Destruction du patrimoine matériel et immatériel d’Alep : guerres, séismes et autres causes

Les synthèses historiques et archéologiques sur Alep présentées par l’historien Jean Sauvaget dans les années 1930-1940 (en particulier sa thèse publiée en 1941) et par Ernst Herzfeld, entre autres, montrent la richesse exceptionnelle de l’héritage accumulé pendant les périodes d’essor de la ville, jusqu’à la guerre de 2011. Sauvaget confronte les vestiges archéologiques et les traces matérielles avec les textes rédigés suivant une tradition, perpétuée pendant des siècles, de chroniques périodiquement complétées et révisées, jusqu’à l’Encyclopédie d’Alep, œuvre de Khayr al-Din al-Asadi, publiée en arabe dans les années 1980-1985. Dans cette tradition, il se peut que le patrimoine reconnu ne réside pas tant dans les constructions et les espaces de la ville ou dans les émotions esthétiques provoquées par leur contemplation que dans l’œuvre écrite ou les récits oraux qui les évoquent.

Sauvaget pouvait voir à Damas ou Alep, et ailleurs en Syrie, des témoins architecturaux et sociétaux qui n’existent plus : la vie y était beaucoup plus proche de ce qu’elle était dans le passé. Pourtant en dépit des apparences, l’espace urbain et son paysage monumental n’étaient pas l’exact cumul des siècles. Le temps et les crises avaient fait un tri, préservant ou adaptant certains lieux et en laissant d’autres disparaître. La ville ancienne contenait encore la quasi-totalité des habitants, vivant dans des maisons traditionnelles à cour, alors que de nouveaux quartiers d’immeubles s’étendaient rapidement autour du noyau ancien. Anthropologue et historien de la société à ses heures, Sauvaget avait relevé la liste des activités au souk de Jdeidé dans les années 1925-1935. Dans ces locaux qui deviendront par la suite des hauts-lieux du commerce touristique, les principaux acteurs étaient marchands de charbon de bois, fabricants et réparateurs de réchauds, bouchers, poissonniers, fromagers, boulangers, marchands de volailles et de fruits et légumes, pour la clientèle des quartiers anciens au nord. Avec les dernières décennies de l’Empire ottoman et le Mandat français, le cours de l’histoire entame un bouleversement, surtout par une nouvelle ouverture au monde. La démographie joue aussi un rôle fondamental : en un peu plus d’un demi-siècle, Alep passe d’une centaine de milliers d’habitants à plus de deux millions. Le développement des nouveaux quartiers et des nouveaux espaces d’habitation bouleversent le mode de vie.

La perte de la Ville traditionnelle dans ses valeurs urbaines et sociales, commence (…) avec l’abandon des vastes demeures, leur transformation en dépôts ou ateliers, la perte de l’usage traditionnel des qaysariyya-s, etc. La ville a du mal à se moderniser, dans un contexte où, presque partout, les centres urbains traditionnels sont dénigrés. Des aménagements en vue d’une certaine modernité détruisent une partie du tissu urbain »

Commentaire de l’architecte Th. Grandin
Compatibilité ou antagonisme du tourisme avec le patrimoine ?

Ouverture au monde, explosion démographique, bouleversement des modes de vie, des espaces urbains et de l’architecture, s’accompagnent d’un certain essor du tourisme dans la ville ancienne. L’idée et la conscience du patrimoine se développent au moment même où sa perte s’accélère, où il est aménagé ou détruit (?) pour le tourisme : les alépins et les autorités nationales chargées du patrimoine (Antiquités et Musées, Tourisme) revendiquent et tentent de conserver l’héritage qui est aussi un fondement des activités touristiques. Mais quelle était l’efficacité de ces mesures et notamment leur finalité ? En fait l’un des facteurs essentiels du changement est le départ d’une partie des anciens habitants et leur remplacement par des activités et fonctions nouvelles, avec l’aménagement et la vente des services au tourisme, l’ouverture d’hôtels, de restaurants et de boutiques. Ces changements s’ajoutent aux conflits et aux cataclysmes, anciens ou récents.

On peut mesurer et comparer les facteurs qui transforment le patrimoine, le préparent aux nouveaux regards des habitants et à ceux des touristes, se substituant aux processus locaux d’évolution qui modifiaient « en douceur » les anciennes formes et les anciens décors. On peut suivre l’action des forces qui conduisent aux plus récentes évolutions du patrimoine :

  • Les séismes de février 2023, de 1822, de 1754 ;
  • la guerre en Syrie depuis 2011 ; les révoltes de 1860 et 1819 ;
  • l’urbanisme des années 1945-1980 ;
  • le développement de la nouvelle architecture aux dépends des traditions de l’habitat à cour et l’introduction du mobilier occidental, à partir des années 1860 ;
  • l’évolution du décor intérieur, notamment du style des boiseries peintes pendant la période ottomane, entre le XVIe et le XVIIIe siècles et les transformations du costume et du « mobilier textile », tapis, tentures, coussins ;
  • l’évolution de l’utilisation des matériaux, de la pierre, du bois, des enduits, des dallages ;
  • le séisme de 1138, les invasions mongoles et les pillages consécutifs par Houlagou en 1260, puis Tamerlan à partir de 1340.
  • mais surtout l’évolution du mode de vie et de la ville traditionnelle et son intégration à une modernité qui peuvent-être les causes les plus importantes de destruction du patrimoine.
Conséquences comparées de la guerre de 2011/12-2016 et du séisme de février 2023 et de leurs modes d’action sur les bâtiments d’Alep.

Au cours des siècles, le paysage alépin a été uniformisé par deux processus : la disparition progressive du goût pour les éléments de décor en matériaux fragiles comme le bois et la céramique, des placages de marbre et des décors peints, puis la régression de la qualité du travail de la pierre comme matériau de structure qui devient essentiellement du placage. Ces évolutions ont participé au façonnement du paysage minéral sévère qui caractérise la ville ; elles sont les conséquences de différents facteurs : l’évolution du goût et les influences extérieures, la fréquence et la violence des cataclysmes, séismes et guerres. Les reportages photographiques sur Alep présentent indifféremment des images de destructions par les bombardements de 2012-2016 et celles du séisme de 2023 (6 et 20 février et ses répliques) : les destructions se ressemblent en apparence. En fait des comparaisons sont possibles mais rares sont les études systématiques menées actuellement. Des architectes et ingénieurs turcs ont publié des analyses du comportement des minarets dans des séismes : ces bâtiments, structurellement stables, supportent assez bien les tremblements de terre qui se traduisent généralement par des déformations et des fissures. Le séisme de février 2023 à Alep a détruit les constructions sommitales de plusieurs minarets, notamment celle du minaret de la mosquée de la Citadelle, alors que la guerre et l’artillerie, entre 2012 et 2016 avaient détruit les minarets historiques de la mosquée al-Mihmandar, de la Grande Mosquée et d’autres, ou provoqué des destructions ponctuelles. En revanche, l’impact des projectiles de l’artillerie sur ces objectifs visés en tir tendu a eu un effet destructeur très différent des séismes (photos 1-2).

Photo 1 : Des effets de l’artillerie en tirs tendus, mosquée de Haj Mousa © Thierry Grandin 
Photo 2 : Des effets de l’artillerie en tirs tendus, maison Ghazalé. © André Agopian 

Les effets des séismes et de la guerre sur les immeubles modernes en béton armé semblent être les mêmes, mais en réalité la guerre (surtout dans les quartiers populaires de l’est de la ville) les a touchés de plusieurs façons, par l’action de bombes classiques ou celle de bidons d’explosif (barmil) lâchés d’hélicoptères, l’action des mortiers et d’autres pièces d’artillerie, les dynamitages souterrains (photo 3 destruction « multi-modales » à l’entrée du souk).

Photo 3 : juillet 2016, Souk al Zarb depuis la Citadelle
© Pierre Magnon, George Ourfalian, France Télévision
Photo 3b : guerre 2016, Immeuble pillé et bombardé
Photo 3c : Séisme 2023 ou bombardement guerre, mille feuilles, © L. Wahbeh

Les moyens de destruction dépendent en partie de l’objectif à atteindre : détruire l’architecture civile et l’espace habité, tuer ou chasser les habitants (photo 3b, d’immeubles vidés) ou/et gagner des positions stratégiques. Le plus souvent les immeubles bombardés s’effondrent verticalement comme des « millefeuilles » (photo 3c, immeuble effondré) ; des bombes explosent après avoir traversé les étages et détruit les bases au niveau des sous-sols ou du rez-de-chaussée, alors que les mouvements des séismes, fissurant le sol en profondeur peuvent provoquer le basculement latéral (photo 4, 4b, 4c, à Alep) d’immeubles entiers comme en Turquie (photo 5, à Gaziantep à 120km d’Alep).

Photo 4 : séisme 2023, décor effondré

© Direction des Antiquités

Photo 5, Gaziantep à 120km d’Alep © Ercin Erturk, Anadolu Agency, via AFP 

Sur des monuments historiques partiellement détruits, on peut observer différents effets des séismes. Des photographies récentes (février 2023) des tours du front ouest de l’enceinte mamelouke et ayyoubide d’Alep montrent l’effondrement des murs extérieurs, alors que l’espace intérieur voûté d’arêtes, ébranlé, fissuré, ne s’effondre pas toujours. Dans des bâtiments moins anciens comme les khan-s (caravansérails) les murs extérieurs basculent mélangés à la « fourrure »intérieure en terre, chaux et éclats de cailloux. Le séisme de 1822 avait eu cet effet sur les maçonneries de plusieurs khan-s, provoquant l’effondrement (basculement) dans la cour des galeries (aux khan-s ‘Olabiyé ou al-Goumrok entre autres mais les pièces à l’arrièrre, mieux contrebutées par les voûtes et les murs latéraux, étaient préservées et réutilisables, et avaient été complétées par de nouveaux espaces fermés et couverts en prolongement des espaces non effondrés, devenant les appartements des consuls et des grands négociants, reproduisant approximativement un modèle à « portego » vénitien (corridor axial) au cours du XIXe siècle (photos 6, 6b, 7, 7b, 8, plan de la maison Marcopoli au Khan ‘Olabiyé, photos anciennes des khan-s ‘Olabiyé, Wazir, Nahhasin).

Photo 6, séisme 1822, plan maison V. Marcopoli khan ‘Olabiyé © J.-C. David
Photo 6b, séisme 1822 V. Marcopoli extérieur © J.-C. David

© J.-C. David

Photo 8 : séisme 1822 reconstruction khan Nahhasin © A. Poche 

Le séisme de 1822 a facilité la création dans les khan-s de nouveaux espaces domestiques et professionnels qui sont aussi des éléments de la genèse de l’architecture de la ville moderne marquée par l’occidentalisation du mode de vie. Un effet des séismes sur les murs en pierre de taille qui n’étaient plus rigidifiés par des boutisses ou des boutisses-parpaignes est le bombement (ventre) du parement extérieur (photo 9, mur de la tour de bab Antakiya, 9b M. Ghazalé).

© Direction des Antiquités

Pendant la guerre civile, des tunnels ont été forés par des rebelles pour disposer de la dynamite sous certains bâtiments occupés par des institutions étatiques, des militaires ou parfois des activités touristiques, plus ou moins liées au pouvoir, comme dans l’ancien hôpital National devenu l’Hôtel Carlton où se trouvaient des militaires. Avec l’explosion par dessous, les bâtiments, en miettes, sont aspirés par le vide ou remontés en talus à la périphérie de l’entonnoir de déflagration, ou en bordure des gravats (photos 10, 10b, 10c vues Google Earth au sud de la citadelle, Jdeidé, explosion). Des fondations ont été détruites en profondeur à Jdeidé, zone en cours de transformation, ainsi que plusieurs bâtiments administratifs et touristiques au sud de la Citadelle et une partie du quartier de Farafra, deux fronts de la guerre. Ces destructions sont significatives d’une volonté d’effacer un bâtiment et ses occupants. Les objectifs sont ciblés alors que les séismes sont aléatoires.

Photos 10, 10b, 10c vues Google Earth au sud de la citadelle, Jdeidé, explosion

Photo 10e : dynamite avant 2016
Incendies et pillages…

Les incendies et les pillages qui permettent de récupérer des matériaux et des produits, accompagnent la guerre, les combats et les bombardements. Ces destructions ciblées sont différentes aussi de celles provoquées par les séismes. Au cours de la première année de la guerre à Alep, les souks de la Mdiné ont été visés comme un objectif militaire (septembre 2012) : un premier acte a été le pillage des boutiques et des produits qui s’y trouvaient. L’incendie consécutif a pu être une façon de camoufler le pillage en accident : le résultat a été la destruction totale des aménagements en bois. Les flammes ont aussi brûlé en partie la pierre et fait éclater les maçonneries (photo 11 dans les souks). Parfois les destructions ont été aggravées par les bombardements et les tirs d’artillerie. L’incendie du souk des grossistes en tissus et celui des marchands de foulards (manadil) ont fait disparaître ces activités déclinantes. Les souks des bijoutiers et des marchands de tapis, totalement détruits, n’ont pas rouvert dans ces lieux, rejoignant les quartiers chrétiens, Jdeidé, Souleymaniyé, Midan au nord-est, hors de la vieille ville. Aujourd’hui le retour des anciens occupants dans les boutiques restaurées est hésitant. Autrefois les incendies dans les souks n’étaient pas rares du fait de leur couverture en charpente, souvent remplacée par des voûtes en pierres pendant la période mamelouke et au début de la période ottomane. Des bombardements et des incendies de quartiers ont laissé des souvenirs, consécutifs à des révoltes populaires au nord-est des faubourgs chrétiens, par exemple la révolte et le siège d’Alep, en 1819, contre le gouverneur ottoman. Les reconstructions de ces quartiers dans la première moitié du XIXe siècle ont été des occasions de développer des nouveautés dans l’architecture traditionnelle avec l’installation de cuisines dans chaque nouvelle maison de lotissement.

Photo 11 : guerre 2012-13 Souk bombardé et incendié
La destruction des décors intérieurs, du bois assemblé ou sculpté et peint 

Bien que les décors intérieurs en bois ne semblent pas avoir été la règle générale à Alep, des pièces entièrement décorées de boiseries peintes existaient dans les maisons Ghazalé, Wakil, Basil, Zamariya, Kebbé et d’autres belles maisons des quartiers chrétiens ou musulmans, Amiri, Jammal, Dahhan, Ma‘arrawi, notamment. La plupart de ces boiseries, ainsi que les plafonds, dataient du XVIe au XVIIIe siècles. Beaucoup ont été volées ou détruites récemment. L’apparence et l’atmosphère des intérieurs habités ont été modifiées du fait de l’évolution du décor et par le fait des pillages et incendies (conflits et séismes). Les bâtiments des XIIe-XIIIe siècles, encore nombreux, sont remarquables par la rareté des éléments en bois qui auraient fait partie de la structure ou bien étaient des accessoires architecturaux ou de décor. Des madrasas d’Alep, comme Fardos ou Chadhbakhtiyya (du XIIIe siècle) et beaucoup d’autres, n’ont conservé ni vantaux de portes ou de fenêtres, ni moucharabiehs en bois tourné. Ils ont été déposés et vendus, comme les très belles grilles en bois du bimaristan Arghouni (photographiées avant la seconde guerre mondiale). Les portes de la madrasa Fardos, en très mauvais état, avaient été déposées par la direction des waqf-s. Des linteaux et soffites sculptés, du XIIIe siècle, du Khanqah al-Farafra ont résisté aux incendies, par hasard. Le bâtiment, bien conservé, avec son mihrab en marbre, n’a pas été touché par la destruction du quartier voisin, refuge des insurgés délogés sans doute en 2016 par l’armée syro-russe. Le Bimaristan Nuri à Jalloum a été ruiné anciennement par des séismes (photo 12) et des conflits, mais les vantaux de l’entrée restent en place et des parties de façade zankide ou ayyoubide conservent des éléments en bois. Dans le Bimaristan Nouri, on peut noter aussi les reconstructions mameloukes de parties détruites. Dans ces différents bâtiments, les tirants en bois participent à la stabilité des colonnades. Généralement détruits, ils ont été restaurés (photos 13, 13b de la madrasa Fardos).

Photo 12 : architecture perturbée par les tremblements de terre anciens

© J.-C. David

Dans les mosquées, les minbar-s en bois ont été rarement conservés, alors que les mihrab-s en assemblages de marbre l’ont été, souvent admirés par les pillards, incapables de les démonter (madrasa Fardos). Cependant le remarquable mihrab en bois de la madrasa Hallawiya a traversé les siècles (photo 14). Celui de la Grande Mosquée a été démonté entre 2012 et 2020. Ainsi les formes dépouillées et nues, souvent admirées, des grands monuments en pierre de taille d’époque zankide et ayyoubide, puis mamelouke d’Alep, restaurés après les pillages, n’ont-ils conservé de leur décor que les mihrab-s en marbre intégrés à la maçonnerie. Le pillage du décor de la petite mosquée-madrasa d’Abraham du XIIe siècle à la Citadelle a été achevé pendant le Mandat français avec le vol par un « amateur » du merveilleux mihrab en menuiserie…  (description et analyse dans Ernst Herzfeld, avec photos « Matériaux pour un corpus… » p. 121 à 128). Le reste du décor en marbre et en bitume, à la mode irakienne, a disparu, conservé seulement dans quelques photos de l’historien Ernst Herzfeld et sa description publiée en 1954 :

« A l’intérieur de la salle de prière, la paroi était revêtue d’une marqueterie de marbre bigarré, à inscriptions coraniques (Cor., 2, 256), en lettres de pâte noire incrustées sur fond d’albâtre, le tout caractéristique des bâtiments de Nur al-Din à Musil, Hamah et Damas ».

(p. 119, inscription 60)
Photo 14 : mihrab bois conservé, Hallawiye

L’iwan du palais Janbulad, reprenait un peu de cette tradition. Les décors peints sur enduit ou sur la maçonnerie ou sur la pierre n’ont laissé comme trace que l’évocation par un écrivain du XIIe siècle de la décoration peinte sur des murs du palais de la Citadelle zankide ou ayyoubidi. Celle ci représentait des personnages grandeur nature, donnant leur nom de Dar al-Chukhus (demeure des figures) au palais, détruit anciennement (par un incendie ?).

On peut aussi remonter au sac d’Alep par les Mongols en 1260, puis un siècle plus tard, et à d’autres conflits qui ont dépouillé l’architecture de tout ce qui était en bois ou en enduits fragiles (céramiques et stucs). Le Caire ou même Damas sont beaucoup plus riches en éléments plaqués ou mobiles. Le processus de destruction sélective a pu être observé de 2012 à 2016, avec la destruction des souks d’Alep et de Homs, combinant le pillage des biens et l’incendie du mobilier et de tout ce qui n’était pas pierre ou métal. À la même époque, les bombardements des quartiers neufs à l’est de la ville, espaces populaires habités, se traduisent par des destructions volontaires et le pillage des éléments de confort domestique « moderne » et surtout la « disparition des habitants », tués ou exilés.

Conclusion

La résistance des matériaux à l’usure est variable, ainsi de nombreuses maisons d’Alep ont conservé leur gros-œuvre et leur décor extérieur sculpté dans la pierre, mais n’ont plus leur décor intérieur ou plaqué, en bois, ou peint, perdant ainsi une bonne part de leur valeur artistique et symbolique (Photo 15, salon Ghazalé). La plupart des maisons actuellement visibles sont maquillées ou dénudées, déshabillées de leurs boiseries, de leurs tissus, de leurs couleurs, blanchies ou repeintes de couleurs unies, plus résistantes, ou affichant la pierre apparente.

Photo 15 : salon Ghazalé © André Agopian 

Les violences qui ont abouti à cette nudité à Alep sont diverses, les changements d’habitants, les conflits et les guerres, les changements de la mode, les incendies volontaires ou accidentels, les séismes comme ceux de 1822 et 2023 qui les uns après les autres ont cumulé les destructions et ont fait d’Alep la sévère ville de pierre qu’elle n’était pas à l’origine. Dans une relecture des matériaux utilisés par le passé, des habitants ont dégagé pierre et poutres en bois, dans un nouvel appauvrissement du goût, pour créer du « rustique ». La maison Ghazalé est une exposition des catastrophes qui l’ont dépouillée de son décor combustible ou non. Sa restauration en cours ne peut pas concerner les décor de boiseries impossible à reconstituer.  La qualité des œuvres d’art qui valorisent le décor architectural n’a pas empêché leur destruction ou leur vol. La recherche du profit et du pouvoir, la valorisation marchande des biens artistiques justifie leur déplacement ou leur destruction et une baisse de qualité du bien-être qui étaient aussi des raisons de vivre. La beauté a-t-elle encore sa place dans les ruines d’Alep ?

L’auteur

Jean-Claude David est chercheur au CNRS, retraité. Géographe, spécialiste des villes du Proche-Orient. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Jean-Claude David (2023, 7 avril). Destruction du patrimoine matériel et immatériel d’Alep : guerres, séismes et autres causes. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search