Expérimentation sur les « Casses-têtes » néolithiques des chasseurs Ghassaniens de Jibal al-Khashabiyeh (désert Jordanien). Première partie. La production des outils

1 – Contexte d’étude et problématique

Les fouilles récentes effectuées par la Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ, co-dirigée par W. Abu Azizeh et M. Tarawneh) portent sur une série de sites d’occupation datés du PPNB récent/final, associés à l’utilisation de structures de pièges géants connus sous le nom de « Desert kites », dans le secteur de Jibal al-Khashabiyeh (Abu Azizeh et al. 2021). La fouille de ces établissements de chasseurs néolithiques a permis l’identification d’un type d’outil en silex dont la forme particulière évoque les fameux « casses-têtes » connus en ethnographie (Forde 1931). Sans aucun parallèle connu au Proche-Orient, il s’agit d’outils bifaciaux massifs, allongés taillés par percussion sur plaquettes et nodules plats de silex (Fig.1 et 2). En dépit d’une certaine variabilité, ces outils sont relativement standardisés et se composent de deux parties, un manche et une extrémité à double tranchant. Le manche, qui est la partie préhensive, présente deux bords parallèles légèrement courbes. La partie active ou « tête » est une zone plus large et arrondie, formée de deux tranchants aux angles aigus et au profil biconvexe, située dans l’axe longitudinal de l’outil. Dans un contexte extrêmement riche en silex où dominent les industries laminaires, la récurrence de ces outils, associés à un ensemble très varié de pointes de flèche et de poignards bifaciaux, sur plusieurs sites d’occupation, nous a permis de définir un nouveau techno-complexe de la fin du PPNB, le Ghassanien (Crassard et al. 2022), dont les « casses-têtes » constituent un véritable marqueur culturel.

Fig.1 : Exemples de « casses-têtes » archéologiques entiers de Khashabiyeh.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Au vu de la spécificité de ces outils et de leur contexte chrono-culturel de découverte, en lien avec des pratiques de chasses intensives de la gazelle, les questions sur les méthodes et les techniques de fabrication, le fonctionnement et la fonction des « casse-têtes » se sont imposées. L’analyse tracéologique préliminaire effectuée sur trois outils du site P52 et deux du site F19 n’a pas fourni de preuves évidentes de leur utilisation. Seul un outil présentait des traces légères pouvant être liées à une percussion sur un matériau dur (un écrasement macroscopique et des stries transversales). La fonction de ces objets reste donc encore peu claire. La forme des « casse-têtes » Ghassaniens évoque celle d’un outil qui, tenu à la main, semble adapté à une utilisation en percussion lancée. À ce stade, plusieurs hypothèses fonctionnelles sont envisagées, parmi lesquelles, celle d’outils servant à fracturer le crâne ou les os des animaux piégés dans les kites, lors des phases d’abattage, ou encore lors de tâches lourdes de boucherie (démembrement des carcasses). Alternativement, ces outils ont également pu être utilisés comme armes de combat (Curran et Raymond 2021). Une fonction plus symbolique, d’attributs de prestige, n’est pas à exclure.

Fig.2 : Exemples de « casses-têtes » archéologiques fragmentaires de Khashabiyeh.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Ce projet expérimental a pour objectif de mener une étude intégrale de ces artefacts afin d’appréhender leur utilisation et leur statut dans la vie quotidienne (et/ou symbolique/rituelle ?) des chasseurs qui utilisaient les kites. L’étude des outils archéologiques sera effectuée en combinant l’approche technologique (fabrication) et tracéologique (fonction). Une session expérimentale destinée à tester leur efficacité dans différentes activités de percussion sera organisée dans le courant de l’année 2023 à l’antenne d’Archéorient à Jalès. Les répliques expérimentales seront analysées à la loupe binoculaire et au microscope métallographique afin d’enregistrer les macro- et micro-traces liées à la fabrication et à l’utilisation (écrasement des bords, écaillures, types de retouches, cassures par accident, etc.). Ce programme a été initié à l’automne dernier avec la première phase de production expérimentale des « casse-têtes » et a déjà permis de comprendre et documenter toutes les étapes de manufacture.

Le terme « casse-tête »
 
Le terme « casse-tête » (club en anglais) est utilisé pour désigner des outils ou des armes (notamment la massue iroquoise) fabriqués en corne de cerf, racine d’arbre ou en bois dur (parfois avec une boule en pierre à l’extrémité), utilisés par certains peuples autochtones de l’Amérique du Nord précoloniale (Tooker 1994 ; Curran et Raymond 2021 ; Curran 2023) pour fracturer les os ou le crâne lors des combats. A. Leroi-Gourhan (1973) mentionne aussi, dans ses carnets d’achats, le terme « casse-tête » pour classer certains objets comparables de l’Océanie (Soulier 2020). Le terme « casse-tête » a également été utilisé pour qualifier des outils bifaciaux en silex, composés d’un disque ou d’un double-pic perforé, en contextes archéologiques préhistoriques en France (Coutil 1909 ; Terral 1929, Nougieu et Chevillon 1933 ; Durand 2011). Dans le Chalcolithique de la Péninsule Ibérique on retrouve aussi des objets en schiste ou ardoise comparables (Andrade 2017), interprétés parfois comme symboles d’identité des chefs locaux (Gonçalves et al. 2005). Si la fonction de ces derniers est incertaine, c’est également la forme des objets rappelant celle de masses d’armes en pierre qui conduit à l’utilisation de cette terminologie. Le terme « casse-tête » recouvre donc dans la littérature archéologique et ethnographique une certaine variabilité. Dans le cas des outils présentés ici, c’est essentiellement la morphologie associant une partie active et une partie préhensible (que ces outils aient été emmanchés ou que ces deux parties aient été intégrées en un seul outil monolithique), suggérant une utilisation en percussion lancée, qui est à l’origine de l’utilisation du terme « casse-tête » (en anglais nous les qualifierons de « club »).
2 – Production expérimentale des casses-têtes

Dix casses-têtes expérimentaux ont été fabriqués par J.A. Sánchez Priego pendant la campagne de fouille à Khashabiyeh et durant le séjour de post-fouille à l’Ifpo-Amman (Fig. 3).

Fig.3 : Fabrication expérimentale des « casses-têtes » à Khashabiyeh et à l’Ifpo-Amman.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

2.1-Matières premières

Les pièces archéologiques ont été taillées avec des matières premières locales. Pour couvrir toute la gamme disponible, un total de 45 blocs, entre plaquettes, nodules et quelques éclats naturels, a été ramassé. Ils ont été sélectionnés pour leur forme allongée et leur volume aplati (Fig.4), adaptés à la fabrication d’outils bifaciaux de type « casse-tête ». Pour fabriquer les 10 outils prévus, on a eu besoin d’utiliser un total de 25 blocs : 13 plaquettes de textures variées, 9 nodules de silex fin et 3 éclats naturels de silex fin.

Fig.4 : Blocs sélectionnés pour l’expérimentation et exemples de plaquette et nodule de silex locaux. © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

2.2-Le type de percuteurs

L’observation des objets archéologiques (entiers et fragmentaires, Fig.1 et 2) indique que ces outils ont été fabriqués par percussion directe à la pierre. Il nous semble que la finition a toujours été faite à la pierre tendre mais il est fort probable que pour certaines préformes la pierre dure soit intervenue dans les premières étapes d’entame. Dans ce contexte, ce sont les grès importés sur les sites qui ont été utilisés comme percuteurs tendres et le silex ou le calcaire dur local comme percuteurs durs. Pour employer les mêmes techniques de percussion, 4 percuteurs en grès du même type que les percuteurs archéologiques ont été choisis, ainsi qu’un percuteur dur en silex local (Fig.5) qui n’a été utilisé que pour certaines préformes de gros nodules.

Fig.5 : Percuteurs utilisés pour l’expérimentation : 4 en grès et 1 en silex.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

2.3-Schéma opératoire

Chaque plaquette, nodule, ou gros éclat naturel a suivi une première étape de mise en forme (Fig. 6), surtout les blocs les plus grands. Cette étape, qui dans ce cas cherche à conférer un équilibre bifacial au volume de départ et une forme courbe à l’emplacement du futur tranchant, a été réalisée presque toujours au percuteur tendre en grès et très rarement à l’aide d’un percuteur dur en silex pour les premiers éclats. 

Fig.6 : Exemples de préformes sur nodule (nº2 en haut) et sur plaquette (nº27 en bas). © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Dans la dernière étape, la forme et le volume définitif sont donnés à l’outil, suivant les paramètres observés sur les pièces archéologiques (dimensions, courbures, épaisseurs, angles, etc.) pour lesquelles une certaine variabilité de formes et surtout de dimensions (100 à 290 mm de longueur) est attestée. Sur les 10 objets finis, 7 ont été fabriqués sur plaquette, 2 sur nodule (rognon) et 1 sur éclat naturel. Les temps de fabrication varient entre 15 et 128 minutes, en fonction du volume de départ et des difficultés rencontrées en cours de façonnage.

2.4-Accidents de taille

Les accidents de taille sont assez fréquents dans la fabrication de ce type d’outil. La difficulté est peut-être due à la recherche d’une épaisseur régulière (15 à 30 mm) à l’intérieur d’une forme courbe très marquée, peu habituelle dans les outillages néolithiques connus jusqu’à présent. Cinq blocs ont été cassés par accident au moment de la préparation de la préforme (Fig.7), et deux tablettes ont été abandonnées au début (au bout de 1 minute) car elles présentaient des fissures importantes qui ont provoqué la fracture des supports.

C’est dans la phase finale de la chaîne opératoire que le risque d’accident est le plus élevé. Sept pièces ont été cassées lors de l’étape de finition pendant laquelle la courbure et l’épaisseur finale de la pièce sont réalisées (Fig.7). La cassure se produit toujours dans la zone de jonction entre le manche et l’extrémité arrondie de l’outil. Au fur et à mesure du façonnage, cette zone devient de plus en plus courbée et mince et à la fin est la partie la plus faible de l’outil. Ce type de fracture par flexion (transversale à l’axe longitudinal) est également récurrent dans le matériel archéologique et montre que ce type d’accident pouvait être assez fréquent au PPNB. D’autres fragments archéologiques, qui présentent des cassures différentes (suivant la direction de l’axe du tranchant), pourraient plutôt correspondre à des cassures fonctionnelles, ce qui sera à vérifier dans le cadre de l’utilisation expérimentale et de l’analyse tracéologique.

Fig.7 : Exemples d’accidents de taille. En haut cassure de préforme (nº3), en bas cassure en phase de finition (nº 2). © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

2.5-Résultats de l’expérimentation

Un référentiel de 10 casses-têtes a été constitué (Fig. 11) selon les mêmes modalités que les objets archéologiques : formes et dimensions, matières premières, méthodes et techniques de taille. Une des conclusions importantes est que les plaquettes de silex apparaissent comme les supports les plus adaptés à la fabrication de ces outils et représentent sept des dix supports utilisés dans le référentiel (Fig. 8 et 9). Même si parfois les nodules plats ont pu être utilisés à cette fin (Fig. 10), il semblerait que le choix ait été orienté vers les plaquettes, qui sont très abondantes et variées dans l’entourage des sites étudiés.

Cette expérimentation nous a permis de comprendre les modes de fabrication des « casses-têtes » et leurs difficultés (type d’accidents). La prochaine étape de l’expérimentation sera effectuée à Jalès en 2023 et permettra de mieux cerner le potentiel techno-morpho-fonctionnel de ce type de macro-outil.

Fig.8 : « Casse-tête » expérimental nº 41. Fait sur plaquette de silex local.
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)
Fig.9: « Casse-tête » expérimental nº 43. Fait sur plaquette de silex local. © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)
Fig.10 : « Casse-tête » expérimental nº 8. Fait sur nodule de silex local. © Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)
Fig. 11 : Tableau résumé de l’expérimentation sur la fabrication des  « casses-têtes » Ghassaniens
© Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien (MASEJ)

Bibliographie

Abu-Azizeh W., Tarawneh M., Crassard R. et Sánchez Priego J.A. 2021. Discovery and Excavation of Desert kites in the Southeastern Badia of Jordan, in: A. Betts and P.van Pelt (eds.), The Gazelle’s dream. Game Drives of the Old and New Worlds, Sydney: University of Sydney Press, 225-251.

Andrade M. 2017. O sítio pré-histórico do Sobral do Martim Afonso (Salvaterra de Magos, Portugal): um curioso contexto do Neolítico Final/Calcolítico na margem esquerda do Baixo Tejo. 1. 17-49. 10.51679/ophiussa.2017.15.

Crassard R., Sánchez Priego J.A., Pichon F., Abu-Azizeh W., Tarawneh M. 2022. The Ghassanian techno-complex: Late/Final PPNB lithic assemblages from desert kite-associated occupation sites in Jibal al-Khashabiyeh, south-eastern Jordan, in: Y. Nishiaki, O. Maeda and M. Arimura (eds.), Tracking the Neolithic in the Near East. Proceedings of the 9th International Conference on the PPN Chipped and Ground Stone Industries of the Near East. Leiden: Sidestone Press, 327-339.

Coutil L. 1909. Casse-tête en silex, trouvé à St-Quentin-des-Iles, près Bernay (Eure). Bulletin de la Société préhistorique de France 6 (8) : 435-436.

Curran J.B., Raymond D.E. 2021. War clubs in Southern California: An interdisciplinary study of blunt force weapons and their impact. Journal of Archaeological Method and Theory 28(4): 1200-1223.

Curran J.B. 2023. The manufacture process of war clubs: Replicating indigenous technological systems of conflict from the Lower Colorado Basin. North American Archaeologist 44(1) : 21–42.

Durand J. 2011. Une pièce bifaciale perforée sur le site néolithique de Limay (Yvelines) « Rue nationale ». Revue archéologique d’Ile-de-France 4 : 43-48.

Gonçalves V.  Andrade M. et Pereira A. 2005. As placas de xisto gravadas e o báculo recolhidos nas duas Antas da Loba (N. S.ª de Machede, Évora). Revista portuguesa de arqueologia, ISSN 0874-2782, Vol. 8, Nº. 2, 5-54.

Forde C. D. 1931. Ethnography of the Yuma Indians. Berkeley: University of California Press.

Nougieu M. et Chevillon A. 1933. Deux casses-têtes circulaires à trou central du Gâtinais, Bulletin de la Société préhistorique française, 30 (9) : 511-512.

Leroi-Gourhan A. 1973. Évolution et techniques II, Paris : Albin Michel.

Soulier P. 2020. André Leroi-Gourhan et l’Océanie [en ligne] in E. Dotte-Sarout, A. Di Piazza, F. Valentin et M. Spriggs (dir.) Pour une histoire de la préhistoire océanienne. Approches historiographiques de l’archéologie francophone dans le Pacifique. Pacific-credo Publications, 139-162.  Disponible sur https://books.openedition.org/pacific/1103?lang=es

Terral A. 1929. Un casse-tête à tranchants avec trou d’emmanchements à rainures. Bulletin de la Société préhistorique de France 26(12), 589-595.

Tooker E. 1994. Lewis H. Morgan on Iroquois material culture. Arizona, The University of Arizona Press (Etnhological Collections).

Les auteurs

Juan Antonio Sánchez Priego est chercheur associé au laboratoire UMR 5133-Archéorient du CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Spécialiste en technologie lithique, Néolithisation du Proche-Orient.

Fiona Pichon est chercheuse post-doctorante en archéologie du Proche-Orient ancien, spécialité tracéologie, à l’Institut Milà y Fontanals du CSIC à Barcelone (MSCA-IF) et chercheuse associée au laboratoire Archéorient.

Wael Abu-Azizeh est chercheur à l’Institut français du Proche-Orient, et chercheur associé au laboratoire Archéorient. Spécialiste des marges désertiques du Proche-Orient au cours de la préhistoire récente, il co-dirige la Mission Archéologique du Sud-Est Jordanien.



Citer ce billet
Juan Antonio Sánchez Priego, Fiona Pichon et Wael Abu-Azizeh (2023, 27 janvier). Expérimentation sur les « Casses-têtes » néolithiques des chasseurs Ghassaniens de Jibal al-Khashabiyeh (désert Jordanien). Première partie. La production des outils. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2p

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search