Recherches participatives : quelle place pour l’archéologie ?

Une méthode scientifique qui se cherche, entre pression de la société et exigences de la recherche

Ce qu’on appelle les sciences participatives (ou sciences collaboratives, ou recherche contributive) consiste en l’association étroite d’une communauté scientifique et d’une communauté d’amateurs (non académiques) en vue de l’étude d’une question de recherche, à quelque niveau que ce soit : de la simple constitution d’un corpus d’étude ambitieux et valide à l’élucidation du problème posé (Houllier 2016). Cette pratique n’est pas nouvelle mais était devenue très marginale (hormis quelques exceptions disciplinaires telles que l’astronomie). La loi de programmation de la recherche dite « LPR » de 2020 lui a donné, en France, une place officielle en fixant à l’ANR (art. 21) l’objectif de consacrer 1 % de son budget annuel au partage de la culture scientifique – dont, explicitement, les sciences participatives – et en inscrivant (art. 33) cette pratique au sein d’une vision plus large de promotion de la science ouverte, y compris avec et vers la société. Cette innovation s’inscrit d’ailleurs dans un vaste élan européen, traduit dans de nombreux appels à projets spécifiques.

Si les études sur les sciences participatives ne manquaient pas, le nouvel essor ainsi donné appelle des approfondissements méthodologiques, voire épistémologiques – ne serait-ce que pour guider les jurys des appels à projets dans leurs évaluations –. C’était l’objet d’un colloque, réuni à Caen sous l’intitulé « Sciences participatives : connaissances et reconnaissances », qui a posé cette question : dans quel « régime de scientificité » s’inscrivent ces recherches participatives (Foucart, 2018) ? Impliquent-elles de redéfinir les critères de validité scientifique ? De repenser de nouvelles épistémologies sur la nature, la validité et la complémentarité des connaissances ? En somme, de penser une nouvelle « écologie des savoirs » (de Sousa Santos) ? Plusieurs sessions intéressaient plus directement l’archéologie, en tant que pratique scientifique et culturelle interrogeant à peu près toutes les dimensions des sociétés du passé, qu’il soit proche ou lointain ; elles concernaient le parcours et la gestion des données issues des méthodes participatives, l’évaluation des processus mis en œuvre, les conditions particulières posées par les disciplines « culturelles », enfin la question du pouvoir « transformatif » de tels projets : leur impact réel sur la société actuelle.

Le parcours et la gestion des données

Kenneth Maussang, Maître de Conférence et membre de l’Institut de Science des Données à l’université de Montpellier, membre du Comité de la Science Ouverte (CoSO), et Romain Julliard, Professeur d’écologie au Muséum national d’Histoire naturelle et responsable de la plateforme MOSAIC du Muséum (recueil et documentation puis soumission à la critique publique des données de projets participatifs) ont présenté le cadre de l’instrumentation technique de la gestion des données et de la complémentarité entre connaissances académiques et savoirs nouveaux apportés par des amateurs.

La mise en parallèle de l’évolution à grande vitesse de tous les acteurs et de l’équipement technologique des citoyens depuis 2012 (voir l’étude-bilan de l’INRAE https://novae.hub.inrae.fr/les-articles-parus/les-numeros-speciaux/sciences-et-recherches-participatives-a-inrae2) souligne une transformation de la nature de leurs échanges : la donnée instrumentée devient la matière première de l’échange entre chercheur(s) et participant(s), ce qui induit une certaine « dépolitisation » des rapports sociaux entre eux. Inversement, outiller les sciences participatives est une façon d’utiliser la technologie (Internet 2.0) pour « déséquilibrer » (métaphore du judo) l’impact négatif des réseaux sociaux sur la perception de la connaissance. Il a été souligné en particulier que la méthodologie de MOSAIC est transgressive par rapport aux canons de l’épistémologie :

on laisse les utilisateurs être « contaminés » par les premières données ;

  • cette ouverture encourage un contrôle social, d’une part, et un effet d’imitation, d’autre part, dont MOSAIC a constaté qu’ils sont très positifs pour la qualité des données ;
  • tous les commentaires sont associés à la donnée et en deviennent une partie intégrante.

Ainsi, les données d’un projet compilent et combinent des savoirs et savoir-faire de plusieurs ordres

  • savoirs théoriques ;
  • savoirs procéduraux : savoir comment procéder ;
  • savoir-faire procéduraux : savoir procéder/opérer = mettre en œuvre des protocoles ;
  • savoir-faire expérientiels, propres aux personnes impliquées ;
  • savoir-faire sociaux ;
  • savoir-faire cognitifs : traiter de l’information, raisonner, etc.

Dans tous les cas, cristalliser la communauté des contributeurs et en prendre soin sont essentiels ; les outils aident à gérer ces communautés en compensant la fragmentation de l’espace public numérique.

Bien sûr, la question de l’instrumentation est directement liée à l’échelle de recueil des données : un petit groupe pourra gérer un corpus de connaissance très appliqué ; en revanche, la constitution et/ou l’étude d’un vaste corpus de connaissance par un groupe de contribution très large restera inabordable sans une instrumentation réfléchie. Les sciences participatives peuvent ainsi évoluer vers des projets où l’on construit un corpus sans que la question de recherche soit spécifiée au préalable : elle naîtra du corpus créé et documenté (c’est l’un des paradigmes de l’exploitation des big data).

La responsabilité du dispositif (c’est-à-dire de la communauté qui produit ce dernier) devient : instaurer la confiance, être garant de la fiabilité des données produites, enfin prendre en compte dans le processus l’hétérogénéité des compétences rassemblées. Un exemple a été fourni avec deux projets du Muséum : Histoires de nature et Colza stories, dispositifs articulant différents regards de différentes populations, mêlant recueil d’observations rédigées et recueil de données traduisant des pratiques concrètes, avec ajout de métadonnées pour une qualification sommaire et création de liens sémantiques entre observations et données.

Fig. 1 : Le projet Histoire(s) de nature associe des informations « objectives » (date, localisation) et des appréciations subjectives destinées à une analyse sémantique collective © Muséum national d’Histoire naturelle
L’évaluation des processus et des méthodes

« Évaluer » revient à poser la question de ce que doit produire la science participative. Sur ce plan, Evelyne Lhoste, chargée de recherche à l’INRAE (LISIS) où elle travaille sur les pratiques collaboratives dans les processus d’innovation et Cyril Fiorini, chercheur associé au CNAM pour l’étude du lien science-technique-société (STS) et membre de l’association Sciences citoyennes, se sont interrogés sur la mesure d’un des objectifs essentiels des sciences participatives : obtenir un impact réel et durable sur la société (humaine et environnementale).

Pour l’évaluation proprement dite, a été présentée la méthode « ASIRPA Temps réel » (Analyse Socio-économique des Impacts de la Recherche Publique Agricole) de formalisation et de mesure du « chemin d’impact » d’un projet. Cette méthode mise au point au LISIS a fourni à l’INRAE le cadre d’évaluation de plus de 60 projets, selon deux « chemins » :

  • Ressources >> Produits >> Acteurs impliqués >> Résultats >> Impacts,
  • Obstacles-opportunités >> réseaux-acteurs >> Transformations attendues (qui correspondrait assez bien au projet ANR COUDRIER dont Archéorient est partenaire – cf. infra).

L’idée est d’analyser et de rendre visibles les interdépendances entre acteurs, d’une part, et entre étapes d’un projet, d’autre part, d’abord de façon théorique puis en mesurant de façon continue la progression réelle et la transformation éventuelle de la mise en œuvre et des impacts du projet.

Fig. 2 : La méthode ASIRPA Temps réel appliquée à un projet de santé publique lié à l’alimentation © INRAE

D’un point de vue plus général, il a été souligné qu’au-delà du brouillard terminologique (recherche « participative », « collaborative », « citoyenne », etc.) qui traduit dans le langage des positionnements socio-politiques distincts (cf. infra Impact scientifique, social et politique), on en revient toujours dans l’évaluation d’un projet aux idées fondamentales que sont :

  • le degré de participation réel de la société et, en particulier, la mesure de l’intégration des profanes dans la construction des objectifs et des protocoles,
  • la production de savoirs originaux et susceptibles d’appropriation et leur validité scientifique, selon des clés épistémologiques à discuter et poser dès l’origine du projet,
  • in fine, le niveau de contribution au « bien commun ».
Culture, connaissances et « savoirs »

Vincent Puig, directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation rattaché au Centre Pompidou, Flore Coppin, chargée de projets au Centre européen d’archéologie de Bibracte, et François Millet, directeur des projets science et société au Dôme (Centre de culture scientifique et technique de Caen-Normandie) – tous membres du réseau Particip-Arc – ont exploré la spécificité des recherches culturelles au sein de l’univers participatif.

Fig. 3 : Les intervenants de la table-ronde Recherches culturelles participatives © J.-P. Girard

Fondée sur la mise en parallèle, propre à la culture, du partage du « savoir » et du partage du sensible, l’approche de l’IRI s’appuie sur la notion de « recherche contributive » dans laquelle la question des biens communs et de l’« encapacitation » (empowerment) ou mise en capacité de faire des participants est centrale. La culture est ici d’abord vue comme une pratique vernaculaire appuyée sur des savoirs individuels, collectifs et interindividuels partagés (exemple emblématique : la cuisine et ses savoir-faire personnels, régionaux ou ethniques).

Un projet fondé sur Minetest , une version libre de Minecraft, a permis d’illustrer le paradigme du jeu, mode d’apprentissage intuitif (chemin d’accès au savoir) piloté par le plaisir, dans lequel les règles (game) encadrent l’action (play) sans la contraindre. Le jeu fournit une forme culturelle dans laquelle la construction de savoirs est nourrie par l’inter-individualité dans un milieu technique qui la permet ; en l’espèce, pour une recherche en collège sur l’urbanisme : couche de connaissance objective (plans IGN), sortie sur le terrain réel pour enrichir le plan virtuel, enrichissement par les participants pour co-construire un aménagement de ce terrain. L’expérience a illustré l’importance de l’imprévu (écart spontané d’un joueur par rapport au cadre), l’apport d’artistes en résidence (proposition de transformer les rues en rivières adoptée et développée par les jeunes participants) et la valeur des résultats, certaines contributions des participants ayant été effectivement reprises par les architectes des quartiers supports du jeu/défi.

À partir du constat de l’échec relatif de la médiation scientifique traditionnelle à enrayer fake news et climato-scepticisme, Le Dôme a choisi de rompre avec le modèle canonique des centres de culture scientifique et technique et de s’emparer des outils et pratiques nouveaux apportés par le numérique 2.0 pour passer du partage à la création de nouvelles connaissances et passer de la science mise en pratique à l’accueil de projets scientifiques ouverts. Les espaces culturels deviennent les lieux de la participation, dans lesquels on co-organise de la recherche scientifique autour de piliers structurants pour faire culture « en » société : égalité des chances ou innover pour les transitions, par exemple. Pour que le concept d’éducation populaire se réinvente en « innovation populaire », la méthode importe plus que le lieu (« un bar peut faire l’affaire ») ; elle se décline en une série d’étapes-clés :

  • cartographie de la controverse,
  • interrogations sur les raisons de chacun de participer,
  • formation parfois traditionnelle à un savoir existant,
  • ateliers nourris de ces préalables,
  • co-construction de livrables réels et opérationnels.

Elle aboutit à revendiquer comme résultat scientifique (= l’un des livrables du projet) le fait d’inventer une nouvelle méthode participative de création de savoirs appliqués à un sujet de société.

D’un site archéologique à un Grand Site de France, Bibracte est devenu pour sa part le cœur culturel et artistique d’un territoire de moyenne montagne à dominante agricole, pour lequel la gestion de « communs paysagers » et les enjeux associés ont été mis en forme dans une feuille de route élaborée dans une démarche participative. A été développée ici l’idée de « communauté patrimoniale » (habitants, élus, touristes) rythmée par des animations (balades, ateliers, etc.) accompagnées par les acteurs sociaux, les collectivités et des artistes du territoire. Issus de la recherche, les animateurs de cette démarche l’inscrivent systématiquement dans une approche anthropologique des défis posés à cette communauté (en particulier par le dérèglement climatique) dans ses dimensions humaines et non-humaines (biodiversité). Ainsi le projet INCULTUM a permis l’émergence et la réalisation d’un enrichissement progressif et autonome d’une action de repérage, cartographie et mise en valeur de chemins ruraux : un héritage, pour partie médiéval, de l’histoire longue du territoire. On retrouvera cette approche et, pour partie, les mêmes acteurs dans le projet COUDRIER, détaillé ci-après.

Fig. 4 : Une recherche culturelle « art-science » en action : la valorisation de chemins ruraux au travers de topo-guides dessinés © GSF Bibracte-Mont Beuvray/Ninon Bonzom

Impact scientifique, social et politique

Frédérick Lemarchand, professeur de sociologie à l’Université de Caen, a remis en perspective le rôle particulier des recherches participatives au regard des transitions (écologique, climatique) en cours.

Du point de vue des études des sciences et des techniques, la production de connaissances scientifiques se ferait toujours pour et avec une certaine idée de la société. Aussi la question serait-elle moins de savoir en quoi les recherches participatives permettent de faire des sciences « pour et avec la société », mais comment elles permettent de le faire autrement. Les réponses à cette question varient selon le sens que l’on met derrière les mots de « science » et de « société ». Par exemple, on a pu voir dans la « recherche-action participative » une façon de concrétiser une épistémologie radicale reposant sur la reconnaissance du pluralisme des savoirs et affirmant une visée politique : lutter contre les oppressions (Godrie, Juan, Carrel 2022). À l’inverse, si l’on parle de « sciences participatives », il pourrait s’agir moins de critiquer le raisonnement scientifique que de renforcer son hégémonie en élevant la culture scientifique du public (cf. supra L’évaluation des processus et des méthodes) : si les savoirs locaux, d’usage, expérientiels ou autochtones peuvent avoir droit de cité dans les sciences participatives, c’est à la seule condition qu’ils puissent être intégrés au corpus des connaissances scientifiques.

Or, selon l’intervenant, ce qu’on appelle la « modernité », c’est l’avènement, au 18e s., de l’homme libre de ses décisions dans tous les domaines grâce à la mathématisation du réel entamée au siècle précédent. Le projet de la science, s’il est fondé sur l’émancipation de l’individu, resterait ainsi un regard extérieur qui produit un discours hors du monde des vivants (Heidegger : « La technique ne pense pas »). Ce que nous appelons la science serait donc la fabrication du monde dans lequel nous vivons… et auquel nous dev(ri)ons nous adapter. Pour éviter d’aboutir à des catastrophes socio-techniques (sociétés du contrôle généralisé, du transhumanisme ou de la géo-ingénierie, par exemple), il faudrait revenir à la politique, qui n’est pas le monde de la technè, dans lequel il existe des experts, mais le lieu de l’émergence et de la confrontation des doxai, des opinions qui, a priori, se valent toutes : « pour trancher, il faut voter » (Castoriadis). D’où l’importance, dans les évaluations des projets de science participative, de distinguer ces différents niveaux de bénéfice/risques : production de connaissances pour la recherche, contribution au lien social et à la vie démocratique, éclairage et choix des politiques publiques qui, dans bien des cas, resterait l’objectif ultime.

Quid de l’archéologie ? Archéorient et le projet COUDRIER

Dans cette double acception scientifique et sociétale, Archéorient est partenaire du projet de recherche participative COUDRIER (ANR, 2023-2025), sur la ressource en eau dans un micro-territoire fragilisé par les sécheresses répétées dues au dérèglement climatique : le Grand Site de France (GSF) « Bibracte – Morvan des Sommets ». Il vise à articuler des connaissances scientifiques nouvelles et les savoirs micro-locaux afin de réduire les risques avérés de pénurie d’eau dans un territoire emblématique de la « zone critique » (Gaillardet et al. 2018). Avec toutes les parties prenantes (scientifiques, autorités, associations syndicales, acteurs économiques, habitants), COUDRIER organise la coproduction (mesures, repérages, documentation, cartographie, entretiens) et la mise en discussion de connaissances nées de la rencontre entre savoirs pragmatiques et non-scientifiques, mesures géo-hydrologiques, simulations hydro-climatiques, traces géomorphologiques. Il s’agit d’analyser ensemble et de restituer à tous les habitants, en usant de méthodes et de protocoles de type « Living Lab », le cycle local de l’eau dans la longue durée et ses singularités sur ce terrain de moyenne montagne à la charnière des bassins versants de l’Yonne-Seine et de la Loire, pour faire émerger collectivement des pistes de gestion durable et de meilleure gouvernance de la ressource.

Du point de vue de l’archéologie, l’étude était restée jusqu’à présent centrée sur le « géo-héritage » légué par l’hydraulique rurale depuis l’Antiquité dans tout le massif et, dans le bassin de l’Yonne, par trois siècles d’une activité massive de flottage du bois vers Paris (Jacob-Rousseau et Gob 2020, 2023). Un patrimoine d’une ampleur considérable est ainsi associé à la gestion de l’eau. Outre les vestiges du flottage (retenues, modifications des profils des cours d’eau), d’innombrables travaux, particulièrement lisibles sur les relevés Lidar, témoignent de son importance pour la société rurale : captages, rigoles d’irrigation, moulins, etc.

Fig. 5 : Exploration et cartographie collectives d’un micro-bassin versant du Haut-Morvan dans le cadre du projet COUDRIER © J.-P. Girard

L’archéologie s’insère ainsi dans un projet conçu dans l’esprit de la « gouvernance transformative » promue par l’IPBES, dans un territoire original par la place qu’y occupe déjà une forme de gestion autonomisée de la ressource en eau (dispositif des Associations Syndicales Libres). Or, les formes matérielles (« artefacts » paysager, micro-bâti) de l’histoire des aménagements hydrauliques dans le Haut-Morvan, si elles sont très peu connues, témoignent de pratiques et de savoirs dans la très longue durée, dont certaines formes héritées pourraient même faire l’objet d’une réévaluation, voire d’une réutilisation. C’est l’exemple même d’un impact potentiel très concret de l’archéologie participative sur un aspect vital de notre vie quotidienne.

Bibliographie

Bernard L. et al., 2019, Recherche culturelle et Sciences participatives (rapport), Particip-Arc-ministère de la Culture-Muséum national d’Histoire naturelle [En ligne] https://mnhn.hal.science/mnhn-02297638/

Foucart J. 2018 Régimes de scientificité et « recherches participatives et/ou collaboratives », in Pensée plurielle 48 | 2, [En ligne] https://doi.org/10.3917/pp.048.0023

Gaillardet, J., I. Braud, F. Hankard, S. Anquetin, O. Bour, N. Dorfliger, et al., 2018. OZCAR: The French network of critical zone observatories. Vadose Zone Journal 17:180067. [En ligne] doi.org/10.2136/vzj2018.04.0067

Godrie B., Juan M., Carrel M. 2022, Recherches participatives et épistémologies radicales : un état des lieux, in Participations, 2022 | 1 (32), [En ligne] https://doi.org/10.3917/parti.032.0011

Houllier F., Merilhou-Godard J.-B. 2016, Les Sciences participatives en France. État des lieux, bonnes pratiques & recommandations, ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. [En ligne] https://hal.science/hal-02801940/

Jacob-Rousseau N., Gob F., 2020. Le flottage du bois et ses conséquences écologiques, de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Chantiers et matériaux de construction – De l’Antiquité à la Révolution industrielle en Orient et en Occident. Lyon, MOM éditions. [En ligne] doi.org/10.4000/books.momeditions.9752

Jacob-Rousseau N., Gob F. 2023, Flottage du bois dans le Morvan : une empreinte environnementale persistante, Bourgogne Franche-Comté Nature 37 | 2023, sous presse

Maussang K., Jouguet H., Jouneau T., Martin J.-F., Larousse N. 2023, Recherches participatives, innovation ouverte et science ouverte. Résultats de l’enquête nationale, Comité pour la science ouverte. [En ligne] https://hal-lara.archives-ouvertes.fr/hal-04074860

Parisse J. et Porte E. (dir.) 2020, Construire la recherche avec la société civile. Les enjeux de la démarche d’intermédiation, Cahiers de l’action, n°55, Institut national de la Jeunesse et de l’éducation populaire. [En ligne] https://injep.fr/wp-content/uploads/2020/09/Cahier_Action55.pdf

L’auteur

Jean Pierre Girard est chercheur associé de l’UMR 5133 Archéorient, concepteur et coordinateur de projets consacrés à l’ouverture et au partage des données archéologiques.



Citer ce billet
Jean Pierre Girard (2023, 8 décembre). Recherches participatives : quelle place pour l’archéologie ? ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd3q

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search