Aux origines de l’art de prendre et de défendre les villes. Première partie : Le troisième millénaire

De l’idéologie de la conquête urbaine au perfectionnement des machines de siège

 Le IIIe millénaire avant J.-C. est une période importante de l’évolution des villes fortifiées, marquée par une intense expérimentation du phénomène urbain, ponctuée de crises, d’échecs et de ruptures. L’édification des fortifications urbaines décrites de façon détaillée dans nombre de documents commémoratifs, dotées parfois de noms sumériens à signification apotropaïque (magique), est de toute évidence une manifestation symbolique du politique. Leur destruction, commémorée de façon laconique sur d’autres monuments officiels par des formules stéréotypées : « Il frappa la ville de […] et détruisit son rempart », constitue par un procédé dialectique une expression allégorique de l’unification (figure 1).

Figure 1 : Essai de restitution des fortifications d’Armanum d’après une inscription royale de Naram-Sîn commémorant la conquête d’Ebla et le sac d’Armanum. L’inscription ornait originellement une statue du roi d’Akkad déposée d’après les « notes » du scribe-copiste dans le temple de Sîn. La statue comportait vraisemblablement une représentation schématique de la ville d’Armanum – peut-être la cité d’Armi/Armium mentionnée dans les archives d’Ebla – dont seuls auraient été retranscrits sur la tablette paléo-babylonienne les renseignements relatifs aux dimensions des fortifications et à la disposition relative de leurs différents éléments. Les légendes mentionnent le nom des enceintes, la hauteur de l’enceinte (sukud bad3) et la hauteur de la montagne (sukud ša-du-im). Le système défensif est décrit de façon assez systématique par une formule récurrente : « depuis le rempart X jusqu’au rempart Y, la hauteur du mur est de Z coudées, la hauteur de la montage est de Z’ coudées ». Armanum est donc protégée par trois lignes défensives : une ligne basse ou avancée composée d’un avant-mur (« rempart du quai » ? ou « rempart extérieur » ?), haut de 10 m (20 coudées) ; une ligne intermédiaire constituée par une première enceinte (« rempart puissant »), haute de 15 m (30 coudées) ; une ligne haute formée par une seconde enceinte (« grand rempart »), haute de 22 m (44 coudées).

Figure 1 : Essai de restitution des fortifications d’Armanum d’après une inscription royale de Naram-Sîn commémorant la conquête d’Ebla et le sac d’Armanum.

L’inscription ornait originellement une statue du roi d’Akkad déposée d’après les « notes » du scribe-copiste dans le temple de Sîn. La statue comportait vraisemblablement une représentation schématique de la ville d’Armanum – peut-être la cité d’Armi/Armium mentionnée dans les archives d’Ebla – dont seuls auraient été retranscrits sur la tablette paléo-babylonienne les renseignements relatifs aux dimensions des fortifications et à la disposition relative de leurs différents éléments. Les légendes mentionnent le nom des enceintes, la hauteur de l’enceinte (sukud bad3) et la hauteur de la montagne (sukud ša-du-im). Le système défensif est décrit de façon assez systématique par une formule récurrente : « depuis le rempart X jusqu’au rempart Y, la hauteur du mur est de Z coudées, la hauteur de la montage est de Z’ coudées ». Armanum est donc protégée par trois lignes défensives : une ligne basse ou avancée composée d’un avant-mur (« rempart du quai » ? ou « rempart extérieur » ?), haut de 10 m (20 coudées) ; une ligne intermédiaire constituée par une première enceinte (« rempart puissant »), haute de 15 m (30 coudées) ; une ligne haute formée par une seconde enceinte (« grand rempart »), haute de 22 m (44 coudées).

Le Proche-Orient fut le berceau de la poliorcétique, le théâtre de mutations décisives dans l’évolution des fortifications urbaines : l’apparition des machines de siège, l’évolution des systèmes défensifs, l’une et l’autre étroitement liées aux nouvelles conceptions de tactiques offensives et de stratégies défensives sophistiquées. Ce phénomène est la conséquence de la formation, dans les deux premiers tiers du IIIe millénaire, des premiers Royaumes combattants (Mari, Ebla), et, surtout, de l’apparition en Mésopotamie centrale, vers 2350 av. J.-C., de l’État prédateur agadéen, qui marque, cette fois ostensiblement et de façon irréversible, un changement profond de mentalité. La conquête d’Akkad pérennise assurément sur le plan idéologique une politique de terreur, probablement initiée à Ebla près d’un siècle auparavant, et que reflète un document exceptionnel, la lettre du roi Enna-Dagan – énumération de villes–trophées rythmée par une formule macabre récurrente : « Il laissa des tumuli (de cadavres)… ». Dans la seconde moitié du IIIe millénaire, et de façon presque systématique après 2350 av. J.-C., l’idéologie de la conquête urbaine est l’expression de cette politique de terreur et de mentalité belliciste (figure 2).

Figure 2 : Bélier de siège mésopotamien d’après certaines représentations iconographiques d’engins d’assaut gravés sur des bas-reliefs ornant des palais néo-assyriens.

Figure 2 : Bélier de siège mésopotamien d’après certaines représentations iconographiques d’engins d’assaut gravés sur des bas-reliefs ornant des palais néo-assyriens.

Au Bronze ancien, la prise des centres urbains, qui sont les véritables maîtres de l’espace, apparaît comme un objectif indispensable des premières politiques de conquête. Ces impératifs stratégiques ont profondément marqué la poliorcétique ancienne. De fait, le milieu du IIIe millénaire est une période d’innovation majeure dans l’art des sièges dynamiques. La période qui s’échelonne du début du 25ème siècle au milieu du 24ème marque un tournant décisif en matière de mécanique de siège : des engins de sape montés sur roues sont inventés en Mésopotamie du Nord. Ces béliers de siège apparaissent sur des scellements de sceaux-cylindres de Nabada et dans certains documents administratifs d’Ebla comme des chariots composites à quatre roues pleines, dotés de puissants rondins de bois renforcés à l’avant par une masse de bronze munie d’une pointe. Ces grosses poutres, généralement inclinées vers le haut, représentées de façon dynamique, en position de frappe ou d’impact,  probablement en bois de cèdre, étaient suspendues dans des cadres rigides en bois de peuplier ou de frêne par des systèmes élaborés de courroies et/ou de cordages en fibres végétales. Les armatures de soutien en bois étaient revêtues d’éléments en cuir destinés à les protéger contre le feu. Les tours d’assaut sont figurées à Nabada, soit comme des plates-formes simples dotées de quatre roues pleines, soit comme des plates-formes complexes à étages.

Figure 3 : Scène de siège mariote figurant un porteur de bouclier armé d’une lance pourvue d’une pointe à douille et d’un archer muni d’un arc peut-être composite.

Figure 3 : Scène de siège mariote figurant un porteur de bouclier armé d’une lance pourvue d’une pointe à douille et d’un archer muni d’un arc peut-être composite.

La fin du Bronze ancien III est également une période charnière en matière de recrutement : alors que dans les différentes Cités–royaumes de la première moitié du IIIe millénaire une poignée d’hommes était probablement astreinte à des obligations militaires, l’armée permanente composée de soldats professionnels est créée vraisemblablement autour du 24ème siècle. Les armées d’Ebla, d’Akkad ou d’Ur III, composées de soldats de métier et de conscrits comptaient plusieurs milliers d’hommes. Les unités d’assaut formées d’archers équipés d’arcs simples ou complexes, dont la portée utile ne dépassait pas 75 m, et de lanciers disposés en formation d’approche, probablement en rangs serrés et protégés par d’immenses boucliers à auvent, constituaient le noyau des armées de siège. Elles sont figurées sur la fameuse plaque–Mari II (figure 3) et apparaissent dans plusieurs documents officiels sumériens. Ces troupes d’assaut formaient avec les béliers un puissant dispositif offensif, une première ligne de choc destinée à ébranler et forcer les défenses des places assiégées ; une seconde ligne composée de soldats armés de frondes assurait probablement une couverture de tir. Une brèche dans une enceinte, un assaut avec une tour, représentaient alors divers procédés directs employés par des armées expéditionnaires pour venir à bout de places fortifiées.

 Le développement des fortifications en terre : de la digue–enceinte à l’enceinte–fortifiée

Figure 4 : Essai de restitution d’une enceinte mésopotamienne en briques crues pourvue d’une sorte de mâchicoulis primitif ou proto-bretèche conçu pour le tir fichant.

Figure 4 : Essai de restitution d’une enceinte mésopotamienne en briques crues pourvue d’une sorte de mâchicoulis primitif ou proto-bretèche conçu pour le tir fichant.

Ces innovations majeures, aussi bien dans le domaine de la mécanique que dans celui du recrutement ont accru sensiblement le potentiel offensif des armées en campagne. Mais leur influence sur les systèmes défensifs urbains ne s’est pas fait sentir immédiatement, ni partout de façon générale (figure 4). Si la puissance architecturale de certaines enceintes tendit peut-être à se renforcer au cours du IIIe millénaire, aucune modification essentielle dans l’évolution des ouvrages défensifs ne paraît cependant être intervenue avant le milieu du 24ème siècle.

En Mésopotamie du Nord, les murs d’enceinte du Bronze ancien sont généralement massifs, épais de 5 m en moyenne, édifiés en briques crues de formats rectangulaires ou carrés, sur des fondations en pierres, et ordinairement protégés par des glacis. La plupart des enceintes sont dotées de tours de flanquement rectangulaires, monocellulaires ou pleines de 20 m² en moyenne, disposées à des intervalles assez réguliers mais qui varient considérablement d’un site à l’autre. Elles sont généralement percées de portes fortifiées simples (figure 5) et commandent parfois des avant-murs. Après 2350 av. J.-C., un nombre important de ces murailles sont volontairement surélevées – édifiées directement sur de puissants remblais défensifs revêtus par des glacis anti-sapes et/ou blindés par des murs–boucliers. Certains remparts en terre du Moyen-Euphrate sont percés, en outre, de portes fortifiées complexes.

Figure 5 : Fondations en pierres de la porte pré-Sargonique de Mari (Chantier N5, Mission archéologique française de Mari).

Figure 5 : Fondations en pierres de la porte pré-Sargonique de Mari (Chantier N5, Mission archéologique française de Mari).

L’angle sud-est du parement extérieur du montant occidental est blindé de plusieurs gros blocs de gypse originellement pris dans la maçonnerie de briques crues. Ces blocs complètement noyés dans la partie basse de la superstructure constituaient probablement une sorte de dispositif anti-sapes. Une tour–contrefort, de 2 m de largeur et de 11,50 m de longueur, est plaquée contre la façade externe. Les restes du montant oriental ont été presque entièrement détruits par le wadi Sud ; en fait, seuls quelques gros blocs, qui n’ont pas été emportés ou déplacés, ont permis de restituer un passage de près de 4,60 m de largeur. La porte apparaît ainsi comme un ouvrage en tenaille simple, aménagé dans l’épaisseur du mur d’enceinte, doté d’un passage droit à resserrement, et flanqué, sans doute de part et d’autre, d’une tour–contrefort.

Au Levant Nord, les murs d’enceinte du Bronze ancien sont généralement édifiés en briques crues de formats rectangulaires, épais de 3,80 m en moyenne, et parfois bâtis en pierres, épais de près de 4 m ; ils sont parfois protégés par des glacis. Certaines enceintes sont dotées de tours de flanquement généralement rectangulaires d’une vingtaine de mètres carrés et sont percées de portes fortifiées simples.

Au Levant Sud, les murs d’enceinte du Bronze ancien sont massifs, construits soit en briques crues de formats rectangulaires, sur des fondations en pierres, épais de 5 m en moyenne, soit entièrement en pierres, épais de 4,65 m en moyenne. Ils sont parfois protégés par des glacis et/ou édifiés en courtes sections rectilignes ou curvilignes séparées par de faibles décrochements. La plupart des enceintes sont dotées de tours de flanquement, généralement rectangulaires de près de 50 m² et parfois hémicirculaires d’environ 20 m² ; certaines sont pourvues de bastions rectangulaires de 200 m² d’emprise au sol en moyenne ; elles sont percées de portes fortifiées simples et commandent quelquefois des avant-murs.

Les plus grands succès dans l’art des fortifications urbaines, les expériences les plus novatrices du Bronze ancien, concernent donc les remblais en terre, qui sont devenus, dans le dernier tiers du IIIe millénaire, de puissants soubassements blindés. La fonction du remblai défensif est le résultat d’une évolution complexe qui s’est faite en deux temps : apparu comme une digue–enceinte au début du IIIe millénaire à Mari sur le Moyen-Euphrate (figure 6), il est adopté vers 2350 av. J.-C. en Mésopotamie du Nord comme une enceinte–fortifiée : d’une part, les villes pourvues de levées de terre ne dépendent plus complètement de l’Euphrate et ne sont donc pas systématiquement fondées à proximité immédiate du fleuve, où les risques d’inondation sont fréquents ; d’autre part, les caractéristiques morphologiques et les éléments structurels de la plupart des remblais défensifs de la deuxième génération leur confèrent incontestablement une fonction exclusivement défensive. Ce rôle de surélever un ensemble cohérent d’ouvrages fortifiés, dont le mur d’enceinte est généralement l’élément structurel de base, apparaît comme une réponse efficace au perfectionnement des engins de sape et au développement des tours d’assaut.

Figure 6 : Coupe du rempart extérieur de Mari (Chantier C5, Mission archéologique française de Mari).

Figure 6 : Coupe du rempart extérieur de Mari (Chantier C5, Mission archéologique française de Mari).

La structure du remblai défensif originel de la Ville I, édifié au début du Bronze ancien, constitué par une masse de terre empilée de part et d’autre d’un noyau maçonné en pierres sur lequel reposait une maçonnerie irrégulière en briques crues – vraisemblablement les vestiges d’une enceinte – laisse supposer une double fonction originelle : une digue de protection contre les risques d’inondation ; une ligne défensive contre les menaces – non moins dangereuses – de siège. La stratigraphie de la ceinture extérieure de Mari donne ainsi le rythme de l’évolution fonctionnelle et les modalités de la mutation structurelle des remblais défensifs au IIIe millénaire. Lors de la refondation de la Ville II, vers 2550 av. J.-C., la levée de terre est exhaussée et rechargée de part et d’autre d’un mur d’enceinte en briques crues doté de contreforts. La seconde fonction – la ligne défensive – sans annuler complètement la fonction première – la digue de protection – prend néanmoins une place désormais prépondérante.

 

Bibliographie

Rey S. 2012. Poliorcétique au Proche-Orient à l’âge du Bronze. Fortifications urbaines, procédés de siège et systèmes défensifs, Bibliothèque Archéologique et Historique 197, Institut français du Proche-Orient, Beyrouth.
cf. le 4e de couverture.

Glossaire

Poliorcétique : L’art de la prise – et aussi, par extension de sens, de la défense – d’une ville.

Remblais défensifs : Levées artificielles, délimitant totalement ou partiellement une agglomération, constituées par des matériaux hétérogènes (briques crues, pierres, galets, gravillons, etc.) mêlés à des sédiments divers en quantité importante (cendres, argiles, sables, alluvions, loess, etc.) disposés en couches superposées à pendage régulier ; elles sont généralement revêtues d’un glacis et couronnées par une enceinte en briques crues. Les terres sont parfois déposées de part et d’autre d’un noyau maçonné et sont retenues le plus souvent par des murs de soutènement.

Glacis : Revêtements établis sur les pentes des remblais défensifs ou des tells artificiels. Empattements talutés édifiés généralement contre les parements extérieurs des murs d’enceinte.

Portes fortifiées simples : Ouvertures aménagées dans l’épaisseur des murs d’enceinte, flanquées ou non par des tours de plan et de dimensions variés. Ouvrages avancés, protégés ou non par des tours, de plan généralement rectangulaire, plaquées contre l’enceinte, dotés d’un passage ordinairement droit, quelquefois coudé ou en chicane, placés en saillie sur les murailles. Les portes fortifiées simples et les enceintes urbaines forment, de façon indissociable, un ensemble défensif cohérent. Elles commandent les murs d’enceinte et, de façon réciproque, elles sont commandées par ces derniers.

Portes fortifiées complexes : Ouvrages structurellement associés à des enceintes urbaines généralement des levées de terre et parfois des murailles ; elles représentent cependant, dans un système défensif composé d’éléments divers, des points fortifiés complètement indépendants. Elles s’apparentent ainsi à des forteresses urbaines. Les portes fortifiées complexes sont constituées par un passage droit doté de quatre ou de six pilastres – c’est-à-dire muni respectivement de deux ou de trois paires de contreforts en vis-à-vis de forme et de dimensions identiques (portes en double ou en triple tenaille). Le passage est généralement flanqué, de part et d’autre, d’une tour monumentale de plan sub-rectangulaire – pleine, monocellulaire ou pluricellulaire. Aux deux extrémités, intérieure et extérieure, du passage central, les seuils d’accès sont habituellement pourvus d’une ou de deux crapaudines installées de façon à ce que les montants des deux battants on vantaux soient commandés depuis l’intérieur de la porte fortifiée.

Plates-formes de tir : Éléments dynamiques des systèmes défensifs. Ouvrages destinés à permettre le tir de flanquement et qui reflètent, en quelque sorte, une conception offensive ou active de la fortification urbaine – contrôle des approches et suppression des angles morts. Les spécialistes de l’architecture militaire distinguent communément deux principales catégories de plates-formes de tir : les tours et les bastions. La distinction entre ces deux ouvrages est fondée essentiellement sur deux critères empiriques : 1. L’emprise au sol, avec un seuil critique qui se situerait autour de 100 m² ; 2. Le rapport entre la longueur et la largeur avec un seuil approximatif de 2 : 1. Les tours – pleines ou monocellulaires – ont une superficie au sol de moins de 100 m² et présentent généralement un plan ramassé. Les bastions – pleins ou pluricellulaires – ont une emprise au sol de plus de 100 m² et présentent un plan ordinairement allongé dont la longueur est égale, plus ou moins, au double de la largeur. Les forts constituent généralement les éléments statiques des systèmes défensifs et reflètent, au contraire, une conception passive de la fortification urbaine. Ils servent généralement de réduit à une ville fortifiée. Les forts sont des ouvrages retranchés dont les éléments constitutifs s’organisent de façon à former un bloc cohérent.

Enceintes de contrevallation et de circonvallation : Le blocus d’une ville fortifiée nécessitait l’édification d’ouvrages de contre–fortifications, c’est-à-dire des dispositifs complexes d’investissement partiel ou total. Un dispositif de blocus partiel est matérialisé par un ou plusieurs points offensifs (fortins ou enceintes de siège). Un dispositif de blocus total est matérialisé par une ligne offensive (enceinte de contrevallation parfois doublée, en direction de l’extérieur, par une enceinte identique de circonvallation).

L’auteur :
Sébastien Rey est post-doctorant
Archéologue, spécialiste du Proche-Orient ancien.
Associé à l’UMR 7041-ArScAn, équipe VEPMO
Service d’Assyriologie et d’archéologie de l’Asie antérieur. Université de Liège.


Pour citer ce billet : Rey S., Aux origines de l’art de prendre et de défendre les villes. Première partie : Le troisième millénaire, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 20 février 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2378


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.