De quelques erreurs cartographiques récurrentes… Retour sur un peu de sémiologie graphique.

Dans le cadre du Master « Archéologie – Sciences pour l’Archéologie » de l’Université Lyon 2, une petite présentation des règles de base de la sémiologie graphique est dispensée annuellement sous la forme d’une journée consacrée successivement : 1) à faire en introduction un parallèle entre regarder un tableau et regarder une carte, afin de comprendre comment réagit notre œil face aux variables sémiologiques, 2) à présenter les règles de base de la sémiologie graphique et de la réalisation d’une carte pour, ayant compris les erreurs à ne pas faire, 3) à apprendre à décortiquer les erreurs commises par nombre d’auteurs, puis 4) à aborder quelques aspects géographiques potentiellement difficiles à résoudre cartographiquement à partir de données archéologiques (dont on sait qu’elles sont souvent insuffisantes pour permettre une lecture spatiale réellement satisfaisante).

Cette initiation est d’autant plus importante que la formation des étudiants en archéologie est rarement accompagnée, a contrario de ceux de géographie, d’une formation minimale à la cartographie. Or la cartographie reste fondamentale pour exprimer spatialement les données et, si cela est bien mené, pour en tirer potentiellement bon nombre d’informations. Les données qualitatives et quantitatives sont cartographiées, ce qui aboutit à une spatialisation, laquelle à son tour induit des interrogations qui peuvent favoriser l’émergence de modèles spatiaux (propices à leur tour à des questionnements théoriques).

Il n’est pas là question de faire un cours de sémiologie, mais à la faveur de publications récentes, toujours plus belles et de plus en plus en couleurs, on s’aperçoit que les erreurs sémiologiques restent extrêmement fréquentes dans le monde des scientifiques et universitaires qui travaillent sur le temps long des sociétés ; il s’agit donc ici de relever quelques erreurs cartographiques des plus communes, erreurs qui nuisent à la mise en valeur des données brutes, au discours théorique et au raisonnement spatial que l’on peut en tirer.

  1. Rappelons d’abord qu’une carte doit être le produit de la représentation de données qualitatives et/ou quantitatives sur un fond de carte.  Cela nécessite donc de figurer la légende, laquelle doit se situer hors du cadre de la dite carte, afin d’éviter toute confusion. Cette légende indique l’échelle, le nord de la carte (notamment si celui ci n’est pas en haut de page), mais aussi et surtout la signification de toutes les variables cartographiques utilisées. Trop souvent encore la carte proposée n’est accompagnée d’aucune légende et la lecture doit donc se faire par déduction, ce qui n’est guère aisé dans de nombreux cas.
  1. Trop souvent aussi le fond de carte est mal choisi. Deux erreurs sont récurrentes. L’espace concerné par la recherche en question est d’abord mal cerné : inutile de dessiner la carte de France en format A3 pour localiser un seul site perdu au fin fond de l’Auvergne. Ensuite le fond de carte choisi est souvent « trop puissant » : c’est le cas fréquent du fond de carte géologique sur lequel on essaie de « territorialiser » les occupants d’un site du Paléolithique supérieur. Certes la localisation des gisements de matières premières peut avoir son importance, mais ce ne peut être la seule explication à la gestion de l’espace géographique. Les modèles d’organisation spatiale que peuvent proposer les auteurs doivent être représentés – sous forme de chorème par exemple – indépendamment du seul poids de l’environnement géologique ou topographique. C’est également le cas avec l’utilisation des fonds de cartes topographiques riches en couleurs que peuvent fournir les modèles numériques de terrain désormais faciles d’accès. On aboutit là d’ailleurs à un nouveau type d’erreur. Dans le cas d’un fond de carte trop puissant, la simple localisation d’une information (une étoile, un cercle… et  même un toponyme) n’est plus visible (ou a contrario, trop visible si l’auteur se rend compte du problème !). L’œil du lecteur doit être guidé par le cartographe sur l’essentiel du discours cartographique.
  1. Erreur récurrente aussi et ô combien source de confusion : plaquer la représentation d’un objet archéologique sur un fond de carte. Tessons de céramique, artefacts lithiques, perles ou gravures rupestres ne peuvent être figurés sur une carte, que ce soit pour localiser le lieu de la découverte ou pour tenter une modélisation spatiale par récurrences de découvertes ! Chaque artefact doit être représenté par un point, leur nombre par la taille du point, leur différence par la couleur ou la forme… etc. On trouve même aujourd’hui des courbes, des histogrammes « posés » sur un fond de carte, mélangeant avec audace mais totale confusion, les données statistiques du travail de recherche effectué à une vaine tentative de cartographie !
  1. Enfin, et c’est évidemment  le plus inopérant en terme de cartographie, on déplore la mauvaise utilisation des variables cartographiques que sont la taille, la forme, la couleur la valeur, l’orientation et le grain, seules variables possibles pour représenter les données (Fig. 1). Cette utilisation doit répondre à la nature même des données, à leurs caractères qualitatif (des objets différents), quantitatif (un nombre différent), ou ordonné (un âge différent, une chronologie). Si la forme et la couleur, l’orientation et le grain (ce dernier peu sollicité par les néophytes en général) sont propices à différencier les objets, la taille et la valeur (de plus en plus foncé) permettent d’exprimer les caractères quantitatif et ordonné. Or les confusions sont grandes. Combien de fois voit-on la valeur exprimer un caractère qualitatif et la forme un caractère quantitatif ! L’œil de fait est très largement perturbé et la volonté d’exprimer des données spatiales intéressantes est de fait réduite à néant ! Évidemment le langage sémiologique s’apprend, mais il est rapidement acquis si on tient compte des règles fondamentales.
Fig. 1 : Exemple de mauvaise utilisation des variables cartographiques (forme/couleur/valeur) et propositions de correction.
  1. Ce qui nous amène à rappeler ici les différentes cartes que l’on peut proposer dans un article scientifique.

La carte de localisation est certainement la carte la plus réalisée dans les recherches ; c’est également la moins fondamentale puisqu’il ne s’agit que de localiser les sites de découvertes ; elle ne pose en général que peu de problèmes.

La carte de représentation des données qualitatives et quantitatives est au contraire très souvent mal appréhendée (Fig. 2). Outre le choix des variables, fréquentes sont les tentatives de représenter le maximum de données, ce qui nuit à la lecture… trop d’informations tue l’information ! Il est préférable alors de faire plusieurs cartes pour pallier au problème.  Ce type de cartes doit pourtant être parfaitement réalisé car il s’agit très souvent pour l’auteur de faire un bilan de l’analyse des corpus étudiés, et que c’est par la cartographie que les différenciations spatiales vont apparaître concrètement (au-delà de l’impression du chercheur qui a pressenti la spatialisation de ses données avant de la démontrer) ! Cette carte doit être d’autant mieux réalisée que c’est celle qui sera ré-exploitée par les collègues à des fins de comparaison avec d’autres données, d’autres espaces…

Fig. 2 : Extrait d’une carte de représentation des données, ici celle de la diffusion des grandes lames du Grand-Pressigny et des poignards taillés de Forcalquier du Néolithique final ; Légende : 1 et 2 : Sites de production primaire (Le Grand-Pressigny et Forcalquier) et secondaire (grandes lames de technique pressignienne) ; 3 : Nombre de découvertes ; 4 et 5 : Densités fortes et faibles ; 6 Découvertes marginales (Rasse et Thirault, 2023)

Enfin la carte de synthèse ou de présentation d’une modélisation spatiale est rarement proposée. Le chorème idéal est celui qui présente en peu de choses une organisation spatiale locale, régionale, voire d’échelle européenne ou eurasiatique (Fig. 3). Pourtant ce type de représentation est propice à montrer la « géographie » mise en évidence par l’étude, et par là à exprimer simplement le résultat de nombreuses heures passées à réfléchir sur ladite organisation et sur les relations avec les aires culturelles voisines.

Fig. 3 : Un exemple de carte-modèle utilisant la chorématique: mise en évidence d’une hiérarchisation spatiale entre les différentes circulations de lames de hache polies néolithiques dans le bassin du Rhône et les Alpes occidentales (6ème au 3ème mill. BCE ; E. Thirault, 2004

Il ne faut pas se priver d’une bonne formation à la sémiologie graphique ! Les quelques références bibliographiques ci-dessous peuvent contribuer à éclairer le lecteur qui voudrait approfondir ses connaissances en la matière.

Bibliographie

Bertin J.,  1967 et 1973,  Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris La Haye, Mouton ; Paris, Gauthier- Villars

Brunet R., 1986, la carte modèle et les chorèmes, Mappemonde 86/4
http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M486/p2-6.pdf

Casanova Enault L. et Chatel C., 2017, Une grille chorématique des dynamiques spatiales pour expliquer l’évolution des territoires ; Mappemonde, 119. http://mappemonde.mgm.fr/119as3/

Casanova Enault L. et Chatel C., 2017, La modélisation graphique de phénomènes émergents pour répondre aux besoins de la prospective ; Mappemonde, 119. http://mappemonde.mgm.fr/119as4/

Rasse M. et Thirault E. (2023) – De l’intérêt de l’outil cartographique dans la réflexion sur les réseaux de circulation des objets en Préhistoire. Actes des Troisièmes Rencontres de Préhistoire Récente 2018, Circulation, Echanges des objets et des idées. Mobilité, stabilités des personnes et des groupes durant la Pré-Protohistoire en Europe Occidentale, 25-37.

Thirault E., 2004 : Echanges néolithiques : les haches alpines, Montagnac, Ed. Monique Mergoil (collection Préhistoires, 10). 468 p., 148 fig., 42 tabl., 50 pl.

L’auteur

Michel Rasse est Professeur émérite de Géographie à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Michel Rasse (2023, 22 septembre). De quelques erreurs cartographiques récurrentes… Retour sur un peu de sémiologie graphique. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd3f

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search