Le Souk du vendredi à Alep

Un souk ne se tient pas nécessairement en ville et n’est pas toujours permanent. Il peut s’installer sur un carrefour ou dans tout autre lieu favorable et libre de constructions. Les historiens en distinguent deux formes qui semblent anciennes : les souks ruraux, lieux d’échanges entre nomades et sédentaires, et les souks urbains, installés dans des locaux spécifiques, que l’on retrouve de l’Andalousie à l’Asie centrale et qui sont consacrés à tous les niveaux d’échanges, y compris au négoce international.

Le souk du vendredi, qui existe dans beaucoup d’autres villes qu’Alep, est en quelque sorte une troisième forme : un souk rural en ville. Sa particularité récente à Alep, conséquence de l’accélération de la croissance urbaine, est de se déplacer de manière à toujours rester à la marge de la ville, en ne laissant derrière lui quasi aucune trace significative pendant les jours où il n’est pas actif, et a fortiori après que les anciens emplacements ont été phagocytés par le tissu urbain. Ce phénomène amène à réfléchir sur la réalité archéologique de ces grands marchés, seul l’espace lui-même constituant l’indice de leur existence.

L’utilisation du mot souk se stabilise dans le Levant sans doute à l’époque byzantine (Rodinson 1975), succédant au lieu et au concept d’agora et de forum, peut-être dans une synthèse entre ces héritages antiques méditerranéens et des pratiques antérieures dans les royaumes araméens, futurs pays arabes avant l’islam.

David_souk_fig_01

Fig. 1 : le souk du vendredi vers 1900 (site 11) (photo Albert Poche).

David_souk_fig_02

Fig. 2 : Vue de détail de la figure 1.

Un bref examen de l’histoire topographique d’Alep mamelouke et ottomane (XIIIe-XIXe siècle) montre comment le souk du vendredi fait partie d’un ensemble spatial fonctionnel et organique qui permet à une ville métisse et ouverte de fonctionner et de se développer, sans urbanisme et sans géométrie. La guerre actuelle, dans son expression alépine, est manifestement aggravée et entretenue par la rupture des équilibres sociaux et spatiaux anciens dont la métropole de trois millions d’habitants avait hérité.

Alep, à l’époque mamelouke et ottomane, se caractérise par la sophistication d’une morphologie qui n’est pas le produit de la planification. Paradoxalement, l’une des caractéristiques essentielles de ce modèle de ville enclose dans ses murailles, partagé par des dizaines d’autres villes de la région avant la modernisation, est l’ouverture. Sans doute une ville est-elle ouverte par définition, mais elle l’est plus ou moins et de diverses façons. Les villes du pourtour de la Méditerranée (au sud et à l’est) et du Moyen-Orient jusqu’à l’Asie centrale le sont particulièrement et la composition métisse de leur population fait partie de leur essence. Les visiteurs ou les habitants immigrés originaires du monde rural proche, ou se réclamant d’une appartenance tribale, comptent parmi les principaux usagers d’une ville comme Alep, pour laquelle ils sont des clients et des fournisseurs vitaux. Ils sont cependant systématiquement marginalisés, ou se marginalisent, en demeurant dans les périphéries, notamment à l’est, là où arrivent en ville les routes de la steppe et du désert. Ainsi, les faubourgs de l’est de la ville sont-ils considérés par les Alépins de souche, quelle que soit leur appartenance confessionnelle, comme dangereux, réputation qu’ils justifient par le fait que la plupart de leurs habitants sont les membres de tribus. L’origine villageoise affichée de ces populations et surtout leur appartenance revendiquée à une tribu sont, beaucoup plus que les appartenances confessionnelles ou ethniques, des obstacles à l’intégration et des facteurs de marginalisation dans la ville, même si leurs espaces sont intégrés à la ville : le souk du vendredi constitue l’une des réponses, temporaires, à ce rejet par les citadins des gens de tribus et de populations mal stabilisées.

Le souk du vendredi est informel mais parfaitement fonctionnel à sa manière. Il s’est maintenu sur son emplacement ancien au pied de la citadelle, depuis l’époque mamelouke au 14e s. (Sauvaget 1941), pendant six ou sept siècles. Á l’origine, il occupait un vaste espace entouré de boutiques en dur appartenant à diverses fondations religieuses mameloukes puis ottomanes. C’était un marché multiforme, motivé par la proximité des lieux du pouvoir et de la cavalerie mamelouke, et par l’ouverture sur le monde rural proche. S’y trouvaient rassemblés un marché aux chevaux et un marché aux moutons, un souk des équipements de sellerie, mais aussi un marché généraliste de produits de la campagne et de denrées alimentaires, de vêtements, de chaussures, etc. Son histoire n’est pas connue précisément et les changements qui l’ont affecté n’ont pas été décrits. Le peu d’intérêt que les Alépins lui portaient se reflète dans l’absence d’écrits historiques le concernant.

David_souk_fig_03 David_souk_fig_04
Fig. 3 et 4 : le souk du vendredi vers 1920 (site 11) (photos abbé Bretocq)

Á la fin du XIXe siècle, puis dans les années 1920, les premières photographies le montrent dégradé et amoindri. Il a perdu, sans doute depuis l’occupation ottomane, les activités liées à la cavalerie, mais ses autres activités se développent. Il n’y a plus de locaux commerciaux en dur : ils ont sans doute été détruits par le tremblement de terre de 1822 et n’ont pas été reconstruits, étant devenus inutiles du fait de la disparition de la clientèle militaire. Les commerçants forains délimitent leur espace par des levées de cailloux, des toiles ou des nattes tendues au sol, ou simplement par l’exposition des objets. Les photographies montrent une foule de gens debout, et de rares installations de tables et de tabourets pour la consommation de casse-croûtes. La plupart des usagers sont habillés à la façon des villageois ou des nomades, souvent de gallabiyé, ‘abayyé, hatata et kefiyyé, ou de vêtements occidentaux issus de la fripe. Beaucoup de clients ou de commerçants du souk habitent sans doute dans les quartiers informels (quartiers construits sans permis, de morphologie relativement irrégulière et dont le processus d’installation ne respecte pas les critères officiels)ou les villages proches. Il est frappant de voir que si le vêtement a changé depuis les photos de 1900, il est toujours typique de la même appartenance, celle de gens qui sont repoussés par la ville ou se sont eux-mêmes marginalisés. Plus récemment, certains habitants des quartiers informels étaient mieux intégrés, avec des projets d’avenir familiaux et économiques à leur mesure, et on les voyait de plus en plus en ville, mais très peu dans les quartiers de l’ouest où ils n’avaient pas leur place.

L’installation du souk du vendredi sur des espaces à la fois délaissés et encombrés se reproduit à chaque déplacement, comme si sa non-existence officielle devait être confirmée par la difficulté du contexte matériel. L’autorité municipale semble souhaiter le marginaliser, sans le faire disparaître, alors qu’il serait possible de l’installer sur un espace attitré (comme en témoigne l’ouverture du souk populaire Hanano, souk en dur comptant 500 boutiques dans un quartier populaire, réalisé il y a quelques années par la Municipalité et la Chambre de commerce). Déjà lorsque le site au pied de la Citadelle accueillait le marché du vendredi à ses débuts, il était parsemé de buttes de décombres, de murs en ruines, de circulations encaissées entre des talus où se tenaient les activités des marchands et des chalands.

David_souk_fig_05 David_souk_fig_06
Fig. 5 et 6 : le souk du vendredi dans les années 1970 (site 12) (photos Gennaro Giradelli).

La croissance de la ville s’est accentuée après l’indépendance, suite à plusieurs catastrophes climatiques, gel des oliviers et sécheresse, obligeant de nombreux villageois et pasteurs semi-nomades à migrer en ville. Les progrès de l’hygiène et de la médecine ont aussi participé à la pression démographique qui s’est traduite par un nouveau développement des faubourgs. Le second site, plus à l’est, occupé sans doute pendant ou après la seconde guerre mondiale, était constitué de terrains vagues traversés par des rues en cours d’aménagement, des bordures de trottoirs, des espaces au centre de carrefours, et d’anciens cimetières dont les pierres tombales offraient de magnifiques supports à l’exposition des produits vendus.

Le troisième site, encore plus à l’est, a fonctionné dans les années 1980. Il était très étendu et avoisinait d’anciens vergers d’oliviers et de pistachiers, des usines textiles et des minoteries. Il occupait des terrains vagues près d’immeubles en construction et de futures avenues non encore ouvertes à la circulation. La diversité des espaces était mise à profit pour présenter les activités et les produits.

David_souk_fig_07 David_souk_fig_08
David_souk_fig_09 David_souk_fig_10
David_souk_fig_11
Fig. 7-8-9-10-11 : le souk du vendredi dans les années 1990 (site 13) (photos J.-C. David). La photo 8 représente le marché des triporteurs de fabrication locale (dits « tertera »)

Le site suivant, plus au nord-est, s’est installé dans les années 1990 sur les trottoirs d’un large boulevard entre les immeubles populaires Hanano et une zone d’habitat informel en cours de développement. Les constructions illégales ont fini par représenter plus d’un tiers de l’espace urbain et près de la moitié de la population de la ville en 2012, soit près d’un million et demi d’habitants, majoritairement nés en ville mais mal intégrés, souvent sans travail, dans des quartiers sous- équipés.

David_souk_fig_12

Fig. 12 : quartier informel Hanano, site du souk au début des années 2000 (site 14) (photo J. -C. David).

Le souk du vendredi a ensuite déménagé au sud-ouest, occupant les espaces libres dans un nœud d’échangeurs du grand périphérique sud de la ville, non loin des cimenteries et sous des lignes à haute tension : un paysage de « catastrophe » qui constituait une sorte de perfection dans le repoussoir. Pourtant le marché y développait ses couleurs et sa foule paisible sur les trottoirs et les ronds-points, dans les fossés et les collines de remblais non encore nivelés, comme pour renouer avec l’ancien site tourmenté des origines, sous la citadelle. Les photos récentes montrent que le « mobilier » des étalages, parasols, étals pliants ou roulants, s’est diversifié. Peu avant la guerre qui sévit depuis 2012, le marché du vendredi avait à nouveau déménagé.

David_souk_fig_13 David_souk_fig_14
Fig. 13 et 14 : le souk du vendredi en décembre 2008 (site 15) (photos Thierry Boissière).

Les quartiers dans lesquels s’est installé le souk du vendredi depuis sa première migration vers l’est après l’indépendance étaient tous des quartiers construits sans permis, mal reliés au reste de la ville, gangrenés par un chômage endémique. Ce sont, depuis deux ans, les quartiers les plus durement touchés par les bombardements de l’armée nationale visant « l’opposition » (notamment les quartiers de Cheikh Khuder, Sakhur, al-Hollok, Hudariya, Hanano, Zahra’a, al-Sha’ar, Tariq al-Bab, etc).

Polarités & centralités-CMJN Polarités & centralités-CMJN
Fig. 15 : plan d’Alep en 2009 ; l’est informel pauvre et semi-rural, l’ouest citadin riche et moderne. (Cartographie J.-C. David et T. Boissière ; dessin H. David (David et Boissière 2014).
David_souk_fig_16

Fig. 16 : la place Jâm‘a el-Fnâ’ à Marrakech, classée au Patrimoine Mondial (photo Alexandre Dmitri).

Si le marché du vendredi à Alep est un proche parent historique de la place Jâm‘a el-Fnâ‘, qui se situe en bordure de la Médina de Marrakech, sa destinée est très différente de celle de cette grande place classée par l’Unesco au « Patrimoine culturel et immatériel de l’humanité ». Le souk Jema‘a et les marchés forains de carrefour, hors contexte urbain, existaient dans le monde arabe, du Maroc au Golfe, bien avant l’islam. Ils sont donc un élément fort de l’identité arabe, même s’ils en représentent un volet marginal. Á ce titre, ils constituent bien un héritage, mais c’est un patrimoine immatériel, fait de pratiques sociales et économiques, avec un ancrage spatial et matériel instable, mobile et sans architecture. Le souk du vendredi à Alep semble donc théoriquement impossible à classer et à conserver si le besoin s’en faisait sentir ou si son utilité disparaissait ˗ même si sa vitalité avant la guerre actuelle ne faisait pas de doute. Or on a bien classé le marché de Jâm‘a el-Fnâ’ à Marrakech… mais Marrakech comptait moins d’un million d’habitants en 2012, soit le tiers d’Alep, et son développement n’a pas entraîné le déplacement de la place historique. Le classement a définitivement figé son emplacement, peu à peu englouti par la ville, et lui a fait perdre les caractéristiques principales qui le distinguaient des souks de centre-ville (sa nature de marché forain potentiellement mobile et sa fréquentation par des marginaux sociaux et ruraux), pour en faire un haut-lieu du tourisme.

Bibliographie

David J.-C., Boissière Th. (dir.) 2014. Alep, la ville et ses territoires, Presses de l’IFPO, Beyrouth.

Rodinson M. 1975. Préface, in : Chalmeta Gendron P. 1975. El Senor del zoco en Espana: edades media y moderne, contribution al estudio de la historia del mercado, Madrid.

Sauvaget J. 1941. Alep. Essai sur le développement d’une grande ville syrienne des origines au milieu du XIXème siècle (Texte et album), Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris.

L’auteur : Jean-Claude David est chercheur émérite au CNRS. Géographe, spécialiste des villes du Proche-Orient. UMR 5291-GREMMO, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : David J.-C., Le Souk du vendredi à Alep, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 28 mars 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2645

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31 mars 2014

    […] 28/03/2014Un souk ne se tient pas nécessairement en ville et n’est pas toujours permanent. Il peut s’installer sur un carrefour ou dans tout autre…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search