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger pour un financement du ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, a commencé ses travaux de terrain en juin 2023. Il s’agit d’une collaboration entre Archéorient, l’Université Lyon 2, l’Ifpo, l’Université Libanaise et la Direction Générale des Antiquités Libanaises (DGA). Les fouilles sont centrées sur deux principaux sites : Tell Deir Zanoun et Tell Shamsine (fig. 1). Les objectifs scientifiques de la mission consistent à approfondir trois thématiques à partir des résultats des fouilles :

  • L’économie et l’exploitation de l’environnement
  • L’organisation de l’espace et des territoires
  • Les interactions et les influences
Fig. 1 : Localisation des sites mentionnés dans le texte.
Les sites

Tell Deir Zanoun est un tell ovale localisé à l’ouest de Anjar à l’intersection du village de Bar Elias et de l’un des affluents du Litani (Ghzayel). Il fait environ 7.4 hectares de superficie avec une hauteur de 18 m (le sommet est à environ 916 m au-dessus du niveau de mer). Le sommet forme un plateau rectangulaire d’environ 121 m de longueur et 79 m de largeur (fig. 2). Ce site a été mentionné par différents chercheurs (Jirku 1933, Copeland et Wescombe 1966 et Marfoe 1978) qui ont daté son occupation du Chalcolithique à la période médiévale. Néanmoins, aucune structure archéologique n’est visible en surface. Il est actuellement exploité par la municipalité de Anjar en parcelles agricoles. Une tranchée de 4 mètres de largeur avait été creusée dans les années 1970 dans la partie ouest du tell, ce qui a créé une coupe stratigraphique sur la hauteur du tell. Le nettoyage de cette section a mis en évidence des couches archéologiques intactes et bien préservées allant du troisième au premier millénaire avant notre ère. Les fouilles ont débuté en juin 2023 sur trois secteurs dans la partie sud-ouest du tell. Les premières opérations archéologiques sont très prometteuses. Après concertation avec la DGA et la municipalité propriétaire de ce terrain, les différentes parties ont montré leur intérêt pour la poursuite de la fouille et l’étude des vestiges archéologiques.

Fig. 2 : Tell Deir Zanoun, Anjar (Mission archéologique de la Bekaa Centrale)

Tell Shamsine est un tell de forme ovale, de 230 x 300 x 8 m (fig. 3) localisé au nord-est de la ville de Anjar. Des vestiges de murs et des tessons de céramiques ont été documentés en surface. Les anciennes prospections datent le site du Néolithique, de l’Âge du Bronze et de la période romaine et médiévale (Copeland et Wescombe 1966 et Marfoe 1978). Ce site est menacé de destruction, car il se trouve en bordure de l’un des affluents du Litani (Ghzayel). Or il existe un projet de construction de barrage au nord du tell qui générerait un lac artificiel couvrant le périmètre du tell. Le site est actuellement sous la protection de la DGA, l’Office du Litani et la municipalité de Anjar. La première campagne de fouille a permis de réaliser huit sondages sur différents secteurs du tell. Nous espérons affiner les datations des occupations et comprendre l’importance du site dans cette zone rurale de la Bekaa afin de pouvoir le préserver.

Fig. 3 : Tell Shamsine, Anjar (Mission archéologique de la Bekaa Centrale).
La méthodologie

Notre projet est pluridisciplinaire, à la croisée des sciences de l’archéologie, de la bioarchéologie et de la géographie. Nos données sont intégrées dans un Système d’Information Géographique (SIG, K. Rajab) et une base de données (MySQL, Y.Mekdad) déjà conçus pour le projet, qui permettront ensuite de gérer spatialement les différentes données provenant d’archives ou relevées sur le terrain (archéologie, environnement, géophysique). Plusieurs campagnes de fouilles sont prévues sur les trois prochaines années pour accomplir les opérations suivantes :

  1. Opération prospection (responsable Khaldoun Rajab) 
  • Prospection pédestre et aérienne de la région de Anjar, centre le plus important d’un point de vue géographique et historique.
  • Réalisation des prospections géophysiques (Magnétique et Radar) dans les zones sélectionnées.
  • Réalisation des couvertures aériennes complémentaires (drone).
  • Documentation et traitement de données par SIG
  1. Opération fouilles
  • Fouille des vestiges islamiques identifiés à Tell Shamsine (responsable M.-O. Rousset)
  • Sondage à Tell Shamsine (responsable J. Chahoud et Y. Mekdad)
  • Fouilles à Tell Deir Zanoun (responsable R. Balech et J. Chahoud)
  1. Opération Archéologie du paysage
  • Identification des principales dynamiques géomorphologiques responsables de l’enfouissement des sites ou sélection des lieux de sondages archéologiques ou géoarchéologiques les plus pertinents.
  • Réalisation des visites et documentation des cours d’eau dans la région de Anjar pour les intégrer dans le SIG et étudier l’évolution du paysage.
  1. Opération Étude du matériel
  • Étude du matériel céramique et des artéfacts.
  • Échantillonnage des tessons pour des études archéométriques (responsable G. Mouamar).
  • Mise en place du système de flottation sur site pour travailler sur les restes botaniques en provenance des couches stratifiées (responsable C. Kabboul).
  • Étude des restes osseux animaux et humains découverts au cours du projet.
La formation

Avec les opérations de fouilles et les thématiques de recherche, notre projet ne peut pas être conçu sans un volet de formation. Cette orientation forte vers la formation a commencé avec le projet DPM Bekaa, par le fait d’avoir organisé un chantier école à Anjar en 2022 (Vila et al. 2022). La mission donne également la possibilité aux jeunes archéologues de l’Université libanaise (2021 : 23 étudiants ; 2022 : 10 étudiants ; 2023 : 10 étudiants) et de l’université Lyon 2 (2022 : 2 étudiants ; 2023 : 9 étudiants) de faire des stages de terrain qui sont obligatoires dans leur cursus. Les membres de l’équipe sont spécialisés dans des disciplines complémentaires pour couvrir tous les aspects scientifiques et méthodologiques du projet : archéologie de terrain, céramologie, épigraphie, archéozoologie, archéobotanique, anthropologie biologique, archéologie spatiale, prospection géophysique, prospection pédestre, SIG, télédétection et archéologie des paysages (fig. 4 & 5).

Fig. 4 : Photos de terrain (Isaac Kissane, Khaldoun Rajab, Karim Mostafa, Rita Balech, Baptiste AL Asmar, Myriam AL Samrani, Marie-Odile Rousset, Rafah Alkadi, Marie Rochette, Youmna Chkeir, Sarah Hamdan, Walid Khalil).
Fig. 5 : Photos de terrain (Omar Amiri, Kamal Omar, Emma Seive, Yanal Mekdad, Sarah Hamdan, Khaldoun Rajab, Emmanuelle Vila, Youmna Chkeir, Isaac Kissane, Elionore Desbazeille, Myriam AL Samrani, Emma Seive, Christelle Kabboul, Jwana Chahoud).

Les membres de l’équipe sont aussi à différents stades de leur carrière – doctorants, jeunes chercheurs, ingénieurs, chercheurs confirmés et enseignants – qui permettront le transfert de connaissances et de compétences vers les plus jeunes (tableau 1, fig. 6). Plusieurs sujets de master et de thèse ont été initiés à partir de ce projet :

  • Khaldoun Rajab, géophysique, 2020, thèse en cotutelle entre Lyon 2 et l’Université Libanaise, dir. C. Benech et Zeina Fani, financement Programme Pause.
  • Rafah Alkadi, Céramologie de la période médiévale, 2022, thèse, Univ. Lyon 2, dir. M.-O. Rousset, bourse AMI-IFPO.
  • Sarah Hamdan, Céramologie de la période hellénistique-romaine, 2022, Master 2, Univ. Libanaise, dir. J. Chahoud.
  • Yanal Mekdad, Architecture et reconstruction 3D, 2022, Master 2, Univ. Libanaise, dir. J. Chahoud.
  • Omar Amiri, Architecture des sites Omeyyades de Anjar, 2023, Master 2, Univ. Libanaise, dir. J. Chahoud.
  • Kamal Omar, Infrastructures hydrauliques deAnjar, 2023, Master 2, Univ. Libanaise, dir. J. Chahoud.
  • Anais Barrat, Archéologie funéraire du Bronze Ancien, 2023, Master 2, Univ. Lyon 2, dir. J. Chahoud.
Tab 1 : Liste des membres de la saison 2023 (Mission archéologique de la Bekaa Centrale).
Fig. 6 : Photo de groupe de Mission archéologique de la Bekaa Centrale- saison Juin-juillet 2023. 2023 (de gauche à droite : Christelle Kabboul, Emma Seive, Myriam AL Samrani, Elionore Desbazeille, Marie Rochette, Baptiste AL Asmar, Marie-Odile Rousset, Isaac Kissane, Georges Mouamar, Khaldoun Rajab, Kamal Omar, jwana Chahoud, Sarah Haman, Omar Amiri, Yanal Mekdad, Youmna Chkeir)
Conclusion

L’objectif de ce projet est de contribuer au développement de l’archéologie au Liban et de définir les modalités d’occupation dans la région de la Bekaa centrale sur la longue durée. En plus des résultats scientifiques qui pourront dynamiser la recherche scientifique et ajouter des données tout à fait inédites, cette mission s’inscrira dans la longue tradition des fouilles archéologiques françaises au Levant et plus particulièrement au Liban. Ce projet représente une opportunité de développer aujourd’hui une recherche pluridisciplinaire au Liban même. La collaboration avec l’Université Libanaise et la Direction générale des antiquités est très importante pour assurer la formation des étudiants et la protection des sites archéologiques.

Remerciements

Nous tenons à remercier le ministre de la Culture au Liban M. Mohammad Wissam Al-Murtada et le directeur de la direction générale des Antiquités, M. Sarkis ElKhoury, pour leur soutien et leur confiance. Nous remercions également la directrice de l’Ifpo, Mme Myriam CATUSSE et la directrice du département d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité Mme Carole Roche-Hawley pour leur support.

Nos remerciements vont également au bureau de la DGA de la Bekaa, M. Raffi Gergian et les membres de l’équipe. Merci à la Municipalité de Anjar au nom du maire Vartkes Khoshian et à l’Office National du Litani représenté par son directeur général M. Sami Alawieh et le responsable de la région de la Bekaa centrale M. Mohammad Omar.

Notre Mission Bekaa Centrale est financée par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE), Archéorient-CNRS, Ifpo, Université Lyon 2.

Enfin, nous tenons à exprimer nos gratitudes à nos sponsors ‘Youth Initiative association’ représentée par M. Nidal Khaled.

Références

Abou Diwan G. et Doumit J., 2016. Ancient wetlands of the Biqāʿ: A buffer zone between the hinterlands of Sidon and Berytus in the Roman period, BAAL 16, 215-252.

Aliquot J., 2009. La vie religieuse au Liban sous l’Empire Romain, BAH 189. Beyrouth, Ifpo.

Badreshany K., 2013. Urbanization in the Levant: an Archaeometric Approach to Understanding the Social and Economic Impact of Settlement Nucleation in the Biqāa Valley, Lebanon, Unpublished PhD Dissertation, University of Chicago.

Beaulieu A., et Mouterde R., 1955. Poste de surveillance et refuge byzantin sur le chemin Chalcis-Héliopolis, Mélanges de l’Université Saint-Joseph 32, 147-163.

Benech C., Chahoud J., Gergian R., Pieri D., Rajab K., 2021. Dynamique de peuplement et modalités d’occupation de la Bekaa centrale et occidentale (Liban), ArchéOrient – Le Blog, 21 mai 2021.[En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16059

Bökönyi S., 1990. Tierhaltung und Jagd. Tierknochenfunde der Ausgrabungen 1964-1981. Kamid el-Loz 12, Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde, 42, Habelt, Bonn.

Chéhab H., 2018. Les ruines d’Anjar, revu et annoté par G. Homsy, Archaeology and History in the Lebanon 46-47.

Chéhab M., 1963. The Umayyad palace at Anjar, Ars Orientalis 5, 17-25.

Copeland L. et Wescombe P.J., 1966. Inventory of Stone-Age Sites in Lebanon. Part two: North, South and Central Lebanon, Mélanges de l’Université Saint-Joseph 42, 1-174.

Copeland L. et Yazbek C., 1997-1998. Inventory of Stone-Age Sites in Lebanon. Part three: additions and revisions 1967-2001. Mélanges de l’Université Saint-Joseph 55,123-305.

Doumet-Serhal C., 1996. Les Fouilles de Tell El-Ghassil De 1972 À 1974 : Étude du Matériel, Beyrouth, Institut français d’archéologie du Proche-Orient.

Finster B, 2003, Researches in ‘Anjar I. Preliminary report on the architecture of ‘Anjar, Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaises 7, 209-244.

Genz H., et Sader H., 2008. Tell Hizzin: Digging up New Material from an Old Excavation’, Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaises 12183-201.

Ghadban Ch., 1978. Nouvelle inscription et topographie de la Beqa. Thèse, Université Lyon2.

Heinz M., 2016. Kamid el-Loz. 4000 Years and More of Rural and Urban Life in the Lebanese Bekaa Plain, Archaeology and History in the Lebanon, Special Issue, Beirut.

Jirku A., 1933. Neue Forschungen in Syrien und Palestina, ZDMG 86, 170-192.

Marfoe L., 197. Between Qadesh and Kumidi: A History of Frontier Settlement and Land Use in the Biqa, Lebanon. PhD dissertation, University of Chicago.

Marfoe L., 1979. The integrative transformation: Patterns of socio-political organisation in southern Syria, BASOR 234, 1-42.

Newson P.,  Young R., 2015. The archaeology of conflict damaged sites: HosnNiha in the Biqaʿ Valley, Lebanon. Antiquity 89, 449-63.

Taylor G., 1986. Les Temples Romains au Liban. Beyrouth.

Vila E., Barge O. et Benech C., 2022. Une semaine de formation aux métiers de l’archéologie pour les étudiants libanais, ArchéOrient – Le Blog, 8 juillet 2022. 
[En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/19644

Wagner-Durand E., 2020-2021. Kamed el-Loz during the early centuries of the Iron Age, Archaeology and History in the Lebanon 52-53,73-101.

Les auteurs

Jwana Chahoud est Professeure d’Archéologie Orientale à l’université Lyon 2, spécialiste archéozoologue, UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon / Université Libanaise, Beyrouth

Khaldoun Rajab est doctorant du laboratoire Archéorient – UMR 5133, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Jwana Chahoud et Khaldoun Rajab (2023, 15 décembre). La Mission archéologique franco-libanaise de la Bekaa Centrale. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd3r

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search