Archéorient et la Syrie

Il y a 20 ans, à l’occasion de la restructuration de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, le laboratoire Archéorient naissait d’une nouvelle répartition des membres du Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) sur des bases disciplinaires et chronologiques, regroupant les archéologues et géographes des périodes antérieures à l’Islam. Les chercheurs spécialistes des périodes médiévales à contemporaine restaient au sein d’un GREMMO reconfiguré, plus tard dissous (fin 2015). Parmi les terrains de prédilection du GREMMO puis d’Archéorient figure en bonne place la Syrie (fig. 1).

Fig. 1. Carte des terrains et des collaborations d’Archéorient en Syrie (Olivier Barge)

L’implication des archéologues français en Syrie est une longue histoire qui a été relatée dans plusieurs publications (par exemple al-Maqdissi 2008) et sur laquelle je ne reviendrai pas dans ce billet. Je ne parlerai donc pas ici des figures qui ont fondé la recherche lyonnaise sur la Syrie et sans qui Archéorient n’existerait pas : Jacques Cauvin, Francis Hours, Lorraine Copeland, Jacques Besançon, Paul Sanlaville, Sultan Muhesen, Olivier Aurenche et Danielle Stordeur ; ils ont renouvelé l’approche de la préhistoire en pratiquant une pluridisciplinarité efficace. Je mentionnerai simplement qu’en 2010, les missions françaises représentaient une grande part des travaux étrangers en archéologie syrienne (Kanjou et Tsuneki 2016). De fait, depuis sa création en 1975, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et ses laboratoires ont toujours maintenu des liens privilégiés avec la Syrie (Aurenche 2002) où sont localisés plusieurs des grands sites étudiés par ses fondateurs, comme El-Kowm, Mureybet et Ras Shamra-Ougarit (fig. 2 à 4). Du fait des reconfigurations institutionnelles de la recherche en France survenues depuis le début des fouilles, ces trois sites font ou ont fait partie des programmes de recherche archéologiques d’Archéorient avant que le laboratoire ne porte ce nom.

Fig. 2. Quelques membres de la mission d’El Kowm en 1979. De gauche à droite : Ahmad Taha, Danielle Stordeur, Claudine Maréchal, Miquel Molist et ? (MPK)
Fig. 3. La mission d’El Kowm en 1981. De gauche à droite : Ahmad Taha, Éric Coqueugniot, Danielle Stordeur, Marie-Claude Nierle, Jacques Cauvin, le propriétaire de la maison de fouilles et ses enfants, « Le Hadji » (le cuisinier de la mission depuis les années 1930), Jacqueline Trincat, Miquel Molist, Claudine Maréchal, Gérard Der Aprahamian (Abro) (MPK)

Financées, au moins en partie, par la commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, plusieurs missions ont depuis été créées au sein de notre laboratoire, ou l’ont rejoint à l’occasion de l’intégration de leur directeur comme membre statutaire ou d’un changement de direction au profit d’un membre du laboratoire. Tous ces travaux de terrain ont été réalisés en collaboration étroite avec la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie et les responsables et ingénieurs des musées régionaux.

Fig. 4. La mission Aswad en 2001. De gauche à droite et de haut en bas : Imad al-Hussein, Gérard Der Aprahamian (Abro), Nasser al-Namr, ? ; Frédéric Abbès, ?, Daniel Helmer, Georges Willcox, Juan Antonio Sánchez Priego, Christophe Bontemps ; Ayam Soukar, Hala Alarashi, Danielle Stordeur, Suzanne Dibo, ? (MPK)
Les missions archéologiques d’Archéorient en Syrie

Les programmes de recherche d’Archéorient conduits en Syrie relèvent des deux principales disciplines représentées au sein du laboratoire : la géographie et l’archéologie. Ils étudient les sociétés anciennes depuis les origines de la néolithisation jusqu’à un passé récent. Les missions archéologiques, avec chacune son financement propre, sont les éléments structurants de cette recherche. La géographie et l’archéologie étaient étroitement liées dès l’origine du projet, dans l’étude de l’évolution du peuplement entreprise par la mission de prospection géoarchéologique des Marges arides de Syrie du Nord dirigée par Bernard Geyer, Ronald Jaubert (IUED) et Nazir Awad (DGAMS). Ce projet, inscrit dans la continuité de plusieurs autres programmes de prospection comme celui de La basse vallée de l’Euphrate syrien (Geyer et Monchambert 2003) reflète une longue tradition de missions à équipe pluridisciplinaire travaillant tout à la fois sur les modes de vie et sur les environnements anciens (fig. 5). Dans cette région aride des marges du Croissant fertile, l’analyse de l’environnement conjointe à l’inventaire des sites (au nombre de 1070) et des aménagements du territoire, parfois dans un état de conservation exceptionnel, ont permis des découvertes fondamentales, pour toutes les périodes depuis les plus anciennes installations humaines. Celle du « Très Long Mur », matérialisation d’une limite de territoire au IIIe millénaire, ou celle d’un réseau fortifié du IIe millénnaire rebattent les cartes de la réflexion sur l’organisation des cités-états et des royaumes de Syrie. Pour chaque époque, le « front pionnier », l’exploitation des ressources naturelles et la mise en valeur agricole diffèrent mais témoignent d’une profonde connaissance des potentiels de chaque secteur (Jaubert et Geyer 2006, Gatier et al. 2010, Rousset et al. 2016). Par ailleurs, c’est dans le cadre de ce programme qu’ont été découverts le site d’al-Rawda et les sites néolithiques du Jabal Bal‘as (voir plus loin).

Fig. 5. Carottage à la tarière dans les marges arides de Syrie du Nord en 1998 (mission Marges arides)

La Mission Permanente d’El Kowm-Mureybet (MPK) a été fondée en 1978 par Jacques Cauvin pour rassembler plusieurs opérations archéologiques en cours autour de la question de la compréhension des processus de néolithisation au Proche-Orient. Elle a été dirigée par Jacques Cauvin de 1978 à 1990, par Danielle Stordeur de 1990 à 2010 puis par Frédéric Abbès. Les fouilles se sont échelonnées sur toutes ces années dans plusieurs régions : l’oasis d’el-Kowm, avec les sites environnants de Nadaouiyeh, Qdeir (Abbès 2019), El Kowm 1 et 1 et Umm el-Tlel ; le lac de retenue des barrages d’al-Thawra et de Tichrine sur l’Euphrate dans lequel ont été fouillés les sites de Mureybet, Cheikh Hasan, Jerf el-Ahmar (9500-8700 CAL BC ; Stordeur 2015) avant la mise en eau ; le Jabal Bal‘as (sites de Wadi Tumbaq, Fad’an et Jarette Gazella, dir. F. Abbès) et la région de Damas (Tell Aswad, dir. D. Stordeur, fig. 6). La fouille de Jerf el-Ahmar a été un évènement scientifique majeur puisque c’est la première fois qu’un village néolithique a fait l’objet d’une fouille sur de grandes surfaces. Dégageant des quartiers entiers d’habitations et révélant une organisation sociale et pour la première fois aussi la présence de bâtiments communautaires. Plusieurs de ces fouilles sont en cours de publication. Grâce à ces travaux, des avancées essentielles ont été faites dans la connaissance de la culture matérielle, des industries lithiques, de l’architecture domestique et collective, des façons d’habiter, des pratiques funéraires des sociétés pré-néolithiques, permettant une meilleure compréhension des modalités du passage d’une économie de chasseurs-cueilleurs/prédateurs, à une économie de producteurs sédentaires (domestication des céréales et des animaux).

Fig. 6. Crânes surmodelés à Tell Aswad (MPK)

Comme les précédentes, la mission archéologique de Dja’de el Mughara (dir. Éric Coqueugniot) étudie les processus de néolithisation sur le Moyen Euphrate (PPNA final et PPNB ancien ; 9200-8200 cal. BC). Fouillé de 1991 à 2010, le site a livré notamment un bâtiment communautaire à peintures murales daté du premier quart du IXe millénaire av. J.-C. Parmi les découvertes importantes réalisées sur ce site, les études conduites en anthropologie funéraire ont attesté de la présence de tuberculose humaine à une époque antérieure à la domestication des animaux.

La mission franco-syrienne d’al-Rawda (dir. Corinne Castel et Nazir Awad, fig. 7) a fouillé de 2002 à 2010, dans la steppe de Syrie du Nord, un établissement urbain circulaire daté de l’âge du Bronze ancien (vers 2450 av. J.-C.), abandonné avant le tournant du millénaire. Fortifiée, avec des rues concentriques recoupées par des radiales, cette petite ville comportait plusieurs temples et, bien que située dans une zone de marge, montre une forte connexion avec les grands centres urbains contemporains. Un financement ANR-DFG franco-allemand pour le projet BADIYAH (dir. C. Castel, J.W. Meyer et M. al-Maqdissi) a permis d’étudier dans une perspective comparatiste ces villes rondes de Syrie (Castel et al. 2020).

Fig. 7. la mission de Rawda en 2006 (Olivier Barge, mission Rawda)

La mission archéologique syro-française de Ashara-Terqa (dir. Olivier Rouault), dans la moyenne vallée de l’Euphrate, étudie une ville du royaume de Mari fondée au début du IIIe millénaire et occupée jusqu’au Ier millénaire av. J.-C. Depuis 1997, les fouilles ont mis au jour des fortifications, des structures d’habitat, de culte et funéraires. Plusieurs ont livré des tablettes cunéiformes qui illustrent la vie sociale, économique et religieuse de cet établissement. Les travaux sur Terqa et sa région sont publiés, entre autres, dans la collection Akh Purattim (I et II, 2007 ; III, 2015 ; voir aussi Rouault 2011).

Le premier membre d’Archéorient à avoir dirigé la mission franco-syrienne de Ras Shamra – Ougarit est Yves Calvet, à qui Valérie Matoïan a succédé en 2009. Depuis 2017, elle poursuit ces recherches au sein de l’UMR Proclac (CNRS – Collège de France). Fouillée depuis presque un siècle, cette capitale méditerranéenne d’un royaume florissant au XIIIe siècle av. J.-C. a livré une documentation colossale. En effet, Ougarit est l’une des cités du Bronze récent dont l’urbanisme est le mieux connu. Aujourd’hui, l’équipe syrienne continue les opérations de terrain de manière régulière, sous la direction de Khozama al-Bahloul (DGAMS). L’équipe française a concentré son action sur les archives de fouilles, entre autres grâce à un Projet Corpus Numérique de la Région Rhône-Alpes (dir. Y. Calvet et V. Matoïan, 2008-2011). Elle travaille à leur exploitation scientifique et les publications se poursuivent sur un rythme régulier, notamment dans la collection Ras Shamra-Ougarit (Matoïan et al. 2012, Matoïan et al-Maqdissi 2013 et 2016, Matoïan et Römer 2016, Matoïan 2017).

Les travaux archéologiques de la mission franco-syrienne de Hadir Qinnasrin (dir. Marie-Odile Rousset et Youssef Kanjou), sur le site d’al-‘Is, se sont déroulés de 2008 à 2010. Ils ont été co-financés, entre autres, par la Fondation Max van Berchem. Plusieurs collègues du musée archéologique d’Alep (Rania Ali, Ahmad Othman, As‘ad al-Youssef, Qays Abboud…) et des étudiants de l’Université d’Alep ont participé aux fouilles ; je suis fière de voir aujourd’hui que certains d’entre eux ont pu poursuivre une carrière dans l’archéologie (Mustafa Ahmad, Yasir Dallal, Rahaf Hamwi…).

Les prospections et quelques sondages ont mis en évidence l’étendue de la ville de Chalcis, fondée à la fin du IIe siècle av. J.-C. et son évolution jusqu’à l’époque médiévale. À la probable colonnie romaine de plan hippodamien avec fortifications et acropole, estimée à environ 170 ha, succède la ville byzantine réduite à 75 ha à l’intérieur d’une muraille reconstruite sous Justinien au milieu du VIe siècle. Au début de l’époque islamique, une fortification a été construite sur la montagne qui domine la ville, sur les vestiges d’une précédente forteresse du IIe millénaire. Ces résultats ont été publiés chez Mom Editions (Rousset 2021).

Les programmes de recherche en géographie environnementale et urbaine

Parallèlement aux missions archéologiques financées par le MEAE, d’autres programmes de recherche développés par les chercheurs d’Archéorient ont vu le jour en Syrie. Ils concernent plutôt les études géographiques.

On l’a vu plus haut, l’étude des paléoenvironnements et dynamiques paysagères a été entreprise, en Syrie du Nord, par plusieurs membres du laboratoire, dans le cadre des missions Syrie du Nord (Bernard Geyer, fig. 8), mission Marges arides (Bernard Geyer, Mohamed al-Dbiyat, Olivier Barge, Marie-Laure Chambrade, Jean-Baptiste Rigot, Myriam Traboulsi), mission Ras Shamra – Ougarit (Bernard Geyer, Jean-Philippe Goiran, Nicolas Jacob-Rousseau), mission Rawda (Olivier Barge, Emanuelle Régagnon).

Fig. 8. Dans les Marges arides de Syrie du Nord en 1996. De gauche à droite : Olivier Aurenche, Jean-Marie Le Tensorer, Sultan Muhesen, Patrick Desfarges, Bernard Geyer (mission Marges arides)

Le programme ANR – PALEOSYR (dir. Bernard Geyer et Franck Braemer, 2010-2014) a permis d’élaborer une base de données et un SIG rassemblant les informations archéologiques et environnementales des prospections internationales réalisées dans l’ouest de la Syrie. Grace à ces outils, des analyses croisées spatiales et statistiques ont pu être conduites dans une approche multiscalaire.

De manière plus générale, les compétences développées au sein d’Archéorient en terme de cartographie et de système d’information géographique ont permis le développement de plusieurs projets, comme  Le royaume d’Ougarit en cartes, ou des collaborations comme celles de plusieurs chercheurs d’Archéorient au programme Exploitation des eaux du bassin de l’Oronte : Enjeux et perspectives pour une gestion concertée des ressources hydriques (dir. R. Jaubert, IHEID de Genève). Pour ce fleuve célèbre pour ses norias, les aménagements hydrauliques ont été envisagés sur la longue durée.

Des recherches en géographie humaine et urbaine ont été conduites sur plusieurs villes syriennes et plus particulièrement sur celle d’Alep. L’architecture et les espaces urbains ont été abordés du point de vue de l’évolution des espaces, des pratiques et des fonctions (David et Cristofoli 2018). Des enquêtes d’ethnoarchéologie ont été conduites pour le repérage des activités traditionnelles du métal, notamment à Alep (Chanesaz et al. 2018). Un quartier de Damas a fait l’objet d’une étude collective spécifique sur son évolution au XXe siècle et a impliqué plusieurs chercheurs d’Archéorient et des étudiants syriens en géographie et en architecture (al-Dbiyat et al. 2019). 

Pluridisciplinarité, formation, publications : un travail d’équipe

Une des caractéristiques constitutives d’Archéorient tient à sa forte pluridisciplinarité. De ce fait, presque tous les spécialistes du laboratoire ont apporté leur expertise dans le cadre des missions de terrain à un moment ou un autre de leur parcours. En Syrie ils ont collaboré et collaborent à divers programmes archéologiques internationaux : lithiciens (Frédéric Abbès, Éric Coqueugniot, Fiona Pichon), archéozoologues (Daniel Helmer, Emmanuelle Vila, Moussab al-Besso, Jwana Chahoud) qui ont travaillé, entre autres, sur la domestication au Proche-Orient, archéobotaniste (Georges Willcox, Linda Herveux), anthropologues (Bérénice Chamel, Rima Khawam), céramologues (Johnny Samuele Baldi, Marie Le Mière, Georges Mouamar, Marie-Odile Rousset, Shadi Shabo), spécialistes de prospection géophysique (Christophe Benech, Sébastien Gondet) et en cartographie (Olivier Barge et Émanuelle Régagnon).

Tous ont apporté leur pierre à l’édifice et contribuent eux-aussi à former des jeunes chercheurs français et syriens.

Plus d’une trentaine de thèses ont été soutenues sur la Syrie depuis la création d’Archéorient. Le laboratoire a accueilli jusqu’à 17 doctorants syriens en même temps, à Lyon et à Jalès ! Ces doctorats ont pu être conduits sur des données originales issues de la documentation produite par les missions archéologiques. Les étudiants ont pu bénéficier d’une formation pratique sur le terrain, en Syrie, en participant aux campagnes de prospection, de fouille et d’étude.

La majorité des préhistoriens syriens a été formée par l’équipe Paul Sanlaville – Francis Hours et la mission d’el Kowm-Mureybet (Sultan Muhesen, Bassam Jamous, Rima Khawam, Thaer Yartah…) ; les stages d’archéologie expérimentale développés à Damas lorsque Frédéric Abbès était pensionnaire scientifique à l’IFAPO, dans les années 1990, puis à Jalès, ont eu un impact certain sur de nombreuses vocations.

L’absence d’accès au terrain ne signifie pas pour autant que le laboratoire Archéorient a abandonné la recherche sur la Syrie. Au contraire, un des effets de l’impossibilité de retourner sur place a été une activité plus intense de publication des travaux récents ou plus anciens. Grâce à des financements internationaux, par exemple le programme Shelby White and Leon Levy, plusieurs jeunes chercheurs du laboratoire se sont attelés à la publication de sites archéologiques syriens, fouillés jusqu’en 2010 ou voilà plusieurs décennies : Juan Antonio Sánchez Priego travaille sur Tell Aswad, Frédéric Abbès et Marie Orange sur Sheikh Hassan, Marie-Laure Chambrade et Bérénice Chamel sur Dja’de el-Mughara et Georges Mouamar sur le matériel des fouilles de Hama des années 1930 conservé au Musée National de Copenhague.

Enfin, le travail sur les objets et artefacts préhistoriques se poursuit grâce à la réserve archéologique de la mission d’El Kowm à Jalès qui abrite plusieurs centaines de milliers d’objets, surtout en silex, ainsi que des restes archéozoologiques. Elle est régulièrement sollicitée par de nombreux chercheurs surtout étrangers travaillant sur le néolithique du Proche-Orient.

Fig. 9. Une réception en l’honneur de l’équipe des Marges arides en 1997. De gauche à droite : Marie-Odile Rousset, Jacques Besançon, Abou Miassar, Bernard Geyer, Mohamed al-Dbiyat (mission Marges arides)

La présence des équipes d’Archéorient en Syrie, la coopération internationale, le travail en commun pendant les longs séjours de plusieurs d’entre nous comme allocataire, pensionnaire scientifique ou chercheur à l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO), ou lors des missions de terrain jusqu’en 2010, ont tissé des liens très forts entre les membres d’Archéorient et les collègues de la DGAMS, entre les participants aux fouilles et prospections et les étudiants syriens ou les populations locales (fig. 9). Malgré l’impossibilité actuelle d’accéder au terrain, les liaisons créées de chantiers en chantiers qui auront marqué plusieurs générations d’archéologues syriens et français, sont restées solides et très dynamiques, au-delà des conflits sur lesquels, malheureusement les archéologues n’ont pas de prise. Contre vents et marées le travail continue…

Bibliographie

Abbès F. 2019. Vivre la steppe: Qdeir, un campement néolithique en Syrie. Futurs antérieurs 1. Paris: Éditions de la Sorbonne.

al-Dbiyat M., Atassi S., Bianquis A.-M., Boissière Th., Chatty D., David J.-C. et Métral F. 2019. Chaalan: formation et mutations d’un quartier de Damas, 1920-2010. PIFD 296. Beyrouth, Presses de l’Ifpo.

al-Maqdissi M. (éd.) 2008. Pionniers et protagonistes de l’archéologie syrienne, 1860-1960: d’Ernest Renan à Sélim Abdulhak. Documents d’archéologie syrienne 14. Damas.

Aurenche O. 2002. « La Maison de l’Orient méditerranéen : récit d’un témoin », La revue pour l’histoire du CNRS 6.

Castel C., Meyer J.-W. et Quenet P. 2020. Circular Cities of Early Bronze Age Syria. Subartu 42. Turnhout: Brepols.

Chanesaz M. , David J.-C. et Dardaillon E. 2018. L’artisanat du métal à Alep: héritage et postérité. Beyrouth, Presses de l’Ifpo.

David J.-C., Cristofoli F. Alep, la maison Ghazalé : histoire et devenirs. Marseille : Parenthèses Editions, 2018.

Gatier P.-L., Geyer B. et Rousset M.-O. (éd.) 2010. Entre nomades et sédentaires : prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud. TMO 55, Conquête de la Steppe 3. Lyon: Maison de l’Orient et de la Méditerranée. https://www.persee.fr/issue/mom_1955-4982_2010_mel_55_1.

Geyer B. et Monchambert J.-Y. 2003. La basse vallée de l’Euphrate syrien du néolithique à l’avènement de l’Islam: géographie, archéologie et histoire. Mission archéologique de Mari 6. Beyrouth, IFPO.

Jaubert R. et Geyer B. 2006. Les marges arides du croissant fertile : peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, TMO 43. Lyon: Maison de l’Orient et de la Méditerranée. https://www.persee.fr/issue/mom_1955-4982_2006_thm_43_1.

Kanjou Y. et Tsuneki A. 2016. A History of Syria in One Hundred Sites. Archaeopress Archaeology. Oxford: Archaeopress Publishing Ltd.

Matoïan V., al-Maqdissi M., Calvet Y. (éd.) 2012. Études ougaritiques II. Ras Shamra-Ougarit XX, Louvain : Éditions Peeters.

Matoïan V., al-Maqdissi M. (éd.) 2013. Études ougaritiques III, Ras Shamra-Ougarit XXI, Louvain : Éditions Peeters.

Matoïan V., al-Maqdissi M. (éd.) 2016. Études ougaritiques IV, in memoriam Pierre Bordreuil. Ras Shamra-Ougarit XIV, Louvain : Éditions Peeters.

Matoïan V., Römer T. (éd.) 2016. Ougarit, entre Orient et Occident. Paris, Collège de France.

Matoïan V. (éd.) 2017. Archéologie, patrimoine et archives : les fouilles anciennes à Ras Shamra et à Minet el-Beida I. Ras Shamra-Ougarit XXV. Louvain : Éditions Peeters.

Rouault O. 2011, Les documents épigraphiques de Terqa découverts lors des saisons 5 à 9, Terqa Final Reports 2, Bibliotheca Mesopotamica 29, Undena publications, Malibu, Californie.

Rousset M.-O. 2021. Chalcis / Qinnasrin. De l’âge du Bronze à l’époque mamelouke. MOM éditions. Archéologie(s) 5. Lyon: Maison de l’Orient et de la Méditerranée. https://books.openedition.org/momeditions/13467

Rousset M.-O., Geyer B., Gatier P.-L. et Awad N. 2016. Habitat et environnement : prospections dans les marges arides de la Syrie du Nord. TMO 71, Conquête de la steppe 4. Lyon: Maison de l’Orient et de la Méditerranée. https://books.openedition.org/momeditions/471.

Stordeur D. 2015. Le village de Jerf el Ahmar: Syrie, 9500-8700 av. J.-C.: l’architecture, miroir d’une société néolithique complexe. CNRS éditions Alpha, Paris.

L’auteur

Marie-Odile Rousset est archéologue, Directrice de recherche au CNRS, spécialiste du Proche-Orient médiéval. Elle travaille sur le peuplement diachronique des Marges arides depuis une vingtaine d’années. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Marie-Odile Rousset (2023, 14 avril). Archéorient et la Syrie. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd30

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 mai 2023

    […] Archéorient et la Syrie, par Marie-Odile Rousset, sur le Carnet ArchéOrient – Le Blog ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search