La cuisine de l’âge du Fer : exploration minéralogique et technologique des marmites Judéennes

Souvent considérées comme « parents pauvres » de la céramologie, la production, distribution et consommation des poteries dites « grossières » en général, et des céramiques culinaires en particulier, ont longtemps été négligées au sein des études stylistiques traditionnelles au Levant et en Méditerranée. Ces dernières décennies, un inversement de cette tendance a été notamment stimulé par le développement d’approches analytiques combinant, entre autres, les études basées sur le concept de « chaîne opératoire », et les analyses minéralogiques et chimiques. En justifiant leur rôle central dans les débats contemporains, les études récentes sur les céramiques culinaires ont mis en lumière leur signification chronologique et culturelle capitale, servant ainsi d’indicateurs précis pour l’analyse des évolutions technologiques et transformations sociétales (Spataro & Villing 2015, London 2016).

Le royaume de Judée, existant entre le 10e siècle av. J.-C. et sa destruction en 586 av. J.-C. par l’Empire Babylonien, offre un contexte propice pour l’analyse des marmites de cuisson. Géographiquement, il englobait les collines de Judée, le nord de Shephelah, le Néguev septentrional et le désert de Judée, constituant ainsi une large zone d’étude. Cette époque est caractérisée par des assemblages céramiques précisément datées grâce aux niveaux de destruction servant de repères chronologiques fiables.

S’appuyant sur une démarche multi-analytique combinant études typologique, pétrographique, chimique (NAA) et technologie céramique ; ce projet vise à caractériser les systèmes de production des marmites de cuisson. Pour ce faire, nous nous sommes d’abord concentrés sur l’acquisition, la préparation et le dégraissage de l’argile sur la base d’un échantillon de 700 marmites de cuisson (20 types) de l’âge du Fer IIA à IIC provenant de 16 sites (Fig. 1). Puis, dans un second temps, à l’analyse des techniques de façonnage et de finition, ainsi qu’aux traitements de surfaces afin de reconstituer les traditions culturelles potières en œuvre au cours de la période.

Fig. 1 : Carte de la région et des sites étudiés (© L. Bouzaglou)
Petit précis typologique

Les formes générales avec une panse ouverte carénée des marmites de cuisson de l’âge du Fer IIA en Judée ainsi que dans d’autres régions du Levant sud montrent une certaine continuité remontant à la fin de l’âge du Bronze II (1550–1200 av. J.-C.), les  changements s’observant principalement dans la morphologie et l’orientation de la lèvre (Herzog & Singer-Avitz 2015). Cependant, dès l’âge du Fer IIB (8e s. av. J.-C.) et tout au long de l’âge du Fer IIC (7e s. av. J.-C.), un nouveau type de marmite, appelé « marmites de cuisson fermées », apparaît en Judée : il est plus globulaire, plus petit, à paroi plus fine, et dispose d’un col étroit et droit (Fig. 2 : CP1, 5, 7-14 ; Ben-Shlomo 2019). En parallèle, notamment dans le sud de la Judée et le Néguev, davantage de types différents de marmites de cuisson pouvant être associés à certains groupes ethniques comme les marmites dites « édomites » et « négébites » (Fig. 2 : CP9-10 ; Singer-Avitz 1999, Freud 2014) ou une localité géographique côtière (Fig. 2 : CP8) ont été documentées.

Fig. 2 : Principaux types de l’âge du Fer II en Judée (Bouzaglou & Ben-Shlomo 2023 : Fig. 3)
Lecture pétrographique

 Six groupes pétrographiques (pétro-groupes) divisés en « pétro-fabriques »  ont été définis selon le protocole élaboré par Quinn (2022 : 152–162). Les principaux groupes représentent des argiles dérivées de terra rossa (pétro-groupe 1, région de la Shéphélah et des régions centrales des montagnes de Judée), d’autres dérivées de sols loessiques (pétro-groupe 2, littoral et nord-est du Néguev) et de marnes et argiles schisteuses provenant de la formation de Ḥazeva du Néguev oriental et vallée de l’Aravah septentrionale (pétro-groupe 6). D’autres pétro-groupes ont été identifié tels que le pétro-groupe 3, constitué d’argiles alluviales/grumosoliques des plaines côtières du Sud et de la Shéphélah et le pétro-groupe 4, un paléosol rouge composé d’argile limoneuse sableuse (appelé ḥamra), affleurant sur la plaine côtière entre Ashdod et Akko. Enfin, le groupe pétrographique 5 représente un ensemble de marnes variées provenant des régions centrales des montagnes de Judée (Fig. 3, Bouzaglou & Ben-Shlomo 2023 : Figs. 4-5).

Le Groupe 1 contient 66 % des échantillons, le Groupe 2 en contient 15 %, tandis que les quatre autres groupes correspondent à seulement 19 % des échantillons (Ben-Shlomo et al. 2022). Ainsi, tout du moins d’un point de vue pétrographique, l’échantillon est extrêmement homogène, surtout si l’on considère l’étendue géographique et chronologique, ainsi que le grand nombre de types et de sites.

L’analyse des dégraissants montre un passage graduel d’un dégraissant calcite-calcaire (grès, calcite, dolomite etc.) vers un dégraissant à base de quartz (qui peut être en partie ou entièrement naturellement présent dans l’argile sélectionnée) de l’âge du Fer IIA à IIB-C et non une rupture technologique comme précédemment suggéré en rapport avec une hypothétique introduction du tour rapide (London 2016 : 211–3, London & Shuster 2011 : 241–2).

Fig. 3 : Illustration des principaux groupes pétrographiques (© L. Bouzaglou)
Au-delà de la dichotomie : tournées ou façonnées à la main ?

Parmi les 700 marmites de cuisson analysées, 374 vaisselles complètes et tessons diagnostiques ont permis d’identifier trois groupes techniques distincts selon le protocole élaboré par Roux (2019) :

  • A : les récipients formés au colombin et martelés
  • B : les récipients formés au colombin et repris au tour
  • C : les récipients moulés

Le Groupe technique A comporte deux méthodes, A1 et A2, qui recourent au colombinage et au martelage pour former les récipients. La méthode A1 débute par la formation d’une base à partir d’un disque d’argile, auquel sont ajoutés des colombins d’épaisseurs variées. Les finitions sont réalisées par des opérations de lissage sans énergie cinétique rotative, avec l’application d’une barbotine épaisse en guise de traitement de surface principal. La méthode A2 partage des similitudes avec A1, mais les différences résident dans les étapes de finition, notamment par des opérations de lissage avec énergie cinétique rotative sur les bords (Figs. 4-5).

Le Groupe technique B englobe les méthodes B1 et B2. B1 associe le colombinage repris au tour et le martelage de la base pour façonner la panse du récipient à partir de colombins superposés. La méthode B2, quant à elle, suit un processus similaire sans martelage de la base, privilégiant une reprise intégrale au tour en montage inversé. Les récipients sont ensuite lissés lorsque l’argile est encore humide ou à consistance cuir. Dans certains cas, un polissage partiel avec un léger brillant indique une friction sur la pâte à consistance cuir.

Enfin, la méthode C1 utilise le moulage par percussion pour la base et la panse, complété par l’ajout de colombins sur une base moulée pour former la partie supérieure du récipient. C2 se distingue par l’absence d’utilisation de colombin. Les finitions de ces récipients consistent en un lissage sur argile humide, avec une application de barbotine.

Aucun tour rapide n’a été utilisé pour la production de marmites de cuisson de l’Âge du Fer. Au contraire, cette étude a montré l’utilisation intensive du battage/martelage, une technique jusqu’à présent non documentée pour la période. De plus, la base arrondie introduite à l’âge du Fer IIB est particulièrement efficace en termes d’absorption des chocs thermiques et de distribution de la chaleur, contrairement aux bases plates où la jonction entre la base et le corps est susceptible de se briser lors de déformations. L’application d’une barbotine d’argile à la base des pots renforce leur solidité et fournit une base plus stable grâce à la rugosité du relief, augmentant ainsi la surface d’adhérence et permettant l’absorption rapide de la chaleur. Les finitions de surface, tel le polissage, ont permis de réduire la perméabilité, mais également de favoriser une meilleure montée en température et une meilleure résistance aux chocs thermiques (Bouzaglou & Ben-Shlomo 2023).

Fig.4 : Exemple d’illustration de Groupe Technique A (Bouzaglou & Ben-Shlomo 2023 : Fig. 7)
Fig. 5 : Macrotraces du Groupe Technique A (Bouzaglou & Ben-Shlomo 2023 : Fig. 8)
Choix techniques et identités socioculturelles 

C’est en combinant à la fois analyses typologiques, pétrographiques, technologiques et chimiques, que des choix techniques se dessinent. La production des formes dites édomites (CP9-10) suit une chaîne opératoire distincte de celle du reste de l’assemblage (Groupe Technique A) dans la région. Elle est conçue avec une pâte homogène (pétro-groupe 6), marquant ainsi une tradition potière du Néguev et de la vallée de l’‘Aravah durant l’Âge du Fer IIB-C, et principalement distribuée sur les sites de la vallée de Beer-Sheba.

Le Groupe Technique B identifié dans la majeure partie de l’assemblage, illustre une « communauté de pratiques partagées » dans la région de Judée. Elle caractérise le groupe technique principal pour les types de céramiques CP1-CP8 et CP13-CP14, qui appartiennent principalement aux pétro-groupes 1 et 2. La région de Jérusalem et la Shéphélah se distinguent par leurs centres de production spécialisés, tandis qu’une production plus réduite est observable dans le Néguev, associée au pétro-groupe 2. Une autre « communauté de pratiques partagées » est identifiée dans la plaine côtière, en lien avec les céramiques CP8 et le pétro-groupe 4. Ces méthodes apparaissent principalement dès le début de l’âge du Fer IIB et persistent jusqu’à la période Perse.

Enfin, les méthodes C1 et C2, héritées de l’âge du Bronze, ne sont appliquées que sur des vases de l’âge du Fer IIA dans la Shéphélah et progressivement oubliées au profit des groupes techniques A et B, plus adaptés aux nouvelles formes du répertoire culinaire de l’Âge du Fer IIB-C.

Fig. 6 : Petro-groupes et types de marmites de l’âge du Fer IIB-C (Bouzaglou & Ben-Shlomo 2023 : Fig. 6)
Un processus de standardisation et des centres de production spécialisés

Pendant l’âge du Fer IIA, s’observe une plus grande variabilité des argiles utilisées pour la production de la vaisselle de cuisson par rapport aux assemblages homogènes de l’âge du Fer IIB-C, tant en termes de sélection et de préparation de l’argile, de traits morpho-fonctionnels que de techniques de façonnage. Cependant, la transition vers la standardisation et la spécialisation de la production de la vaisselle de cuisson a été graduelle et bien établie au cours du 7e siècle av. J.-C.

L’homogénéité de l’échantillonnage pétrographique a été confirmée à l’aide de l’analyse par activation neutronique (NAA) mettant en lumière plusieurs centres de production, notamment à Jérusalem, selon un profil chimique localisé (Ben-Shlomo et al. 2022, JleB ; Fig. 7). D’autres groupes chimiques peuvent représenter plusieurs ateliers de poterie régionaux de la Shéphélah judéenne, comme la région de Lachish, ainsi que des centres de production sur la plaine côtière sud et la vallée de l’Aravah, le Néguev oriental et Édom, distribuant leurs produits localement et régionalement, parfois sur de longues distances.

Cela est particulièrement visible dans la vallée de Beer-sheba, par exemple, où environ 80 % des marmites de cuisson analysées étaient importées d’autres régions, mais principalement de Jérusalem en parallèle d’une production locale restreinte (Ben-Shlomo & Bouzaglou sous presse).

Fig. 7 : Zones de production des marmites de types CP1-CP2-CP4-CP6-CP7 (Bouzaglou & Ben-Shlomo 2023 : Fig. 16)
Conclusion : Des traditions ancrées dans la longue durée

Les études ethnographiques ont permis de mettre en lumière les échanges régionaux, en mettant l’accent sur les spécifications techniques et fonctionnelles requises pour la fabrication de céramiques culinaires. Ces recherches ont révélé que la renommée de certains centres de production était liée à la qualité supérieure de leurs produits spécialisés. Ces centres exportaient souvent leurs produits dans les régions environnantes, suggérant que la production de marmites de cuisson occupait une niche sociale, des capacités techniques restreintes, et/ou une préférence pour des argiles présentant des caractéristiques spécifiques.

À cet égard, le Talmud Babli (Shabbat 120b), compilé à la fin de l’Antiquité, note la résistance thermique supérieure des récipients fabriqués dans les grands centres de production de Kfar Shihin et Hananya en Galilée, largement échangés dans la région (Adan-Bayewitz 1993). Notons ici que la pâte utilisée pour ces marmites présente des qualités minéralogiques et physico-chimiques identiques à notre pétro-groupe 1.

Dans la longue durée, un phénomène similaire peut être observé à travers l’étude du commerce palestinien de marmites de cuisson traditionnelles. Au cours du 20e siècle ap. J.-C., le grand centre de fabrication de marmites de cuisson à al-Jib  – entre Ramallah et Jérusalem – vendait ses produits à des centres régionaux beaucoup plus éloignés, aussi loin que Gaza ou même Amman (Landgraf & Rye 2021). L’importance de ce centre de production était liée à l’exploitation d’une argile de haute qualité dégraissée à la calcite, encore une fois identique au pétro-groupe 1, matérialisant ainsi une pérennité technique de l’âge du Fer à l’époque contemporaine.

Remerciements

Ce projet a été financé par la subvention No. 208/19 de la Israel Science Foundation et dirigé par le Professeur David Ben-Shlomo.

Bibliographie

Adan-Bayewitz D., 1993. Common Pottery in Roman Galilee: A Study in Local Trade, Ramat-Gan, Bar-Ilan University Press.

Ben-Shlomo D., 2019. Cooking Pot Production in Judah during the Iron Age II, Judea Samaria Research Studies, 28(1), 5*–36*.

Ben-Shlomo D., Bouzaglou L., sous presse. Mobility Patterns of Cooking Pots in the Beer-Sheba Valley during the Iron Age II, Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins.

Ben-Shlomo D., Bouzaglou L., Mommsen H., Sterba J.H., 2022. Production Centers of Cooking Pots in Iron Age Judah, Archaeometry, 65(1), 84–104.

Bouzaglou L., Ben-Shlomo D., 2023. A ‘Chaîne Opératoire’ Perspective on Iron Age II Judean Cooking Pots, Journal of Archaeological and Anthropological Sciences, 15(6).

Freud L. 2014. Local Production of Edomite cooking pots in the Beersheba Valley: Petrographic Analyses from Tel Malḥata, Ḥorvat ‘Uza and Ḥorvat Qitmit, in: J.M. Thebes (éd), Unearthing the Wilderness: Studies on the History and Archaeology of the Negev and Edom in the Iron Age, Ancient Near Eastern Studies Supplement Series 45, Peeters, Leuven, 283–306.

Herzog Z., Singer-Avitz L., 2015. Iron Age IIA-B: Judah and the Negev, in: S. Gitin (éd), The Ancient Pottery of Israel and its Neighbors from the Iron Age through the Hellenistic Period, Jerusalem, Israel Exploration Society, 213–255.

Landgraf J., Rye S.O., 2021. Palestinian Traditional Pottery: A Contribution to Palestinian Culture. A Fieldwork Study, 1972–1980, Cahiers de la Revue Biblique 101, Peeters Publishers, Leuven.

London G.A., 2016. Ancient Cookware from the Levant: An Ethnoarchaeological Perspective, Equinox, Sheffield.

London, G.A., Shuster, R.D., 2011. Calcite: a Hard Habit to Break, In: Chesson M.S. (ed), Daily Life, Materiality, and Complexity in Early Urban Communities of the Southern Levant: Papers in Honor of Walter E. Rast and R. Thomas Schaub, Eisenbrauns, Winona Lake IN, 233–246.

Quinn P.S., 2022. Thin Section Petrography, Geochemistry and Scanning Electron Microscopy of Archaeological Ceramics, Archaeopress, Oxford.

Roux V., 2019. Ceramics and Society. A Technological Approach to Archaeological Assemblages, Berlin.

Singer-Avitz L., 1999. Beersheba–a Gateway Community in Southern Arabian Long-distance Trade in the eighth century BCE, Tel Aviv, 26(1), 3–75.

Singer-Avitz L., 2002. Arad: The Iron Age Pottery Assemblages, Tel Aviv, 29(1), 110–214.

Spataro M., Villing A., 2015. Ceramics, Cuisine, Culture: The Archaeology and Science of Kitchen in the Ancient Mediterranean World, Oxbow Books, Oxford.

L’auteur

Liora Bouzaglou est doctorante à l’Université de Tel Aviv et à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste des archéomatériaux et archéologue du Levant sud. Elle est rattachée à l’UMR 7041 Archéologie et Sciences de l’Antiquité (VEPMO) et au Department of Archaeology and Ancient Near Eastern Cultures (Tel Aviv University).



Citer ce billet
Liora Bouzaglou (2023, 16 novembre). La cuisine de l’âge du Fer : exploration minéralogique et technologique des marmites Judéennes. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd3n

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search