Les archives de fouilles : une manne de données scientifiques pour l’archéologie du Moyen-Orient

Les archives de fouilles et plus particulièrement celles des missions archéologiques à l’étranger constituent des sources précieuses pour les historiens des sciences mais aussi et surtout pour les archéologues. En effet, l’une des spécificités de la fouille archéologique réside dans la nature même de son approche qui détruit au moins partiellement son objet d’étude. L’enregistrement de terrain constitue dès lors la seule sauvegarde exhaustive des couches et vestiges archéologiques fouillés puisque les rapports et les publications correspondent généralement à des synthèses des données acquises. La conservation pérenne des archives de fouilles est donc un enjeu majeur de la recherche archéologique. Elle permet ainsi la réexploitation scientifique de données de terrain ou d’études à la lumière de nouvelles problématiques de recherche ou bien au moyen de nouvelles méthodes d’investigation et d’analyse. Par ailleurs, elle permet de documenter l’histoire de la recherche archéologique et l’évolution des techniques et des approches.

Certains établissements et organismes de recherche disposent d’un service d’archives chargé de la gestion des archives publiques, administratives et scientifiques depuis leur versement par les producteurs (chercheurs et chercheuses ou personnels administratifs) jusqu’à leur versement aux Archives nationales ou départementales pour archivage définitif. De tels services sont notamment présents à la Maison des Sciences de l’Homme Mondes de Nanterre, ainsi qu’à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon.

Depuis le début du XXIe siècle, on constate un intérêt nouveau et graduel pour l’étude des archives de fouilles des grandes missions archéologiques, axé sur la réexploitation scientifique et la réappropriation de ces recherches passées. Le développement particulièrement marqué de ces recherches dans le domaine de l’archéologie moyen-orientale s’explique en partie par les difficultés d’accès au terrain dans certains pays tels que la Syrie, l’Irak ou encore l’Afghanistan. En France, de nombreuses initiatives d’exploitation scientifique, de mise en valeur et de préservation des documents produits par les missions archéologiques françaises ont ainsi vu le jour ces dernières années: les programmes Archives de fouilles de sites préhistoriques et antiques et Monuments d’Orient du LabEx Les passés dans le Présent, le volet Patrimoine du Proche-Orient de la collection Grands Sites Archéologiques du Ministère de la Culture, l’exposition Il y a 50 ans… la découverte d’Aï Khanoum à l’École Normale Supérieure, le projet SalamiNe… (Bellon et Rohfritsch 2016).

Ce billet est l’occasion de présenter deux programmes de recherche basés sur la réexploitation d’archives de fouilles anciennes menées au Proche et Moyen-Orient et qui s’inscrivent dans cette dynamique. Le premier correspond aux travaux menés dans le cadre de ma thèse de doctorat (Bessenay-Prolonge 2018) consacrée à la protohistoire du nord de l’Iran et plus particulièrement au site de Tureng Tépé, fouillé dans les années 1960-1970 sous la direction de Jean Deshayes (fig. 1). Le second programme, auquel j’ai participé en tant que chercheuse contractuelle dans le cadre du projet ANR CeraStone (dir. J. Vieugué, UMR 8068 TEMPS), correspond à la reprise des données du site néolithique de Munhata en Israël, fouillé dans les années 1960 par Jean Perrot.

Fig. 1 : vue aérienne du tell principal de Tureng Tépé, Iran, 1977. Mission Archéologique Française à Tureng Tépé, archives de la MSH Mondes, Nanterre.

Mes recherches de doctorat se sont ainsi basées sur l’analyse critique de plusieurs milliers de documents inédits issus des archives de la Mission Archéologique Française à Tureng Tépé, conservées au service des archives de la MSH Mondes. Ce fond d’archives constitue un ensemble relativement complet et détaillé puisque la grande majorité de la documentation de terrain a été conservée. La première étape des recherches a été d’identifier les documents de terrain relatifs aux niveaux protohistoriques. Une partie de la documentation de base a ensuite été numérisée grâce à un financement du labex Les Passés dans le Présent. J’ai retranscrit l’ensemble des carnets de fouilles manuscrits, à l’écriture parfois difficilement déchiffrable, et j’ai procédé à un enregistrement systématique des couches et des vestiges découverts par les fouilleurs. Un nouveau numéro a été donné à toutes les “entités stratigraphiques décrites” dans la documentation de terrain. J’ai ensuite réalisé des diagrammes de Harris dans le but de schématiser les relations entre les différentes entités stratigraphiques décrites, tout d’abord au sein du même carré puis par grand secteur. Ces relations ont permis de réaliser un diagramme comprenant l’ensemble des éléments pour chaque chantier stratigraphique étudié, et ainsi de reconstituer des séquences et des phases (fig. 2).

Fig. 2 : réalisation du diagramme stratigraphique du carré XV-17 du Grand Tépé de Tureng Tépé. Julie Bessenay-Prolonge, 2018.

Cette méthode m’a permis de reconstituer la stratigraphie des niveaux mis au jour dans l’ensemble des secteurs fouillés, et ainsi de documenter une séquence d’occupation allant de la fin du 4ème millénaire au milieu du 1er millénaire avant notre ère. Parallèlement à cela, la reprise de l’ensemble des relevés de terrain m’a permis de procéder à une étude architecturale « brique à brique » des édifices monumentaux mis au jour lors des fouilles des années 1960-1970 et de proposer au final de nouvelles hypothèses de restitution, différentes de celles avancées à l’époque par les fouilleurs. Des modélisations en trois dimensions ont ainsi pu être mises en œuvre. Ce processus a notamment permis d’approfondir la question des accès aux différentes parties de l’édifice, de comprendre les modalités de circulation, et de jauger la cohérence générale des propositions de restitution (Bessenay-Prolonge et Vallet 2019) (fig. 3 et 4).

Fig. 3 : proposition de restitution de la structure interne de la terrasse monumentale de l’âge du Bronze. Julie Bessenay-Prolonge, 2018.
Fig. 4 : proposition de restitution 3D de la terrasse monumentale de l’âge du Bronze. Julie Bessenay-Prolonge, collab. Régis Vallet et ArchéoVision, 2018.

J’ai par la suite mis à profit cette expérience dans le cadre du projet ANR CeraStone coordonné par Julien Vieugué. Ce projet de recherche porte sur les rythmes, les causes et les modalités de l’adoption tardive de la poterie au Levant Sud au cours du 7ème millénaire. Le site de Munhata, fouillé dans les années 1960 sous la direction de Jean Perrot, a livré l’une des stratigraphies de référence pour la transition Pre Pottery Neolithic – Pottery Neolithic (fig. 5). La première étape de ce travail sur ces fouilles anciennes a consisté en un traitement archivistique et une numérisation des documents. Ce travail a été réalisé en collaboration et avec l’expertise d’Elisabeth Bellon, du service des archives de la MSH Mondes, également en charge de la gestion de ce fonds.

Fig. 5 : vue du site de Munhata, Israël, 1966. Fonds Jean Perrot, fouilles de Munhata (Minha Horvat), archives de la MSH Mondes, Nanterre.

La deuxième étape a correspondu à une analyse stratigraphique, réalisée à partir des documents de terrain (figure 6). Il a fallu là encore commencer par transcrire les carnets de terrain manuscrits afin de faciliter la lecture et la recherche d’informations. Ces carnets, qui contiennent aussi des croquis et des schémas, correspondent à la description par Jean Perrot des couches et des éléments architecturaux découverts lors de la fouille, ainsi qu’au détail de chacun des « loci» numérotés par le fouilleur. Pour chacun des « loci » et chacune des unités de fouille appelées « numéros de catalogue » par Jean Perrot, toutes les informations ont été synthétisées dans des feuilles de type tableur. Toutes les informations ont été traduites du français à l’anglais afin de faciliter leur utilisation par l’ensemble des membres du projet. Après ce premier enregistrement, la restitution des relations stratigraphiques existant entre chaque locus et chaque numéro de catalogue au sein de chaque carré a été mise en œuvre au moyen de diagrammes stratigraphiques. Jean Perrot ayant attribué un numéro de locus uniquement aux éléments architecturaux et aux fosses, il a été très compliqué de déterminer les liens stratigraphiques entre les différents locus. Les sources privilégiées pour la réalisation de ces diagrammes ont été les journaux graphiques, les carnets de notes et les plans et coupes de terrain. Cette analyse stratigraphique a notamment permis d’identifier des contextes fiables pour la réalisation de prélèvements sur des échantillons de faune actuellement conservés à Jérusalem, dans le but d’effectuer de nouvelles datations absolues. Elle permettra à terme une analyse contextualisée des premières productions potières, seule à même de déboucher sur des scénarios historiques fondés. Un projet de monographie exhaustive du site de Munhata, basé sur la poursuite de l’étude des archives et sur de nouvelles études du matériel archéologique, devrait débuter prochainement.

Fig. 6 : page 48 du carnet des carrés de Jean Perrot, 1962-1967. Fonds Jean Perrot, fouilles de Munhata (Minha Horvat), archives de la MSH Mondes, Nanterre.

A titre personnel, ces expériences de travail sur les archives de fouilles anciennes m’ont également permis de m’interroger sur les méthodes d’enregistrement que je mets en œuvre sur le terrain dans le cadre de participations à des missions archéologiques, ainsi que sur l’épineuse question de la gestion de la documentation archéologique, de son organisation et sa conservation pérenne. De nos jours, le passage au numérique entraîne un très fort accroissement du nombre de documents (photographies, relevés, données spatiales, etc…) dont la sauvegarde sur le long terme pose question, que ce soit en termes de support de stockage ou de formats numériques. Il serait en effet tout à fait regrettable que les données acquises de nos jours soient perdues pour les générations futures.

Références

Bellon E., Rohfritsch A. (ed.) 2016. Dossier : archives de l’archéologie française à l’étranger, Les Nouvelles de l’Archéologie n°145.

Bessenay-Prolonge J. 2018. Au carrefour du plateau iranien et des steppes d’Asie Centrale : Tureng Tépé dans la plaine de Gorgān, des sociétés proto-urbaines aux forteresses de l’âge du Fer. Études stratigraphiques et architecturales menées d’après les archives inédites de la Mission Archéologique Française à Tureng Tépé, thèse de doctorat de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne sous la direction de P. Butterlin et le tutorat de R. Vallet, inédite.

Bessenay-Prolonge J., Vallet R. 2019. Tureng Tepe and its High Terrace, a reassessment, in Meyer J.W., Vila E., Mashkour M., Casanova M.,  Vallet R. (eds.) The Iranian Plateau during the Bronze Age, Development of Urbanization, Production and Trade during the Bronze Age, Proceedings of the International Meeting, Maison de l’Orient Méditerranéen, Lyon, 29-30 April 2014, Lyon : Editions de la MOM, 165-177.

L’auteur

Julie Bessenay-Prolonge est archéologue et elle est rattaché en tant que chercheuse associée à l’UMR 5133 ArchéOrient



Citer ce billet
Julie Bessenay-Prolonge (2023, 31 mars). Les archives de fouilles : une manne de données scientifiques pour l’archéologie du Moyen-Orient. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2y

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search