Aux origines de l’art de prendre et de défendre les villes. Seconde partie : Le deuxième millénaire

Les progrès de l’art des sièges dynamiques : les procédés d’assaut directs et coordonnés

 Au Bronze moyen, l’histoire des Cités–royaumes (Haute–Mésopotamie, Eshnunna, Babylone) est tout entière traversée par des guerres faites d’une succession de sièges accompagnées d’escarmouches et de dévastations, et dont les visées étaient aussi bien offensives que défensives. La stratégie reste donc comme au Bronze ancien subordonnée à la prise ou au déblocus des villes fortifiées. À la charnière du IIIe et du IIe millénaire avant J.-C., les machines de siège se perfectionnent et deviennent d’usage plus systématique. Elles sont abondamment citées dans les archives du palais royal de Mari et apparaissent également à Isin ou Eshnunna. Les poliorcètes amorrites ont généralisé un assaut–type qui comptait un ou deux bélier(s) appuyé(s) ordinairement par deux fois plus de tours dotées de passerelles. Les travaux de mine et surtout de terrassement ont gagné en habileté et en efficacité ; de même, semble-t-il, que les ouvrages d’investissement, enceintes de contrevallation ou de circonvallation. Les rampes d’assaut facilitaient l’approche des machines de siège. Les engins de sape étaient destinés à enfoncer, à écraser des pierres ou plus fréquemment à desceller des briques crues en vue de provoquer l’effondrement ou l’éboulement des murailles.

Les tours de siège – contre–fortifications mobiles, dont certaines dépassaient 12 m de hauteur  – permettaient aux assiégeants d’occuper une position dominante pour appuyer de leurs tirs l’action des béliers, et aussi, éventuellement, pour faire irruption à l’intérieur des places assiégées. Des mantelets de siège, en bois et probablement montés sur roues, étaient destinés à protéger sapeurs et engins de siège des tirs ennemis pendant les phases d’approche. L’assaut–type amorrite reposait, en outre, sur des unités spécialisées : unités d’assaut (porteurs de boucliers (lanciers) et archers équipés d’arcs simples ou complexes qui restent donc au Bronze moyen une force importante – fer de lance des armées de siège ;  unités de soutien équipées de frondes ; et unités du génie chargées d’édifier notamment d’imposants talus de siège. Les effectifs des armées en campagne d’Andarig, de Mari, d’Eshnunna ou de Babylone – composées de soldats réguliers et de conscrits – variaient grosso modo de plusieurs milliers à plusieurs dizaines de milliers d’hommes.

 La diffusion du remblai défensif « dont le faîte est haut comme une montagne–šadûm »

Figure 7 : Éléments de topologie défensive de Mari (Mission archéologique française de Mari).

Figure 7 : Éléments de topologie défensive de Mari (Mission archéologique française de Mari).

Plusieurs éléments des fortifications apparaissent distinctement sur le relevé topographique du site : 1. Le bourrelet, qui dessine en plan un tracé polygonal régulier composé de portions rectilignes, et qui marque la limite entre la ville haute–kirhum (« tell principal ») et la ville basse–adaššum (« couronne »), constitue, de toute évidence, les restes des remparts intérieurs ; 2. Les deux brèches–thalweg ou percées, qui créent des ruptures assez régulières dans la ligne que matérialise le bourrelet intérieur, et qui sont situées respectivement au débouché des grands wadi sud-sud-est et sud du kirhum Est, marquent l’emplacement de deux portes fortifiées ; 3. L’excroissance imposante qui forme une éminence dont le sommet présente une surface gravillonneuse compacte et aux limites presque rectilignes, située à l’extérieur du kirhum, en avant du tracé du bourrelet intérieur, à un point où se rejoignent deux portions de directions différentes, et plus ou moins à équidistance des ouvertures sud-sud-est et sud, constitue vraisemblablement un élément avancé essentiel du dispositif de défense du kirhum oriental.

Ces divers progrès dans l’art des sièges dynamiques ont donc eu pour conséquence un essor considérable de la fortification en terre (figure 7). Dans la première moitié du IIe millénaire, l’aire de diffusion du remblai défensif s’étend progressivement, depuis la Mésopotamie du Nord, à l’ensemble du Proche-Orient : d’abord au Bronze moyen I (Levant Nord : Syrie du Nord et Oronte) et au Bronze moyen IIA (Levant Sud : Méditerranée Sud, Jourdain et Transjordanie) ; ensuite au Bronze moyen IIB (Levant Sud : Samarie, Judée et Néguev). Près de la moitié des villes fortifiées – à simple ou double ligne défensive – sont protégées alors par d’immenses levées défensives. Les remblais en terre de la troisième génération sont conçus en effet comme des éminences artificielles considérables, généralement blindées par divers revêtements anti-sapes et/ou protégées par de puissants murs–boucliers (figure 8). Les plus imposants d’entre eux, couronnés par des murs d’enceinte et/ou des bastions rectangulaires, sont conservés sur près de 35 m d’épaisseur et préservés sur une dizaine de mètres de hauteur (Mari, Ebla, Qatna, Hazor, Dan-Laish, etc.).

Figure 8 : Levée de terre d’Ebla de l’époque paléo-syrienne percée par la porte de Damas. Au premier plan, le Palais du prince héritier. Les remblais défensifs dominent encore aujourd’hui de plus de 20 m la plaine avoisinante et mesurent entre 45 m et 60 m d’épaisseur.

Figure 8 : Levée de terre d’Ebla de l’époque paléo-syrienne percée par la porte de Damas. Au premier plan, le Palais du prince héritier. Les remblais défensifs dominent encore aujourd’hui de plus de 20 m la plaine avoisinante et mesurent entre 45 m et 60 m d’épaisseur.

En Mésopotamie du Nord, les murs d’enceinte du Bronze moyen, établis ou non sur des remblais défensifs, édifiés en briques crues de formats carrés sur des fondations en pierres, ont une épaisseur moyenne de 4,25 m et sont protégés par des glacis. La plupart des enceintes sont dotées de tours de flanquement rectangulaires, monocellulaires ou pleines, de 30 m² en moyenne. Elles sont parfois pourvues de bastions rectangulaires qui se caractérisent par l’ampleur de leurs dimensions (figure 9). Les murailles, parfois munies d’archères, sont généralement percées de portes fortifiées simples protégées par des plates-formes de tir. Certains remparts de terre sont percés, en outre, de portes fortifiées complexes.

Figure 9 : Bastion Sud de Mari de l’époque amorrite (Chantier N3, Mission archéologique française de Mari).

Figure 9 : Bastion Sud de Mari de l’époque amorrite (Chantier N3, Mission archéologique française de Mari).

Le bastion est une puissante plate-forme de tir, orientée presque selon les points cardinaux, et dont les limites ont été repérées au nord, à l’est et à l’ouest ; au sud, la façade a été rognée par la construction d’une route bitumée moderne. L’ouvrage saillant d’au moins 22,50 m par rapport au tracé du bourrelet, et large de 20 m environ, couvrait une surface au sol de près de 450 m². Édifié en briques crues de format carré et de dimensions standardisées, le bastion est une structure pleine dotée d’une cage d’escalier monumentale à quatre volées et à noyau central carré. Celle-ci a été aménagée dans la partie méridionale de la superstructure de l’édifice, qui n’est préservée en élévation que sur quelques assises (50 à 60 cm de hauteur) ; les fondations de l’ouvrage ont atteint, au moins par endroits, une profondeur supérieure à 1,50 m. Le noyau central de la cage d’escalier, qui dessine en plan un carré parfait de 6,50 m de côté, a été établi sur un socle fait de deux compartiments (un caisson nord et un caisson sud), de dimensions différentes, remplis de matériaux composites, et creusés sur au moins 1,30 m de profondeur dans la maçonnerie de briques crues.

Au Levant Nord et au Levant Sud, les murs d’enceinte du Bronze moyen, édifiés ou non sur des remblais en terre, bâtis généralement en briques crues sur des fondations en pierres, épais de 3 m en moyenne, et quelquefois entièrement en pierres, sont fréquemment protégés par des glacis et parfois pourvus de casemates. La plupart des enceintes sont dotées de tours de flanquement, généralement rectangulaires de 40 m² en moyenne, et parfois hémicirculaires de 20 m² en moyenne. Certaines sont pourvues de bastions rectangulaires de près de 260 m² d’emprise au sol en moyenne ; elles sont dotées, en outre, de portes fortifiées généralement complexes.

Les innovations les plus importantes du Bronze moyen visent donc à la diversification et à l’articulation des moyens de défense en surface (bastions et portes complexes) et surtout en hauteur (remblais et murs). Les puissants bastions à plan rectangulaire et les portes fortifiées en double ou triple tenaille, qui permettent un tir de flanquement plus efficace et un tir frontal avancé, constituent des organes de défense autonomes et reflètent une conception offensive de la fortification urbaine. Conserver l’avantage de la hauteur – donc du tir de suppression ou de neutralisation face à des tours d’assaut montées sur des rampes monumentales – par l’édification d’enceintes sur d’imposants remblais en terre, apparaît comme une préoccupation défensive majeure.

 L’abandon des procédés de sièges mécanisés et le déclin de l’art des fortifications en terre

Figure 10 : Glacis en pierres et poterne d’Ugarit du Bronze récent. La poterne, ici voûtée en encorbellement, est un accès secondaire dérobé permettant une communication discrète avec l’extérieur de la place royale.

Figure 10 : Glacis en pierres et poterne d’Ugarit du Bronze récent. La poterne, ici voûtée en encorbellement, est un accès secondaire dérobé permettant une communication discrète avec l’extérieur de la place royale.

 Le Bronze récent amorce cependant une période de déclin dans l’art des sièges dynamiques. Seul le récit semi-légendaire du siège d’Urshu par Hattushili I mentionne encore les trois éléments essentiels de l’assaut–type amorrite : béliers, tours et rampe de siège. Mais il montre aussi, non sans dérision, que les Hittites ne maîtrisaient qu’assez maladroitement ce type de procédé direct et que, de toute évidence, l’assaut au moyen d’engins de siège était alors exceptionnel. En revanche, les armées du Hatti étaient passées maîtres dans la prise des villes fortifiées par des moyens indirects. L’élément nouveau décisif employé à Urshu par Hattushili I en vue d’améliorer ses dispositifs de blocus est un corps de chars légers de combat – jouant ici le rôle d’« artillerie » légère et mobile – montés par des archers d’élite équipés d’arcs composites, dont la portée utile était probablement comprise entre 125 et 150 m. Dans la seconde moitié du IIe millénaire où les annales des rois hittites, à Hattusha–Boghaz-Köy, et les bas-reliefs qui ornent les sanctuaires égyptiens, à Karnak ou Abou Simbel, documentent ou représentent nombre de guerres et de conquêtes, les machines de siège sont complètement sorties d’usage. De ces diverses sources il ressort en effet que la prise des villes fortifiées par assaut était assez rare – reposant de surcroît sur des procédés rudimentaires – et que la reddition des places assiégées était obtenue généralement, soit sans combat, par des moyens psychologiques, soit par une politique combinée de blocus et de destruction systématique des ressources.

Au déclin de l’art des sièges dynamiques répond en quelque sorte le déclin des fortifications en terre : dans l’ensemble du Proche-Orient moins d’un tiers seulement des villes fortifiées du Bronze récent sont encore délimitées par des remblais défensifs, qui sont de surcroît dépourvus, pour la plupart d’entre eux, de revêtement anti-sapes ou de mur–bouclier ; d’autres villes ne sont plus enserrées par des murs d’enceinte. Les murailles édifiées au cours de cette période, exceptionnellement protégées par des glacis (figure 10), ont une épaisseur moyenne de près de 2,30 m ; certaines sont encore dotées de tours de flanquement ; en revanche, les bastions – plates-formes de tir monumentales – ne sont plus attestés. La plupart des enceintes sont percées, en outre, de portes fortifiées simples ; quelques-unes sont encore pourvues de portes fortifiées complexe. Certains points forts servant de réduit défensif à des villes ouvertes à forteresse constituent des éléments statiques et reflètent une conception passive de la fortification urbaine.

 De l’assaut contre une ville fortifiée à la bataille rangée : l’essor des chars de guerre

 Il reste à évoquer pour terminer les causes de l’abandon des procédés de siège au moyen de machines. Si les sources de la seconde moitié du IIe millénaire (Boghaz-Köy, Karnak, Amarna, etc.) s’accordent pour voir en effet un déclin des procédés d’assaut directs, elles montrent également un essor considérable des combats de chars au bas des murailles et surtout en rase campagne. Le récit du siège d’Urshu est fondamental en ce sens qu’il représente d’une part, l’un des derniers documents écrits de l’âge du Bronze à faire état du bélier, arme par excellence des corps expéditionnaires amorrites, et qu’il préfigure d’autre part, le rôle important du char léger de combat, à roues à rayons, dans les forces armées du Bronze récent. En dépit de puissantes machines de siège hourrites, Urshu n’est pas prise d’assaut mais succombe après un blocus de plusieurs mois, au cours duquel 80 chars ont joué un rôle déterminant.

Quitte à simplifier considérablement, quelques remarques peuvent ici être formulées : de fait la charrerie « moderne », originaire probablement de Margiane, de Bactriane ou du Gorgan, a vu son rôle croître fortement dans le Proche-Orient à partir du milieu du IIe millénaire et constitue à la fin de l’âge du Bronze une force de manœuvre redoutable. Le développement rapide des chars montés par des guerriers, paraît avoir profondément modifié la stratégie défensive employée au Bronze ancien et au Bronze moyen, qui consistait à répondre de façon presque systématique à une attaque en se repliant volontairement dans les villes fortifiées en état de résister – un principe général que les spécialistes de la guerre ancienne ont appelé « réflexe obsidional » et qui transparaît dans un document épistolaire des archives du palais royal de Mari adressé à Yasmah-Addu : « [Les ennemis] ont multiplié les pillages dans les campagnes (mais) ils ne peuvent assiéger de ville ! Il faut que mon Seigneur contrôle ses forteresses et qu’il en garde la porte en évitant de faire sortir une troupe pour (engager) le combat ». Or les combats majeurs du Bronze récent sont des affrontements en rase campagne, marqués par des charges violentes de chars et de fantassins : « L’infanterie et les chars d’Ashur sont venus livrer bataille [contre l’infanterie et les chars] du Hatti ». Si la poliorcétique apparaît donc comme une composante essentielle de la guerre de conquête à partir du milieu du IIIe millénaire – les combats décisifs étant manifestement des sièges (Armanum, Hirîtum, Larsa, etc.) –, on notera enfin que dans la seconde moitié du IIe millénaire, les puissances du Mitanni, de l’Égypte, du Hatti ou de l’Assyrie se sont disputé, plus souvent en batailles rangées que sous des murs d’enceinte assiégés, l’hégémonie du Proche-Orient (Megiddo, Kadesh, Niḫriya–Sura, etc.).

Bibliographie

Rey S. 2012. Poliorcétique au Proche-Orient à l’âge du Bronze. Fortifications urbaines, procédés de siège et systèmes défensifs, Bibliothèque Archéologique et Historique 197, Institut français du Proche-Orient, Beyrouth.
cf. le 4e de couverture.

L’auteur :
Sébastien Rey est post-doctorant
Archéologue, spécialiste du Proche-Orient ancien.
Associé à l’UMR 7041-ArScAn, équipe VEPMO
Service d’Assyriologie et d’archéologie de l’Asie antérieur. Université de Liège


Pour citer ce billet : Rey S., Aux origines de l’art de prendre et de défendre les villes. Seconde partie : Le deuxième millénaire, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 28 février 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2414


2 réponses

  1. 3 mars 2014

    […] Rey S., Aux origines de l’art de prendre et de défendre les villes. Seconde partie : Le deuxième millénaire, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 28 février 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2414 […]

  2. 5 février 2015

    […] Aux origines de l’art de prendre et de défendre les villes. Seconde partie : Le deuxième millén… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.