Marcher depuis la Nuit des Temps. Un projet culturel itinérant fait étape à Jalès

Le 2 mai prochain, l’antenne de Jalès d’Archéorient accueillera chercheurs et marcheurs dans le cadre d’une aventure originale. Imaginé il y a trois ans par la compagnie de créations artistiques Monik LéZart, Marcher depuis la Nuit des Temps est un projet culturel entre art et science, temps anciens et temps nouveaux.

Sur le vecteur d’un cheminement pédestre allant de la grotte de Chauvet jusqu’à celle de Lascaux, déterminant un espace-temps de 380 km de longueur par 38 000 ans de profondeur, le marcheur est invité à une sensibilisation scientifique, des découvertes artistiques, et des rencontres : de lieux, d’idées et de personnes. Parcourir cet itinéraire à pied (7 semaines de marche au total) permet d’apprécier le ralentissement du rythme, l’immersion  dans le paysage, et porte à rendre sa mesure à l’humanité qui marche, depuis la nuit des temps.

Une fouille archéologique de l’intime

Ce projet de développement territorial invite ainsi les chercheurs que nous sommes tous à une exploration de l’histoire de l’imagination, des origines à nos jours, par le biais d’une vaste coopération artistique et scientifique. De cet évènement, répété chaque année, découlera d’une part la création d’un réseau pédestre pérenne, en collaboration avec les habitants, les usagers et les acteurs faisant vivre les territoires traversés. Il mettra également à disposition du grand public un récit d’expériences communes, grâce à un site de ressources en ligne et une revue papier. Ces outils, ainsi que les évènements culturels et les moments de médiation qui ponctueront chaque traversée, auront pour vocation d’attirer l’attention du public sur les notions de temps long et sur les origines de nos capacités créatrices. 

Cheminer entre ces deux lieux emblématiques, ces deux phares de l’esprit humain que sont Chauvet et Lascaux, c’est en effet prendre intimement conscience de nos propres capacités de créativité et d’imagination, dont l’humanité fait preuve depuis si longtemps.

Que s’est-il transmis durant toute cette période entre les sociétés de Chauvet et de Lascaux ? Au-delà du pictural, quelles sont les origines de ce que nous appelons aujourd’hui pratiques artistiques ? Danse et théâtre sont-ils les héritiers des récits de chasse, d’aventure, de poésie ? Notre approche débridée de ces pratiques lorsque nous sommes petit enfant est-elle ancestrale ? Il est certain que la recherche, la créativité, les capacités de transmission ont su traverser le temps jusqu’à nous et qu’elles sont présentes au fond de nous-même. Des origines à nos jours, l’itinéraire interroge, par cette fouille archéologique de l’intime, des millénaires de cultures invisibles.

Une fabrique du sensible

Aujourd’hui, dans une société qui  accélère et accumule sans cesse, cette aventure pédestre appelle à cheminer comme hier avec ses deux seuls pieds, dans les paysages préservés du sud du Massif central. Son itinéraire est ponctué de rencontres, d’échanges et d’actions co-construites avec les acteurs locaux des territoires traversés : habitants, associations ou les lieux-ressources, eux-mêmes inspirants et sources d’initiatives locales. On peut en citer quelques-uns, comme la compagnie Balagan, les Ateliers du geste, Asso des clous, l’entente interdépartementale Causses-Cévennes, la médiathèque d’Assier, le musée national de la préhistoire aux Eyzies, la cité de la Préhistoire d’Orgnac, ou le centre européen de Conques. Ces partenaires du projet ont un champ d’action très éclectique, avec comme point commun d’incarner la culture vivante au sein de leur environnement.

Presque autant de temps sépare les fresques de la grotte Chauvet de celles de Lascaux, que celles de Lascaux de l’art contemporain. La progression sur le chemin  invite le marcheur à reconsidérer la pratique de l’art pour l’être humain, et à s’interroger sur ce qu’elle implique depuis toujours d’imagination et de créativité, de curiosité et de savoir.  Au rythme de ses pas, jour après jour, le marcheur est ainsi  invité à construire un nouvel imaginaire, d’autres  façons d’appréhender l’espace et le temps.

Les liens qu’il aura l’occasion de créer par ses expériences, et la visibilité qu’il apporte à ses hôtes par son passage, ouvrent l’opportunité de nouveaux réseaux d’échanges d’idées et d’expériences. Peu à peu, c’est un nouveau laboratoire à ciel ouvert qui se construit, une fabrique du sensible, un centre de recherches itinérant.

Une première marche expérimentale en 2023

Marcher depuis la Nuit des Temps est conçu par la compagnie Monik LéZart comme un projet artistique, et soutenu par un conseil d’orientation scientifique où siègent entre autres des chercheurs du CNRS.  Prévu comme évènement autonome et pérenne à partir de 2025, sa construction s’échelonne sur 5 ans. La première année a été dédiée aux repérages, en termes d’itinéraires et de partenaires. La seconde s’est concentrée sur la temporalité du chemin et l’écriture du projet. Cette année 2023 est la première traversée de bout en bout. Partant le 1 mai de la Cité de la Préhistoire d’Orgnac, un groupe de trois marcheurs  se relaiera de semaine en semaine jusqu’au 23 juin, pour arriver aux Eyzies en Dordogne. L’itinéraire franchira 3 régions, 6 départements et 4 parcs naturels. Il pourra être modifié dans les années à venir avec l’avancée des  développements de partenariat avec les grottes de Chauvet et Lascaux, affinant un tracé au plus proche de l’intention originelle. 

Le départ sera fêté le 30 avril par une soirée-évenement à l’aven d’Orgnac.  La commanderie de Jalès est la deuxième étape de la traversée. Le laboratoire Archéorient, partenaire du projet, accueillera les marcheurs et organisera une soirée de rencontres. Pour les années suivantes, il proposera une étape de sensibilisation scientifique.

A la fin de chaque semaine, les marcheurs partageront leur expérience au cours d’une restitution publique, moment convivial d’échanges (voir le programme ici). Au bout de sept semaines, ce seront 21 regards différents qui viendront apporter le témoignage de cette traversée, et aideront à préparer les suivantes. Par ailleurs, les participations annuelles alimenteront d’autres développements intrinsèques au projet : une conférence-spectacle et une exposition itinérantes, des ateliers de médiation à destination des scolaires, une revue papier annuelle, ainsi qu’un site de ressources en ligne.

Au-delà d’une traversée pédestre annuelle proposée au grand public, Marcher depuis la nuit des temps offre, dans des paysages somptueux, l’opportunité d’une expérience nouvelle, ouvrant sur la réflexion du monde de demain.

Tous les dessins sont de Tom Joseph.

Remerciements 
La compagnie Monik LéZart tient à exprimer sa reconnaissance à Jean-Michel Geneste pour son investissement dans le projet, et les éclairages précieux qu’il apporte à chaque enjambée.

Les auteurs

Georges Matichard est décorateur, comédien, auteur et metteur en scène. Co-fondateur et directeur artistique de la compagnie Monik LéZart, il est l’initiateur et le directeur artistique du projet Marcher depuis la nuit des temps.

Emmanuelle Régagnon est ingénieure d’étude au CNRS. Topographe, Cartographe. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Georges Matichard et Emmanuelle Régagnon (2023, 21 avril). Marcher depuis la Nuit des Temps. Un projet culturel itinérant fait étape à Jalès. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd31

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search