Les puits au Sahara : « l’arbre qui cache la forêt » ?

À l’évocation des points d’eau du Sahara, on pense souvent, spontanément, à une oasis luxuriante ou à un puits pastoral isolé, vital, et que l’on envisage volontiers millénaire, ceint par une gigantesque étendue de sable et de pierres. Mais derrière « l’arbre » du puits et de l’oasis, se cache au Sahara une « forêt » de points d’eau, plus nombreux et diversifiés, et dont l’usage qui en est fait varie fortement. Le billet qui suit vise à donner une vision plus large de cette diversité – dans le temps, dans l’espace et dans les usages et statuts – des points d’eau, à partir d’exemples pris principalement au Sahara central (Aïr, au nord du Niger) et à l’extrémité orientale du Sahara, dans le désert Occidental (ou Libyque) et dans le Désert Oriental (ou Arabique) d’Égypte (fig. 1).

Fig. 1 : Localisation des principales zones d’étude. M. Crépy.

L’eau au Sahara

Le Sahara est le plus vaste des déserts chauds. Il se caractérise par de très grandes étendues soumises à un climat aride à hyperaride, avec un fort déficit des précipitations par rapport à l’évaporation. Par exemple, dans la dépression de Kharga, les précipitations annuelles moyennes sont inférieures à 2 mm (Embabi 2004) alors que l’évaporation potentielle annuelle est de 6 000 mm. Pour autant, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, les points d’eau sont relativement nombreux au Sahara, contribuant à la grande variété des paysages (fig. 2).

Fig. 2 :Exemples de la variété des paysages sahariens. Toutes les photographies ont été prises en Égypte. Photographies du haut : M. Crépy. Photographie du bas : MAFDO. A gauche et au milieu M. Crépy, à droite T. Faucher.

Certains de ces points d’eau bénéficient directement des précipitations, mêmes rares, puisqu’elles permettent de remplir des bassins de surface, alimentent les nappes superficielles et contribuent à la recharge de certains aquifères plus profonds. Néanmoins, nombre d’entre eux exploitent surtout des ressources qui se trouvent dans le sous-sol et sont héritées de périodes humides plus anciennes. Par exemple, la majeure partie de l’Égypte bénéficie de la présence du système aquifère des grès de Nubie et/ou du système aquifère post-Nubien, largement rechargés en eau lors de l’African Humid Period. Cependant, cette recharge s’est achevée il y a environ 7000 ans (Gasse 2000) et, depuis lors, ces aquifères se vident progressivement vers la vallée du Nil, même en l’absence de prélèvements humains (Thorweihe 1990). Il s’ensuit une diminution du nombre de points d’eau au fil du temps, à moins de développer des moyens de relevage qui permettent de compenser le rabattement des nappes que l’on observe très bien, entre le 1er millénaire avant notre ère et nos jours, dans la dépression de Kharga (Crépy 2016). Le dernier grand aquifère qui compte vraiment pour l’alimentation en eau des points d’eau des déserts égyptiens, correspond à l’ensemble des roches fracturées constituant les montagnes de l’Atbay, aussi appelées Red Sea Hills ou Collines de la mer Rouge, se vide quant à lui dans le système aquifère des grès de Nubie (Embaby et al. 2016, Crépy, à paraître) et le nombre de points d’eau se réduit au fil du temps (Crépy et Redon 2022). Ce rabattement, encore non daté avec précision, était déjà en cours durant la période romaine, puisque l’abandon à la charnière entre le premier et le deuxième siècle de notre ère du fort romain de Bir Bayza, au profit de celui de Dios/Jovis situé à quelques kilomètres de là, mais à plus faible altitude, a été motivé par le tarissement de son puits (Crépy à paraître). Le sous-sol égyptien, en dehors des littoraux, de la vallée et du delta du Nil, se vide donc progressivement de son eau, même sans prélèvement, depuis 7000 ans. La raréfaction de l’eau du sous-sol, pour causes naturelles et/ou anthropiques n’est pas spécifiquement égyptienne et concerne l’ensemble du Sahara. Il en résulte deux dynamiques plurimillénaires : d’une part la disparition progressive des sources et des étendues d’eau de surface alimentées par le sous-sol et, d’autre part, l’approfondissement et la raréfaction des autres types de points. Pour ceux dont l’alimentation repose sur les pluies, aucune tendance claire ne peut être définie tant les systèmes climatiques arides et hyperarides impliquent une grande variabilité inter et intra-annuelle des précipitations. L’ensemble des points d’eau du Sahara repose donc sur deux types de ressources dont la disponibilité se joue à des échelles spatiales et temporelles différentes :

  • les eaux du sous-sol sont en réduction permanente et progressive sur la longue durée et à échelle régionale ou macro-régionale, sans retour en arrière possible à moins d’entrer dans une nouvelle période humide. Ceci ne s’oppose pas à des effets de seuils brutaux, pouvant provoquer le tarissement soudain d’un puits, à des changements de rythme liés par exemple à la surexploitation ou à des disparités locales ;
  • les eaux de pluies dont la disponibilité varie sur des temporalités bien plus courtes et qui ne touchent souvent que des secteurs plus circonscrits. Dans leurs cas, la reconstitution des ressources est possible dès la pluie suivante, mais il peut parfois s’écouler de nombreuses années sans que surviennent des précipitations significatives.

Essai de typologie des points d’eau

À ces deux types de ressources, correspondent différents types de points d’eau que nous souhaitons distinguer à partir du point de vue de populations sahariennes (Tableau 1) : celui des Touaregs du Sahara central étudiés par E. Bernus dans l’Azawagh (1989), L. Gagnol et A. Afane dans l’Aïr (Gagnol 2009, Gagnol et Afane 2010) ; celui des Maaza du désert Oriental d’Égypte recueilli par J. Hobbs (1989) et complété par les observations de M. Crépy.

On peut tirer de ce foisonnement de types de points d’eau et de leurs localisations respectives quelques tendances. Tout d’abord, on observe chez les nomades une grande variabilité des points d’eau dans le temps et dans l’espace, lesquels sont désignés par les nomades différemment selon leurs caractéristiques et la façon dont on peut les utiliser. Les nomades utilisent un panel de points d’eau et de termes beaucoup plus diversifié et dispersé que celui des sédentaires de passage ou non. Ce qui compte avant tout pour ces derniers, c’est la certitude de trouver de l’eau à proximité toute l’année, même s’ils doivent employer du temps et de l’énergie pour la relever jusqu’à la surface. Par exemple, lors de leurs traversées du désert, les caravaniers sédentaires se contentent généralement des points d’eau les plus constants et les plus connus, souvent des puits tels que les agharus. À l’inverse, les pasteurs nomades verront ces points d’eau comme des ressources de repli, après avoir épuisé toutes les points d’eau de surface, ou plus proches de la surface (Ball 1912, Gagnol, 2009). Cela tient à la fois à leur connaissance plus fine des lieux et aux enjeux d’abreuvement des troupeaux : éviter le relevage économise du temps et de l’énergie (Bourgeois et Crépy 2022).

Fig. 3 : Agelmam d’Uwari le long d’une coulée volcanique (Bagzan, Aïr, 2003). L. Gagnol.

On peut distinguer à partir de cette terminologie deux types de points d’eau. Les premiers se trouvent « en grappe » et sont mobiles et éphémères, tels les puisards temporaires (éres et abankor touareg), les trous d’eau dans les gorges (agelmam touareg ou qalt maaza), les mares et lacs d’épandage qui subsistent après les rares crues ou à la faveur d’une topographie favorable à la remontée des eaux du sous-sol. Ces points d’eau permettent la réalisation jamais totalement accomplie de l’idéal de la territorialité nomade, à savoir l’ubiquité et la réversibilité des lieux (Gagnol, 2009). L’occurrence d’une pluie et la présence momentanée de pâturages, les itinéraires de parcours habituels, les alliances socio-économiques entre groupes, etc., entraînent la reconfiguration permanente de leur utilisation (Gagnol et Afane, 2010). C’est uniquement lors de la courte saison des pluies que se réalisent les conditions de cet idéal nomade puisque les points d’eau « en grappe » sont potentiellement partout. Saison faste des grands rassemblements, des fêtes et des mariages, c’est aussi le moment de la « cure salée » et de la cueillette des dattes. Puis, très vite, avec l’installation de la saison sèche dès la fin septembre, les Touaregs entament un lent repli vers les points d’eau qui subsistent.

Avant le retour des pluies l’été suivant, leur approvisionnement en eau en dépend. Ces points d’eau correspondent au second type. Ils sont « individualisés », fixes et profonds, plus durables, tels que les puits anu et agharus et les rares sources tegidda et tégirer chez les Touaregs ou les ayn et les nagaat des Maaza. Ils structurent l’espace, notamment les itinéraires caravaniers et les parcours pastoraux. Le contrôle de leur accès est vital et stratégique. Lorsqu’il s’agit de puits (anu), chez les Touaregs, les fourches utilisées dans le dispositif de levage à traction animale sont orientées vers le secteur du territoire occupé par les membres de la fraction qui utilisent le puits et qui disposent de droits d’usage prioritaire reconnus (fig. 10).

Fig. 9 : Citernes d’eau pour ravitailler les orpailleurs dans le Tijirit (Mauritanie, 2022). L. Gagnol.
Fig. 10 : Puits pastoral au Batha (centre Tchad)

Des conceptions nomades et sédentaires des points d’eau inconciliables ? L’exemple des points d’eau frontaliers au Sahara central.

En milieu touareg, les points d’eau étaient généralement situés en position excentrique des territoires tribaux, et donc très souvent en situation frontalière (Gagnol, 2009 et 2022). Cette caractéristique est moins claire aujourd’hui chez les Maaza, et de nombreux puits de ce type se trouvent au cœur de leur espace. On observe néanmoins que la piste transdésertique qui relie Qena (dans la vallée du Nil) à Quseir (un port sur le littoral de la mer Rouge), passe par de nombreux puits pérennes et anciens, pour la plupart creusés dès l’Antiquité, et qu’elle sert de séparation entre les Maaza et les Ababda depuis au moins le 18e jusqu’à nos jours.

L’exemple des points d’eau caravaniers au Sahara central est révélateur à cet égard (Gagnol, 2022). D’après les traditions orales et à la lecture des récits d’explorations du 19e siècle, ces derniers étaient, avant donc la colonisation, des puits-frontières situés dans des no man’s land absolument désertiques et difficilement franchissables, ce que les Touaregs appellent ténéré ou tanezruft. Inhabitables, ils jouaient un rôle d’espace tampon, séparant les confédérations nomades entre elles. Néanmoins, pour les besoins des échanges commerciaux de longue distance entre le Maghreb et le Sahel, ils devaient être traversés par les caravanes et donc pourvus de points d’eau. Ils étaient des communs partagés par les segments lignagers alliés qui assuraient la sécurité et le convoyage des caravanes transsahariennes. La plupart semblent être des abankor et non pas des agharus. L’hypothèse que l’on pourrait avancer est qu’ils étaient trop stratégiques et convoités pour être durables et bien visibles dans le paysage. La rareté des points d’eau permettait aux nomades de canaliser les déplacements des commerçants sédentaires et des ennemis (en évitant aussi leur séjour prolongé), et ainsi de mieux contrôler les circulations. D’ailleurs les récits de la conquête française montrent que les Touaregs avaient deux stratégies : soit celle de la dissimulation et du comblement des puits, soit celle de les laisser visibles et de polluer ou d’empoisonner leur eau.

Structurant les axes caravaniers transsahariens, les points d’eau étaient donc en position jointive et non pas centrale des territoires politiques nomades. Gérés en commun, tout se passe comme s’il s’agissait pour les groupes nomades d’éviter qu’ils ne fassent l’objet d’une appropriation exclusive ou qu’un pouvoir central ne les contrôle. Avec la colonisation, ces puits-frontières ne sont pas restés communs : bien que situés sur le tracé frontalier, ils ont été attribués à l’une ou l’autre des colonies. Certains ont accueilli des postes militaires puis, à l’indépendance, des villes-garnisons habitées aussi par des commerçants vivant de la contrebande et donc du franchissement des frontières nationales. Plus récemment, de carrefours, Ces points d’eau sont devenus des culs-de-sac avec l’érection d’un mur de sable tout au long des plus de 5000 km des frontières algériennes au Sahara (Gagnol, 2022).

Bibliographie

Ball J., 1912. The geography and geology of south-eastern Egypt, Cairo, Government press.

Bernus E., 1989, « L’eau du désert. Usages, techniques et maîtrise de l’espace aux confins du Sahara », Études rurales, n°115-116, pp. 93-104.

Bourgeois M., Crépy M., 2022. Que reste-t-il des nomades ? Réflexions sur les marqueurs culturels et paysagers du nomadisme au Sahara oriental (Soudan et Égypte), Sahara & Sahel 242 : 88-115.

Crépy M., à paraître, Environnement et géographie de la région de Dios et de Bi’r Bayza, in Botte E., Cuvigny H., Reddé M. (éd.), Du côté de chez Zeus – Fouilles de la mission archéologique française du désert oriental Oriental à Abû Qurayya (Dios) et Bi’r Bayza, Le Caire, Ifao.

 – , 2016. Les Paysages du vent : géohistoire et géoarchéologie de la dépression de Kharga (désert Libyque, Égypte) du cinquième siècle avant notre ère à nos jours. 2 500 ans d’interactions entre dynamiques éoliennes et activités agricoles dans un milieu hyperaride, Thèse de doctorat, Lyon, université Lyon 2 https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01490559/.

Crépy M., Redon B., 2022. Water resources and their management in the Eastern Desert of Egypt from the Antiquity to present-days: Contribution of the accounts of modern travelers and early scholars (1769-1951), in Durand C., Marchand J., Redon B., Schneider P. (éd.), Networked Spaces – The spatiality of networks in the Red Sea and Western Indian Ocean, Lyon: 451-492

Embabi N.S. 2004. The geomorphology of Egypt: landforms and evolution, Cairo, Springer.

Embaby A., Razack M., Lecoz M., Porel G., 2016. Hydrogeochemical assessment of groundwater in the precambrian rocks, southeastern desert, Egypt”, Journal of Water Resource and Protection 8: 293-310.

Gagnol L., 2022, « Géohistoire des frontières sahariennes. L’héritage nomade enseveli sous les murs de sable ». Bulletin de l’Association des géographes français, 99(1), pp. 53-75. https://doi.org/10.4000/bagf.9030

 –  2009, Pour une géographie nomade. Perspectives anthropogéographiques à partir de l’expérience des Touaregs Kel Ewey (Aïr – Niger), université J. Fourier – Grenoble, 723 p. http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/50/40/21/PDF/TheseVersionFinale.pdf

Gagnol L. et Afane A., 2010, « Quand l’injustice est spatiale. Le nomadisme pastoral face à l’impératif territorial dans le Sahara nigérien » – « When injustice is spatial. Pastoral nomadism and the territorial imperative in Niger’s Sahara region », Justice spatiale – Spatial Justice, n° 2, 27 p. [ http ://www.jssj.org/article/quand-linjustice-est-spatiale-le-nomadisme-pastoral-face-a-limperatif-territorial-dans-le-sahara-nigerien/]

Gasse F., 2000. Hydrological changes in the African tropics since the Last Glacial Maximum, Quaternary Science Reviews 19: 189–211.

Hobbs, J. J., 2003, Bedouin life in the Egyptian wilderness, troisième édition, Cairo, American University in Cairo Press

Thorweihe U., 1990, Nubian Aquifer system, [in:] Said R., The Geology of Egypt, Rotterdam, Balkema.

Les auteurs

Maël Crépy est docteur en géographie, ancien membre scientifique de l’Ifao, spécialiste des interactions entre sociétés et environnements désertiques à l’Holocène récent. Chercheur associé à l’UMR 5133-Archéorient, il rejoindra prochainement l’UMR 5189-Hisoma, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Il est également directeur de la Mission Archéologique Française du Désert Oriental – MAFDO (Égypte).

Laurent Gagnol est maître de conférences en géographie à l’université d’Artois au sein de l’UR 2468-Discontinuités et chercheur associé à l’UMR 8586-Prodig. Ses recherches portent principalement sur le nomadisme, les activités extractives, les enjeux environnementaux et géopolitiques au Niger et en Mauritanie – et plus largement au Sahara – et sur la géohistoire et la construction des savoirs géographiques relatifs au Sahara.



Citer ce billet
Maël Crépy et Laurent Gagnol (2023, 15 septembre). Les puits au Sahara : « l’arbre qui cache la forêt » ? ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd3e

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 octobre 2023

    […] Les puits au Sahara : « l’arbre qui cache la forêt » ?, par Maël Crépy et Laurent Gagnol, sur le Carnet ArchéOrient ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search