Le projet de restauration des œuvres détruites du musée culturel de Mossoul

L’inauguration le 11 mai 2023 de l’exposition « Le musée culturel de Mossoul : De la destruction à la réhabilitation » a permis de mettre en lumière cette importante institution irakienne près de 20 ans après sa fermeture. Coorganisée par le musée culturel de Mossoul et le musée du Louvre, elle revient sur l’histoire de ce musée et de ses collections, provenant de Mossoul et de sites archéologiques majeurs de la région du nord de l’Irak. Ce fut aussi l’occasion de présenter au public le projet de réhabilitation du musée engagé depuis 2019 et qui va se poursuivre jusqu’à sa réouverture prévue en 2026.

Le projet de réhabilitation du musée culturel de Mossoul

Si les funestes images du saccage du musée de Mossoul mises en ligne en février 2015 ont fait le tour du monde, l’étendue réelle des dégâts causée par l’occupation du musée par Daesh a seulement été comprise dans toute son horreur après la libération de la ville en 2017 : des œuvres saccagées, des murs et des sols percés (fig. 1), une bibliothèque de plus de 28 000 ouvrages brulée, un bâtiment ravagé. Très rapidement, le ministère irakien de la Culture, du Tourisme et des Antiquités, par l’intermédiaire du Conseil national des antiquités et du patrimoine irakien (SBAH, State Board of Antiquities and Heritage), sollicite l’aide internationale pour la réhabilitation du musée. En 2019, une mission d’évaluation menée par la Smithsonian Institution et le musée du Louvre permet de documenter le saccage, de stabiliser et sécuriser en urgence le bâtiment. Sur la base de l’état des lieux établi, le musée du Louvre a pu remettre fin 2019 aux autorités irakiennes un plan d’action, détaillant la feuille de route pour la réhabilitation complète du musée jusqu’à sa réouverture au public.

Fig. 1 : Vue du hall assyrien dévasté, 2019 (photo S. Meyer)

La fondation Aliph (Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit) finance et accompagne un consortium de partenaires pour la réalisation du projet. Ainsi, la Smithsonian Institution a été désignée pour conduire le renforcement des capacités de gestion muséales des équipes irakiennes. Outre l’accompagnement global du projet avec l’ensemble des partenaires, le musée du Louvre s’est tout particulièrement attelé à la restauration des artefacts détruits dans le musée et retrouvés épars sur place, ainsi qu’à la formation des équipes irakiennes dédiées à la restauration. Enfin, le World Monuments Fund a rejoint en 2020 le consortium afin de mener le programme de réhabilitation du bâtiment du musée et de son jardin.

La restauration des œuvres saccagées

Le musée culturel de Mossoul est le deuxième plus important d’Irak après celui de Bagdad. Sa collection comprenait des œuvres majeures exhumées dans de grands sites archéologiques du nord de l’Irak : les sites préhistoriques de Tepe Gawra, Arpachiyah et Yarim Tepe ; les sites assyriens de Ninive, Khorsabad et Nimrud ; le site parthe de Hatra ; et enfin, les villes d’époque islamique telles que Samarra et surtout, la vieille ville de Mossoul.

Créé en 1952 dans un pavillon royal appartenant au roi Ghazi Ier d’Irak, le premier musée fut rapidement agrandi face aux importantes collections archéologiques provenant des fouilles en cours dans les années 50 et 60. Un deuxième bâtiment fut donc construit dans les jardins du pavillon royal, abritant quatre halls, chacun dédié aux périodes phares représentées par les collections. Le musée actuel fut inauguré en 1974 et resta ouvert jusqu’en 2003, date à laquelle la majeure partie des collections fut envoyée à Bagdad pour les protéger d’éventuels pillages consécutifs à l’intervention américaine en Irak ; seules sont restées sur place les œuvres trop monumentales pour être évacuées rapidement dans de bonnes conditions. Alors que la réouverture du musée était programmée dans les années 2010, la ville de Mossoul tomba aux mains de Daesh en 2014 et le bâtiment fut transformé en Diwan al-Zakat, institution en charge de la collecte de la taxe.

Au moment où Daesh s’installe dans le musée, seules les œuvres monumentales laissées sur place en 2003 y subsistent. Il s’agit principalement d’un four à céramique néolithique, de grandes sculptures assyriennes (fig. 2) et de petites plaques de métal laissées dans leur vitrine, de statues dans le hall dédié à la ville de Hatra et, dans le hall dédié à la période islamique, de deux mihrabs, d’objets en bois et d’éléments d’architecture.

Fig. 2 : Vue du hall assyrien avant sa destruction, 2008 (photo M. Prophit)

En 2015, Daesh publie sur ses réseaux sociaux une vidéo montrant le saccage des statues hatréennes ; le sort des autres objets restés dans le musée demeure inconnu jusqu’en 2017, période à laquelle l’équipe de conservation a pu revenir dans le musée après la reprise de la ville par l’armée irakienne : si le four néolithique est préservé, dans le hall assyrien, divers outils ont été employés pour ruiner les sculptures, y compris plusieurs explosifs ayant réduit ces œuvres monumentales en milliers de fragments épars et mélangés (fig. 1). Le hall de Hatra est entièrement pillé, y compris des décombres du saccage perpétré en 2015 sur les statues. Très largement pillé également, le hall dédié à la période islamique, seuls les objets en bois, deux cénotaphes et une porte, sont préservés (fig. 3).

Fig. 3 : Vue du hall islamique dévasté, 2018 (photo Z. G. S. al-Obeidi)

Ce sont ces œuvres dévastées et laissées sur place que les équipes du musée du Louvre, main dans la main avec l’équipe du musée culturel de Mossoul, travaillent à ressusciter. Depuis 2021, les restaurateurs français effectuent des missions très régulières sur place, pendant lesquelles ils travaillent à la restauration des œuvres, en même temps qu’ils forment les équipes irakiennes. Celles-ci continuent le travail pendant les missions, en communication permanente avec les équipes françaises.

Fig. 4 : La base de trône du roi Assurnasirpal II en cours de restauration, 2022 (photo T. Sagory)

Le programme de restauration et de formation a été conçu de manière la plus adaptée selon les matériaux des objets. Pour les œuvres monumentales en pierre datant de l’époque assyrienne, les équipes ont commencé à travailler, à la demande du musée, à la restauration de trois œuvres majeures, datées du règne du roi Assurnasirpal II (883-859 av. n. è.) et retrouvées sur le site de Nimrud : une base de trône (Al-Obeidi et Thomas 2023 : 72) (fig. 4), une stèle fameuse dite « la stèle du banquet » (Al-Obeidi et Thomas 2023 : 70-71) et un lion monumental protecteur placé à l’entrée d’un temple (Al-Obeidi et Thomas 2023 : 68-69) (fig. 5). Deux autres sculptures monumentales, à savoir des lions androcéphales ailés (Al-Obeidi et Thomas 2023 : 66-67), seront restaurées par les équipes irakiennes, formées, équipées et autonomes après de nombreuses sessions de formation organisées par le musée du Louvre (fig. 2).

Fig. 5 : Le lion monumental de Nimrud en 2008, avant sa destruction (a) (photo M. Prophit) et en cours de restauration en 2021 (b) (photo A. Liégey)

Pour les œuvres en métal comme les fines plaques décoratives ornant à l’origine les portes monumentales du temple de Mamu sur le site de Balawat, la situation est plus complexe (Al-Obeidi et Thomas 2023 : 74-75) : la vitrine contenant les plaques a été saccagée et les plaques ont été laissées sur place, parmi les débris de la vitrine brisée (fig. 6). Une mission de restauration a pu avoir lieu afin de nettoyer et stabiliser les plaques, et la formation d’un restaurateur irakien spécialisé au métal est en cours pour achever la restauration de ces objets qui seront destinés à être de nouveau exposés, comme toutes les œuvres saccagées du musée.

Fig. 6 : La vitrine exposant les plaques de Balawat détruite, 2018 (photo Z. G. S. al-Obeidi)

Les œuvres en bois enfin, à savoir deux cénotaphes (Al-Obeidi et Thomas 2023 : 102-103) et une porte à deux vantaux (Al-Obeidi et Thomas 2023 : 104-105), ont miraculeusement échappé à la destruction et ne présentent que d’infimes traces de dégradation (fig. 7). La formation d’un conservateur irakien est également en cours afin de nettoyer ces œuvres et les préparer à leur future exposition.

Fig. 7 : Le cénotaphe de l’imam Yahya bin al-Qassim, 2018 (S. Meyer)
Vers la réouverture du musée

En même temps que l’exposition était annoncée sur place, ce fut le lancement de la dernière phase des travaux de réhabilitation du musée qui verront à la fois la poursuite des restaurations si symboliques d’œuvres saccagées en même temps que le début de la restauration du bâtiment, fleuron de l’architecture moderniste irakienne conçu par Mohamed Makiya. Ces travaux devraient s’achever en 2026, date envisagée pour la réouverture au public du musée, et la présentation des œuvres restaurées. Elles seront rejointes par les objets anciennement à Mossoul et déplacés à Bagdad en 2003, qui retrouveront leur place dans les vitrines du musée. À ces collections, seront adjoints d’autres artefacts découverts par les nombreuses missions archéologiques ayant repris une activité de terrain dans les environs de Mossoul.

De manière symbolique selon les souhaits irakiens, le nouveau musée gardera les traces de cette page noire de son histoire. Ainsi, les œuvres exposées garderont visibles leurs plans de collage, et le trou béant au centre du hall assyrien, résultant de l’explosion qui a détruit la base de trône et vraisemblablement provoqué l’incendie qui a ravagé la bibliothèque en sous-sol, sera également gardé en l’état dans le parcours muséographique, selon la volonté irakienne.

L’ambition du musée culturel de Mossoul est de reprendre sa place en tant que deuxième institution muséale du pays et que les Mossouliotes puissent se réapproprier ce lieu hautement symbolique par son poids patrimonial et par son rôle de repère culturel dans la ville de Mossoul. À cette fin, le musée, parfois appelé « l’identité de Mossoul » par les habitants, sera également muni d’espaces pouvant permettre les échanges, le dialogue et la réflexion autour de la mémoire et du patrimoine. Avant la réouvertue espérée pour 2026 et vingt ans après la fermeture du musée, l’exposition en cours permet d’ores et déjà aux Mossouliotes de pénétrer à nouveau dans l’enceinte du musée pour y (re)découvrir ce qu’il fut et ce qui s’y passe actuellement. Cette exposition est complétée d’un site internet trilingue reprenant les textes et les nombreux médias présentés sur place, tout en permettant le téléchargement en accès libre du catalogue trilingue de l’exposition (Al-Obeidi et Thomas 2023). Une fois l’exposition achevée en juin 2023, les panneaux seront déplacés sur les grilles du musée, pour rester accessibles à tous pendant toute la durée des travaux jusqu’à la réouverture du musée. Cette exposition, directement adressée aux Mossouliotes, rend aussi hommage à tous ceux qui ont contribué à la survie de cette collection et qui continuent d’œuvrer à faire renaître le musée de ses cendres.

« Le musée culturel de Mossoul : De la destruction à la réhabilitation », Pavillon royal, Mossoul, du 12 mai au 10 juin 2023 (du dimanche au jeudi, de 8 h à 14 h) et en ligne ; commissariat d’exposition : Zaid Ghazi Saadallah Al-Obeidi (musée culturel de Mossoul) et Ariane Thomas (musée du Louvre).

Bibliographie

Al-Obeidi Saadallah Z. G., Thomas A (dir.). 2023. Le musée culturel de Mossoul. De la destruction à la réhabilitation, Paris, El Viso.

L’auteur

Barbara Couturaud est chargée de collections (Mésopotamie-périodes anciennes), département des Antiquités orientales, musée du Louvre.



Citer ce billet
Barbara Couturaud (2023, 2 juin). Le projet de restauration des œuvres détruites du musée culturel de Mossoul. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd37

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 9 juin 2023

    […] Le projet de restauration des œuvres détruites du musée culturel de Mossoul […]

  2. 6 juillet 2023

    […] Le projet de restauration des œuvres détruites du musée culturel de Mossoul, par Barbara Couturaud, sur le Carnet ArchéOrient – Le Blog. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search