Archéobotanique et sources textuelles : un enrichissement mutuel pour la restitution du rapport homme-milieu

Fig. 1 : épillet carbonisé de blé amidonnier, Triticum dicoccum, daté du Bronze ancien (IIIe millénaire av. J.-C.) (Tell Arqa, Liban) (Cliché L. Herveux).

Fig. 1 : épillet carbonisé de blé amidonnier, Triticum dicoccum, daté du Bronze ancien (IIIe millénaire av. J.-C.) (Tell Arqa, Liban) (Cliché L. Herveux).

Les disciplines archéologique et historique ont pour objectif commun de restituer l’histoire des sociétés passées. Cependant, leur matériel d’étude diffère : l’archéologue base ses interprétations sur les vestiges matériels produits par les activités humaines alors que l’historien utilise principalement les sources écrites qui apparaissent dès la fin du IVe millénaire av. J.C. au Proche-Orient. Travaillant chacun de leur côté, l’archéologue et l’historien sont pourtant complémentaires dans la restitution des modes de vie passés. Les recherches archéobotaniques apportent des éléments à l’histoire du rapport entre l’homme et le milieu végétal à travers l’étude des végétaux fossiles retrouvés sur les sites archéologiques. C’est une discipline qui relève à la fois des sciences du vivant et des sciences humaines. L’histoire des plantes est, depuis la domestication végétale, indissociable des activités humaines, que se soit à travers les pratiques agricoles, l’exploitation du milieu pour défricher, s’approvisionner en combustible ou en denrées alimentaires. Dans ces domaines aussi, l’étude de la documentation écrite est un outil primordial de l’archéologie lorsqu’il s’agit de cultures lettrées, ce qui est le cas des périodes auxquelles je m’intéresse plus particulièrement (IIIe, IIe et Ier millénaires av. J.-C.) et dont le corpus des sources textuelles, épigraphiques ou autres, est très important.

 Ce billet a pour objectif de rendre compte d’une collaboration qui a été engagée à la faveur du projet européen FLORIENTAL (ERC-2010-StG263783, R. Hawley, CNRS, UMR 8167 Orient et Méditerranée). Ce projet se propose de retracer l’histoire du genre littéraire de « l’herbier » au Proche-Orient depuis ses origines au IIIe millénaire av. J.-C. jusqu’aux travaux de Hunayn ibn Ishaq, médecin arabe de Baghdad au IXe siècle ap. J.-C. Cette collaboration est la rencontre de l’archéobotanique et des sciences qui étudient la documentation écrite (philologie, épigraphie). Elle est aussi à l’origine d’une partie du programme de recherche sur les économies agricoles et l’exploitation du milieu végétal que je souhaite développer dans les années à venir.

 L’archéobotaniste, par ses propres analyses, dispose d’éléments capitaux pour la restitution des pratiques agraires et de l’exploitation du milieu. Cependant, ses conclusions s’enrichissent considérablement lorsqu’elles sont confrontées aux résultats d’autres disciplines et notamment celles dévolues à l’étude des sources écrites. En effet, de la même façon que la documentation écrite comporte ses propres limites (ambiguïtés importantes dans les textes qui entrainent des problèmes d’identification des plantes), les données archéobotaniques, dans la restitution du cortège de plantes utilisé par les sociétés passées, sont dépendantes, entre autres, des problèmes de conservation différentielle des macrorestes botaniques. Ainsi, l’étude des paléo-semences ne permet pas d’avoir une vision globale de l’exploitation du milieu végétal. Preuve en sont les données textuelles, qui évoquent parfois la présence de plantes dont nous n’avons aucune trace archéologique. La prise en considération et la confrontation critique de ces deux types de données permettent donc d’enrichir nos connaissances sur les économies végétales passées.

Une réalité botanique et archéobotanique pour les données textuelles sur la flore

L’objectif est de développer les outils nécessaires pour identifier les noms des plantes dans les textes. Il s’agit d’exposer les problèmes méthodologiques inhérents à toute tentative de relier des mots anciens avec les réalités botanique et archéobotanique. Ainsi, il est important de contribuer de manière substantielle à la maîtrise de ces données spécifiques puisqu’une fragilité dans les approches strictement philologiques a pu être mise en évidence grâce à ma contribution au projet européen FLORIENTAL. Plusieurs exemples de cette contribution peuvent être donnés.

  •  L’examen des échantillons archéobotaniques des sites de Tell Kazel et Tell Arqa, dans la plaine du Akkar sur la côte libanaise et syrienne, montre une très haute proportion de blé amidonnier (Triticum dicoccum) à l’âge du Bronze (Fig. 1 et 2) (Herveux, 2007). Il serait surprenant que les pratiques agricoles aient été très différentes dans la plaine de Jablé directement au nord (la zone agricole du royaume d’Ougarit), ce qui amène à imaginer qu’un mot pour le blé amidonnier devrait être attesté dans les assez nombreux documents ougaritiques qui relèvent de la comptabilité des produits agricoles. Un candidat s’impose : le mot « KSM », jusqu’ici généralement traduit par “épeautre” (Triticum spelta) sur des bases étymologiques, d’ailleurs assez faibles. Les données archéobotaniques ne plaident pas en faveur de la présence d’épeautre dans la région proche-orientale; le mot KSM semble donc plus probablement à traduire par “blé amidonnier”.
Fig. 2 : caryopse carbonisé de blé amidonnier en vue ventrale, dorsale et latérale (de gauche à droite), Tell Arqa, IIIe millénaire av. J.-C. (Cliché L. Herveux).

Fig. 2 : caryopse carbonisé de blé amidonnier en vue ventrale, dorsale et latérale (de gauche à droite), Tell Arqa, IIIe millénaire av. J.-C. (Cliché L. Herveux).

  • Des résultats prometteurs d’une collaboration entre archéobotanistes et philologues ont été obtenus par l’étude des légumineuses cultivées et consommées à Bagdad au IXe siècle. Le mot « lubia » (ou « lubias ») en arabe moderne fait référence aux haricots (verts par exemple, mais d’autres aussi). Or, quand on rencontre ce mot dans les traités diététiques syriaques ou arabes du IXe siècle (époque abbaside), il ne peut pas désigner les haricots, car ces plantes du genre Phaseolus n’ont été importées du continent américain qu’à partir du XVIe siècle. Les études archéobotaniques suggèrent d’autres possibilités pour l’identification de la (ou des) légumineuse(s) mystérieuse(s) désignée(s) dans les sources grecques par « δóλιχος » (« dolixos ») et dans les traductions syriaques et arabes par « lubia ». Entre autres, par exemple, le haricot mungo (Vigna radiata) connu en français sous la désignation trompeuse de « pousse de soja », attesté déjà à l’époque romaine sur le site romain de Bérénice en Égypte (Cappers, 2006).
  • Il en va de même pour l’étude des cucurbitacées cultivées et consommées à Bagdad au IXe siècle. Les mots « qar’ ā » en syriaque et « qar’ » en arabe sont régulièrement associés à la citrouille. Mais, le genre Cucurbita, dont est issue cette plante est arrivé tardivement d’Amérique. Au regard des découvertes archéobotaniques, on peut proposer un premier candidat : la calebasse (Lagenaria siceraria) auxquelles les traductions des textes ne semblent pas faire référence. Les restes de cette plante, originaire des zones tropicales d’Afrique et d’Asie, sont retrouvés sous forme de graines essentiellement dans des sites du centre-ouest de l’Europe (France et Allemagne principalement) datés des premiers siècles de notre ère. Au Proche-Orient, seule l’Égypte a livré des restes de cette plante. Quatre sites de la période romaine en font mention : Quseir al-Qadim, Bérenice, Kellis et Mons Claudianus. Enfin, un second candidat, la coloquinte (Citrullus colocynthis), pourrait aussi correspondre à ce mot. Les restes de cette plante, originaire des zones désertiques et subdésertiques du Proche et Moyen Orient (Fig. 3), ont été découverts sur de nombreux sites en Égypte (par exemple : Bérénice (Vermeeren & Cappers, 2002), Mons Claudianus (Veen, 2001) ou Hierakonpolis (El Hadidi & Fahmy, 1996)) mais aussi en Israël (Kislev, 1992), en Irak (Neef, 1989) et au Pakistan (Tengberg, 1999).
Fig. 3 : coloquinte dans le désert du Wadi Ramm (Jordanie) (Cliché S. Fares)

Fig. 3 : coloquinte dans le désert du Wadi Ramm (Jordanie) (Cliché S. Fares)

 Les sources écrites, de précieuses informations pour la restitution du rapport homme-milieu

 La prise en considération des sources écrites permettra d’aborder l’utilisation des plantes cultivées, là où les témoignages archéologiques font défaut mais aussi d’enrichir la liste des plantes exploitées par les sociétés passées que se soit pour se nourrir, se soigner, s’éclairer ou se chauffer. En effet, les données des textes viennent compléter les données archéobotaniques qui ne sont pas exhaustives puisqu’elles dépendent de la préservation des vestiges sur les sites archéologiques. Comme on l’a vu, il apparaît qu’un certain nombre d’espèces botaniques, mentionnées dans les textes, sont absentes des assemblages archéobotaniques. De cette manière, la confrontation des textes et des données archéobotaniques nous permettra d’enrichir considérablement nos connaissances sur les économies végétales antiques, qu’il s’agisse de plantes cultivées pour la restitution des dynamiques agricoles ou de plantes cueillies. Les vestiges de plantes sauvages au sein des assemblages archéobotaniques fournissent des indications sur le paléoenvironnement. Mais, il est difficile de savoir si ces plantes représentent une cueillette intentionnelle ou non et si elles ont eu des emplois particuliers. Il apparaît extrêmement intéressant, pour certaines, de pouvoir mettre en évidence grâce aux sources textuelles leur exploitation à des fins commerciales, alimentaires ou médicinales et donc les raisons de leur présence dans les assemblages archéobotaniques. Deux exemples peuvent d’ores et déjà être donnés :

  •  La documentation écrite d’Ebla (cité-état du IIIe millénaire av. J.-C. en Syrie), datée des XXIV et XXIII s. av. J.-C. évoque le commerce du grand térébinthe, ou pistachier de l’Atlas (Pistacia atlantica) (A. Catagnoti, Università degli Studi di Firenze, étude à paraitre). Cet arbre de la steppe arborée, appelé « botom » en arabe, est connu dès le Néolithique dans les assemblages carpologiques et anthracologiques au Proche-Orient (Fig. 4 et 5). Mais, s’il avait souvent été interprété comme un témoignage des formations végétales passées dont les hommes pouvait tirer un complément alimentaire, son importance économique que décrivent les textes d’Ebla n’avait jamais été soupçonnée pour des périodes aussi reculées. Plusieurs utilisations sont attestées pour cet arbre : sa résine et ses fruits oléagineux sont historiquement connus pour leurs nombreuses propriétés médicinales (expectorant, sudorifique, stimulant cardiaque, antiseptique…). Les tannins issus des gales ou des feuilles étaient utilisés en tanneries. Enfin, la sève séchée est utilisée comme encens (Site de la FAO ). Les textes d’Ebla fournissent donc apparemment les premiers indices du commerce de cet arbre, avant même le témoignage de son transport maritime au Bronze récent (XIVe-XIIIe s. av. J.-C.) apporté par les découvertes faites sur le bateau naufragé d’Ulu Burun en Turquie (Haldane, 1993). On peut aussi rappeler à ce propos l’arbre à mastic de l’île grecque de Chios (Pistacia lentiscus), largement exploité dans l’Antiquité pour sa résine.

Fig. 4 : pistache carbonisée (à gauche) datée du Bronze ancien IV, IIIe millénaire av. J.-C. (Tell Al-Rawda, Syrie), comparée à un spécimen moderne.

Fig. 4 : pistache carbonisée (à gauche) datée du Bronze ancien IV, IIIe millénaire av. J.-C. (Tell Al-Rawda, Syrie), comparée à un spécimen moderne.

Fig. 5 : pistacia atlantica dans le massif du Jebel Bala’as (Syrie centrale)(Cliché L. Herveux).

Fig. 5 : pistacia atlantica dans le massif du Jebel Bala’as (Syrie centrale)(Cliché L. Herveux).

  •  L’usage médicinal des plantes représente un aspect particulier des recherches archéobotaniques. En effet, l’histoire de la médecine et de l’usage des « simples » (nom donné dans l’Antiquité aux plantes médicinales) est une démarche particulièrement délicate. Quantité de végétaux possèdent des vertus médicinales et il ne suffit pas d’en établir la liste à partir des plantes attestées sur un site pour restituer les savoirs médicaux de la communauté. Il convient de montrer que les données recueillies correspondent bien à un usage médical. Pour cela, ma collaboration au projet Européen FLORIENTAL, m’offre la possibilité, grâce à l’étude des « herbals » cunéiformes, grecs, syriaques et arabes, de pouvoir d’une part enrichir la liste des plantes connues et utilisées par les sociétés du Proche-Orient ancien, et qui n’ont laissé aucune trace archéologique, et d’autre part de tenter de proposer une liste de plantes médicinales parmi les données archéobotaniques.

Comme je travaille sur le Proche-Orient, la documentation écrite en langues sémitiques (akkadien, ougaritique, phénicien, syriaque ou arabe) retiendra plus particulièrement mon attention. Les différentes collaborations que j’ai pu engager jusqu’à présent, au sein du projet européen FLORIENTAL, me permettent de proposer d’ores et déjà un certain nombre de corpus de textes dont l’étude, en collaboration avec les chercheurs qui y sont associés, enrichira notre vision des économies végétales passées. Ces ensembles de sources textuelles sont les suivants :

-Les textes d’Ougarit, en collaboration avec R. Hawley, C. Roche (CNRS Orient et Méditerranée, UMR 8167) et D. Pardee (University of Chicago).

-Les textes d’Ebla, une documentation écrite concernant notamment les XXVe et XXIVe siècles av. J.-C. Tablettes des archives royales et particulièrement les comptes rendus relatifs à l’agriculture. En collaboration avec A. Catagnoti (Università degli Studi di Firenze).

-Les textes hittites, en collaboration avec A. Mouton (Orient et Méditerranée, UMR 8167)

-Les textes de Nuzi (Yorghan Tepe, Iraq, XIVe siècle av. J.-C.) et les lettres d’Amarna, en collaboration avec P. Abrahami (Archéorient, UMR 5133).

-Les herbiers dans les sources cunéiformes en collaboration avec JoAnn Scurlock (Elmherst College, Chicago) et
Robert Hawley.

– Les herbiers dans les traités médicaux : ceux commandés par les califes abbasides dans le Baghdad du IXe s. ap. J.-C. (la compilation syriaque d’Hunayn ibn Ishaq par exemple) mais aussi ceux des auteurs grecs tels que Hippocrate (460-370 av. J.-C.), Dioscoride (40-90 ap. J.-C.) ou Galien (129-201 ap. J.-C.).

 Conclusion

Cette collaboration constitue un enrichissement mutuel pour les deux disciplines et apporte des informations essentielles à la restitution du rapport entre l’homme et le milieu végétal. Les exemples cités ci-dessus ne sont que quelques uns des thèmes de recherche qui seront à l’avenir développer au sein de cette association qui n’avait que trop rarement été tentée par le passé. Elle démontre une fois de plus l’intérêt des recherches pluridisciplinaires pour notre vision des sociétés passées.

 Bibliographie

Haldane C. 1993. Direct Evidence for Organic Cargoes in the Late Bronze Age, World Achaeology 24(3), Ancient Trade : New perspectives, 348-360.

Herveux L. 2007. Le phénomène agricole à l’âge du Bronze au Proche-Orient (3000-1200 av. J.-C.), Thèse de doctorat, Université Paris I.

Kislev M. E. 1992. Vegetal food of the Bar Kokhba rebels at the Abi’or cave near Jericho, Review of Palaeobotany and Palynology 73, 153-160.

Neef R. 1989. III.a Plants, in: Van Der Kooij, G., Ibrahim, M.M. (eds), Picking up the Threads… A Continuing Review of Excavations at Deir Alla, Leiden, University of Leiden, Archaeological Centre, 30-37.

Tengberg M. 1999. Crop husbandry et Miri Qalat Makran, SW Pakistan (4000-2000 BC), Veget Hist and Archaeobotany 8, 3-12.

Van der Veen M. 2001. Chapter 8. The botanical evidence, in: Maxfield, V.A., Peacock D.P.S., Mons Claudianus. Survey and Excavation 1987-1993. Vol 2. Excavations: Part 1 (Fouilles de l’institut français d’archéologie orientale du Caire 43), Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire, 174-222; appendix 1-2; fig 8.1-8.13.

Vermeeren C., Cappers R.T.J. 2002. Ethnographic and archaeobotanical evidence of local cultivation of plants in Roman Berenike and Shenshef (Red Sea coast, Egypt), BIAXiaal (Zaandam) 140 2000/2003.

L’auteur

Linda Herveux est chercheur contractuel CNRS UMR 8167 Orient et Méditerranée (au sein du projet européen FLORIENTAL) et chercheur associé CNRS UMR 5133 Archéorient.

Archéobotaniste, spécialiste du Proche et Moyen Orient.


Pour citer ce billet : Herveux L., Archéobotanique et sources textuelles : un enrichissement mutuel pour la restitution du rapport homme-milieu, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 14 février 2014. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2348


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. DEWALQUE dit :

    A la lecture du texte il parle de confusion pour le mot – lettres KSM, traduit autrefois pour épeautre, qui serait fort probablement l’amidonnier.
    Autrefois le grand épeautre (hexaploïdes), l’amidonnier (tetraploïdes) et l’engrain (diploïdes) étaient souvent déclarés épeautre, parce que tous non décorticables.
    Il est existe la même généralisation dans la dénomination en Italie avec le mot “farro”.
    Toutefois, s’il existe des diploïdes et hexaploÏdes sous la forme “sauvages” dans l’hexaploïde n’existe pas sous forme non domestiquées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.