Le genre dans les études du Proche-Orient ancien

Fig. 1 : sceau-cylindre représentant le roi d’Ebarat II, son épouse et une autre femme (probablement la mère du roi), Harper P. O. Aruz J. et Tallon F. 1992 : 74, n° 38. L’épouse, la propriétaire du sceau, se présente comme « l’épouse bien-aimée du roi Ebarat ».

L’organisation sociale de la Mésopotamie ancienne révèle des systèmes assez différents en comparaison à d’autres modèles sociologiques dans le passé, comme le propose Julia Asher-Greve, historiographe suisse qui a été la pionnière de l’incorporation de la théorie du genre dans les études sur le Proche-Orient ancien. Selon elle, la stratification sociale du monde mésopotamien dépendait « non seulement du pouvoir et des privilèges économiques, mais aussi des connaissances, des compétences, de la profession, du genre et de diverses différences » (Asher-Greve 1997 : 236).

L’analyse des épithètes royales sumériennes et akkadiennes suggère que l’autorité dans le cadre de l’idéologie de pouvoir ne provient pas de la paternité mais, au contraire, qu’elle a ses origines dans les actes héroïques et les prouesses militaires (Asher-Greve 1997 : 232). Ainsi les épithètes qui mentionnent les qualités masculines, comme : Á (bras) ; KALAG (puissant) ou NITA.KALA.GA (mâle puissant), sont plus courantes que l’épithète « père » (Seux 1967 : 383-84, 429-30, 441-46). 

Les études du genre en archéologie et épigraphie du Proche-Orient ancien

Au début de l’évolution progressive de l’intégration de la perspective du genre dans les recherches sur le Proche-Orient ancien, les chercheurs ont commencé à « chercher » les femmes dans l’histoire, ensuite, ils ont intégré le concept du genre dans leurs études. Aujourd’hui, ils développent des thèmes d’étude sur l’analyse de la structure du genre dans les sociétés anciennes (Bahrani 2001 : 14-25 ; Svärd 2015 : 8-12 et Bolger 2008 : 9-15).

Une autre pionnière des études du genre sur le Proche-Orient ancien, Zainab Bahrani, considère que les spécialistes du Proche-Orient ancien ont eu longtemps une position plus conservatrice (voir prudente) et ne se sont pas intéressés aux approches pluridisciplinaires en particulier en ce qui concerne le sexe et le genre (Bahrani 2005 : 9). En assyriologie également, les analyses menées sous la perspective du genre ont été introduites par des assyriologues seulement à la suite de l’évolution du débat sur le concept du genre en sciences humaines (Lion 2007 : 51).  

Les évolutions des recherches sur le genre

 Jusqu’à la publication de Julia Asher-Greve (1997), les études sur les civilisations du Proche-Orient ancien ne couvraient pas la question des femmes dans l’histoire, ni les sujets liés aux théories du genre (Bahrani 2005 : 2). Malgré l’absence d’études thématiques sur la conceptualisation du genre, une série de recherches a abordé les aspects chronologiques, les styles iconographiques ou la question de nudité de certains types de représentations féminines, comme des figurines ou des images gravées sur les objets divers (Spycket 1954 ; Bahrani 1993 et 1996).

Selon Zainab Bahrani, les figurations de la nudité du corps humain en Mésopotamie ne représentent pas une image directe et réelle de l’homme et de la femme. En revanche, elles peuvent être étudiées en tant que construction visuelle des idéologies à propos du corps humain (Bahrani 2005). Parmi ces images, certaines représentations iconographiques de femmes (fig. 1, fig. 2 A et B) sont accompagnées d’inscriptions qui indiquent les noms des personnages féminins figurés. Ceci révèle l’identité de femmes de l’élite ayant une position très élevée dans la société et commanditaires de la construction d’un monument ou de la fabrication d’une offrande inscrite à leur nom. En réalité, il est probable que tous ces types de représentation iconographique restituent le rôle d’une catégorie du genre.

Fig. 2 : A) la statue de Napir-Asu, l’épouse du roi élamite Untaš-Napiriša (ca.1250 av. J.-C), découverte sur l’Acropole de Suse, Amiet 1966, Fig. 280. Une inscription en bas de la robe de la statue mentionne le nom de Napir-Asu. Fig. 2, B) la représentation du roi Šilhak-Inšušinak (ca. 1150–1120 av. J.-C.) et sa fille Bar-uli sur un pendentif, gravée sur une pierre de calcédoine bleue. Sollberger 1965 : 31-32.

Une série d’études iconographiques se sont concentrées sur la manière dont ces figurations sont décorées ou comment elles présentent des significations de genre biologique (Spycket 1954 ; Bahrani 1993 et 1996). Certains chercheurs considèrent que la plupart de ces études sont plus descriptives qu’analytiques et qu’elles ne fournissent pas de base théorique (Koloski-Ostrow et Lyons 1997 : 2). En raison d’une réticence généralisée dans les études du genre au Proche-Orient ancien, les recherches effectuées ont seulement abouti à un catalogue de listes de femmes ou à des catégories du genre. Zainab Bahrani considère que ce type d’études passe à peine d’une description iconographique à l’interprétation du contexte culturel. Elles présentent des divinités et des symboles des divinités, mais en évitant d’aborder les questions d’identification des symboles (Bahrani 2005 : 5).

En revanche, Zainab Bahrani, dans son ouvrage « Women of Babylon », vise à définir à travers des représentations iconographiques comment les cultures anciennes de Mésopotamie ont perçu la sexualité et les rôles de genre. Elle essaye, d’une part, de déterminer la construction du genre et, d’autre part, de problématiser la définition bipolaire du pouvoir masculin et de la subordination féminine (Bahrani 2005 : 6). Elle se focalise sur la structure de la notion de la féminité qui aurait prévalu dans la culture assyro-babylonienne. 

Dans le domaine de l’assyriologie, l’étude des rapports du genre s’est développée surtout au cours de ces quatre dernières décennies (Lion 2007 : 51). Il faut considérer que, dans les textes mésopotamiens, les définitions du genre et aussi les constructions socio-culturelles basées sur la détermination du genre sont multiples. En effet, comme Brigitte Lion le souligne, il n’existe pas un discours unique sur ce concept parmi les diverses sociétés de cette zone géographique très vaste (Lion 2007 : 51) ; en effet, différents groupes ethniques se sont installés en Mésopotamie pendant des millénaires et ils ont enregistré leurs idéologies, leurs structures sociales, politiques, juridiques, économiques et culturelles avec l’écriture cunéiforme et leurs propres langues (sumérien, akkadien, hittite, élamite, etc.). Ainsi, il est clair que le genre n’est pas un concept stable dans le temps, au contraire, il a subi des changements historiques et culturels.

Certains chercheurs, comme Julia Asher-Greve, ont mis l’accent sur une approche interdisciplinaire et contextuelle qui inclut l’iconologie, l’herméneutique, l’analyse critique de textes et de mots ainsi que l’anthropologie biologique. Julia Asher-Greve entreprend les approches féministes avec un point de vue qui met en valeur les femmes et le genre ainsi que les concepts idéologiques, religieux et sociaux (Asher-Greve1997 : 234-5).   

Elle propose certains axes pour développer les perspectives du genre dans le domaine de la philologie, notamment l’emploi de théories féministes pour examiner les aspects suivants : comment le langage encode le sens « masculin » ; comment les concepts féminins et masculins se sont distingués dans la culture ; et comment le processus de la socialisation du genre et de la langue sont liés (Asher-Greve 1997 : 235). Ainsi ces théories peuvent conduire à se questionner sur la différenciation du sexe biologique, homme/femme, chez les Sumériens et les Akkadiens.

Certains chercheurs croient qu’il est possible d’adopter une position féministe en focalisant sur les femmes. Néanmoins, il faut mettre en valeur les femmes en tant que concepts socioculturels, et non pas juste comme une personne biologiquement déterminée. Selon Julia Asher-Greve, les concepts « féminin », « masculin » et « genre » dans l’art mésopotamien, les textes et les artefacts ont des significations sémiotiques qui vont au-delà d’une définition du sexe biologique (Asher-Greve 1997 : 236-7). De même, Ian Hodder déclare que l’analyse du genre peut contribuer à de nouveaux modèles dans les études sur le Proche-Orient ancien. Elle peut offrir à l’étude sur les sociétés anciennes une réévaluation de la question de la signification et de la représentation du pouvoir (Hodder 1991 : 11).

À cet égard, il est nécessaire de remettre en question l’hypothèse selon laquelle le patriarcat a toujours été un système mondial qui s’enracine dans l’autorité du père (Asher-Greve 1997 : 232). Cela exige également de développer des études sur la structure de la famille au Proche-Orient ancien. Néanmoins, certaines pistes de recherche sur le genre en archéologie du Proche-Orient ancien, telles que les pratiques funéraires et les analyses spatiales, ne sont pas encore assez explorées.

Les questions sur le genre abordées dans les études iconographiques et l’épigraphie du Proche-Orient ancien
  • Les thèmes religieux

Une grande partie des publications sur le genre au Proche-Orient ancien comprend les sujets religieux : les déesses dans les panthéons, le mariage sacré, la nudité et l’étude de l’iconographie des déesses à travers divers objets (statues, statuettes, figurines, gravures sur sceau-cylindre, reliefs rupestres). La déesse Ishtar occupe une place essentielle dans les recherches sur la féminité. Sa position dans la mythologie suméro-akkadienne, ses fonctions qui dépassent les normes de la structure du genre, et d’autres aspects de son caractère, qui sont perçus comme extrêmes ou hors de contrôle, ont été une des préoccupations importantes dans l’archéologie et l’épigraphie du Proche-Orient ancien (Bahrani 2005 : chapitre 7).  

  • Le genre et la cour royale

Certaines publications ont abordé la question de la position et de la représentation des femmes de l’élite en Mésopotamie à travers deux types de sources : l’iconographie et les sources textuelles. Irene J. Winter a abordé des études sur la représentation des femmes dans les monuments publics (Winter 1987) tandis que Ann Kessler Guinan a exploré la question de la sexualité féminine dans les textes de présages (Guinan 1997 : 462-79).

Les actes de la 33e Rencontre Assyriologique Internationale, publiés en 1987, sont considérés comme un des premiers travaux collectifs sur le thème de « La femme dans le Proche-Orient antique » (Durand 1987). Les sujets abordés dans les articles sont : la place et les rôles des femmes dans les différents contextes sociaux, plus particulièrement, à la cour royale et dans la structure familiale ; la représentation des déesses et leur place dans les panthéons des divinités sumériennes et akkadiennes. Certaines ont traité les représentations iconographiques des femmes (Lion 2007 : 52). Pourtant, dans l’ensemble des articles, le terme « genre » est évoqué seulement une fois par Irene J. Winter dans son analyse sur l’iconographie des femmes et leurs fonctions dans les cultes officiels au 3e millénaire av. J.-C. (Winter 1987 : 189-201). Cette publication de 33e RAI a été critiquée par divers chercheurs en raison de l’insuffisance des réflexions et des perspectives du genre (Lion2007 : 52). 

Ensuite, les études focalisées sur les femmes en Mésopotamie ont commencé à employer les perspectives du genre dans l’analyse des sources textuelles ou des représentations iconographiques. De sorte que, quinze ans après la 33e RAI, en 2001, lors de la 47e RAI à Helsinki intitulée « Sex and Gender in the Ancient Near East », l’évolution de l’étude du genre vers une exploitation plus approfondie se manifeste tant dans les titres des interventions que dans le contenu des 57 articles publiés (Fig. 3, Parpola et Whiting 2002). Cinq interventions à cette conférence ont abordé le concept de « masculinité ». Ceci indique que les recherches en histoire du Proche-Orient ancien s’intéressent aux approches existant en sciences humaines sur la question du genre, et pas seulement sur celles focalisées sur les femmes. Dans cette rencontre, les chercheurs, en évitant une vision androcentrique basée sur le patriarcat et les femmes, ont conduit leurs travaux dans la perspective plus large du concept du genre.

Fig. 3 : Sex and Gender in the Ancient Near East (47e RAI), Parpola S. et Whiting R.M. (éds.) 2002.
  • L’analyse des catégories sociales et la répartition de travail avec l’intégration d’une perspective du genre 

Les thèmes socio-économiques tels que la répartition du travail, les contributions des femmes à la subsistance et à l’économie (production de tissages, activités agricoles) et leur participation à l’organisation administrative constituent un autre domaine d’étude sur le genre sur le Proche-Orient ancien.

L’analyse du genre dans les scènes figurées sur les sceaux-cylindres de la fin de la période d’Uruk (environ 3100-2900 av. J.-C.) fait partie de cette catégorie de recherche. Elle a révélé clairement qu’il y avait une répartition genrée du travail. Cependant, cette division, basée sur le sexe biologique (homme / femme) et sur l’âge (enfant, adulte et vieux), ne parait pas en définitive être très rigide. De sorte que les femmes effectuent parfois des travaux souvent attribués aux hommes, comme l’élevage et des postes de responsables de groupes des ouvriers. Mais il semble qu’il n’a pas toujours été important pour les Sumériens de spécifier le genre (la langue sumérienne ne distingue d’ailleurs pas le masculin du féminin). En revanche, les tâches d’un groupe ou d’un individu avaient plus de valeur que la classification du genre (Asher-Greve 1986 : 157-62).

Récemment, un projet franco-japonais (Le Rôle Economique des Femmes en Mésopotamie Ancienne – REFEMA) a également consacré quatre conférences à la question de la participation des femmes dans les activités économiques au Proche-Orient ancien. Le projet (2012-2014) était focalisé sur l’analyse des sources écrites (3e-1er millénaire av. J.-C.) en vue d’explorer les rôles des femmes dans le cadre de l’économie domestique, des transactions immobilières, de systèmes économiques dévolus à des grandes institutions (du temple et palais).  Les travaux ont montré comment et dans quelle sphère économique les femmes ont joué un rôle et ont contribué à accroître le capital et la richesse économique de leurs sociétés (Fg. 4, Lion et Michel 2018 : V). Le projet REFEMA avait comme objectif de rendre les femmes visibles à travers des sources textuelles ce qui n’avait pas été assez exploré et développé jusqu’alors (Garcia-Ventura 2017 : 39).  

Fig. 4, le Rôle Économique des Femmes en Mésopotamie Ancienne (REFEMA), Lion B. et Michel C. (éds.) 2018.
  • Les perspectives théoriques et méthodologiques

Ces dernières années, une série d’études expose des points de vue théoriques à propos de l’intégration des perspectives du genre dans le domaine du Proche-Orient ancien. Elles proposent des doctrines et des méthodologies de recherche à propos du genre dans le milieu de l’histoire et de l’archéologie mésopotamienne. Il faut citer, en 2018, le volume de Saana Svärd and Agnes Garcia-Ventura (Fig. 5, Studying Gender in the Ancient Near East) qui réunit les actes de trois conférences internationales organisées par les éditrices : deux conférences RAI organisées à Gand (2013) et à Varsovie (2014) et une conférence à Helsinki (2014). Parmi les 19 articles, sept se sont focalisés sur l’analyse des textes. Cinq, en plus de l’introduction, ont abordé les questions théoriques et méthodologiques à propos du genre et quelques-uns ont présenté des études du genre sur des artefacts et l’iconographie.

Fig. 5 : Studying Gender in the Ancient Near East, Svärd S. et Garcia-Ventura A. (éds.) 2018.

Les éditrices précisent trois domaines principaux pour l’étude du genre au Proche-Orient ancien : archéologie, iconographie et sources écrites. Ces études sont toutefois concentrées sur les sources écrites, de sorte que cette publication offre plus d’explorations du domaine de l’épigraphie que de l’archéologie (Svärdet Garcia-Ventura 2018 : 1-14).

D’autres assyriologues, comme Brigitte Lion, proposent trois champs de recherches sur la civilisation mésopotamienne, dans lesquels les perspectives du genre peuvent intervenir : la notion d’homosociabilité ; femmes et hommes au travail ; sexe et genre dans quelques contrats du IIe millénaire av. J.-C (Lion 2007 : 59).   

Après la conférence organisée à Helsinki en 2014, les éditrices ont mis en place un cycle de conférences annuel et international, intitulé GeMANE « Gender, Methodology and Ancient Near East ». 

Fig. 6: The Mummy Under the Bed, (GeMANE 3), De Graef K. Garcia-Ventura A. Goddeeris A. et Alpert Nakhai B. (éds.) 2022.

La dernière publication de ce cycle de conférences, intitulée « The Mummy under the Bed », (Fig. 6) rassemble des études sur le genre dans le Proche-Orient ancien en quatre sections thématiques. La première section, « Reading Against the Grain », remet en question les interprétations dominantes des sources textuelles et archéologiques et propose des lectures alternatives. La deuxième section, « Cultes et Sectes », regroupe des contributions sur le rôle des femmes et de l’identité féminine dans les cultes ainsi que sur les espaces du genre dans la religion et la mythologie. La troisième section, « Ancient Beauties », comprend des chapitres sur le parfum divin, les pratiques d’embellissement, la parure corporelle et les stéréotypes de genre binaires. Enfin, la quatrième section, « Networks and Powers », contient des articles qui examinent le rôle des femmes et des réseaux féminins dans l’économie et la société. Il faut souligner, de plus, que le chapitre introductif présente un aperçu des femmes chercheuses qui ont travaillé sur la question du genre dans le Proche-Orient ancien.

Cette publication datée de 2022 montre bien à quel point les études sur le genre en archéologie orientale ont évolué ces dernières décennies.

Bibliographie

Amiet P. 1966. Elam, Auvers-sur-Oise, Archée.

Asher-Greve J.M. 1997. Feminist research and ancient Mesopotamia: problems and prospects, in: A. Brenner-Idan, et C. Fontaine (éds.), A Feminist Companion to Reading the Bible: Approaches, Methods and Strategies, Sheffield, Sheffield Academic Press,218–237.

Bahrani Z. 1993. The iconography of the nude in Mesopotamia, Sources: Notes in the History of Art, vol. 12, n° 2, (= Essays on nudity in antiquity in memory of Otto Brendel), 12-19.

Bahrani Z. 1996. The Hellenization of Ishtar: Nudity, Fetishism, and the Production of Cultural Differentiation in Ancient Art, Oxford Art Journal, vol. 19, n° 2, 3-16.

Bahrani Z. 2001. Women of Babylon: Gender and Representation in Mesopotamia, London, Routledge.  

Bolger D. 2008. Temporal dimensions of gender in ancient near eastern archaeology, in: D. Bolger (ed.), Gender through Time in the Ancient Near East, (Gender and Archaeology Series, n° 17), Lanham, AltaMira Press, 1-20.

Boymel Kampen N. Bergmann B. et al. 1996. Sexuality in ancient art : Near East, Egypt, Greece, and Italy, New York, Cambridge University Press.

Cameron A. et Kuhrt A. (éds.) 1993. Images of Women in Antiquity, London, Routledge.

De Graef K. Garcia-Ventura A. Goddeeris A. et Alpert Nakhai B. (éds.) 2022. The Mummy under the Bed: Essays on Gender and Methodology in the Ancient Near East, vol. 1, Münster, Zaphon.

Durand J.-M. (éd.) 1987. La Femme dans le Proche-Orient antique (= XXXIIIe Rencontre Assyriologique Internationale, Paris, 7-10 juillet 1986), Paris, Editions Recherche sur les Civilisations (A.D.P.F.).

Guinan A.K. 1997. Auguries of hegemony: the sex omens of Mesopotamia, in:  Gender and History, n° 9, Hoboken, New Jersey, John Wiley & Sons, 462-79.

Harper P.O. Aruz J. et Tallon F. (éds.) 1992. The Royal City of Susa: Ancient Near Eastern Treasures in the Louvre, New York, Metropolitan Museum of Art.

Hodder I. 1991. Gender representation and social reality, in: D. Vfolde  et N.D. Willows (éds.), The Archaeology of Gender, Calgary, University of Calgary-Archaeological Association, 11-16.

Lion B. 2007. La notion de genre en assyriologie, in: V. Sebillotte Cuchet et N. Ernoult (éds.), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, Université Paris l Panthéon-Sorbonne, 51-64.

Lion B. et Michel C. (éds.). 2018. The Role of Women in Work and Society in the Ancient Near East (Studies in Ancient Near Eastern Records, n°13), Boston/Berlin, Walter de Gruyter.

Parpola S. et Whiting R.M. (éds.). 2002. Sex and Gender in the Ancient Near East (Proceedings of the 47th Rencontre Assyriologique Internationale, Helsinki, July 2-6, 2001), Helsinki, University of Helsinki.

Seux M.J. 1967. Les épithètes royales akkadiennes et leurs précurseurs sumériens, Paris, Letouzey et Ane.

Sollberger E. 1965. A new inscription of Šilhak-Inšušinak. Journal of Cuneiform Studies, n° 19, 31-32.

Spycket A. 1954. La coiffure féminine en Mésopotamie : des origines à la Ire dynastie de Babylone, Revue d’Assyriologie et d’archéologie orientale, vol. 48, n° 3 (1954), 113-129, Presses Universitaires de France.

Svärd-Teppo S. 2015. Women and Power in Neo-Assyrian Palaces (State Archives of Assyrian Studies 23), Helsinki, Neo-Assyrian Text Corpus Project.

Svärd S. et Garcia-Ventura A. (éds.). 2018. Studying Gender in the Ancient Near East (RAI Supplement), University Park, Eisenbrauns.

Winter I.J. 1987. Women in public: the disk of Enheduanna, the beginning of the office of EN-Priestess and the weight of the visual evidence, n: J.M. Durand (ed.), La Femme dans le Proche-Orient antique, Paris, Editions Recherche sur les Civilisations (A.D.P.F.), pp. 189–201.

L’auteur

Mina Dabbagh est chercheuse associée, archéologie et épigraphie du Proche-Orient ancien, rattachée au laboratoire Archéorient-UMR 5133, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Mina Dabbagh (2023, 8 septembre). Le genre dans les études du Proche-Orient ancien. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd3d

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search