« Comment on fait un vase et ce que cela raconte de son potier ». (2023, 2e édition).

Stage de formation à la lecture et à l’interprétation des chaînes opératoires céramiques

Il est parfois vrai que repetita iuvant (répéter est bien utile). Du 04 au 10 septembre 2023 a eu lieu à la commanderie de Jalès, pour la seconde année consécutive, un stage concernant la lecture et l’interprétation des chaînes opératoires céramiques. Alors que, en France comme en Europe, les formations de ce type se sont raréfiées depuis plusieurs années, ce stage constitue l’une des rares occasions existantes permettant d’aborder la lecture des techniques potières et leurs séquences opérationnelles. Les chaînes opératoires – les procédés permettant de transformer une matière première en produit fini – ont donc été évoquées par le biais de cours, d’ateliers et d’excursions mettant en lumière des approches variées réalisées dans différents cadre (études préventives, travaux de recherches archéologiques et ethnologiques) couvrant une vaste période chronologique et des contextes diversifiés (Europe de l’Ouest, Proche-Orient, Afrique de l’Ouest, Asie du Sud-Est, etc.). La finalité de cette formation n’est pas de former en une semaine des technologues ou d’apprendre aux stagiaires toutes les procédures et les modalités de l’analyse technique, mais plutôt, à l’issue de débats et d‘activités pratiques, de permettre aux participants de développer leurs propres questionnements vis-à-vis du mobilier qu’ils rencontrent dans le cadre de leur travail. Ce stage doit ainsi leur permettre de mesurer l’apport de l’étude des chaînes opératoires, concept français issu notamment des travaux de Marcel Mauss et d’André Leroi-Gourhan, en vue de la résolution de problématiques variées. Pour certains, étudier les chaînes opératoires peut amener à reconstituer des activités ou des systèmes de production ; d’autres se questionnent plutôt sur les habiletés des artisans anciens ; quelqu’un aura tendance à décliner cet outil analytique pour illustrer des phénomènes de spécialisation ; alors que quelqu’un d’autre l’utilise comme marqueur des « identités techniques » au sein des communautés anciennes. En somme, quand ce sont les céramologues qui s’approprient ce concept et ces démarches d’étude, la notion de chaîne opératoire n’apparaît pas davantage rigolote et accessible que quand ce sont les lithiciens (ses vrais inventeurs) qui en parlent. Et pourtant ce rendez-vous de Jalès, issu d’une coopération entre Archéorient et le Service Archéologique de la Ville de Lyon (SAVL), rencontre toujours un réel succès auprès des étudiants comme des professionnels qui nous amène à souhaiter vivement poursuivre cette formation lors des années à venir. Autrement dit : on peut aborder des sujets complexes et scientifiquement significatifs tout en s’amusant.

Onze stagiaires ont débuté la formation de cette année. Ils présentent des profils variés : étudiants de Licence, Master et Doctorat issus de diverses universités (Lyon, Strasbourg, Paris et Rennes) ainsi que des professionnels issus de l’archéologie préventive, tous intéressés par les techniques céramiques. Ils ont été rejoints au cours de la semaine par trois stagiaires de l’année précédente. L’investissement de l’ensemble des participants lors des cours et des ateliers a été constant et a largement participé au dynamisme du stage générant de nombreux échanges fructueux avec les différents intervenants. Puis, dans la mesure où parfois pour comprendre les choses il faut bien les expérimenter, les toucher et les tester, nous avons aussi eu la chance d’accueillir parmi nous la potière Aline Chambon, qui nous a fait bénéficier de ses connaissances concernant les techniques de façonnage des céramiques (Fig.1). D’ailleurs, la commanderie de Jalès est un espace souvent voué à des expérimentations qui sont avant tout des expériences, à la fois matérielles, techniques, gestuelles et cognitives, lesquelles, comme lors de cette formation, ouvrent la voie à de nombreux échanges passionnants avec les participants et les intervenants.

Fig. 1 : Démonstration de façonnage au tour bâton par la potière Aline Chambon.
Cours théoriques et présentations de travaux 

Les cours théoriques et les nombreuses présentations des intervenants demeurent le chœur de cette formation. Les communications d’Etienne Hoffman (SAVL), François Giligny (Université Paris I), Eve Derennes (Vienna Institute for Archaeological Science), Julien Ripoche (SAVL) Théophane Nicolas (Inrap), Armance Dupont-Delaleuf (ArScAN), Eric Bertrand (SAVL), Melania Zingarello (Oriental Institute of the Czech Academy of Sciences), Stéphane Gaillot (SAVL), Shadi Shabo (CNRS), Claire Padovani (Université Paris I) et Armand Desbat (CNRS) ont ainsi jalonné cette semaine de stage en suivant une progression logique et ont été réunies au sein de grandes thématiques permettant d’aborder les différentes étapes de la chaîne opératoire. Le lundi, les activités ont commencé par une présentation générale des apports de l’étude des chaînes opératoires en archéologie et plus particulièrement concernant le mobilier céramique. La deuxième journée était ensuite centrée sur la question du façonnage sans ECR (Énergie Cinétique Rotative), alors que la journée suivante, le mercredi, a plutôt été dédiée aux productions tournées. Nous nous sommes ensuite concentrés, le jeudi, sur l’étude des argiles et leurs transformations depuis l’acquisition de la matière première jusqu’à la cuisson : une excursion sur le terrain a ensuite été organisée par S. Gaillot à la rencontre du métier de potier en Ardèche, mais aussi à la recherche de différents gisements d’argile. Enfin, la journée du vendredi a été consacrée à une cuisson expérimentale dans un four traditionnel en collaboration avec Guillaume Masclef et l’équipe de l’Archéosite d’Ardèche « Randa Ardesca ». Les céramiques élaborées par Aline Chambon, ainsi que quelques pots et plaquettes d’argile « tests » réalisés par les participants ont vécu la dernière étape de leur chaîne opératoire. Chaque journée a été l’occasion d’accueillir en visio-conférence ou en présentiel divers chercheurs jusqu’à 17h, quand les participants poursuivaient ensuite leurs observations sur du mobilier archéologique et expérimental par des ateliers de façonnage, avec ou sans tour, et par des examens autoptiques des macro-traces visibles sur des vases et des tessons anciens.

Liste des présentations et des cours théoriques

Lundi :

  • Julien Ripoche (SAVL) & Armance Dupont-Delaleuf : Présentation introductive concernant l’apport des chaînes opératoires en archéologie.
  • Etienne Hofmann (SAVL) : L’enregistrement des données en archéologie.
  • François Giligny (Université Paris 1) : Méthodes de reconstitution des chaînes opératoires de façonnage.

Mardi :

  • Julien Ripoche (SAVL) : Les chaînes opératoires céramiques sans ECR.
  • Eve Derennes (Vienna Institute for Archaeological Science) : Faire au mieux avec du mobilier céramique décevant: adapter l’étude technologique aux corpus limités.
  • Théophane Nicolas (Inrap), les applications de la tomodensitométrie à l’étude des chaînes opératoires.

Mercredi :

  • Armance Dupont-Delaleuf (ArScAN) : Recherches au sujet de la Préhistoire et de la Protohistoire du Turkménistan. Éléments de réflexion concernant les approches technologiques du mobilier céramique tourné.
  • Eric Bertrand (SAVL) : Les techniques de décor des céramiques à paroi fine lyonnaises.
  • Melania Zingarello (Oriental Institute of the Czech Academy of Sciences) : De l’autre côté de la « chaîne opératoire » : forme, fonction et fonctionnement des récipients céramiques.

Jeudi :

  • Stéphane Gaillot (SAVL) : Qu’est-ce qu’une argile ? Où la trouver ?
  • Shadi Shabo (CNRS) : Études de pâtes céramiques : observation, classification et interprétation.
  • Claire Padovani (Université Paris 1) : La cuisson des productions céramiques.

Vendredi :

  • Armand Desbat (CNRS) : Présentation conclusive concernant les différentes étapes des chaînes opératoires céramiques (observations ethnologiques et théoriques, Fig.2).
Fig. 2 : Communication présentée par Armand Desbat, membre émérite du laboratoire ArAr.

Les excursions organisées durant la seconde moitié de la semaine nous ont menés sur les traces des poteries traditionnelles ardéchoises (Fig.3). Nous avons aussi bénéficié des connaissances de Jean-Claude Bouix, potier aujourd’hui à la retraite, qui nous a accompagnés dans la visite d’un ancien atelier de potier avant d’explorer différents sites disposant de riches ressources en argile situés aux alentours de Salavas.

Fig. 3 : Excursion organisée par S. Gaillot (SAVL) avec la rencontre de Jean-Claude Bouix et la visite d’une ancienne poterie et de plusieurs gisements d’argile.

Le vendredi, dès le matin, nous sommes allés à la rencontre du feu pour une cuisson traditionnelle (Fig. 4). Car la chaîne opératoire s’achève par une « épreuve du feu » qui est faite de temps d’attente, de choix sur comment empiler les pots dans la chambre de cuisson, de chaleur qui monte, de doutes et de craintes sur les risques de casse, d’oreilles attentives à capter les bruits métalliques venant d’éventuelles craquelures. Le matin suivant, tout le monde avait encore les mains et les ongles un peu sales d’argile, et les yeux marqués par des discussions nocturnes à bâtons rompus sur les techniques, les vases, les tours et leurs traces. Surtout, tout le monde appréhendait le défournement pour dénombrer les « victimes » de la cuisson : la chaîne opératoire, en tant que processus de gestation d’un vase, finit par faire en sorte qu’on développe de l’affection même pour de petits pots fabriqués simplement pour tester des gestes ou des hypothèses (Fig.5).

Fig. 4 : Préparation de la cuisson par Guillaume Masclef (Randa Ardesca).
Fig. 5 : Les productions céramiques après leur sortie du four. Localisation des fissures sur l’une des rares pièces fragilisées lors de la cuisson.

Olivier Barge, Emmanuelle Regagnon et Séverine Sanz-Laliberté nous ont accueillis et soutenus pendant toute la semaine, que ce soit par des aides logistiques ou par leurs regards toujours bienveillants ; Anne Benoist, impliquée dans tous les aspects pratiques, n’a jamais été loin des débats et des questionnements qui nous ont turlupinés. Le samedi 9, on se faisait la bise, on s’embrassait, et pendant qu’on quittait la commanderie, entre sourires et souhaits de continuer nos discussions, on se posait tous la même question : « Et dans un an ?… on va faire quoi ? qui va être là ? Il est peut-être temps de réfléchir à des dispositifs pour inscrire dans la continuité ce type de formation. Car en effet, parfois, repetita iuvant. À l’année prochaine.

Fig. 6 : Les organisateurs et participants du stage 2023 avec la présence d’Anne Benoist (CNRS, Archéorient) au premier rang au centre, de Stéphane Gaillot (SAVL, ArAr), au deuxième rang à gauche et d’Armand Desbat (CNRS, ArAr) au dernier rang à l’extrême gauche

Les auteurs

Julien Ripoche est archéologue, céramologue au SAVL – Service Archéologique de la Ville de Lyon, et membre de l’UMR 8215 Trajectoires, Paris.

Johnny Samuele Baldi est archéologue, céramologue, chargé de recherche au CNRS et spécialiste de la phase proto-urbaine en Mésopotamie et au Levant Nord. Il est membre de l’UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.



Citer ce billet
Julien Ripoche et Johnny Samuele Baldi (2023, 13 octobre). « Comment on fait un vase et ce que cela raconte de son potier ». (2023, 2e édition). ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd3i

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Aline Chambon dit :

    Quel plaisir de vous retrouver tous au travers de cet article. Je vous remercie encore pour votre accueil et votre ouverture. Je serais heureuse de pouvoir vous envoyer le travail de collecte de vidéos que j’ai commencé après le stage, elles représentent bien la grande diversité de notre artisanat.
    J’ai également quelques photos des tests de nos récoltes d’argile. Si vous voulez bien me faire suivre vos adresses je vous enverrai tout ça. Je vous souhaite une belle fin d’automne. Aline

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search