Bellonie Chantre (1866-1952) et la pratique de l’anthropologie en Arménie russe.

Ce billet est la synthèse d’une communication présentée lors d’un atelier doctoral à l’École française de Rome du 17 au 21 octobre 2022. Organisée par l’EHESS et l’EFR et présidée par Mme Silvia Sebastiani et M. Jean-Frédéric Schaub, la semaine s’articulait autour du thème : « La race et les sociétés occidentales. Perspectives historiques et interdisciplinaires » (voir Schaub et Sebastiani 2021). Notre présentation portait sur Bellonie Chantre (1866-1952) et la pratique de l’anthropologie en Arménie russe. Nous souhaitions évoquer les sources disponibles pour l’étude du couple Chantre et considérer l’apport du récit de voyage féminin afin de caractériser les « choses banales » (Roche 1997) de l’anthropologie raciale.

L’œuvre savante de Bellonie Chantre, née Bourdaret, et sa collaboration aux travaux de son époux Ernest Chantre (1843-1924) sont de mieux en mieux connus (Andre-Leicknam et Mohen 1978, Audibert et Neyton 2019, Broc 1992 : 83-86, Frénéat 2021, Irvine 2009, Lapeyre 2007, Ueckmann 2020, Vinson 2008). Les lettres d’hommage qu’elle reçoit lors du décès de son mari, conservées chez un particulier, dépeignent des souvenirs embellis, néanmoins utiles pour la biographie et les pratiques savantes du couple (sur la biographie, voir Kaeser 2003) :

« Quelle tristesse pour vous que cette brisure d’une association qui avait uni deux intelligences par le lien du travail intellectuel ! Je revois par la pensée votre bureau et sa grande table où tous deux vous avez tant travaillé liés par la même pensée et tous les souvenirs si beaux que vous aviez rapportés de vos voyages, tous ces témoins d’une vie de labeur à deux… »

(Lettre 1)

Ernest Chantre est un pionnier de la Protohistoire européenne, connu notamment pour ses travaux fondateurs sur l’âge du Bronze (Chantre 1875-1877). Il est attaché puis sous-directeur du Muséum d’histoire naturelle de Lyon pendant plus de quarante ans. Géologue de formation, Ernest Chantre étudie aussi auprès de Paul Broca, le père de l’anthropologie (voir Blanckaert 2009). Il concentre ses recherches sur les peuples du Caucase, entre autres, et fait éditer des ouvrages luxueux en anthropologie et archéologie. Bellonie Chantre (fig. 1) suit des études d’infirmière à l’école de La Martinière à Lyon. Membre de la société des Amis des sciences naturelles de Lyon, qui assiste le Muséum d’histoire naturelle de la ville, elle se rend aux cours d’anthropologie publics d’Ernest Chantre. Elle fait aussi don au Muséum de Lyon de plusieurs mollusques et autres invertébrés collectés en Écosse (Frénéat 2021).

Fig. 1 : Bellonie Chantre en 1890, en Arménie russe (Fonds Bourdaret, Grenoble).

Ils se marient le 13 avril 1886, elle aura vingt ans en août. Ernest Chantre a alors quarante-trois ans et bénéficie déjà d’une reconnaissance scientifique importante en France et à l’étranger. Dès 1886, Bellonie Chantre collabore activement aux travaux de son mari. Ils effectuent des missions communes en Arménie russe, en Anatolie, en Égypte et en Afrique du Nord. En Arménie russe, elle collecte par exemple vingt-six spécimens de lichen. Ceux-ci sont étiquetés « Mission Ernest Chantre » et leur étude par Cédric Audibert, conservateur du musée des Confluences, et Laurette Neyton (2019) a permis d’associer cette collection à Bellonie Chantre. On sait aussi qu’elle constitue un vaste herbier donné au Jardin botanique de Lyon et à d’autres institutions (Frénéat 2021). Après son engagement contre le génocide arménien (Vinson 2008), encore mal assuré par les archives, Bellonie Chantre dirige l’hôpital auxiliaire 101 en 1914-1918. Elle l’administre en qualité de présidente de l’Union des femmes de France à Lyon, l’une des associations à l’origine de la Croix-Rouge. Des centaines de lettres de blessés, des photographies, des récompenses et même un journal de cet épisode sont conservés dans un fonds privé de l’un des descendants de la famille, à Grenoble.

À la mort d’Ernest Chantre, en 1924, elle exécute le testament de son époux et prend la charge de la répartition complexe de ses archives et de ses ouvrages. Elle s’occupe du legs des possessions domaniales d’Ernest Chantre aux Hospices civils de Lyon. La correspondance qu’elle échange avec Eugène Pittard (1867-1962), anthropologue genevois, et son épouse Hélène Dufour (1874-1953), auteure, libre-penseuse, révèle des aspects méconnus de la personnalité de Bellonie Chantre.

1. Sources et récits de voyage

Le couple Chantre est chargé d’une mission gratuite en Arménie russe par le ministère de l’Instruction publique en 1890. Outre les archives nationales relatives aux missions scientifiques, les sources pour éclairer le rôle de Bellonie Chantre sont de natures diverses. Elle publie des récits de voyage en feuilletons, très illustrés, dans un journal édité par Hachette, Le Tour du Monde (Chantre B. 1891-1892). Ces fascicules sont ensuite rassemblés, édités à part, toujours chez Hachette, avec des gravures de grande qualité, d’après les photographies de la mission (fig. 2) (Chantre B. 1893). Récemment étudiés, notamment par Natascha Ueckmann (2020), les récits de voyage féminins sont des sources spécifiques et multiples, loin d’être monolithiques. Ces récits mêlent volonté documentaire et sublimation des mondes orientaux, et dont le maître mot est sans doute le pittoresque. De l’italien pittoresco, « relatif à la peinture », le terme doit s’appliquer aussi bien aux femmes et enfants rencontrés qu’au mari explorateur (Irvine 2008).

Fig. 2 : Page de garde du livre À travers l’Arménie russe (1893).

En mettant l’époux en scène, ces récits constituent aussi la preuve tangible de la pratique réelle du terrain. Ernest Chantre fait ainsi référence au récit de son épouse dans son rapport au ministère pour attester de la rigueur et de l’objectivité de ses travaux (Chantre 1892). D’autres récits de ce type sont connus, notamment ceux de Marie Ujfalvy-Bourdon (1842-1904) et de Jane Dieulafoy (1851-1916). Assez comparable sur certains points, le récit de Bellonie Chantre se distingue néanmoins par un « effet savant » (Irvine 2008) peu camouflé. Confronté avec le rapport officiel, le récit À travers l’Arménie russe (1893) est une de nos sources principales, ainsi que les collections du musée des Confluences comprenant objets, spécimens zoologiques et botaniques, dessins et photographies anthropologiques. De nombreuses correspondances du couple Chantre sont désormais connues, Bellonie Chantre échange par exemple avec Henri Cordier (1849-1925) de l’Institut de France.  Les carnets de voyage d’Alfred Boissier (1867-1945), conservés à Genève, n’ont pas encore été considérés. Cet assyriologue les a accompagnés dans certaines explorations, en Cappadoce notamment, et rapporte ainsi directement l’expérience de la mission.

2. Collaborateur, collaboratrice ? L’anthropologie raciale au féminin

En 1888, Ernest Chantre écrit à son ami suédois, le protohistorien Oscar Montelius (1843-1921), que sa « femme serait très heureuse de faire la connaissance de Mme Montelius. Comme elle, elle s’intéresse beaucoup à nos travaux et est devenue mon collaborateur. » (Lettre 2). Cette collaboration avec son épouse, Chantre y songeait déjà plus tôt en se confiant à Émile Cartailhac (1845-1921), son meilleur ami :

« Je n’oserai pas dire que j’ai trouvé une seconde Mme Montelius car je trouve, quand a a (sic) présent du moins, ma fiancée supérieure à cette gentille suédoise sous plusieurs rapports, mais je crois avoir rencontré une personne qui est capable de comprendre mes travaux. Si elle n’y collabore pas, elle s’y intéressera dans tous les cas, j’en suis certain (…) »

(Lettre 3)

Non seulement collaboratrice, Bellonie Chantre était une savante tout à fait indépendante, néanmoins prête à assister son époux dans ses travaux d’anthropologie raciale. Ceux-ci impliquent concrètement une collecte abondante de données. C’est ainsi un cadre scientifique idéal pour le soutien d’une collaboratrice. L’Arménie russe est, pour Ernest Chantre, une « terre aux races variées » (Chantre E. 1892 : 1). Cette mission permet au couple de collecter des données, objets et spécimens très divers présentés comme suit dans le rapport : Anthropologie – Archéologie – Géologie et Minéralogie – Botanique – Zoologie – Itinéraire (Chantre E. 1892 : 6). On note ainsi des intérêts convergents entre le musée, le ministère, et les intérêts personnels des deux missionnés.

L’anthropologie reste au cœur de la mission et s’oppose à d’autres disciplines :

« Les peuples d’Arménie ont été classés pourtant avec soin par l’administration d’après des statistiques, mais ces classements reposent sur les caractères linguistiques et les religions, et l’on sait actuellement que ces bases sont absolument insuffisantes, et même dangereuses, pour guider des recherches anthropologiques. »

(Chantre E. 1892 : 7)

Ernest Chantre cherche en fait à substituer ou compléter ces données par des observations morphologiques, ethnographiques, et des mensurations. Sur ce dernier point, il insiste sur le rôle et l’aide de son épouse. Il sait qu’elle enrichit ses travaux par son aide technique, et par sa présence, c’est-à-dire par son genre. Elle peut ainsi faire des mesures crâniennes sur des femmes, souvent voilées. Ernest Chantre mesure plus de neuf-cents individus, photographie une centaine de types et distingue finalement huit peuples, dont les Tats, les Tatars, les Arméniens et les Kurdes. Par-là, Ernest Chantre est l’un des premiers à définir un « type Arménien » anthropologique, difficile à établir car très « mélangé » d’après lui. Sur les 249 Arméniens étudiés de la mission de 1890, trente-neuf sont des femmes mesurées par Bellonie Chantre (Chantre E. 1892).

Des tableaux statistiques présentent le résultat des différentes mesures anthropométriques, prises selon les instructions de Paul Broca mais réduites en nombre pour faciliter le travail dans des conditions particulières (Chantre E. 1892). Si l’objectivité et le positivisme de la pratique anthropologique sont affichés, une part sensible du travail se révèle : « En général les yeux des Arméniennes, loin d’être bridés, sont largement fendus et doués d’un remarquable éclat. » (Chantre E. 1892 : 16). Les conclusions d’Ernest Chantre se limitent néanmoins ici à des considérations phénotypiques. Les Arméniens seraient ainsi, entre autres, brun foncé, brachycéphales (crâne ronds), mésoprosopes (visage moyennement large), leptorhiniens (squelette du nez allongé), et de taille au-dessus de la moyenne (Chantre E. 1892 : 29, Topinard 1877).

3. La recherche des beaux types et le pittoresque

Le récit de voyage indique que Bellonie Chantre porte un intérêt spécifique aux « beaux types » (Chantre B. 1893 : 263). Le type étant une moyenne (Topinard 1877 : 460) – il faut le comprendre au sens de « typique » – un « beau type » serait celui qui correspond le mieux à un type d’origine, à une « race pure », et bien davantage à l’idée que l’on s’en fait. La perception de ces races comme un patrimoine humain à protéger des mélanges est prégnant (Chantre E. 1885-1887). Dans les faits, la frontière entre les considérations raciales et l’attrait subjectif des individus demeure ici très perméable.

De superbes photographies de la mission, que l’on serait tenté d’attribuer à Bellonie Chantre puisqu’elle maîtrise parfaitement cette technique, sont à la frontière de ces différentes approches : imprégnées d’orientalisme, elles sont à la fois des photographies ethnographiques, des images anthropologiques, le souvenir d’une rencontre et d’un voyage (fig. 3). Ces images sont reproduites par gravure sur cuivre par les artistes de l’édition Hachette (probablement avec un mélange de techniques, eau-forte et gravure proprement dite). En les confrontant avec leur reproduction, certains éléments de la photographie, en réponse au texte pittoresque, sont renforcés par la gravure. Les vêtements sont alourdis, les drapés plus nombreux et visibles, les visages embellis, affinés, plus fiers. Les deux jeunes filles kurdes, crispées par l’appareil photographique, deviennent rudes et orgueilleuses, plus conformes à l’image romanesque de la Kurde.

Fig. 3 : Jeunes filles kurdes, plaque de verre et estampe dessinée par Maybach (Chantre 1893 : 225)
4. Les « choses banales » de l’anthropométrie

On connaît bien la pratique concrète de l’anthropométrie au XIXe siècle (Blanckaert 1996, 2010, Gould 1997, Reynaud-Paligot 2020, Roque 2015) mais les regards décentrés des savantes permettent d’enrichir la connaissance de la « culture matérielle » et des « choses banales » de l’anthropologie. Le récit de voyage, dans sa mise en scène et grâce aux détails de la participation logistique de l’épouse, dévoilent des éléments concrets de cette activité (Ueckmann 2020). Ce sont, outre les compas anthropométriques et les appareils photographiques, les objets distincts de la pratique directe de l’anthropométrie : le couple évoque baromètres, thermomètres, cartes d’état-major. Les choses les plus communes sont aussi révélées, précisant les limites matérielles de la pratique anthropologique. On découvre les tentes, les couchages, d’ailleurs enrichis de feutre acheté sur place, la nourriture de voyage, et le matériel équestre. L’équipement est ainsi considérable, les malles de voyage nécessitent deux troïkas (attelage à deux chevaux) et doivent être constamment surveillées. Des collaborateurs de terrain interviennent dans le récit, comme les gardes, tatars ici, les cuisiniers et d’autres assistants occasionnels. Les interprètes sont des personnages très importants pour saisir les biais de l’anthropologie, des recherches précises sur ce point seraient bénéfiques. Pour être accepté des populations, le couple Chantre offre des pacotilles aux locaux : bonbons, bijoux fantaisies, lunettes de soleil, aiguilles, épingles, dés à coudre etc… Ernest Chantre prodigue aussi des soins médicaux, entretenant alors un contact bienveillant avec les populations rencontrées (Chantre B. 1893, Frénéat 2021).

Le récit de voyage révèle les conditions matérielles banales de Bellonie Chantre : elle porte une « lourde chrysalide de voyage » (Chantre B. 1893 : 333), donc une robe très épaisse qui gêne ses mouvements, et tresse ses cheveux de manière adéquate (fig. 4) (Chantre B. 1893 : 82). Léonie Meunier (1852-1940), sur les traces du couple Chantre en Arménie russe, est une romancière et vulgarisatrice, ici collaboratrice de son époux géologue (Meunier 1899). Elle rapporte dans son récit une scène significative de ce rapport entre corps féminin, matériel et expédition scientifique : pour l’empêcher d’accéder à l’Ararat on refuse de lui apporter une selle pour les femmes (Meunier 1899 : 275).

Fig. 4 : Photographie de la mission annotée au verso : « Dans le Kuru-bel / chargement de la caravane », Bellonie est de dos au premier plan. (Fonds Bourdaret, Grenoble).

Finalement, la façon pittoresque de raconter l’ailleurs est une clef de compréhension indispensable du récit de voyage. On évoque ce qui peut être peint et les sujets privilégiés – tziganes, fontaines, petites filles par exemple – sont des scènes que le lecteur attend d’un récit féminin (Irvine 2009). Les thèmes de l’enfance et de l’enfant reviennent souvent dans le récit des rencontres. Le récit de ces dernières modère l’idée d’une solidarité particulière entre les femmes orientales et occidentales. Plusieurs extraits montrent que les femmes d’Occident adoptent en effet un rôle délicat, entre celui d’opprimé et d’oppresseur, surtout dans des cadres coloniaux (Ueckmann 2020). Il est plus juste de considérer toute la diversité des récits de voyage féminins, le contrôle de ceux-ci, et de ce qui peut être véritablement révélé. Toutefois, par l’étude de ces sources spécifiques, il devient possible de définir davantage cet environnement matériel de l’anthropométrie raciale, ainsi que de caractériser plus concrètement ces contrats implicites et déséquilibrés passés avec les populations afin, entre autres, de les mesurer.

Correspondances citées 

Lettre 1 : Lettre à Bellonie Chantre du 27.11.1924 (Fonds privé Bourdaret, Grenoble).

Lettre 2 : Lettre de E. Chantre à O. Montelius du 28 juin 1888 (Fonds Montelius, Riksantikvarieämbetets arkiv, Stockholm).

Lettre 3 : Lettre de Chantre à E. Cartailhac du 17 avril 1886 (Fonds Cartailhac, Tolosona, archives municipales de Toulouse).

Bibliographie

Andre-Leicknam B. Et Mohen J.-P. 1978. Voyage archéologique au Caucase à la fin du XIXe siècle, La Revue du Louvre et des Musées de France, 5/6, 313-322.

Audibert C. Et Neyton L. 2019. Note sur quelques collections cryptogamiques au musée des Confluences (Lyon), Colligo [en ligne], 2/2, 3-8. Disponible sur https://perma.cc/Z9PG-T9YF.

Blanckaert C. 1996. Le terrain des sciences humaines (XVIIIè-XXè siècle), Paris, L’Harmattan.

Blanckaert C. 2009. De la race à l’évolution : Paul Broca et l’anthropologie française (1850-1900), Paris, L’Harmattan.

Blanckaert C. 2010. L’anthropométrie : langage, normes techniques, controverses, ASDIWAL. Revue genevoise d’anthropologie et d’histoire des religions, 5, 109-130.

Broc N. 1992. Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du XIXe siècle, Paris, Éditions du CTHS.

Chantre B. 1891-1892. À travers l’Arménie russe. Karabagh, vallée de l’Araxe, massif de l’Ararat (1890), Le Tour du Monde, 1891, I, 369-416 ; 1891, II, 225-288 ; 1892, I, 177-224 ; 189, II, 161-192.

Chantre B. 1893. À travers l’Arménie russe, Paris, Librairie Hachette et Cie.

Chantre E. 1875-1877. Études paléoethnologiques dans le bassin du Rhône. Âge du Bronze, recherches sur l’origine de la métallurgie en France, Paris, Lyon, J. Baudry, imp. Pitrat Aîné, 3 volumes et un album.

Chantre E. 1885-1887. Recherches anthropologiques dans le Caucase, Paris, C. Reinwald, Lyon, H. Georg, 4 volumes et 1 atlas.

Chantre E. 1892. Rapport sur une mission scientifique en Arménie russe, Paris, Ministère de l’Instruction publique.

Frénéat A. 2021. Ernest Chantre (1843-1924) Bellonie Chantre (1866-1952) : le goût de la collecte, Dijon, Mémoire de master II, Université de Bourgogne.

Irvine M. 2009. Pour suivre un époux : Les récits de voyage des couples au XIXe siècle, Québec, Éditions Nota Bene.

Gould S. J. 1997. La mal-mesure de l’Homme, Paris, Éditions Odile Jacob.

Kaeser M.-A. 2003. La science vécue. Les potentialités de la biographie en histoire des sciences, Revue d’Histoire des Sciences humaines, 8, 139-160. 

Lapeyre F. 2007. Le roman des voyageuses françaises (1800-1900), Paris, Éditions Payot & Rivages.

Meunier L. 1899. De Saint-Pétersbourg à l’Ararat, Paris, L. Henry May.

Reynaud-Paligot C. 2020. Anthropologie raciale et savoirs biologiques, Arts et savoirs [en ligne], 11 p.

Roche D. 1997. Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (XVII-XIXème siècle), Paris, Fayard.

Roque R. 2015. Introduction. Anthropologie et matérialités de la race, Revue d’histoire des sciences humaines, 27, 7-26.

Schaub J.-F. Et Sebastiani S. (dir.). 2021. Race et histoire dans les sociétés occidentales (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Albin Michel.

Topinard P. 1877. L’anthropologie, Paris, C. Reinwald et Cie., 560 p. (Bibliothèque des sciences contemporaines, deuxième édition).

Ueckmann N. 2020. Genre et orientalisme : Récit de voyage au féminin en langue française (XIX-XXe siècles), Grenoble, UGA Éditions. Traduit de l’allemand par K. Antonowicz.

Vinson D. 2008. L’exemple d’Ernest Chantre. Le voyage anthropologique à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, Astrolabe [en ligne], 17, disponible sur : https://crlv.org/articles/lexemple-dernest-chantre.

L’auteur

Adrien Frénéat est doctorant en archéologie à l’université de Bourgogne et étudie Ernest Chantre (1843-1924) et la Protohistoire européenne. Il est rattaché à l’UMR 6298 ARTEHIS.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Adrien Frénéat (10 février 2023). Bellonie Chantre (1866-1952) et la pratique de l’anthropologie en Arménie russe. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2r


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15 février 2023

    […] Pour citer ce billet : Adrien Frénéat. Bellonie Chantre (1866-1952) et la pratique de l’anthropologie en Arménie russe., ArchéOrient – Le Blog, 10 février 2023, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/22001 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search