Fouille de Boncuklu Tarla : état du projet et problématiques

Le site de Boncuklu Tarla se trouve dans la province de Mardin en Turquie. Il est entouré par deux rivières (le Nevala Maherk et le Bike Mahmut) dont les cours ont profondément marqué le relief et sinuent jusqu’au Tigre, quelques 2 kilomètres en aval (fig. 1, Taskiran et Kartal 2010; Ökse et al. 2014). C’est au bord de ce fleuve que nous avons conduit la fouille de Çemka Höyük, un autre site néolithique (Kodaş et al., 2020). Cerné par des montagnes s’élevant à 1 500 mètres, Boncuklu Tarla est, quant à lui, installé sur une terrasse en pente douce dans la vallée de Germav, sur la formation géologique du même nom (Tetiker, Yalçın et Butekin 2017 ; Tetiker, Akman et Yalçın 2018). Identifié en 2008 par l’équipe dirigée par Tuba Ökse H. Taşkıran, il a commencé à être fouillé en 2012 sous la direction de T. Ökse et H. Taşkıran en collaboration avec le musée archéologique de Mardin, dans le cadre du projet de barrage d’Ilısu (Ökse et al. 2014). En 2017, les fouilles de sauvetage ont été reprises sous ma direction, toujours en coopération avec le musée de Mardin. Depuis 2021, ce projet s’est mué en fouille programmée, et avec le soutien d’une équipe internationale. Il représente une mine d’informations précieuses pour retracer la chronologie complète du Néolithique précéramique dans la vallée du Haut Tigre en raison de la présence d’une stratigraphie épaisse allant de l’Épipaléolithique à la fin du PPNB récent. Nous sommes parvenus à retracer assez précisément cette chronologie grâce à plusieurs datations au radiocarbone (14C) et par une étude combinée d’indices chrono-culturels mobiliers et architecturaux. Il faut également souligner la surface considérable mise au jour entre 2017 et 2022 grâce aux efforts d’une équipe nombreuse et compétente. Près de 4000 mètres carrésont été fouillés sur une profondeur maximale de 2,30 m pour les secteurs et de 2,60 m pour les sondages (fig. 1).

Fig. 1 : Localisation et plan général du site (Archive de Boncuklu Tarla).
Architecture et chronologie

D’après les fouilles, 7 niveaux d’occupation, répartis entre le PPNB, le PPNA et l’Épipaléolithique ont été mis en évidence (silos, maisons et bâtiments communautaires, Kodaş 2021) :  le niveau 1 correspond au PPNB récent ; le niveau 2 au PPNB moyen (7592-7522 av. J.-C.) ; le niveau3 au PPNB ancien (8546-8235 av. J.-C.); le niveau4 à la période de transition du PPNA vers le PPNB; le niveau 5 au PPNA et le niveau6 et 7 à l’Épipaléolithique (TÜBITAK-0201: 10389 ± 41 J.-C., fig. 2, Kodaş et Çiftçi 2021). L’architecture du PPNB récent se caractérise par des maisons de plan uni- ou pluricellulaire, tandis que celle du PPNB moyen est représentée par des maisons de plan unicellulaire ou pluricellulaire sur un plan rectangulaire. Durant ces deux périodes, toutes les maisons se trouvent à l’ouest du seul espace communautaire, un bâtiment au sol en terrazzo. Dans le niveau du PPNB ancien, seules deux maisons de type grill-plan ont été mises au jour. Dans l’ensemble, l’architecture et l’organisation spatiale de ces trois niveaux sont donc similaires à celles de Çayönü (Erim-Özdoğan 2011).

Fig. 2 : Évolution chronologique et architecturale du site (Archive de Boncuklu Tarla).

L’architecture de la phase transition du PPNA au PPNB se caractérise, quant à elle, par des bâtiments aux plans plus variés selon leur usage domestiques ou communautaires : circulaires et sub-rectangulaires pour les maisons, quadrangulaire pour le bâtiment communautaire. Les maisons de plan circulaire et sub-rectangulaire se trouvent autour du bâtiment communautaire construit sur un plan rectangulaire. Ce dernier possède quatre piliers centraux en pierre, de type monolithe, et quatre contreforts. Pour le PPNA, nous avons cette fois mis au jour six bâtiments semi-enterrés de plan circulaire. Ces bâtiments sont dotés de piliers en pierre de type monolithe, de piliers maçonnés en pierre sèche et, de manière complémentaire ou alternative, de contreforts. Par ailleurs, leur sol est maçonné avec du plâtre ou taillé dans le substrat calcaire. La nature supposément communautaire de ces édifices circulaires pose problème car aucune structure domestique n’a encore été mise au jour dans ces niveaux. En outre, le seul bâtiment de plan circulaire exhumé au niveau 6, daté de la période épipaléolithique, est également circulaire, semi-enterré, et possède un pilier maçonné en pierre sèche auquel s’ajoutent cinq contreforts. L’architecture du niveau 7 se distingue par un abri qui a été partialement mis au jour. La continuité relative des données obtenues sur le terrain nous permet finalement de suivre l’évolution de l’architecture du Néolithique précéramique sur un seul et même site, ce qui le rapproche du site de Çayönü (Erim-Özdoğan 211). Surtout, nous avons pu identifier des vestiges architecturaux dans un niveau daté de l’Épipaléolithique (Younger Dryas), ce qui nous ouvre une perspective intéressante sur la question de la sédentarisation dans cette région au tournant de l’Holocène.

Fig.  3 : Pilier en pierre et pilier maçonné en pierre sèche mis au jour à Boncuklu Tarla (Archive de Boncuklu Tarla).
Restes humains

L’étude des restes humains exhumés sur le site constitue notre point d’ancrage pour évaluer la population du site de Boncuklu Tarla d’un point de vue démographique, biologique et culturel (Kodaş et al. 2022b). Nous avons mis au jour 67 sépultures dans le niveau du PPNB moyen, 3 sépultures dans le niveau du PPNB ancien et 18 sépultures dans le niveau de transition PPNA-PPNB (Kodaş et al. 2022b). Au total, plus de 140 sujets ont été identifiés (fig. 4). Certains gestes funéraires nous sont apparus grâce à la diversité du mode d’inhumation : individuelle, double ou multiple. De plus, des crânes isolés ainsi que des inhumations secondaires ont pu être observés. La pratique de la crémation a été identifié dans une sépulture datant du PPNB moyen qui est le seul cas pour l’instant sur le site. Signalons aussi que toutes les sépultures ayant été mis au jour sur le site se trouvent dans l’enceinte d’habitats domestiques.

Fig. 4 : Sépultures mises au jour à Boncuklu Tarla (Archive de Boncuklu Tarla).
Objets de prestige

Les représentations figuratives sont nombreuses dans le Néolithique proche-oriental. Il s’agit de figurines, de statues et de représentations sur des piliers qui ont fait l’objet de plusieurs études (cf. Kodaş et al., 2022 a). Contrairement à nos attentes, nous n’en avons retrouvé aucun objet figuratif de ces types dans nos fouilles. Dans nos fouilles, cette absence a été compensée par la découverte de perles atypiques aux formes surprenantes, le plus souvent en contexte funéraire. Nous avons mis au jour plus de 150 000 pièces (fig. 5). Nous avons aussi trouvé des bracelets, des vases en pierre, des bâtons polis, des pierres à rainures, des labrets et des plaques en os, mais aussi deux pendants anthropomorphes et plusieurs pendentifs animaliers (sculptés en forme de scorpion, serpent, araignée, oiseau, bovidé, félin, équidé, poisson ou autres). Concernant la matière première, nous trouvons des pièces notamment en coquillage, en serpentine, en chlorite, en marbre, en phosphate, en calcaire, en cornaline, au silex, en obsidienne, en os et en calcaire (Kodaş 2019). La découverte la plus remarquable est sans nul doute la présence de labrets d’oreille ou de lèvre mis au jour in situ dans plusieurs sépultures. Par ailleurs, il faut signaler que l’ensemble de ces objets n’est pas contemporain, mais que les labrets sont présents dès le PPNA tandis que la parure animalière apparaît seulement au PPNB. A partir du PPNB moyen, un nombre considérable de parures en cuivre natif (plus de 3000 pièces), parmi lesquelles se trouvent des pendentifs en forme de scorpions, font leur apparition.

Fig. 5 : Objets de prestige provenant de Boncuklu Tarla (Archive de Boncuklu Tarla).
Industrie lithique

Le site de Boncuklu Tarla a également fourni une industrie lithique remarquable aussi bien par la diversité des types retrouvés que par celle des techniques de taille employées. Le silex est la matière première la plus répandue mais l’obsidienne est présente dans tous les niveaux du site (environ %67 en silex et 33 en obsidienne). A ce jour, nous avons ramassé plus de 600 000 pièces lithiques, majoritairement en silex. Cette richesse matérielle permet de suivre l’évolution des industries lithiques de la fin de l’Épipaléolithique jusqu’à la fin du PPNB (fig. 6).

Fig. 6 : Industrie lithique du PPN et de l’Épipaléolithique à Boncuklu Tarla.

L’industrie lithique du PPNB est caractérisée par un débitage par pression laminaire et majoritairement lamellaire issu de nucléus de formes coniques, pyramidales, ou encore en balle de fusil. Plus rares, des nucléus naviformes ainsi que des lames débitées sur nucléus naviformes (débordantes, en upsilon, etc.), à la pierre tendre, ont aussi été retrouvés. Au PPNB, les pointes de flèche de type Byblos, Amuq et Nemrik ainsi que d’autres types de pointes de flèche à pédoncule ont été mis au jour en quantité́ surprenante (Kodaş 2019). Par ailleurs, la forte présence de microlithes dans les niveaux du PPNB, récupérées grâce au tamisage, doit être soulignée. Dans le niveau de la transition PPNA-PPNB, nous avons surtout détecté la présence de microlithes et de lames à faucille (Kodaş 2021). Les premiers se présentent sous la forme de microlithes géométriques, parmi lesquels sont majoritaires les segments, les triangles, et les triangles allongés à dos (lamelles à dos) et troncatures, souvent en obsidienne. Les pointes de flèche de type nemrikien et mureybetien sont, pour leur part, rarement présentés. Précisons que les lamelles et les lames sont débitées le plus souvent par pression ou percussion directe. Les industries lithiques du PPNA présentent, quant à elles, des microlithes géométriques (segments de cercle, triangles, lamelles à dos, trapèzes) ou non géométriques. Nous avons principalement pu identifier des lamelles à dos retouchées et des parties proximales et distales de lamelles retouchées de forme triangulaire, retrouvées en grande quantité. Des pointes de flèche de type khiamien ou nemrikien ainsi que des micro-pointes ont également été décelées dans les niveaux PPNA. Dans le niveau daté de la période épipaléolithique, nous avons recueilli des microlithes géométriques (segments de cercle, triangles, lamelles à dos, trapèzes) ou non géométriques uniquement en silex. Il s’agit d’une industrie très similaire à celle du PPNA, la seule différence étant l’absence d’outils en obsidienne et de macro-pointes dans les niveaux de l’Épipaléolithique.

Pour aller plus loin

La fouille de Boncuklu Tarla se poursuivra dans les années à venir avec une équipe que nous espérons toujours nombreuse et forte de la présence de spécialistes du Néolithique proche-oriental. Les données déjà accumulées sur le site confirment le riche potentiel d’un site occupé entre le 10 500 et 7 000 ans avant notre ère. Chose rare en Anatolie Orientale, nous pouvons donc retracer la chronologie complète du Néolithique précéramique en apportant des éléments de compréhension inédits concernant l’apparition de l’agriculture, la sédentarisation des sociétés, leur composition et leurs interactions, l’évolution architecturale des villages ou encore la symbolique de leurs pratiques funéraires. Ces perspectives sont nourries par des problématiques plus resserrées autour Boncuklu Tarla: la question des centres et des périphéries autour du site et dans un cadre régional, celle de la diversité architecturale des bâtiments communautaires en Anatolie Orientale, la considération des parures comme un objet symbolique durant le PPNB à l’instar des statues et figurines, la problématique de la place des morts au sein de l’espace domestique, ou encore les débuts de la métallurgie. Pour conclure, sur la trame commune des villages du Néolithique précéramique de l’Anatolie Orientale, c’est d’abord la singularité qui marque Boncuklu Tarla comme un lieu de variation culturelle et d’expression artistique. A ce titre nous l’espérons, pour vous comme pour nous, il réclame notre curiosité.

Références bibliographiques

Erim-Özdoğan A. (2011)., Çayönü, The Tigris Basin. In The Neolithic in Turkey 1. in: M. Özdoğan – N. Başgelen – P. Kuniholm (eds.), İstanbul 2011, 185-269.

Kodaş E. (2019). Un nouveau site du Néolithique précéramique dans la vallée du Haut Tigre : Résultats préliminaires de Boncuklu Tarla. Neo-Lithics 19/1 : 3-15.

Kodaş E., Genç B., Erdem Ç., Çiftçi Y. et Labedan-Kodas C. (2020). Çemka Höyük: A Late Epipalaeolithic and Pre- Pottery Neolithic Site on the Upper Tigris, Southeast Anatolia. Neo-Lithics 20/1 : 1-7.

Kodaş E. (2021). Fouille de la partie est de Boncuklu Tarla : nouvelles données sur la fin du PPNA dans la vallée du haut Tigre. Syria, 98 : 21-49.

Kodaş E. et Çiftçi Y. (2021). Public Buildings and Spatial Organization during the Pre- Pottery Neolithic A Period: The Case of Boncuklu Tarla / SE Turkey: First Report. Istanbuler Mitteilungen 71/1 : 43-65.

Kodaş E. Baysal E., Yelözer S. et Çiftçi Y. (2022a). Symbolism in action: Techno- typology, function, and human-artefact dynamics in figured/non-figured bone plaques from Pre- Pottery Neolithic Boncuklu Tarla, Turkey. Journal of Anthropological Archaeology 65: 1-14.

Kodaş E., Acar A., Erdem Ç., Çiftçi Y., Labedan-Kodas C., Özer İ. et Sarı İ. (2022b). The Relationship between Burials and Dwellings at the Pre-Pottery Neolithic Boncuklu Tarla, Southeast Turkey. In Dealing with the Dead (SENEPSE 23), A. Gopher and D. Ackerfeld (eds), Berlin 2022, 40-53.

Ökse T. H. Taşkıran H., Kartal M., Atay E., Görmüş A., et Erdoğan N. (2014). Fouilles de Boncuklu Tarla, Saisonne 2012 dans le cadre de Barrage d’Ilısu (Ilısu Barakı İnşaat Sahası 2012 Yılı Kazıları.). KST 35/1 : 102-112.

Taşkıran H. Et Kartal M. (2010). Prospection de 2008 dans le cadre du barrage d’Ilısu (2008 yılı Ilısu Baraj Gövdesi Alanı 2008 Yüzey Araştırması). AST 27/3 : 233-244 (en turc)

L’auteur

Ergül Kodas est Professeur Associé en Préhistoire à l’Université de Mardin-Artuklu et Chercheur associé de l’UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Ergül Kodas (2023, 28 avril). Fouille de Boncuklu Tarla : état du projet et problématiques. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd32

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search