La perception du feu et de son travail : un compte rendu sensoriel de cuissons expérimentales de poteries à Jalès

L’étude des ateliers à céramiques anciens et récents, ainsi que la reproduction expérimentale des cuissons, ont une longue tradition à Lyon (Picon et El Hraiki, 2003 ; Desbat, Batigne-Vallet et Bertrand 2000). Le programme CRAFT (Cognitive Research on Archaeology of Fossil Techniques), en tant que projet interne MOM 2022, s’est inscrit dans cette lignée, tout en mobilisant la démarche expérimentale pour questionner les aspects sensoriels des procédés de cuisson mis en place dans des ateliers anciens récemment identifiés ou en cours de fouille au Proche-Orient (Syrie, Irak, Liban, Jordanie). Des chercheurs d’Archéorient (J.S. Baldi, G. Mouamar), d’ArAr (C. Batigne-Vallet, V. Merle, A. Desbat) et d’autres institutions ont ainsi développé un protocole sur la base des données de terrain. De ce fait, des pots aux caractéristiques physiques et morpho-stylistiques très proches de vases du 3e millénaire av. n. è. ont été cuits dans les mêmes conditions et dans des fours présentant les mêmes attributs architecturaux et techniques que ceux observés lors de la fouille d’ateliers chalcolithiques et de l’Âge du Bronze. En même temps, le but était d’établir un référentiel sensoriel et cognitif des catégories et des perceptions ayant guidé le travail des artisans du passé, et notamment leurs comportements lors des cycles de cuisson dans le cadre des différentes méthodes employées. Cela revenait à adopter non seulement la perspective étique propre de l’archéologue-céramologue actuel en tant qu’observateur, mais pour la première fois, également la perspective émique des artisans, en reconstituant les catégories visuelles, acoustiques ou tactiles ayant orienté leur connaissance empirique des matériaux, ainsi que leurs moyens d’appréhender les solutions techniques qui ont été privilégiées.

Il en découle que le lexique bien lissé et normalisé des publications scientifiques n’est pas d’un grand secours pour rendre compte des aspects pratiques d’une expérimentation qui se voulait avant tout une expérience au sens physique du terme. Car aucun potier n’a jamais opéré de choix techniques en fonction du pourcentage des dégraissants ou de l’altération physico-chimique des composants d’une pâte, mais l’a fait plutôt sur la base d’un savoir-faire expérientiel, composé de gestes dictés par des sensations caractéristiques, répétitives, perceptibles et, par conséquent, transmissibles en tant qu’indicateurs du bon ou mauvais déroulement d’une procédure. Nos questionnements étaient, donc, très empiriques.

Comment les artisans choisissaient-ils les solutions permettant de contrecarrer des circonstances peu favorables à la réussite de leur tâche ? En fonction de quels critères sensoriels reconnaissaient-ils les passages critiques des cycles de cuisson et décidaient-ils ainsi de faire monter ou descendre la température, d’adapter la durée ou d’ajuster l’atmosphère d’une cuisson ?

Pour des cuissons « sous stress »

La session a été mise en place du 18 au 21 novembre dans l’archéosite de l’association Randa Ardesca, près de l’antenne d’Archéorient à Jalès, par Phaedra Bouvet (technologue et potière ayant confectionné les répliques des vases anciens), Claire Padovani (doctorante, Université Paris I), Melania Zingarello (post-doc, Sapienza, Université de Rome), Guillaume Masclef (expert en cuissons et co-gestionnaire de Randa Ardesca) et Johnny Samuele Baldi (CNRS, Archéorient, porteur du projet). L’objectif était de cuire deux fournées de pots sans avoir recours à aucun relevé thermométrique. Les deux cycles devaient être effectués à la chaîne en moins de 48h en contexte froid et relativement humide, afin de se rapprocher des conditions d’un atelier proto-industriel ayant fonctionné en continu sur l’année, tel celui documenté au 3e millénaire av. n. è. sur le site de Logardan, au Kurdistan irakien (Baldi et al., 2018). De même, le four à tirage vertical utilisé était très proche d’un type de structure fouillée à Logardan et attestée au Proche-Orient depuis le 7e millénaire (Baldi 2014). Il est semi-enterré et construit en pains de torchis et mortier sableux (fig. 1).

Fig. 1 : Four à tirage vertical de Randa Ardesca © Projet CRAFT

Avant le commencement de la session, cette installation n’a servi que pour deux cuissons en oxydation et en réduction. La longueur de son emprise au sol – environ 1,5m – est égale à sa hauteur, l’embouchure se trouve dans la fosse de travail et est dotée d’un petit alandier donnant accès à une chambre de chauffe circulaire, séparée du laboratoire par une sole amovible. Celle-ci repose sur une banquette interne et sur un pilier circulaire érigé au centre de la chambre inférieure. De là, la chaleur passe dans un laboratoire aux parois droites de 69 cm de diamètre interne et 53 cm de haut, où étaient empilés et calés les vases (fig. 2). La structure est complètement ouverte au sommet, ce qui permet de charger la chambre de cuisson par le haut, pour ensuite la fermer par des morceaux de tuiles et de vases cassés.

Fig. 2 : La sole amovible du four dans le fond du laboratoire © Projet CRAFT

Comme dans de nombreux cas en Mésopotamie du Nord pré-hellénistique, du bois coupé en buchettes longues et fines a été utilisé comme combustible. Il a ainsi pu être inséré facilement dans l’alandier sans déstabiliser la montée en température. Dans la chambre supérieure, le chargement se composait de 31 pièces de 7 types de vases à bière (fig. 3), fabriqués sans énergie cinétique rotative au cours des deux mois précédant la séance en utilisant une argile originaire d’Espagne, naturellement calcaire. Celle-ci avait été chargée en carbonate de calcium à hauteur de 7% et en sable à hauteur de 5% de la masse totale, de façon à reproduire la composition des pâtes mésopotamiennes du 3e millénaire.

Fig. 3 : Les sept types de vases à bière cuits au cours de la première séance © Projet CRAFT

Ces circonstances de cuisson étaient loin d’être optimales. Mais il est fort probable qu’elles aient été proches des conditions habituelles en novembre ou décembre au sein d’un atelier comme celui de Logardan, où des pièces aux argiles non réfractaires et carbonatées étaient cuites lors de cycles serrés, impliquant des montées thermiques rapides et des refroidissements courts, dans des fours soumis à de forts stress thermiques et gérés par des spécialistes n’ayant aucune connaissance précise de la température.

Le travail du feu et des artisans

Une fois les pièces soigneusement disposées dans le laboratoire, le 19 novembre à 10h30, avec une température extérieure de 4°C, la première cuisson a démarré par l’allumage d’un petit feu devant l’alandier pour sécher et chauffer lentement le four. Poussé dans l’alandier une heure plus tard, le feu est resté à petit régime jusqu’à la troisième heure. Les flammes léchaient la sole entre les deux chambres, mais les gaz s’échappant par le haut du four transportaient encore de l’humidité. Après cinq heures de cuisson, grâce à une alimentation plus soutenue, des cendres et des étincelles sortaient par les interstices de la couverture : le flux de gaz était puissant et sec, mais, en raison de l’inertie du four, les parois commençaient à peine à chauffer, et de manière très inégale. En haut du chargement, le rouge sombre commençait à apparaître, indiquant une température de 475 à 650°C (Van Lith 2000, 192). Au bout de six heures de travail, les flammes touchaient le sommet du chargement et, une fois poussées les braises dans le fond de la chambre basse, les vases ont atteint une nuance cerise, à savoir une température de 650 à 750°C. Une heure plus tard, les pots montraient désormais une couleur orange, soit entre 815 et 900°C. À 19h l’alandier a été fermé, laissant le combustible se consommer et le refroidissement s’effectuer progressivement pendant la nuit. Le lendemain à 8h, quand la porte de l’alandier a été ouverte, le four était froid (fig. 4). La faible quantité de cendres résiduelles témoignait d’une combustion très efficace, sans gaspillage de combustible, et sans aucune casse du chargement.

Fig. 4 : Ouverture de la chambre de cuisson et défournement © Projet CRAFT

À 10h30 le 20 novembre, avec une température identique au jour précédent, l’enfournement des pièces pour le deuxième cycle était terminé. La chaleur conservée par le four et son état bien sec ont permis d’accélérer les opérations, de sorte que quatre heures et demie plus tard les parois étaient chaudes, les gaz brûlants, les tessons fermant le sommet étaient couverts de suie noire et la pièce visible à travers un regard en haut du chargement commençait à rougir (autour de 475°C). Pendant l’heure et demie suivante, le feu a été facilement poussé au-delà des 700°C, les pièces montrant des couleurs variées en fonction de leurs positions dans le laboratoire (entre le rouge sombre et le rouge brillant – entre >650°C et <815°C). L’alimentation en combustible a donc été arrêtée et le palier de température maintenu pendant 20 minutes avant que l’alandier soit fermé. Seize heures plus tard, à l’ouverture du four le lendemain matin, la quantité de cendres dans la chambre de chauffe était très réduite et une seule pièce – une grande jarre – était fissurée (fig. 5). Au-delà du poids des vases portant sur ce récipient, une différence de couleur sur sa surface suggérait que sa position excentrée au sein du laboratoire n’avait probablement pas permis une circulation homogène de la chaleur et augmenté le risque de casse. Le reste du chargement était très bien cuit et présentait une couleur identique à celui du premier cycle. En revanche, la largeur des fissures sur la paroi du four avait doublé pendant la deuxième cuisson (fig. 6), ce qui a provoqué des fuites de chaleur et un élargissement du diamètre de la structure, au point qu’une troisième cuisson n’aurait pas pu être effectuée sans réparation.

Fig. 5 : Fissures et coup de flamme sur l’épaule carénée de la grande jarre percée © Projet CRAFT
Fig. 6 : Fissure de la paroi droite après la deuxième cuisson
© Projet CRAFT
La perception du feu et de son travail

Pendant les deux sessions de cuisson, les choix opérationnels des spécialistes ayant géré les cycles se sont basés sur des critères temporels, acoustiques, tactiles, auditifs et visuels. Le rôle des sens est crucial : le toucher pour vérifier le degré de chaleur et d’humidité du four, l’odeur de la terre pour apprécier la quantité d’eau résiduelle dans les pots, la couleur des pièces pour évaluer leur température, l’ouïe pour reconnaître les craquements des vases ou de la structure. L’action du travail du feu peut donc être contrôlée et jaugée par ses effets sensoriels. Comme le dit Jean-Claude Bouix, potier retraité de Salavas (une commune proche de Jalès) qui nous a rendu visite pendant la deuxième cuisson, « c’est le feu qui travaille : il sait le faire bien, mais contre sa volonté, suivant des indications qui ne sont pas dans sa nature, c’est un allié qui n’est pas soumis, un confrère sans amitié, qu’il faut surveiller ». La perception physique de chaque détail peut être déterminante car les potiers, aujourd’hui comme dans la préhistoire, ne sont pas forcément des spécialistes des propriétés physico-chimiques des argiles. Leur niveau d’habileté technique dépend plutôt de leur capacité à lire sur le plan sensoriel les qualités des matériaux en termes d’interactions physiques. L’ordre, le rythme et la nature des gestes d’un potier sont donc dictés par un bruit, une couleur, une odeur, un délai, une texture.

Dans la mesure où science et artisanat ne relèvent pas de réalités différentes, mais appréhendent différemment la même réalité, entre la connaissance scientifique et étique du chercheur et celle empirique et émique de l’artisan il n’existe qu’une différence de perspective. En prenant en compte les aspects sensoriels du travail, le projet CRAFT et les cuissons de Jalès n’ont représenté qu’un petit premier pas pour intégrer dans l’étude de la chaîne opératoire céramique la gamme des perceptions sensorielles structurant les choix techniques par lesquels les potiers adhèrent à des traditions et les perpétuent.

Bibliographie

Baldi J. S. 2014. Ceramic production and management of the fire between late Ubaid and LC1. The potter’s kilns of Tell Feres al-Sharqi, in P. Bieliński et al. (eds.), Proceedings of the 8th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, University of Warsaw, Vol. III. Wiesbaden: Harrassowitz, 187-200.

Baldi J. S., Naccaro H., Briday, F. 2017. Logardan Trench D. Architecture and Stratigraphy, in R. Vallet (ed.),“Report on the third season of excavations at Girdi Qala and Logardan”.

Desbat A., Batigne-Vallet C., Bertrand, E. et al. 2000. L’atelier de potiers antique de la rue du Chapeau Rouge à Vaise (Lyon 9e), Lyon, Service archéologique municipal de la Ville de Lyon.

Picon, M., El Hraiki, R. 2003.Cuissons et structures de cuisson des céramiques au Maroc ; entre ethnographie et archéologie, inActas das 3as Jornadas de Ceramica Medieval e Pos-Medieval: metodos e resultados para o seu estudo, Tondela. Camara municipal, Tondela, 355-369.

Van Lith J.-P. 2000. La céramique : Dictionnaire encyclopédique. Les éditions de l’Amateur, Paris.

Les auteurs

Claire Padovani est doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, archéologue spécialiste des fours et des espaces de production céramique. Elle est rattachée à l’UMR 7041 Archéologie et Sciences de l’Antiquité (équipe Vepmo), Paris.

Johnny Samuele Baldi est archéologue, chargé de recherche au CNRS, spécialiste des techniques céramiques et de la phase proto-urbaine au Proche-Orient. Il est membre de l’UMR5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.   

Melania Zingarello est post-doctorante à la Sapienza, Université de Rome. Elle est archéologue et spécialiste des céramiques mésopotamiennes du 3e millénaire av. n. è.

Pour citer ce billet : Claire Padovani, Johnny Samuele Baldi et Melania Zingarello. La perception du feu et de son travail : un compte rendu sensoriel de cuissons expérimentales de poteries à Jalès, ArchéOrient - Le Blog, 20 janvier 2023, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/21555

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search