Cartographie des espaces de circulation des grandes lames polies en roches alpines (5e-4e millénaires av. n. è.)

La production d’objets destinés à circuler en nombre est symptomatique du Néolithique, à tel point que l’existence de réseaux de circulation peut être conçue comme une composante structurante des sociétés à partir de cette période. Diverses procédures d’analyses archéologiques et archéométriques permettent dans les meilleurs des cas de proposer l’existence de diffusions à partir de sources précisément identifiées (gîtes minéraux et/ou ateliers). Dès lors, les archéologues recourent à l’outil cartographique pour rendre compte de ces informations, et ce depuis longtemps. Néanmoins, dans la plupart des analyses cartographiques utilisant les catalogues de découvertes constitués sur le long terme des recherches, fréquentes sont les cartes de répartition des sites et objets, mais rares sont les cartes qui esquissent une analyse des réseaux potentiels de distribution ou d’échanges des biens. Dans le cas des objets dont les ateliers de production sont bien définis, il est pourtant relativement facile (et sans même tenter les approches quantitatives complexes par SIG ou modélisation qui rebuteraient les non-spécialistes) de passer de la simple localisation des découvertes à une cartographie des densités et/ou des réseaux potentiels de circulation des objets en question, ne serait-ce que par discriminations cartographiques successives.

Les tentatives de représentation cartographique de la répartition des découvertes des grandes lames et poignards taillés du Néolithique final en Europe n’expriment, dans la plupart des cas recensés, que la simple répartition spatiale des découvertes (cf. Mallet et al. 2019 pour une revue complète). Pour tenter de mieux comprendre les réseaux de diffusion et de réfléchir à la caractérisation de possibles formes d’échange, nous avions proposé dans un précédent billet (à partir des travaux de Pétrequin et al. 2002 sur les lames polies  en roches tenaces) de traduire les cartes de répartition des découvertes en cartes de densités, puis en carte de réseaux potentiels d’échanges (Rasse 2010, 2017). La méthode est relativement simple et peut se pratiquer sans recours à des techniques de modélisation spatiale sophistiquées.

Les discrétisations successives, effectuées en ôtant de la carte les objets les plus éloignés des autres (de plus de 200, de plus de 100, puis de 60, 50 et 40 km par exemple, mais cela doit être adapté au cas étudié), permettent d’établir la carte des densités. Dans un deuxième temps, en établissant les zones de plus fortes concentrations (selon là aussi des cercles de rayon à définir en fonction des données), on peut établir, après avoir effectué une hiérarchisation de ces mêmes noyaux, la carte des pôles de plus grandes concentrations de découvertes, ce qui permet en dernier lieu de définir la carte des réseaux de diffusion les plus probables, en associant ces pôles de manière linéaire selon leur hiérarchie dans le système et leur plus grande proximité.

Si l’on aborde l’organisation spatiale selon cette méthode (centres de plus grandes densités, hiérarchisation des centres, réification et hiérarchisation des réseaux en tenant compte de ces centres mais aussi de toutes les découvertes faites sur le territoire concerné), on obtient une carte des réseaux de circulation des  grandes lames en Europe (fig. 1, faite à partir des cartes de Pétrequin et al. 2017 ; Rasse et Thirault 2023, en cours de publication), carte qui se trouve être bien différente des simples cartes de localisation, essentiellement car elle exprime une caractérisation de la fonctionnalité des espaces. Dans notre cartographie, l’axe sud-est/nord-ouest à travers la France actuelle reste bien l’axe principal de diffusion, mais la circulation en direction du nord/nord-est, vers l’actuelle Allemagne et plus loin vers le Danemark et la Baltique, se fait par des cheminements plutôt « méridiens », selon quatre axes principaux qui, pour certains, semblent localement se dédoubler (des pôles de production alpins vers le nord de l’Europe – et ce à l’opposé des circulations « parallèles » ouest-est proposées par Pétrequin et al. 2017 ; cf. les « organisations spatiales linéaires » de notre carte).

Fig. 1 : Carte de l’organisation spatiale des réseaux de circulation des grandes lames
polies en roches alpines.

Ce qui paraît être mis en valeur dans les lignes directrices de notre cartographie, c’est bien le plus court chemin des zones de production aux zones de destination, ce qui n’exclut ni que certaines portions du trajet se fassent le long de certaines artères fluviales, ni que pour certaines destinations (exemple du littoral breton) ce ne soit pas systématiquement le plus court chemin qui soit privilégié. On est effectivement assez surpris de constater que si certaines vallées sont indiscutablement utilisées, comme les vallées du Rhône, de la Loire ou de la Seine, les cheminements listés ci-dessus sont loin d’être induits par les seuls réseaux hydrographiques. C’est donc bel et bien en général le plus court chemin qui est privilégié pour diffuser la majorité des haches en roches tenaces des Alpes à travers toute l’Europe occidentale. On ne peut évidemment pas exclure des parcours plus complexes, sur la base des caractéristiques techniques de certains modèles de haches et sur leur degré de finition par exemple, mais c’est bien le réseau ainsi défini qu’il faut utiliser pour, dans un deuxième temps, modéliser et proposer des logiques spatiales.

Ainsi, aux cartes de flux (Pétrequin et al. 2017) qui exprimeraient le nombre total de haches ayant circulé durant un temps long selon des trajectoires qui n’ont pas vraiment de réalité tangible (sauf preuves apportées), nous substituons une lecture par la fonctionnalité des espaces, ceux-ci ayant probablement rempli les mêmes rôles durant la longue période considérée (ici deux millénaires à peu près). Donc au quantitatif qui ne pourrait représenter que le cumul de déplacements d’objets (dont on peut imaginer que les trajectoires aient pu justement être complexes), on privilégie le qualitatif qui exprime le mieux des réseaux d’échanges fonctionnels sur le long terme (lesquels sont évidemment à confronter à d’autres, établis selon d’autres objets en circulation durant les mêmes périodes).

Selon la démarche développée supra, on peut donc proposer une carte des pôles et des axes principaux de diffusion et une carte de l’organisation de l’espace ouest-européen des échanges qui traduit une réalité sans doute à la fois beaucoup plus simple, puisque c’est le plus court chemin qui est proposé en première lecture, et beaucoup plus complexe aussi, puisque si des trajectoires spécifiques au traitement techno-culturel des artefacts sont révélées, nul doute que ce sont les réseaux principaux qui sont mis à contribution dans leur diffusion (et non des réseaux spécifiques que rien ne prouve). Cette figure permet de mettre en évidence les espaces/réseaux fortement maillés qui présupposent une intense circulation des biens pouvant venir de loin, mais redistribués sur des distances relativement courtes, des réseaux polarisés qui pourraient indiquer une redistribution/rediffusion des objets en circulation dans un espace plutôt proche sans grande interconnexion avec les réseaux principaux, des espaces linéaires et des espaces de transition entre les zones fortement irriguées qui ont vocation à servir d’axes de diffusion. On met également en évidence les « têtes de pont », les axes possibles de départ vers les régions marginales (exemple évidemment intéressant avec la diffusion vers les îles britanniques).

Bibliographie 

Mallet N., Pélegrin J. & Verjux C. (dir.) 2019. Le phénomène pressignien. La diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique, Chauvigny, Association des publications chauvignoises (Mémoire LI).

Pétrequin P., Cassen S., Croutsch C., D’Amico C. et Errera M. 2002.  La valorisation sociale des longues haches dans l’Europe néolithique. In Guilaine J. (ed), Matériaux, productions, circulations du Néolithique à l’Age du Bronze. Errance, Paris, 67-98.

Pétrequin P., Gauthier E. et Pétrequin A.-M.  2017. JADE. Objets-signes et interprétations sociales des jades alpins dans l’Europe néolithique, Tome 3/4, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Rasse M. 2010. Espaces et Temps des premières sociétés. Pour une approche des sociétés de la préhistoire par l’espace. Volume inédit d’Habilitation à Diriger des Recherches, 225 p., Université de Rouen, non publié (Volume scientifique accessible en ligne sur le site https://www.researchgate.net).

Rasse M. 2017. De quelques petits points de géographie à l’usage des étudiants en archéologie…  ArchéOrient – Le Blog, 2 Juin 2017, En ligne à l’adresse : http://archeorient.hypotheses.org/7563

Rasse M. et Thirault E. 2023. De l’intérêt de l’outil cartographique dans la réflexion sur les réseaux de circulation des objets en Préhistoire. Actes des Troisièmes Rencontres de Préhistoire Récente 2018, Circulation, Echanges des objets et des idées. Mobilité, stabilités des personnes et des groupes durant la Pré-Protohistoire en Europe Occidentale, en cours de publication, 25-37.

Les auteurs

Michel Rasse est Professeur de Géographie à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Eric Thirault est Professeur de Préhistoire à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR 5138 – ArAr. Archéologie et Archéométrie, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Michel Rasse et Eric Thirault (2023, 24 mars). Cartographie des espaces de circulation des grandes lames polies en roches alpines (5e-4e millénaires av. n. è.). ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search