Une semaine de formation aux métiers de l’archéologie II : Archéorient à Erbil 

La Haute Mésopotamie (nord-est de la Syrie, nord de l’Irak, sud-est de la Turquie) est une région très riche en sites archéologiques de toutes les périodes. Cependant le nord de l’Irak, notamment le Kurdistan irakien qui a accédé au statut fédéral en 2005 (Gouvernement régional du Kurdistan – GRK), était resté pendant longtemps assez peu exploré. Depuis un peu plus d’une décennie, les opérations de terrains, prospections et fouilles archéologiques, s’y sont multipliées (cf. Shemdin 2018). L’arrivée d’une partie des archéologues qui ont quitté la Syrie en 2011 en raison de la guerre a joué un rôle majeur dans cette dynamique. Actuellement, huit missions archéologiques françaises se sont montées en collaboration avec les institutions du Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK). Malheureusement, le nord-ouest de l’Irak jusqu’aux portes du Kurdistan a gravement souffert de 2014 à 2017 des offensives de Daech.  Du fait d’une situation sécuritaire précaire, les missions et projets archéologiques français dans la région sont pour la plupart gelés depuis plusieurs années. Néanmoins, de toutes nouvelles fouilles viennent de se mettre en place dans la ville d’Erbil, capitale du GRK, dans l’enceinte même de la citadelle, sous la conduite de Georges Mouamar, actuel responsable de l’antenne de l’Institut du Proche-Orient à ErbilIFPO- Erbil  (Fig. 1).

Fig 1. Carte de l’Irak avec la position d’Erbil (Google Map)

Georges a fait partie de la petite équipe d’Archéorient qui s’était déplacée au Liban en mai 2022 pour assurer une formation sur le terrain aux métiers de l’archéologie, formation organisée par Jwana Chahoud (professeur d’archéologie orientale à l’Université Lyon 2 & UMR Archéorient) pour les étudiants libanais. Reconduire le concept d’une formation sur le terrain sur les autres terrains archéologiques du laboratoire devint un objectif pour Archéorient. C’est donc très naturellement que Georges se proposa en début d’année 2023 pour reconduire cette formation à Erbil où il venait de prendre ses fonctions de responsable de l’antenne IFPO-Erbil.

L’organisation du déplacement pour une semaine d’un groupe d’enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs et doctorant français, franco-syriens, franco-libanais et syrien en Irak soulève de nombreux obstacles logistiques à franchir du fait des règles de protection strictes mises au point par le ministère des Affaires Étrangères (MEAE), en relation avec la situation géopolitique régionale.

Durant plusieurs mois, Georges mûrit ainsi le projet en coordination avec Archéorient et l’IFPO, puis avec les institutions françaises et irakiennes sur place. Il exposa le principe de la formation au Consul de France à Erbil pour avoir son aval et préparer les aspects logistiques : vérification des conditions d’hébergement et de travail, établissement des documents pour les autorisations. Il présenta le projet à la Direction générale des Antiquités du Kurdistan irakien (DGAK), aux départements d’archéologie de l’université de Salaheddin à Erbil et de l’université de  Souleymanieh (à deux cent kilomètres au sud-est d’Erbil).  Parmi les universitaires au Kurdistan irakien, Omar Mahmoud (université de Soran) et Eehan Qader (université de Salaheddin) ont fait leur thèse de doctorat à l’Université Lumière Lyon 2, rattachés à Archéorient. Les enseignants furent non seulement prêts à envoyer leurs étudiants suivre la formation, mais ils se montrèrent également très intéressés pour y participer eux-mêmes. Finalement, les candidatures furent foison et finalement près de 80 personnes, des enseignants, des personnels de services archéologiques ou culturels locaux et des étudiants venant de toutes les régions du Kurdistan iraqien se sont inscrits.

Côté Archéorient, plusieurs membres du laboratoire s’organisèrent pour passer cinq jours de formation du 15-19 octobre 2023 à Erbil et partager leurs expériences auprès des collègues irakiens (Sofiane Bouzid, Jwana Chahoud, Khaldoun Rajab, Sabine Sorin, Emmanuelle Vila). L’équipe fut complétée par de proches collègues Christian Dury (Maison des Sciences de l’Homme Lyon-St Étienne), Michel Brenet (INRAP et PACEA, Bordeaux) et Arwa Kharobi (Université de Masaryk à Brno, République Tchèque). 

C’est ainsi que le gros de la troupe débarqua fraîchement de France et de République Tchèque, à des heures indues, dans les nuits du vendredi au samedi et du samedi au dimanche, entre le 13 et le 15 octobre. Le passage à la douane du matériel géophysique ainsi que de quelques spécimens ostéologiques de référence ne fut pas aisé, mais grâce à l’appui de Georges et de la DGAK, tout finit bien. Nous étions hébergés à l’Institut Irakien pour la Conservation des Antiquités et du Patrimoine (Iraqi Institute for Conservation of Antiquities and Heritage – IICAH) au centre d’Erbil. Le samedi fut l’occasion de prendre l’air d’Erbil, de visiter la citadelle et les fouilles de Georges, en compagnie de Carole Roche, la directrice du département d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité (DAHA) de l’IFPO en déplacement à l’antenne d’Erbil, de découvrir  les locaux de l’IFPO et de repérer les lieux de la formation.

La ville d’Erbil, une petite bourgade au début du 20e siècle, s’est agrandie depuis les années 1990 d’une manière exponentielle selon un schéma radioconcentrique. Elle accueillait déjà en 2020 près d’1,2 million d’habitants (cf. Roussel 2021a et b, sur le développement urbain d’Erbil). Au coeur de la ville, le petit centre historique (citadelle et quartiers anciens au pied) conserve une animation très populaire où il fait bon flâner. En revanche, les quartiers qui s’organisent autour des couronnes successives de la ville sont très modernes, ils sont parcourus par de larges artères et ne se prêtent guère à la promenade.

La citadelle a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2014, elle surplombe de plusieurs dizaines de mètres la ville d’Erbil.  Son aspect visuel est impressionnant avec au sommet le mur quasi-ininterrompu de façades du XIXe siècle qui domine la ville basse (Fig. 2). Le tell s’est constitué au fur et à mesure des occupations successives dont les plus anciennes ne sont pas encore bien datées. A l’époque assyrienne, on le sait par les sources textuelles, Erbil était un important centre politique et religieux. En dernier lieu, la citadelle a été largement marquée par la période ottomane et l’époque moderne avant qu’elle ne soit vidée de ses habitants à des fins de restauration et de valorisation du bâti (Al Yaqoobi, Michelmore et Tawfiq 2016). C’est dans une des magnifiques maisons d’époque ottomane tardive (1880-1918), la Maison Shihab Chalabi, que l’antenne de l’IFPO est installée, avec ses bureaux, sa bibliothèque, ses salles de travail aux plafonds égayés de motifs géométriques ou floraux colorés, son portique aux colonnes en marbre gris de Mossoul, qui s’organisent autour d’une petite cour dallée joliment agrémentée de pots de fleurs et d’arbustes. C’est un lieu tranquille, harmonieux, propice à la réflexion et au travail. Une grande terrasse sur le toit offre une surface idéale pour nettoyer, faire sécher, trier du matériel archéologique, et admirer la vue au soleil couchant.

Fig. 2 : La forteresse (et la porte sud) d’Erbil, le soir (© Michel Brenet)

Les fouilles archéologiques dirigées par Georges se trouvent, l’une, dans la citadelle d’Erbil même, où il s’agit de suivre la succession des occupations humaines sur le tell et retrouver des niveaux d’occupation de l’âge du Bronze ; l’autre, dans la ville basse à la recherche du second mur d’enceinte néo-assyrien et pour caractériser l’occupation de cette zone. L’enjeu de ces fouilles est d’importance, aucune fouille suivie n’avait été faite à Erbil auparavant et ces emplacements sont très prometteurs.

Fig 3 : programme des conférences
Fig. 4 : Journée inaugurale de la formation, les participants (© Christian Dury).

Le dimanche 15 octobre a vu l’inauguration de la formation dans la salle de conférence de l’IICAH (Fig. 3 et 4).  La journée fut introduite par les interventions officielles des représentants des institutions concernées par l’évènement : tout d’abord Georges Mouamar en tant qu’organisateur et responsable de l’antenne IFPO-Erbil (Fig. 5), ensuite M. Abdullah Khorsheed, le directeur du l’Institut Irakien pour la Conservation des Antiquités et du Patrimoine, suivi de M. Rodolphe  Richard, le consul général adjoint de France à Erbil, puis M. Kaify Mostafa, le directeur général des Antiquités du Kurdistan, et enfin, M. Qader Mohammad Hassan, le doyen de la faculté des Lettres de l’Université de Salaheddin. Le reste de la journée fut dédié aux présentations de nos différents ateliers (Fig. 6,7,8,9). L’une des difficultés majeures fut de se mettre en accord sur la langue à employer. Nous nous étions préparés à faire nos présentations en anglais, mais en cours de la conférence, à la suite de discussions et après moult hésitations, certains d’entre nous firent leur présentation en arabe, d’autres en français ou en anglais traduit en kurde, puis d’autres en arabe aussi mais avec traduction en kurde (Merci à Omar Mahmoud et à Narmin Ali Amen d’avoir assuré d’emblée le rôle d’interprètes) … Ce bel exemple de foisonnement des langues souligne l’histoire de chacun.

Fig. 5 : Inauguration des journées de formation : Georges et Narmin (© Christian Dury), Fig 6 : Journée inaugurale de la formation, présentation de Jwana (© Christian Dury), Fig. 7 : Journée inaugurale de la formation, présentation de Sofiane (© Christian Dury), Fig. 8 : Journée inaugurale de la formation, présentation de Khaldoun (© Christian Dury), Fig. 9 : Journée inaugurale de la formation, présentation de Christian (© Sofiane Bouzid)

Les jours suivants ont été occupés par nos ateliers : huit ateliers en tout durant quatre jours, en cycle de deux sessions de deux jours. Séparés d’environ 200 m et d’un important dénivelé, nos ateliers étaient un peu dispersés géographiquement.

Arwa (bioanthropologie et ostéologie humaine) et Emmanuelle (archéozoologie et ostéologie animale) s’étaient installées à l’IICAH pour profiter des vastes salles de travail de l’institut dotées de grands écrans et de larges tables pour étaler des squelettes de comparaison et des restes archéologiques (Fig. 10, 11, 12).  Jwana et Yanal Makdad (techniques de fouille) ainsi que Khaldoun (méthodes de prospection géophysique) ont occupé le secteur de la fouille Ville Basse, idéal pour faire des travaux pratiques sur le chantier et parcourir le terrain alentour avec le magnétomètre (Fig. 13 et 14). Sabine (méthodes 3D /scanner surfacique pour les objets archéologiques et photogrammétrie) et Sofiane (structuration des données et database) avaient organisé leurs ateliers dans les locaux de l’IFPO, tandis que Michel (techniques de taille et lecture de l’industrie lithique) avait réquisitionné la cour pour en faire un atelier de taille et de concassage (Fig. 15, 16, 17, 18). Christian (filmer/monter avec son smartphone) fit son quartier général à l’IFPO, et allait et venait avec son groupe entre les différents ateliers qui servirent de terrain d’exercices pour les participants (fig. 19, 20, 21). Quelques besoins restèrent à combler à la dernière minute, il fallut trouver un squelette humain en résine pour Arwa : le personnel de l’IICAH lui prêta gracieusement leurs deux exemplaires ; il fallut aussi trouver de la matière première lithique pour Michel : une expédition de ramassage de galets de calcaire (à défaut de silex) fut orchestrée par Eehan près d’Erbil dans les dépôts alluviaux d’un wadi.

Fig. 10 et 11 : Atelier « Bioanthropologie et ostéologie humaine » avec Arwa (© Christian Dury)

Les journées furent intenses, les groupes étaient relativement nombreux (une dizaine de personnes par atelier et par session). Nous parlions qui en anglais, qui en français, qui en arabe en fonction de notre public et des collègues kurdes qui nous épaulaient et faisaient office d’interprètes. Le soir, nous nous retrouvions pour dîner dans le calme reconquis de la cour de l’IFPO, ou bien, en ville, nous savourions une cuisine syro-irakienne au rythme d’un narguilé (une excellente formation chicha encadrée par Sofiane et Christian ;)).

Fig. 12 : Atelier « Archéozoologie et ostéologie animale » avec Emmanuelle (© Christian Dury), Fig. 13 : Photo de groupe de l’atelier «  Méthodes de fouille en archéologie » avec Jwana et Yanal, avant de se quitter. Fig. 14 : Atelier « Méthodes de prospection géophysique » avec Khaldoun (@ Jwana Chahoud). Fig. 15 : Atelier «  Photogrammétrie et 3D » avec Sabine (© Christian Dury). Fig.16 : Atelier « Photogrammétrie et 3D » avec Sabine (© Christian Dury). Fig. 17 : Atelier « Structuration des données et database» avec Sofiane (© Christian Dury). Fig. 18 : Atelier « Techniques de taille et lecture de l’industrie lithique» avec Michel (© Christian Dury). Fig. 19 : Atelier « Filmer/monter avec son smartphone » de Christian (© Christian Dury). Fig. 20 : Atelier «Filmer/monter avec son smartphone » de Christian dans la salle d’exposition de l’IFPO en sous-sol (© Christian Dury). Fig. 21 La cour de l’IFPO et les travaux pratiques de l’atelier « Techniques de taille et lecture de l’industrie lithique » et de l’atelier « Filmer/monter avec son smartphone » (© Christian Dury).

Un matin, nous reçûmes une quarantaine d’élèves de l’École française internationale Danielle-Mitterrand venus nous rendre visite pour découvrir l’archéologie et nos différents métiers.  Nous eûmes aussi la visite de M. Rodolphe Richard, consul général adjoint de France, et de M. Pascal Roos, conseiller de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France à Bagdad. Le directeur de l’IICAH, M. Abdullah Khorsheed présenta également nos ateliers au consul général des Etats-Unis à Erbil M. Mark Stroh, de passage à l’IICAH.

Quotidiennement, sous forme de vlog (blog qui utilise la vidéo comme support principal de contenu), une caméra du Pôle Image Animée et Audio (PI2A) de la Maison des Sciences de l’Homme Lyon St-Etienne  suivait la semaine de formation. Ces très courtes vidéos retracent bien les points forts de ces journées.

Cette formation sur le terrain à Erbil s’est révélée être une nouvelle expérience humaine et professionnelle riche qui nous incite à aller plus loin pour braver les obstacles linguistiques et imaginer les voies les plus pédagogiques possible afin d’ouvrir aux archéologues des pays où nous travaillons, professionnels comme étudiants, de nouveaux horizons dans la pratique de nos métiers et de nos techniques et outils pour l’archéologie.

La plupart d’entre nous ne connaissait ni Erbil ni le Kurdistan irakien, cette semaine a été une chance extraordinaire de découvrir une nouvelle culture, d’y faire des rencontres attachantes et d’avoir des échanges hors du commun. Malgré les nouvelles terribles qui nous sont arrivées du Levant pendant ces journées, particulièrement angoissantes pour certains d’entre nous, notre cohésion amicale s’est maintenue du fait de la bonne humeur et de la gentillesse régnante dans notre petit groupe (Fig. 22 et 23).

Fig. 22 : Photo de groupe dans la cour de l’IFPO avec les animateurs de la formation (© Christian Dury).
Fig. 23 : La ville d’Erbil le soir, vue de la terrassse de l’’IFPO sur la citadelle (© Christian Dury)

La formation s’est passée dans d’excellentes conditions grâce à Georges Mouamar qui, épaulé par Vahin Ossman (secrétaire de l’IFPO-Erbil) et Rekan Qader (logistique), s’est donné sans compter du début à la fin dans l’organisation (peu simple et à rebondissements), en veillant de très près au bien-être de chacun et au bon déroulé du programme et des ateliers. Nous le remercions chaleureusement ainsi que Vahin et Rekan. La réussite de cette semaine de formation doit également beaucoup aux efforts de nos collègues kurdes qui, infatigablement, se sont attachés à servir d’intermédiaires et à faire des traductions systématiques et complètes afin que tous les participants puissent suivre et s’instruire. Nous les remercions du fond du cœur. Les retours que nous avons eu des participants étaient très positifs. L’objectif de cette formation était d’ouvrir des horizons, de sensibiliser et d’initier à des outils et à des approches, à travers des ateliers essentiellement pratiques où l’on touche, où l’on fait soi-même et où l’on s’exerce. Même si la durée des sessions sur 2 jours peut paraître courte, notre objectif a été atteint.

Nous souhaitons remercier toutes les institutions françaises et irakiennes qui ont autorisé et favorisé notre séjour à Erbil, et plus spécialement l’IFPO et la directrice du DAHA, Mme Carole Roche, le consulat de France à Erbil et l’IICAH, ainsi que toutes les institutions qui ont collaboré au projet, la direction générale des Antiquités du Kurdistan, l’Université Salaheddin et l’Université de Souleymanieh ainsi que l’ambassade de France à Baghdad.
La formation a été financée par l’IFPO-Erbil et le laboratoire Archéorient.

Bibliographie

Al Yaqoobi D., Michelmore D. et Tawfiq R. K. 2016. Highlights of Erbil Citadel, History and Architecture. Visitor Guide. High Commission for Erbil Citadel Revitlisation (HCERC), Erbil.

Roussel C. 2021a. “Erbil à l’horizon 2030 : un développement urbain remis en question ? (1)”, Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orienthttps://ifpo.hypotheses.org/11389, le 8 novembre 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Roussel C. 2021b. “Erbil à l’horizon 2030 : un développement urbain remis en question ? (2)”, Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orienthttps://ifpo.hypotheses.org/11394, le 22 novembre 2021. [En  ligne sur hypotheses.org]

Shemdin G. 2018. Welcoming Archaeological Projects in Iraqi Kurdistan: The Kurdish Point of Vie, Études Mésopotamiennes – Mesopotamian Studies 1, 22-34.

Billets sur l’archéologie et le patrimoine du Kurdistan irakien publiés dans les pages ArchéOrient – Le Blog :

Battini L. 2015. L’engagement archéologique français au Kurdistan irakien – une table ronde internationale passionnante, ArchéOrient – Le Blog, 18 décembre 2015, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/5216

Couturaud B. et Mouton M. 2020. L’Institut français du Proche-Orient à Erbil et le développement de la recherche en sciences humaines et sociales en Irak, ArchéOrient – Le Blog, 13 mars 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14760

Couturaud B. 2023. Le projet de restauration des œuvres détruites du musée culturel de Mossoul, ArchéOrient – Le Blog, 2 juin 2023, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/23524

Morandi Bonacossi D., Hasan B. J.,  Simi F. 2023. Water, Gods and Kings. The Neo-Assyrian Canal and Rock Reliefs in Faida (Kurdistan Region of Iraq), ArchéOrient – Le Blog, 19 mai 2023. [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/23289

Nicolle C. 2020. Une tradition urbanistique inédite de la « culture Ninivite 5 », à Bash Tapa (Kurdistan irakien), ArchéOrient – Le Blog, 2 octobre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15249

Rouault O. et Masetti-Rouault M. G. 2013. La mission 2013 à Qasr Shemamok – Kilizu (Kurdistan irakien), ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 05 juillet 2013. [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/1302

Rouault O, Masetti-Rouault M.-G., Calini I. et Mahmoud O. 2021. Recherches récentes à Qasr Shemamok (Kurdistan d’Irak), ArchéOrient – Le Blog, 24 septembre 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16401

Tenu A., Kepinski C. 2015. Nouvelles recherches au Kurdistan iraquien : la mission archéologique du Peramagron, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 20 février 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3738

Les auteurs

Emmanuelle Vila est Directrice de Recherche au CNRS. Archéozoologue, spécialiste de l’Asie du Sud-Ouest. UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Sofiane Bouzid est Ingénieur d’études à Archéorient et responsable du pôle Statistiques et fouille de données.

Michel Brenet est Paléolithicien, agent INRAP rattaché à l’UMR PACEA (UMR5199) à Bordeaux

Jwana Chahoud est Professeure d’Archéologie Orientale à l’université Lyon 2, spécialiste archéozoologue, UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon / Université Libanaise, Beyrouth

Christian Dury est Ingénieur de recherche – IR (CNRS). Co-responsable du Pôle Image Animée et Audio (PI2A) de la Maison des Sciences de l’Homme Lyon St-Étienne (MSH LSE) à Lyon

Arwa Kharobi est Bio-anthoropologue, enseignante à l’Université de Masaryk à Brno (République Tchèque)

Khaldoun Rajab est doctorant du laboratoire Archéorient – UMR 5133, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Sabine Sorin est Ingénieur d’études à Archéorient, spécialiste des relevés 3D et du traitement des données.



Citer ce billet
Emmanuelle Vila et al. (2023, 3 novembre). Une semaine de formation aux métiers de l’archéologie II : Archéorient à Erbil . ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd3l

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search