Métallurgie artisanale et ethnoarchéologie en Syrie

L’idée d’une recherche sur la métallurgie artisanale (fig. 1a et 1b) dans la longue durée historique au Proche-Orient est née de discussions entre Ella Dardaillon, archéologue associée à Archéorient, qui rédigeait à cette époque sa thèse sur les productions métalliques dans les royaumes du Levant au second millénaire av. J.-C., et Jean-Claude David, géographe, membre du Gremmo. Á la différence des tisserands, des verriers et des savonniers d’Alep, les métallurgistes syriens n’avaient pas encore fait l’objet d’études. Moheb Chanesaz, anthropologue (Université libanaise), qui avait soutenu sa thèse sur une approche anthropologique des techniques à propos de la fabrication de l’huile d’olive au Liban sous la co-direction d’Olivier Aurenche en 2004 (co-tutelle UL et Lyon 2), a été associé à ce projet. Sous l’impulsion d’Olivier Aurenche, l’ethnoarchéologie a été un élément essentiel de notre réflexion. Une première présentation de notre problématique a été rédigée en février 2005 et notre première mission commune, financée par l’UMR 5133-Archéorient, a eu lieu en septembre 2005.

Fig. 1a : localisation des principaux souks de métallurgie dans la ville ancienne d’Alep. Conception J.-C. David, dessin Y. Montmessin

Fig. 1a : localisation des principaux souks de métallurgie dans la ville ancienne d’Alep. Conception J.-C. David, dessin Y. Montmessin

Fig. 1b : petite métallurgie traditionnelle du cuivre. Photographie d’un dinandier par Nubar Chahinian dans les années 1970.

Fig. 1b : petite métallurgie traditionnelle du cuivre. Photographie d’un dinandier par Nubar Chahinian dans les années 1970.

Il nous a semblé intéressant de comparer des aspects de la métallurgie du cuivre, du bronze, du fer et des métaux précieux, essentiellement en milieu urbain, entre le passé, en l’occurrence Ras Shamra-Ougarit à l’âge du Bronze (vers 1200 av. J.-C.), et le présent, à partir de plusieurs dizaines d’ateliers actuels (avant 2011) d’Alep en Syrie. Les descriptions précises d’un savoir-faire contemporain doivent nous permettre de mieux comprendre le passé, sans cependant prétendre mettre en évidence des transmissions directes sur plusieurs millénaires ou des parentés entre des pratiques ou des moyens ayant existé dans des milieux naturels et culturels proches.

On ne peut pas reconstruire le passé à partir d’un présent qui en serait l’émanation directe : une telle démarche serait trop propice aux anachronismes. En revanche, les éléments de comparaison peuvent aider à comprendre les données archéologiques, et surtout à préciser des interrogations, à orienter la recherche vers des explications possibles qui ne se présentent pas d’emblée lors de la fouille. Enfin les comparaisons peuvent aider à pallier le manque de données sur l’existence et l’emplacement des lieux de fabrication et des activités économiques dans des contextes culturels, sociaux, économiques et politiques mal connus, comme ceux des villes du Proche-Orient ancien.

En effet, dans toute société proche-orientale, quelle que soit l’époque, la place occupée par ces activités dans l’espace urbain dépend largement de ses liens avec le pouvoir, mais cela n’exclut pas le développement d’une économie « privée » et de lieux d’activité autonomes par rapport à une élite politique, sociale et religieuse. Les systèmes urbains anciens, à l’âge du Bronze par exemple, étaient sans doute très différents de ceux qui apparaissent beaucoup plus tard dans la ville orientale musulmane que nous étudions, caractérisés notamment par l’économie du souk (fig. 2a : le souk al-Nahhasin, des dinandiers, d’Alep, en partie détruit pas l’urbanisme récent ; fig. 2b : deux boutiques/ateliers du souk des dinandiers ; fig. 2c : deux boutiques/ateliers de ferblantiers dans le souk des ferblantiers, photos © mission Chanesaz/Dardaillon/David). On retrouve cependant entre ces deux modèles urbains certaines ressemblances dans les formes spatiales et dans les rapports du pouvoir avec la métallurgie et plus généralement les activités économiques.

Fig. 2a : le souk al-Nahhasin des dinandiers d’Alep, en partie détruit par l’urbanisme récent. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 2a : le souk al-Nahhasin des dinandiers d’Alep, en partie détruit par l’urbanisme récent. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 2b : deux boutiques/ateliers du souk des dinandiers. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 2b : deux boutiques/ateliers du souk des dinandiers. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 2c : deux boutiques/ateliers de ferblantiers dans le souk des ferblantiers. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

La méthode que nous mettrons en œuvre pour étudier les métallurgies anciennes s’inspire de notre travail sur le contemporain. Il nous a paru nécessaire, pour mieux connaître la métallurgie dans un site archéologique tel qu’Ougarit en Syrie à l’âge du Bronze récent, d’aborder, autant que possible, les phénomènes dans leur globalité en situant les pratiques et les connaissances techniques non seulement dans le contexte de l’atelier, de l’espace domestique, palatial ou religieux, mais aussi dans le contexte immatériel du système politique, économique, culturel et social de la ville et de sa région, pour autant qu’on puisse les connaître : la cohérence de la démarche ethnoarchéologique appliquée à un site urbain implique la prise en compte de ces paramètres sociaux et politiques (cette partie du programme fera l’objet d’un prochain billet).

 Ainsi peut-on, par exemple, réfléchir à la localisation des activités de fabrication dans la ville, en évitant de prendre en compte des considérations anachroniques et hors contexte, comme les problèmes de pollution, ou le rejet en périphérie ou à l’extérieur de la ville des activités censées être socialement et symboliquement dévalorisantes. Nous devons plutôt considérer l’importance des métaux usuels ou précieux comme des signes ou des outils de pouvoir, ce qui peut expliquer le contrôle de leur production, leur insertion au cœur de la ville et leur proximité avec les lieux du pouvoir, en dépit des inconvénients qu’ils représentent pour l’environnement, du moins selon les critères modernes.

Fig. 3 : plan du palais de la citadelle d’Alep ; l’arsenal du XIIIe siècle en grisé dans la partie sud du palais, relevé et dessin Th. Grandin et J.-C. David).

Fig. 3 : plan du palais de la citadelle d’Alep ; l’arsenal du XIIIe siècle en grisé dans la partie sud du palais, relevé et dessin Th. Grandin et J.-C. David).

Les espaces spécialisés voués aux activités économiques, souks ou « quartiers industriels », apparaissent en ville progressivement, quand ces activités deviennent des métiers. Ils résultent d’évolutions qui modifient des systèmes antérieurs, sans les faire disparaître totalement. La valeur symbolique et sociale et surtout le lien, longtemps caractéristique, entre le pouvoir et la métallurgie, peuvent être partagés par différentes cultures et persister dans la longue durée. Ces valeurs et ces liens peuvent avoir une influence sur la localisation de ces activités. Attestés à l’âge du Bronze, où des aires de travail sont reconnaissables dans l’espace domestique, palatial et religieux, de tels liens existent encore à Alep à l’apogée de la période ottomane et jusqu’au XXe siècle, également dans des sites valorisants : à proximité de la Grande Mosquée d’Alep, un ancien souk des armes, devenu un souk de forgerons, fonctionnait encore il y a peu ; un arsenal, avec forge et fonderie, dont les vestiges sont encore visibles, a longtemps existé dans le palais de la Citadelle d’Alep sous la domination zenkide et ayyoubide (XIIe -XIIIe s.), puis mamelouke sans doute, ainsi qu’un atelier de frappe de monnaie (fig. 3).

Les systèmes ainsi reconnus, en cours d’évolution, étaient encore représentatifs à la fin de la période ottomane et ont survécu aux mutations survenues jusqu’en 2011 : la mondialisation, le développement de la société de consommation, la croissance des villes et notamment d’Alep qui est passée, en un siècle, de moins de deux cent mille habitants à près de trois millions. L’« économie de souk » continuait à s’étendre dans la ville avant le conflit actuel et cohabitait avec une organisation en zones d’activité artisanales ou industrielles, faisant coexister des espaces hérités de systèmes économiques caractéristiques d’époques diverses.

Fig. 4a : diversité des métiers dans le souk al-Nahhasin en 2007, relevé et dessin M. Girard

Fig. 4a : diversité des métiers dans le souk al-Nahhasin en 2007, relevé et dessin M. Girard

Fig. 4b : dans le souk ancien des dinandiers. Marchands de bois, chaudronniers de cuivre, tourneurs sur bois, savonnerie au fond. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 4b : dans le souk ancien des dinandiers. Marchands de bois, chaudronniers de cuivre, tourneurs sur bois, savonnerie au fond. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Dans la première de nos deux publications sur ce thème (Dardaillon, David 2014 et Chanesaz, Dardaillon, David à paraître), la présentation d’une partie des faubourgs anciens nord, en dehors de Bab al-Nasr, montre une répartition des fonctions qui, pour l’essentiel, a pris forme entre le XVIe et le XVIIe siècle (fig. 4a, 4b, 4c et  4d). Elle met en évidence une imbrication des différentes activités de fabrication, en souks pour la métallurgie, en grands ateliers pour les savonneries et les teintureries, en groupes de petits ateliers autour d’une cour commune (qaysariya) pour le textile (chaque atelier contenant deux métiers en général), à proximité des lieux d’habitat, y compris des grandes demeures de notables musulmans et chrétiens, mitoyennes de sites de production et de services. L’habitat « ouvrier », en courées, est de préférence en périphérie mais il existe aussi au cœur des quartiers extérieurs. L’analyse doit tenir compte de l’évolution et décrypter à une échelle très fine les voisinages de fonctions et les limites entre micro-zones. Ainsi cet ensemble hors les murs, où habitaient sans doute près de 30 000 personnes au XVIIIe siècle, n’entrait pas dans les schémas de ségrégation communautaire et de spécialisation économique et fonctionnelle considérés comme typiques des villes orientales. Les photos 4b et 4c montrent des logiques d’organisation de l’espace du même type dans des quartiers informels ou illégaux. Dans la ville traditionnelle, ces cohabitations, ou « côtoiements », n’étaient pourtant pas le produit du hasard ou du « désordre », ni d’une tendance au regroupement communautaire, mais de certaines « politiques urbaines », appliquées par le biais des fondations en waqf-s (expressions de « stratégies de développement » mises en œuvre par des gouverneurs ottomans) et de démarches foncières privées. L’explicitation des modes de production de ces assemblages peut être une source d’inspiration pour questionner un passé beaucoup plus ancien.

Fig. 4c : l’architecture industrielle du quartier de Kallassé en immeubles d’ateliers sur cinq niveaux. © J.-C. David.

Fig. 4c : l’architecture industrielle du quartier de Kallassé en immeubles d’ateliers sur cinq niveaux. © J.-C. David.

Fig. 4d : l’architecture industrielle et domestique du quartier informel de Cheikh Khodr. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 4d : l’architecture industrielle et domestique du quartier informel de Cheikh Khodr. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 5 : atelier de fonderie de bronze avec traces sur le mur du choc pour casser le moule au sable, démouler la pièce et récupérer le sable. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 5 : atelier de fonderie de bronze avec traces sur le mur du choc pour casser le moule au sable, démouler la pièce et récupérer le sable. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

En revanche, la chaîne opératoire et l’espace fonctionnel du travail dans l’atelier évoluent relativement peu. Notre observation précise des ateliers nous permet aussi d’expliquer la rareté des indices archéologiques à Ougarit, non pas parce que les ateliers étaient en périphérie ou hors de la ville, mais parce qu’ils utilisaient, comme encore aujourd’hui, des matériaux périssables et un outillage proche du matériau brut, atypique, difficile à reconnaître dans une fouille archéologique. La disparition des murs anciens en élévation rend aussi difficile ou impossible l’analyse de certaines traces de travail attestées dans les ateliers actuels : c’est le cas, par exemple, de l’usure spécifique laissée à une hauteur approximative de 1,20 m par le choc des moules au sable frappés contre le mur pour dégager la pièce moulée et récupérer le sable (fig. 5).  Cette donnée incite à effectuer lors de la fouille une analyse particulièrement fine des sols.

 Les attitudes corporelles correspondent à des technologies qui peuvent être affectées par des innovations impliquant une évolution des gestes. La datation de ces changements est difficile, mais les technologies mises en œuvre, les gestes et les attitudes du travail, ainsi que l’aménagement de l’espace matériel de l’atelier, notamment du sol, sont étroitement liés. C’est ainsi que les différents niveaux de sol sont adaptés aux attitudes et que le corps fonctionne comme un bâti pour la « machine-outil vivante » : on observe les appuis fixes, l’assise, les accroches mobiles, le rôle des pieds et des orteils comme moteurs et supports (fig. 6a-6b-6c-6d), (fig. 7a -7b), (fig. 8a, 8b et 8c) et (fig. 9a, 9b et 9c). Ce genre d’observation permet de réfléchir sur un passé plus ancien dont les traces sont ténues mais peuvent s’inscrire dans le traitement du sol et ses différences de niveau, par exemple.

Fig. 6a-6b-6c-6d : plan de l’atelier du fondeur de bronze Nabil Habsch ; il est assis au sol pour confectionner les moules ; murets bas, cloisons, aménagement fixe et mobile, traces au mur ; dessin et photo de Moheb Chanesaz. David_fig_6b David_fig_6cDavid_fig_6d
Fig. 6a-6b-6c-6d : plan de l’atelier du fondeur de bronze Nabil Habsch ; il est assis au sol pour confectionner les moules ; murets bas, cloisons, aménagement fixe et mobile, traces au mur ; dessin et photo de Moheb Chanesaz.
Fig. 7a -7b : l’atelier du dinandier Sarkis. Les niveaux de sol sont les supports du corps-outil (fonction des pieds). © mission Chanesaz/Dardaillon/David. David_fig_7b
Fig. 7a -7b : l’atelier du dinandier Sarkis. Les niveaux de sol sont les supports du corps-outil (fonction des pieds). © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 8a : atelier d’un forgeron de lames travaillant debout, forgeage à deux marteaux. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 8a : atelier d’un forgeron de lames travaillant debout, forgeage à deux marteaux. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

David_fig_8b

Fig. 8b-8c : un forgeron de lames travaillant assis. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 8b-8c : un forgeron de lames travaillant assis. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig. 9a : l’installation d’un forgeron tzigane de Hongrie, par le peintre Valerio au 19e siècle.

Fig. 9a : l’installation d’un forgeron tzigane de Hongrie, par le peintre Valerio au 19e siècle.

Fig. 9b : étameurs sur le trottoir, photo de Nubar Chahinian, années 1970. Les traces laissées par le travail sont fugaces.

Fig. 9b : étameurs sur le trottoir, photo de Nubar Chahinian, années 1970. Les traces laissées par le travail sont fugaces.

Fig. 9c : annexe d’un atelier de grosse mécanique sur un trottoir. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 9c : annexe d’un atelier de grosse mécanique sur un trottoir. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Nous avons également travaillé sur la topographie de l’atelier et les postes de travail (fonctions, répartition, hiérarchisation symbolique et fonctionnelle de l’espace). La valorisation des différents lieux dans l’espace de l’atelier varie entre la périphérie, à proximité des murs, et le centre (fig. 10). La possibilité de surveiller l’entrée et l’ensemble de l’atelier est essentielle, pas seulement pour contrôler mais pour assumer un niveau dans la hiérarchie des relations, hiérarchies qui rappellent ce que l’on observe aussi dans les pièces pr

Fig. 10 : plan d’un atelier de dinandiers hors du souk : espace organisé en fonction d’impératifs techniques et d’une hiérarchie familiale de pouvoir et de responsabilité ; le poste habituel du patron et plus ancien travailleur de l’atelier (1) lui permet de contrôler l’entrée et tout l’atelier. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 10 : plan d’un atelier de dinandiers hors du souk : espace organisé en fonction d’impératifs techniques et d’une hiérarchie familiale de pouvoir et de responsabilité ; le poste habituel du patron et plus ancien travailleur de l’atelier (1) lui permet de contrôler l’entrée et tout l’atelier. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

incipales des espaces domestiques. La valeur des lieux donne une valeur aux différents postes de travail en fonction de critères familiaux et générationnels plutôt que liés aux compétences techniques et à la difficulté du travail. La proximité de signification, jusqu’à une date très récente, entre certains espaces techniques de production et des espaces d’habitation dans la ville peut aussi stimuler la réflexion sur le rôle des localisations dans des espaces plus anciens.

 Les enquêtes de terrain à Alep ont été conduites entre 2004 et 2009. Au cours des visites, nous avons réalisé des entretiens, observé et enregistré le travail et son espace, ainsi que ses différents acteurs, au moyen de photos (au moins 1500 clichés) et de croquis cotés des ateliers. Nous avons aussi systématiquement recueilli la terminologie technique (fig.11a et 11b).

Fig. 11a : une partie de l’outillage du dinandier Sarkis exposée. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 11a : une partie de l’outillage du dinandier Sarkis exposée. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 11b : un atelier de dinandiers au travail. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 11b : un atelier de dinandiers au travail. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Les différents métiers du métal auxquels nous nous sommes intéressés sont généralement localisés dans les quartiers anciens, mais parfois aussi dans des quartiers modernes et des faubourgs en marge du tissu urbain. Il s’agit en particulier de forgerons et d’étameurs à Bab al-Nasr (Souk al-Nahhasin) et à Bab al-Hadid, d’artisans du cuivre à Bab al-Nasr, d’orfèvres dans le quartier de Mhattat Bagdad et de la Qayssariat al-Hakkakin dans les souks centraux (fig. 12a : l’atelier du dinandier Sarkis photographié dans les années 1930 par Vartan Derounian ; 12b : forgerons au souk de bab al-Hadid : atelier modernisé dans les années du Mandat français). Dans d’autres ateliers, souvent plus grands et plus modernes, situés hors la ville, à l’est et au nord d’Alep, comme dans le quartier de Cheikh Khoder, on travaille le fer, la fonte, le bronze. A 10 km au sud d’Alep, à Cheikh Saïd, se trouvent des ateliers illégaux où est traité le plomb de récupération de batteries.

Fig. 12a : l’atelier du dinandier Sarkis photographié dans les années 1930 par Vartan Derounian.

Fig. 12a : l’atelier du dinandier Sarkis photographié dans les années 1930 par Vartan Derounian.

Fig. 12b : forgerons au souk de bab al-Hadid, atelier modernisé dans les années du Mandat français. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Fig. 12b : forgerons au souk de bab al-Hadid, atelier modernisé dans les années du Mandat français. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Les deux publications mentionnées ci-dessus n’exposent qu’une partie de la recherche. L’une porte sur une petite entreprise de dinanderie constituée de trois ateliers, l’autre sur un choix d’une dizaine de monographies d’ateliers. Une publication plus complète est prévue, qui reprendra l’ensemble des questions envisagées, y compris les aspects en rapport avec une archéologie beaucoup plus ancienne, hors d’Alep.

 Nos enquêtes de terrain et nos photographies enregistrent des activités maintenant arrêtées ou disparues, dont les locaux, proches d’une ligne de front mouvante, ont été pillés et détruits au cours des années 2012 à 2014. D’autres, notamment les ateliers de métallurgie plus modernes, se sont consacrés à la fabrication d’armes et de munitions. Nos témoignages scientifiques ont donc maintenant une valeur patrimoniale. Bien sûr, il n’est pas impossible que les activités renaissent une fois la paix revenue, et il sera alors intéressant d’observer comment les ateliers se réorganisent, sur les mêmes sites ou ailleurs.

Fig. 13a-13b : atelier "moderne" dans le quartier de Cheikh Khoder, fonte au cubilot (four vertical pour la production de fonte à partir de ferrailles). Le coke utilisé comme combustible fournit aussi le supplément de carbone nécessaire. © mission Chanesaz/Dardaillon/David. David_fig_13b
Fig. 13a-13b : atelier « moderne » dans le quartier de Cheikh Khoder, fonte au cubilot (four vertical pour la production de fonte à partir de ferrailles). Le coke utilisé comme combustible fournit aussi le supplément de carbone nécessaire. © mission Chanesaz/Dardaillon/David.

Une des questions qui se posait avant 2011 était celle de la « modernité » et du changement, question qui concerne toutes les époques et différents contextes : les zones artisanales ou industrielles où se trouvent les ateliers « modernes » sur lesquels nous avons enquêté à Alep sont des créations récentes ; les bâtiments eux-mêmes sont des constructions modernes (béton armé, structure poteaux-poutres, grande halle avec plafond-terrasse supporté par des séries de piliers minces), (fig. 13a-13b : atelier « moderne » dans le quartier de Cheikh Khoder : fonte au cubilot, four vertical pour la production de fonte à partir de ferrailles. Le coke utilisé comme combustible fournit aussi le supplément de carbone nécessaire) ; une part essentielle de la technologie y est moderne et importée. Mais ces ateliers situés hors de la ville ancienne sont-ils pour autant « modernes » ? Leurs aspects archaïques pour le regard de l’observateur attentif et informé de l’organisation des espaces de fabrication actuels dans les pays développés (par exemple l’insertion dans un quartier illégal, le transport de métal en fusion vers un autre atelier, etc.) font douter de leur modernité et semblent plus proches du XIXe siècle. Ainsi, l’innovation technologique importée ou développée localement, qui se manifeste par la mise en place d’outils et de moyens observables dans la chaîne opératoire, s’insère dans un contexte global (social, économique, spatial et politique) et produit une activité qui n’est pas en rupture avec le passé. En fait, quelles que soient leur localisation et leur taille, ces ateliers ne sont pas non plus des conservatoires authentiques de formes anciennes mais sans doute des laboratoires, très modestes, d’inventivité et d’hybridation, à l’image de l’ensemble de cette société en train de basculer.

Références bibliographiques

Dardaillon E., David J.-C. à paraître en 2014, La métallurgie traditionnelle à Alep. Monographie d’un atelier de dinandiers, RSO XXII, Lyon.

 Chanesaz M., Dardaillon E., David J.-C. à paraître, La petite métallurgie contemporaine à Alep : permanence et changement.

L’auteur :
Jean-Claude David est chercheur au CNRS, retraité.
Géographe, spécialiste des villes du Proche-Orient.
UMR 5291-GREMMO, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : David J.-C., Métallurgie artisanale et ethnoarchéologie en Syrie, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 7 mars 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2444


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Morbihan dit :

    Les activités de métallurgie sont différentes à travers le monde, et même selon les régions de France, ce qui en fait un secteur très divers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *