Guerriers et artisans en Egée à l’âge du Bronze, un projet expérimental à Jalès

Du 12 au 23 octobre dernier, s’est tenue à l’antenne de Jalès du laboratoire Archéorient, une session expérimentale organisée par V. Loescher, J. Vosges et Q. Zarka. Cette rencontre a réuni 14 participants, étudiants de l’Université de Paris-1 pour la plupart, concernés ou intéressés par une approche expérimentale de la métallurgie et de l’artisanat à l’âge du Bronze. Il s’agit de la première rencontre de ce type à Jalès, lieu qui accueille par ailleurs de nombreux travaux d’expérimentation dans d’autres spécialités.

Nos objectifs étaient aussi bien scientifiques, en produisant des référentiels documentés à mettre en regard du registre archéologique, que pédagogiques, en permettant une initiation aux multiples facettes des procédés métallurgiques et artisanaux anciens. Cette rencontre fut aussi le prétexte à plusieurs actions de médiation pour faire connaître et partager nos travaux.

Contexte et problématiques

Les problématiques archéologiques ont été apportées par Quentin Zarka et Valentin Loescher qui, dans le cadre de leur doctorat, travaillent respectivement sur l’armement et l’outillage métallique à l’âge du Bronze récent dans le monde égéen (1700 – 1200 avant notre ère).

 Il se dégage ainsi deux principaux axes dans notre recherche expérimentale : 

  • La reproduction d’éléments d’armement (casques en bronze et casques en défenses de sanglier)
  • La reproduction d’outils en bronze issus des “dépôts d’outils” en Crète (Georgiou 1979, Blackwell 2018) et liés au travail du bois (Deshayes 1960, Poursat 1985), de la pierre, du cuir, de l’os ou encore du métal (Evely 2000).

Concernant la production d’éléments d’armement, les objectifs de cette session expérimentale ont porté sur le façonnage de défenses de sanglier pour la réalisation de casques et la réalisation de plaquettes de bronze, à différents taux d’étain, afin de travailler sur le martelage et les aspects techniques liés à la fabrication des casques en bronze (fig. 1). 

Fig. 1 : Casque en défense de sanglier (Tombe à chambre 518, Mycènes, 1650-1410 av. J.-C.) et casque en bronze (Cimetière Aghios Ioannis, Crète 1450-1400 av. J.-C.), photos d’auteur

Pour la reproduction d’outils, nous souhaitions expérimenter différentes modalités de moulage et différents dosages d’étain dans le bronze. Il nous semblait également important de réaliser toutes les étapes de finitions et d’emmanchement des outils afin de pouvoir les utiliser dans le cadre de chantiers de construction expérimentaux (projet TiMMA- Timber in Minoan and Mycenaen Architecture) et de pouvoir documenter ainsi leur aspect fonctionnel (fig. 2).

Fig. 2 : Outillage en bronze : a) ciseau – b) poinçon – c) foret – d) hache-herminette – e) marteau-tas – f) hache-marteau – g) herminette double h) tranchet – i) lame de scie

Nous avions pu, en amont de cette session expérimentale, tester et reproduire des éléments techniques pour la métallurgie (creusets, tuyères, soufflets, matrices) et le travail des matières dures animales (outils d’abrasion ou de forage). Cette première approche exploratoire nous a permis de mieux dégager nos objectifs et d’avoir les moyens techniques pour expérimenter dans des conditions compatibles avec l’état des connaissances sur la métallurgie et l’artisanat du Bronze récent dans le monde égéen et méditerranéen.

Expérimentations
  • La production d’éléments d’armement : 

Les casques en défenses de sanglier : dans la perspective de reconstituer un casque composé de près d’une centaine de défenses façonnées, perforées et assemblées sur une base en cuir, nous nous sommes concentrés sur des techniques d’abrasion (polissoirs en émeri et en grès) et de rainurage (burins de silex et d’obsidienne) permettant une refente contrôlée des défenses ainsi que sur leur perforation (foret à archet muni de pointes en bronze, silex ou obsidienne)(Fig. 3).

Fig. 3 : Perforation à l’archet et rainurage au burin de défenses de sanglier

Les casques en bronze :  le casque découvert dans le cimetière d’Aghios Ioannis (1450-1400 av. J.-C., Crète) est particulièrement bien conservé et nous sert de base pour l’étude des casques en bronze. Réaliser entièrement un casque en bronze n’étant pas à notre portée, nous avons néanmoins réalisé une réplique, en laiton ou ‘’bronze florentin” (85% de cuivre pour 15% de zinc), sous la conduite d’Olivier Julia, dinandier de métier, pour nous familiariser avec le martelage d’alliages cuivreux. Dans le cadre de cette session expérimentale, nous avons produit des préformes de couvre-joues en bronze dont les proportions en étain ont varié entre 5 et 15% et l’épaisseur entre 2 et 5 mm pour réaliser des essais de martelage afin de pouvoir comparer les réactions du bronze florentin et du bronze ‘’vrai’’ à la déformation plastique.

  • La production d’outils en bronze

Nous avons scindé notre approche en deux axes : la production selon un protocole expérimental strict d’un type de ciseau (Evely 1993, type 2b ; Poursat 1985, p.122) et la réalisation de tests exploratoires sur la méthode de production des autres outils.

Pour le ciseau choisi, le but était de disposer de 20 exemplaires sur lesquels seraient testées 3 variables : le type de moule utilisé (afin d’évaluer la qualité du rendu et l’effort à fournir pour les finitions), l’alliage (0, 2, 6, 10 et 15 % d’étain pour tester la dureté) et le type de percuteur (lithique et métallique) utilisé pour la mise en forme de l’outil et l’écrouissage des tranchants (pour documenter les traces de façonnage).

Pour les autres outils (foret, poinçon, double herminette, scie et tranchet) l’expérimentation portait surtout sur la méthode de fabrication la plus efficace suivant différentes options de moulage : moules bivalves au sable et en argile, moules monovalves au sable et moules à la cire perdue (fig. 4).

Fig. 4 : Chaîne opératoire de fabrication d’un ciseau à la cire perdue : ciseau en cire, enrobage, démoulage, ciseau brut et ciseau poli
Approche pédagogique

Les participants ont pu s’initier à tous les aspects techniques liés à la fabrication d’objets en bronze et en matières dures animales en intervenant à tous les stades de la production.

Pour le travail du bronze, ils ont pu réaliser la préparation des matériaux de moulage (sable, terre et cires), le long travail de montée en température aux soufflets, les coulées, le décochage (démoulage) et les étapes de finitions (martelage, abrasion et affûtage). Pour le travail des défenses de sanglier, ils ont mené une part active aux travaux de rainurage, d’abrasion et de perforation.

Une partie très importante de leur expérience s’est jouée au coin du feu et pas seulement à cause de la pluie ! En effet, le travail auprès du foyer permet d’aiguiser ses sens pour apprendre à décoder les indices du foyer : lire la température aux couleurs des braises, le changement d’état du métal aux couleurs des flammes, la fusion au son d’une baguette de bois vert plongée dans le creuset, etc (fig. 5). 

Fig. 5 : Préparation d’une coulée de lame de scie en moule monovalve, ambiance autour du foyer de fusion

Ces activités purement techniques n’ont cependant pas occulté la nécessité de réaliser un enregistrement rigoureux des données expérimentales. Ainsi, les participants ont également pu s’initier aux aspects documentaires d’une expérimentation : descriptifs, photos, vidéos, pesées, mesures, observations macroscopiques et microscopiques.

Médiation

Dans le cadre de la fête de la science, nous avons présenté les 14 et 15 octobre trois ateliers sur le travail sur outils, le travail des défenses de sanglier et des démonstrations de métallurgie.  L’événement a réuni une vingtaine de visiteurs venus spécialement pour l’occasion et un groupe d’une soixantaine de personnes, en visite guidée de la Commanderie, qui a profité de l’occasion pour assister à nos démonstrations (Fig. 6).

Fig. 6 : Démonstration de métallurgie lors de la Fête de la Science

A l’initiative de Séverine Sanz-Laliberté (Archéorient), une première micro-conférence a été organisée au bar ‘’Les P’tits Vélos’’ de Chandolas le 20 octobre. Nous y avons présenté nos expérimentations et nos premiers résultats auprès d’un public curieux, dans un cadre convivial et chaleureux.

Mylène Pardoen, archéologue du paysage sonore à la Maison des sciences de l’Homme Lyon Saint-Étienne, est venue réaliser des enregistrements acoustiques des principales activités dans une optique de restitution de paysages sonores. Nous avons également exploré avec elle la possibilité de reconnaître la composition des alliages de bronze au son de leur tintement, et d’identifier également par ce biais des défauts dans les outils. 

En dernier lieu, notre groupe a accueilli pendant quelques jours, une équipe venue réaliser un podcast sur nos travaux, en collaboration avec l’APERA (Association Pour l’Expérimentation et la Recherche Archéologique), podcast qui sera disponible en ligne sur le site de l’APERA d’ici quelques semaines. 

Premiers résultats de l’expérimentation

Les casques en défenses de sanglier :  la plupart des objectifs ont été remplis et d’intéressantes questions sur l’efficacité des outils en bronze ont pu être soulevées. En effet, les outils en pierre utilisés pour l’abrasion, pour le rainurage et les perforations ont montré une plus grande efficacité et un entretien moins contraignant que leur équivalent en bronze. Reste à savoir si ce constat reflète une réelle inadaptation des outils de bronze ou si ces derniers peuvent être optimisés pour plus d’efficacité.

Les casques en bronze : la réalisation de plaquettes, même fines, n’a pas posé de problèmes majeurs. En revanche, le martelage du bronze n’a pas donné de résultats probants. Cette technique reste largement à explorer et à améliorer au niveau des alliages et des techniques de martelage et de recuit.

Les outils en bronze : la grande majorité des outils en bronze a été réalisée. Nous avons cependant manqué de temps pour réaliser et utiliser des moules en pierre et pour terminer et emmancher tous les objets confectionnés. Des questionnements demeurent pour la production de grands outils (grande herminette double et grandes lames de scies) pour lesquels notre petite structure foyère a montré ses limites. Les longues étapes de finition nous ont confirmé l’avantage de la cire perdue sur les autres techniques de moulage pour minimiser les finitions. 

Nous avons rencontré quelques surprises sur la qualité de certains objets coulés qui présentaient des défauts de structure les rendant inutilisables. Nous n’avons pas pu isoler le problème (composition des alliages, dégazage, température de coulée ?) mais nous tenterons de mieux le cerner à l’avenir.

Perspectives

Une prochaine session expérimentale viendra compléter celle-ci en début d’année 2024 pour poursuivre les travaux, sur les plus grands outils, le martelage du bronze et le travail des défenses de sanglier pour la réalisation d’un casque.

Par ailleurs, le bon déroulé du séjour, les résultats encourageants des expérimentations et l’enthousiasme des participants convergent pour donner une suite à cette initiative. Cette première session a permis de bien cerner les moyens techniques, pédagogiques et logistiques à mettre en place pour reconduire des travaux d’archéométallurgie à Jalès, lieux autant pratiques qu’agréables.

L’idée d’un prochain stage à l’automne 2024 pour continuer à partager nos expériences, approfondir certaines pistes et en défricher d’autres est d’ores et déjà dans les tuyaux (ou les tuyères) !

Fig. 7 : Foyer de fonderie et creuset

Bibliographie

Blackwell N. 2018. Contextualizing Myceanean Hoards : Metal Control on the Greek Mainland at the End of the Bronze Age, American Journal of Archaeology, 122, 509–540.

Clarke C.F. 2013. The manufacture of Minoan metal vessels: theory and practice, Studies in Mediterranean archaeology and literature. Uppsala, Åströms Förlag.

Deshayes J. 1960. Les outils de l’Âge du Bronze, de l’Indus au Danube (IVe au IIe millénaire), Paris, Geuthner, 2 vol.

Evely D. 1993. Minoans crafts: tools and techniques an introduction, vol.1., Jonsered, P. Åström.

______. 2000. Minoans crafts: tools and techniques an introduction, vol.2., Göteborg, P. Åström.

Georgiou H. 1979. The Late Minoan I Destruction of Crete. Metal Groups and Stratigraphic Considerations, University of California, Los Angeles.

Marquebielle B. 2014. Le travail des matières osseuses au Mésolithique. Caractérisation technique et économique à partir de séries du sud et de l’est de la France. Thèse de doctorat, Université de Toulouse.

Poursat J.-C. 1985. Outils de charpentiers et de menuisiers du quartier Mu de Malia (Crète). in : J.-L. Huot, M. Yon, Y. Calvet (éd.), De l’Indus aux Balkans. Recueil à la mémoire de Jean Deshayes, Paris, Recherches sur les civilisations, 119–125.

Varvarigos A.P. 1981. To Odontophrakton Mykinaikon Kranos, Athens, ed. Athens.

Zarka Q. et Loescher V., à paraître (2024). Fabriquer ses armes et ses outils, hypothèses pour une expérimentation sur l’âge du Bronze égéen, Bulletin de l’APERA, n°3.

Les auteurs

Valentin Loescher : Doctorant, laboratoire ArScAn (UMR 7041), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, EUR ArChal.

Jérémie Vosges : Chercheur associé de l’UMR 5133, Archéorient – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Quentin Zarka : Doctorant, laboratoire ArScAn (UMR 7041), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.



Citer ce billet
Valentin Loescher, Jérémie Vosges et Quentin Zarka (2023, 10 novembre). Guerriers et artisans en Egée à l’âge du Bronze, un projet expérimental à Jalès. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd3m

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search