Compte-rendu “Ancient and Medieval Middle East (AMME) seminars series”. Séance “Men and Women in Ancient Texts”, University of Helsinki (23 février 2023)

Les Ancient and Medieval Middle East (AMME) seminars series, organisés par les Drs. Joanna Töyräänvuori et Lena Tambs (Université d’Helsinki), sont des séminaires qui ont lieu chaque année à la faculté de théologie de l’Université d’Helsinki. Les sessions de l’année 2023 ont lieu au deuxième semestre de l’année académique 2022-2023, dès janvier et jusqu’au mois d’avril, et sont accessibles en hybride sur Zoom. Cette série de séminaires est constituée de quatre séances portant chacune sur un sujet différent. Chaque séance est animée par deux chercheurs/chercheuses spécialistes du sujet proposé.  La première séance a eu lieu le 19 janvier 2023 et a porté sur la complexité sociale dans l’Antiquité ; la chercheuse et le chercheur invité.e.s ont été la Prof. Dr. Christiana Köhler (University of Vienna) et l’Asst. Prof. Dr. Dries Daems (Middle East Technical University). La deuxième, qui a eu lieu le 23 février 2023, a été dédiée aux hommes et femmes dans les textes antiques et les chercheuses invitées ont été la Prof. Dr. Agnès Garcia-Ventura (Universitat Autònoma de Barcelona), la Prof. Dr. Fumi Karahashi (Chuo University) et moi-même, Dr. Patricia Bou Pérez (Universitat Autònoma de Barcelona). La troisième séance, qui aura lieu le 16 mars 2023, sera dédiée aux études des émotions, et les chercheuses invitées seront la Dr. Marika Pulkkinen (University of Helsinki) et la Dr. Ellie Bennett (University of Helsinki). Finalement, la dernière séance portera sur les robots et la science de l’Antiquité et du Moyen Âge ; les chercheur.e.s invité.e.s sont la Dr. Elly R. Truitt (University of Pennsylvania) et le Prof. Dr. George Saliba (Columbia University).

Le présent compte-rendu concerne la séance du 23 février 2023, intitulée « Men and women in ancient texts ». J’ai ouvert cette session avec une présentation intitulée « ‘Be a Real Man!’: How Should We Understand the ‘Hegemonic Masculinity’ in the Old Babylonian Period ? ». L’objectif était double : d’abord, présenter et expliquer la méthodologie de travail que j’utilise pour mes recherches portant sur les masculinités ; ensuite, l’appliquer à mon cas d’étude. En effet, l’étude des genres dans l’Antiquité, et tout particulièrement au Proche-Orient ancien, est un sujet compliqué qui nécessite une méthodologie d’approche permettant d’éviter trois écueils : les essentialismes biologiques, transhistoriques et transculturels. Pour atteindre cet objectif, je propose d’étudier les genres, et dans mon cas les masculinités, en utilisant le concept diffusé par la sociologue Raewyn Connell de « masculinité hégémonique », adopté par le Dr. Omar N’Shea (Université de Malte), par exemple, pour son cas d’étude portant sur la période néo-assyrienne. Aussi, j’ai souligné l’importance d’ajouter tout de même les autres concepts développés par R. Connell et ses collègues de masculinités « complices », « subordonnées » et « marginalisées ». Sauf pour la première, je reconnais cependant les difficultés de travailler particulièrement avec les concepts de « subordonné » et « marginalisé » puisqu’il faut tout d’abord bien comprendre comment les « masculinités hégémoniques » se construisaient au Proche-Orient ancien, au sein des groupes spécifiques, ce qui dans l’état actuel des recherches reste difficile.

Mon cas d’étude, contextualisé à la période paléo-babylonienne (ca. 2000-1600 av n.è.), était focalisé sur la masculinité hégémonique qu’on peut repérer dans la littérature paléo-babylonienne. À partir de ce type de source, j’ai tracé un schéma général sur la masculinité hégémonique. Ensuite, j’ai analysé des lettres paléo-babyloniennes, notamment des lettres mariotes, afin d’identifier des cas particuliers. À partir de ces cas particuliers, j’ai essayé de voir donc si la masculinité idéale identifiée dans les textes littéraires atteignait les hommes. Ces lettres m’ont permis d’identifier des hommes incarnant une masculinité hégémonique ou complice et d’autres incarnant possiblement une masculinité non hégémonique. J’ai aussi repéré que la « masculinité hégémonique » était fortement liée au statut social de l’individu et qu’elle concernait particulièrement les rois. Toutefois, un des aspects exaltés dans la masculinité présente dans la littérature était imposé à des hommes faisant partie d’autres groupes sociaux : l’intérêt pour la guerre et les qualités guerrières. J’ai conclu ma présentation en traçant un schéma général de la « masculinité hégémonique » pour la période paléo-babylonienne, tout en me demandant pourquoi la guerre est l’aspect le plus exalté et celui qui dépasse le statut social, et en soulignant l’importance de continuer à étudier les masculinités à la période paléo-babylonienne afin de mieux les définir et d’identifier d’autres types de masculinités.

Ensuite, la Prof. Dr. Agnès Garcia-Ventura et la Prof. Dr. Fumi Karahashi ont présenté « Socio-Economic Aspects and Agency of Female MAŠ-DA-RI-A contributors in Presargonic Lagash ». L’objectif de leur présentation était aussi double. D’abord, A. Garcia-Ventura a défini et exposé une synthèse de l’usage du terme « agency » dans les études d’assyriologie. Ce concept, expliqué d’une manière synthétique, fait référence au pouvoir qu’un individu a et peut exercer afin d’exprimer tout son potentiel, c’est-à-dire que le concept est en rapport avec la capacité d’agir selon sa volonté. Ensuite, F. Karahashi a pris la parole afin d’analyser quelques exemples où l’on repère cette « agency » féminine dans les textes. Elle s’est concentrée sur les textes présargoniques découverts à Girsu. En particulier, elle a analysé des textes portant sur des contributions dites MAŠ-DA-RI-A, offertes par des femmes, et plus particulièrement sur six cas. On repère tout à fait la capacité féminine « d’agency » dans tous les exemples montrés : elles avaient la capacité d’agir, de produire, de participer à la vie socio-économique du royaume. Finalement, A. Garcia-Ventura a discuté du terme « agency » et elle a souligné son importance comme outil pour les études de genre (tout en reconnaissant ses limites) afin d’identifier et de bien mettre l’accent sur le rôle des femmes et leur intégration dans la vie sociale et économique des sociétés du Proche-Orient ancien. En effet, et tel que souligné par A. Garcia-Ventura, nous assumons de façon naturelle l’agency des hommes, qu’il faut donc juste rechercher dans les sources, mais il faut chercher et prouver celle des femmes. Ainsi, le concept d’« agency » se présente comme un outil très utile à ces fins.

Le séminaire s’est conclu par une discussion très animée entre les trois chercheuses et le public, particulièrement autour des concepts et de la méthodologie employés : masculinités « hégémoniques, complices, subordonnées et marginalisées » et « agency », ainsi que leur utilité dans les études de genre dans l’Assyriologie. Aussi, l’importance du travail interdisciplinaire a été soulignée afin de réunir des chercheurs et chercheuses spécialisé.e.s dans différents domaines qui peuvent se compléter et donc produire des contributions très riches et intéressantes difficiles à obtenir autrement.

L’auteur

Patricia Bou Pérez est postdoctorante à l’Universitat Autònoma de Barcelona et chercheur associé à Archéorient (UMR 5133), Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Elle est spécialiste en épigraphie et langue akkadienne et histoire militaire.



Citer ce billet
Patricia Bou Pérez (2023, 10 mars). Compte-rendu “Ancient and Medieval Middle East (AMME) seminars series”. Séance “Men and Women in Ancient Texts”, University of Helsinki (23 février 2023). ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search