L’art de la guerre au Proche-Orient ancien

2ème Rencontre d’Histoire militaire du Proche-Orient ancien

17 et 18 octobre 2013, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 7 Rue Raulin 69007, Lyon. http://www.mom.fr/2e-Rencontre-d-histoire-militaire.html

Sennacherib (704-681 BC), WA 124789 © Trustees of the British Museum

Sennacherib (704-681 BC), WA 124789 © Trustees of the British Museum

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du programme “Armées et art militaire au Proche-Orient ancien” de l’UMR 5133-Archéorient. Cet axe de recherche a donné lieu en 2006 à un premier colloque (Abrahami et Battini 2008) et en 2012 à une table ronde internationale sur L’iconographie de la guerre au Proche-Orient ancien, organisée par L. Battini (CNRS-UMR 5133) (https://f.hypotheses.org/759). Cette manifestation a réuni quinze participants, archéologues du Proche-Orient ancien et historiens des textes cunéiformes ainsi qu’une spécialiste de l’histoire militaire de l’empire romain. Les problématiques abordées ont concerné la constitution des armées (procédures de recrutement et de mobilisation), les modalités tactiques et stratégiques de l’engagement, le renseignement, l’armement, les fortifications et leur construction d’après les textes savants ainsi que les rituels liés à la conduite de la guerre.

Dans sa communication, “Strife in Early Bronze Syria. Military and political conflict according to the Ebla diplomatic texts”, M. Bonechi (CNR ISMA, Rome) s’est intéressé au vocabulaire militaire dans les textes diplomatiques (environ 70 lettres et traités) d’Ebla en Syrie du Nord, au 24ème siècle av. J.-C. Divers termes éblaïtes ont été ainsi présentés, comme par exemple : “armée” (maṣbi’itum = eren2-KI.GAR), “troupe d’appui” (*quwwuyum), “troupe de réserve” (*tiʽniytum). Le terme pour désigner les “troupes d’élite” (baḥirātum = zag-us2 équivalent à l’akkadien bērum) a fait l’objet d’une attention particulière. Le relevé des occurrences a permis de replacer certains des évènements militaires qui lui sont associés dans un cadre chronologique précis : 16 des lettres dans lesquelles il apparaît concernent des opérations militaires à l’est et au nord d’Ebla ; ces dernières ont probablement été rédigées peu avant la chute du royaume. Les données sur les effectifs ont été également collectées dans les textes diplomatiques : l’un de ces documents mentionne 10000 hommes pour l’ensemble de l’armée, un autre texte fait état d’un effectif de 2000 soldats d’élite.

Bronzes de Balawat © Trustees of the British Museum

Bronzes de Balawat © Trustees of the British Museum

En introduction à sa communication, “Nouvelles données sur l’armée des rois d’Ur d’après les archives néo-sumériennes de Garšana et d’Irisagrig”, B. Lafont (CNRS UMR 7041 ArScAN) a fait le point sur nos connaissances des institutions militaires pour l’époque considérée (ca. 2100-2000 av. J.-C.) à partir de la récente synthèse qu’il avait réalisée (Lafont 2008, Lafont 2009). Celle-ci est désormais complétée par des informations inédites contenues dans deux gros lots d’archives tout récemment publiés provenant de deux localités : Garšana dans la région d’Umma (environ 1500 tablettes) et Iri-sagrig dans la région de Nippur (1200 tablettes). D’après les décomptes de dépenses alimentaires en provenance de Girsu, on sait que Garšana hébergeait une importante garnison royale d’environ 1500 soldats. Paradoxalement, l’archive de Garšana ne documente pas le fonctionnement de cette garnison mais la gestion du domaine privé appartenant au général Šu-kabta qui la commandait. Iri-sagrig était déjà connue comme chef-lieu provincial, siège d’un gouverneur. La documentation locale comporte de très nombreux textes consignant les provisions qui sont octroyées aux soldats professionnels (aga-us2) lorsqu’ils partent en mission. On peut ainsi se faire une idée très précise de leurs différentes affectations (garde, opérations de police et de sécurisation des déplacements, expéditions militaires et corvées civiles diverses).

La communication de P. Clancier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAN) “Le Sûhu dans la guerre : l’adaptation des techniques militaires à une région à la fois de passage et frontière” s’est intéressée à cette région du Moyen Euphrate qui s’étend entre les villes de Hindânu et Rapîqu, sur la période allant du début du 9ème jusqu’à la fin du 7ème s. av. J.-C. Son rôle stratégique majeur, de par sa situation géographique, a été largement souligné : d’une part, elle a servi de zone tampon entre l’Assyrie et la Babylonie qui s’en disputaient âprement le contrôle ;  d’autre part, sa position au débouché de grands axes routiers est-ouest/nord-sud en a fait l’un des secteurs privilégiés du passage de populations en mouvement (Araméens, Arabes) ou encore de caravanes commerciales. Les sources dont dispose l’historien sont assez limitées en types et en quantité : essentiellement les inscriptions des rois assyriens et celles des petits rois locaux qui portaient le titre de “préposé” (šaknu), réminiscence des épisodes de domination assyrienne au cours des 13ème et 12ème siècles av. J.-C. L’étude de l’activité militaire déployée par ces souverains reste néanmoins possible. La seconde partie de cette communication a été consacrée à cette question avec une présentation des forces suhéennes, composées de « la troupe du palais » associée à des chars et des cavaliers de la steppe qui jouait le rôle d’une force de gendarmerie en prenant appui sur un réseau de fortins et de forteresses implantés aux abords des points d’eau, le long des pistes. Par la levée, ses troupes pouvaient compter jusqu’à 3000 hommes que l’on voit engagés le plus souvent dans des interventions contre des groupes araméens.

Stèle de Mardin attribuée à Samsi-Addu 1er 1813-1781 AO 2776 © RMN / Jérôme Galland

Stèle de Mardin attribuée à Samsi-Addu 1er 1813-1781 AO 2776 © RMN / Jérôme Galland

Dans sa contribution “Quelques considérations sur l’aspect militaire de la dynastie néo-babylonienne”, R. Da Riva (Universitat de Barcelona) a souligné que les souverains de cette dynastie (626–539 av. J.-C.) n’ont jamais cessé de conduire des entreprises militaires afin d’étendre et de consolider l’empire. Les informations à ce sujet proviennent pour l’essentiel de deux sources documentaires. D’une part, les textes économiques et administratifs qui montrent l’organisation des troupes au service des grands temples de la Babylonie et leur mise à disposition lors des campagnes militaires. D’autre part, les chroniques qui mentionnent les expéditions menées sous le commandement du roi ou du prince héritier, à partir desquelles il est possible d’établir la trame événementielle de l’histoire de l’empire. Par contre, à quelques exceptions près, les inscriptions royales sont muettes sur la question de la guerre : l’image d’un roi pacifique, berger de son peuple, qui restaure les sanctuaires et révère les dieux, y est privilégiée. Cependant, comme le fait remarquer R. Da Riva, la mise en place de reliefs de victoire au Liban (Brisa, Wadi-es-Sabaʽ, Shir es-Sanam, Nahr el-Kalb, pour Nabuchodonosor II) et en Jordanie (es-Sila, pour Nabonide) inscrit solidement le souverain dans sa fonction guerrière, même si on n’y trouve pas de récits militaires (à l’exception toutefois du relief de Brisa).  On assiste donc à un paradoxe puisque la guerre et son corollaire, l’exploitation systématique des territoires soumis par le prélèvement des tributs, ont généré la prospérité de la Babylonie. Celle-ci se manifeste notamment par l’augmentation considérable des flux de métaux précieux, comme en témoignent les offrandes exceptionnelles faites aux temples (3 tonnes d’argent et 160 kg d’or dans une inscription de Nabonide) et l’utilisation de plus en plus généralisée de l’argent comme moyen de paiement.

La communication de P. Abrahami (Université Lyon 2, UMR 5133 Archéorient) sur “La guerre dans les textes divinatoires de la Mésopotamie” a pris en compte d’une part les collections de questions (tamītu) posées aux divinités (Šamaš/Šamaš et Adad) dans le cadre des consultations oraculaires et d’autre part les recueils de présages (principalement à caractère hépastocopique) et les prédictions qui leur sont associées. Les données sur la guerre et les armées sont abondamment représentées dans ces textes. L’intérêt de les étudier tient à la façon dont ils sont rédigés. Les questions procèdent par énumération systématique : on peut ainsi disposer d’un catalogue complet des procédés du siège ou bien d’une vue d’ensemble des composantes de l’armée babylonienne à l’époque de Hammurabi. Par leur style condensé, les prédictions livrent des descriptions réduites à leur principe “théorique” : sur la question des modalités du combat, par exemple, par comparaison avec les récits des inscriptions royales, l’interprétation en est facilitée. Il est vrai cependant que les prédictions pèchent parfois par hyper-simplification, comme en témoignent les fréquents diagnostics : victoire /défaite de l’armée ; prises de butin qui font figure de situation type et n’apportent aucune information intéressante. Dans le cadre de cette communication, deux sujets ont été présentés : la tactique et les forces alliées (tillatum). Sur le premier point, les prédictions oraculaires évoquent le déploiement de l’armée en ordre de marche et dans le cadre de batailles rangées. La position des différentes parties de l’armée est décrite par des termes faisant appel aux parties du corps telles que nombril (abunnatu), queue (zibbatu), aile (kappu), išdu (fondement). Les oracles qui concernent l’armée alliée trahissent des préoccupations diverses. Très souvent, il est question de l’état de leur mobilisation et de la crainte des désertions. Un risque très fréquemment évoqué concerne le fait que ces troupes se retournent contre le pays d’accueil et se livrent à des pillages. Il est très intéressant de constater que ces prédictions correspondent à des situations bien réelles. Ainsi dans la lettre ARM 14 69, le roi de Mari est averti qu’il convient de ravitailler le tillatum correctement, de peur qu’il ne s’empare des moissons du pays. Le risque de coup d’État mené contre le pays hôte est d’autre part évoqué à plusieurs reprises dans les traités de Tell-Leilan.

La communication de P. Villard (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II, UMR 5133 Archéorient), “Quelques aspects du renseignement militaire dans l’empire néo-assyrien”, a permis de faire le point sur la collecte et la transmission des informations présentant un intérêt militaire. La rapidité opérationnelle des forces assyriennes s’explique en grande partie grâce au renseignement. Cela peut paraître paradoxal dans la mesure où il convient de constater l’absence d’un service autonome de type “2ème Bureau”. Les dayyālu ont peut-être été chargés de missions de renseignement mais, le plus souvent, ils servent d’éclaireurs. Les régions frontalières constituent des zones privilégiées de la collecte : les qēpu qui ont en charge ces territoires en coordonnent l’organisation et transmettent les informations à l’autorité centrale. L’exemple d’Aššur-reṣua qui se trouve à Kumme a été évoqué : il écrit une vingtaine de lettres qui contiennent des informations stratégiques sur les activités des Urartéens. Parallèlement au courrier, un système de signaux lumineux (gipāru) permet également une circulation rapide de l’information. Les moyens d’obtenir des renseignements sont variés : recherche de déserteurs (maqtū) et d’informateurs (hommes de “langues”) ;  interception d’agents étrangers ; recrutement de notables étrangers à qui on confie des missions d’espionnage. A partir des forteresses implantées aux marches de l’empire sont menées des opérations d’infiltration pour jauger les forces de l’adversaire et localiser son camp. Des opérations de désinformation et de déstabilisation ont aussi été mises en évidence : elles sont à l’origine de la prise de Muṣaṣir, la capitale de l’Urartu, lors de la 8ème campagne de Sargon II en 814 av. J.-C et du repli du roi élamite Teuman lors de la bataille de Till-Tuba (655 av. J.-C.). Enfin, ont été également présentés quelques exemples où le renseignement sert à la protection de l’appareil d’état, notamment le cas de l’haruspice babylonien Kudurru qui écrit au roi pour l’informer qu’un officier l’avait consulté pour savoir si le chef des eunuques prendrait le pouvoir (en 671 av. J.-C.).

Deux communications ont concerné plus particulièrement la question de la mobilisation et de la conscription. J. Vidal (chercheur Ramón y Cajal, Universitat Autònoma de Barcelona), avec une contribution intitulée “New evidence on the hrd-militia in Ugarit”, s’est intéressé à l’institution du hrd, terme qui semble bien faire référence aux contingents issus de la levée dans les villages et non à un corps d’armée. C’est en tout cas ce sens qui est suggéré par les rôles militaires d’Ougarit. Ceux-ci se présentent de la façon suivante : un intitulé “liste du hrd” (spr hrd) suivi du nom des villages et du nombre d’hommes qui “ont été envoyés”. L’analyse de cette documentation a permis de se représenter la répartition des contributions entre les différents territoires du royaume et l’envergure des effectifs levés. Les contributions les plus conséquentes proviennent de la région de la capitale et de la plaine de Gabla, ce qui est une indication probable du fait que les villages de l’arrière-pays d’Ougarit étaient moins peuplés. La levée la plus importante est enregistrée dans le rôle KTU 4.777 : elle concerne environ 1000 hommes. Il s’agit sans doute d’un évènement exceptionnel car on peut estimer de 2000 à 3000 hommes l’effectif potentiel de la levée globale du hrd et à 4000 hommes la taille maximale de l’armée d’Ougarit, en y incluant le hrd, les habitants d’Ougarit et les militaires professionnels. La dernière partie de la communication a traité des documents montrant l’implication de la milice-hrd dans les opérations militaires, notamment en tant que troupes auxiliaires de l’armée hittite.

Stèle des vautours ca.2470, Girsu (Tello), AO 50 ; AO 2346, © 1995 RMN / Hervé Lewandowski

Stèle des vautours ca.2470, Girsu (Tello), AO 50 ; AO 2346, © 1995 RMN / Hervé Lewandowski

La seconde communication dédiée à la mobilisation a été proposée par B. Gombert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAN) : “La mobilisation en Babylonie du 6ème au 5ème s. av. n. è.”. Le principe du prélèvement qui fonde la mobilisation est affirmé de façon plus nette encore durant ce “long 6ème siècle”. Ainsi, l’expression “soldat du roi” (sab šarri) renvoie aussi à la taxe finançant l’équipement de l’armée (rikis qabli) et le terme de “décurie” (ešertu) à l’unité fiscale composée de dix chefs de famille soumis à l’accomplissement du service militaire ou à son financement (ilku). Sur la question de la provenance des hommes, l’exposé a présenté les quatre composantes principales : les dépendants des temples (širku) ; les ménages privés urbains ; les populations tribales (Puqūdu, Bīt-Dakkuri et Bīt-Amukāni) et les individus détenant une terre allouée par la couronne grevée d’un service militaire dont la nature est explicitée par la dénomination de la tenure : domaine d’arc/de char/de cheval. Le recours au service compensé par une somme d’argent servant à l’engagement d’un substitut est une procédure assez courante et effective également dans le cas des tenures militaires. Le processus de la mobilisation a également été présenté : le dēku “recruteur” joue un rôle central dans la diffusion de l’ordre de mobilisation. On dispose aussi d’une documentation relative aux demandes d’effectif émanant du roi et adressées au chef de l’administration des temples. Le cas de CT 22 185 a été évoqué. Ce texte documente l’implication d’un officier supérieur, Nabonide, probablement le futur roi de Babylone.

Trois communications ont porté plus particulièrement sur l’armement. Celle de J. Llop (Gerda Henkel Stiftung, Freie Universität Berlin), “The Weaponry of the Middle Assyrian Army according to the Written Sources”, a concerné les armes équipant l’armée assyrienne à partir de la documentation textuelle relative aux règnes des rois Adad-nārārī I  (1295-1264 av. J.-C.), Shalmaneser I (1263-1234 av. J.C.) et Tukultī-Ninurta I (1233-1197 av. J.-C.). Le relevé systématique de la riche documentation royale et administrative de cette période a permis d’établir un panorama très complet des armes en usage et d’exposer les données concernant leur production (nombre d’unités fabriquées, matériaux employés). Les armes défensives sont représentées par le casque (qurpisu), le plus souvent en bronze, et le “bonnet” (kubšu) en feutre dont les textes disent qu’il pesait 75 gr. Les textes mentionnent également l’armure kursimtu, réalisée avec des lamelles de bronze cousues sur un habit en cuir, qui est fabriqué par “le corroyeur de l’armure” (aškāp sariāni). Le cuir constituait probablement le matériau principal du bouclier arittu, comme le laisse entendre la désignation de l’artisan en charge de sa fabrication, aškāp ariāte. Pour le combat rapproché, on utilisait la lance (kutāḫu), le “bâton” (ḫaṭṭu = GIŠ.PA), la masse d’arme (kakku = GIŠ.TUKUL), le couteau (patru = GÍR). La hache haṣṣinu pesant 250 gr ou 500 gr constitue un équipement associé au char. Dans le combat à distance, les frondes et les arcs sont documentés. Ces derniers existent sous une forme composite fabriquée avec une âme en bois kiškanu à laquelle sont collées des tendons et des lamelles de corne de bouquetin. Les flèches sont réalisées avec un fût en bois et des pointes en bronze ou en fer. En définitive, la supériorité des armées assyriennes de cette période s’explique par leur organisation et les concepts tactiques mis en œuvre plutôt que par un avantage technologique car l’armement dont elles disposaient est commun aux armées contemporaines de Babylone et du Mittani.

La communication de F. De Backer (Centre Aloïs Musil pour l’archéologie orientale, Université de Vienne), “Les boucliers néo-assyriens à protomé de lion”, a fait une étude détaillée de cette arme dont la décoration centrale représente la tête protubérante de l’animal, parfois entouré de dards. Seuls un ou deux exemplaires ont été découverts en fouilles, contrairement au monde égéen qui en a fourni de plus nombreuses. Le terme akkadien qui le désignait en propre n’a pas été repéré bien que cette arme soit abondamment représentée dans les bas-reliefs assyriens. Sa manipulation montre qu’elle servait aussi bien de bouclier que de massue. Cet équipement octroyait aux archers légers qui en étaient équipés un bonus offensif en cas d’engagement au corps à corps. Il est certain que la sophistication de cette arme suppose un niveau d’entraînement élevé. Il en existe cependant des modèles de prestige n’ayant pas d’usage militaire, ce que l’on peut déduire de la position décentrée du protomé. L’origine de ce bouclier pourrait être l’Urartu.

Dans sa communication “L’évolution de l’armement offensif au Proche-Orient (IIIe-IIe millénaire) : l’apport des données archéologiques”, G. Gernez (Université de Paris I Panthéon Sorbonne, UMR 7041 ArScAN) a souligné le fait que les données archéologiques permettent une approche de l’armement bien distincte des sources historiques : elles offrent entre autres la possibilité d’une part d’analyser les systèmes évolutifs sur la très longue durée et d’autre part d’observer les influences techniques entre les régions. L’histoire des recherches a été marquée par plusieurs partis-pris qui ont conduit à examiner l’évolution des armes sous un angle purement formel, sans tenir suffisamment compte des critères fonctionnels, qui sont pourtant primordiaux. Le cas de la hache en epsilon, qui donna naissance aux harpés plutôt qu’aux haches fenestrées, comme on a longtemps supposé, est un exemple probant. La découverte des dépôts de Tell Mabtouh Sharqi comportant de nombreuses lances en cuivre a offert l’occasion d’un retour sur l’histoire des lances tripartites au Proche-Orient, depuis leur invention en Anatolie orientale ou en Transcaucasie et leur adoption en pays sumérien, jusqu’à leur transfert au Levant et en Iran, sur plus de 2000 ans d’existence. Enfin, l’analyse des “tombes à armes/tombes de guerriers” a permis de poser de nouvelles questions sur le statut social des individus inhumés avec une ou plusieurs armes. G. Gernez a conclu sa conférence en indiquant que la principale difficulté liée à l’étude de l’armement dans sa forme matérielle réside toujours dans la confrontation avec les données historiques, mais des collaborations pourraient permettre d’observer avec un nouveau regard ces données complémentaires.

L’étude de L. Battini (CNRS UMR 5133 Archéorient), “Les portes urbaines : dynamique militaire et utilitaire”, s’est intéressée à cet élément architectural sur la très longue durée depuis les périodes proto-dynastiques jusqu’au premier millénaire. Deux systèmes architecturaux co-existent: simple passage surmonté de deux tours ou porte en tenaille caractérisée par la présence de pièces. Ces types existent pour les 3ème et 2ème millénaires. Le choix de l’un ou l’autre ne semble pas lié à la géographie ou à la chronologie, il semble que l’on ait plutôt affaire à un choix d’opportunité. Pour le 1er millénaire la tendance est à l’abandon du système des portes passages. Cette communication a traité en détail de la fonction symbolique des portes. Celle-ci se traduit notamment par les “noms programmes” qui leur sont parfois attribués et qui leur confèrent le statut d’objet doté d’une puissance magique. Le nombre des portes est aussi un indicateur de leur valeur symbolique. Celui-ci ne correspond pas toujours aux nécessités militaires ou à la taille de la ville. Dans certains cas, ce nombre trop important a certainement porté préjudice à la défense car la porte provoque une rupture dans la cohésion de l’enceinte et crée ainsi une faiblesse. Ainsi les 18 portes de Ninive servent avant tout à afficher la puissance de la ville mais la rendent très difficile à défendre. La conférence a aussi évoqué la question de l’utilisation civile des portes, qui est bien démontrée par la documentation écrite : on y rend la justice, c’est aussi le lieu de perception des taxes, et des cérémonies religieuses y ont cours. Il a été suggéré que cette activité civile s’est peut-être déroulée à l’intérieur des chambres qui constituaient les portes en tenaille.

 Sennacherib (704-681 BC), WA 124904 © Trustees of the British Museum

Sennacherib (704-681 BC), WA 124904 © Trustees of the British Museum

La communication de C. Proust (CNRS UMR 7219 Sphère), “Les bâtisseurs de remparts étaient-ils aussi des mathématiciens ?”, s’inscrit dans le champ de la guerre de siège. L’optique est cependant tout à fait originale puisqu’il s’agissait de prendre en compte une documentation assez peu étudiée dans laquelle les rampes d’assaut et les ouvrages défensifs sont traités en tant qu’objets mathématiques. Cette conférence a présenté un petit groupe de tablettes d’époque paléo-babylonienne, provenant probablement de la région de Sippar, qui traitent de différents problèmes et de leur résolution, tels que le calcul de la pente de la rampe et l’évaluation du travail nécessaire au creusement des douves et à la construction de murailles. L’analyse de ces textes livre ainsi des indications sur les connaissances mathématiques associées aux travaux de construction de ces différents ouvrages. Les procédures de calcul (kibsu) liées à ces problèmes ont fait l’objet d’une présentation. La question centrale de cette communication concernait le statut de cette documentation : a-t-on affaire à des problèmes réels nécessitant des calculs de la part de ceux qui étaient chargés des constructions ? Ou bien, s’agit-il de situations pratiques connues des érudits qui les ont reconfigurées et s’en sont servi comme source d’inspiration pour répondre à des problèmes mathématiques ? Il est difficile de dire si les gens qui ont rédigé ces textes mathématiques sont les même que ceux qui étaient en charge de la construction des rampes. En revanche, il est certain qu’il existe des contacts entre ces deux milieux et il est bien possible que certains maîtres (ummânu) soient intervenus en tant qu’expert lors de ces travaux.

A. Mouton (CNRS UMR 8167 Orient et Méditerranée) a traité des “Rituels hittites à exécuter avant ou après le combat”. Le corpus étudié a donc été choisi en fonction du lien direct avec le combat, celui-ci étant évoqué à travers les mots-clefs ”campagne militaire” (lahha-), “bataille” (zahhai-), “armée”, “troupe” (KARAŠ ou ERIN2). Les rituels concernant les serments de fidélité des soldats n’ont donc pas été pris en compte (à ce sujet, on pourra se reporter à Beal 1995). Certains rituels sont connus par un texte qui en consigne le déroulement mais parfois notre information se limite à un intitulé enregistré dans une tablette catalogue comme par exemple cette indication dans KUB 30.51(+) iv 7′-8′ : “Quatre tablettes (du rituel) « Si les troupes partent du pays pour combattre et vont se battre dans un pays ennemi »”. Le rituel est ici de nature préventive mais il en existe aussi qui sont exécutés pendant le combat pour renforcer le courage des soldats. Les rituels qui sont pratiqués après le combat interviennent dans différents contextes. CTH 423 est un rituel de consécration de la ville conquise en tant que propriété exclusive du dieu de l’orage. Le rituel pour contrecarrer la défaite est un rituel sanglant : “un homme, un bouc, un chiot et un porcelet” sont découpés par le milieu, chacune des deux parties étant disposée de part et d’autre du fleuve où l’on conduit l’armée pour la purifier par des aspersions d’eau. La célébration de la victoire donne également lieu à des actes rituels qui trouvent leur place dans le cadre de fêtes calendaires comme la “fête de la hâte” (nuntarriyašha-).

C. Wolff (Université d’Avignon et des pays du Vaucluse, UMR 5189 HiSoMA), dans sa communication “Les pratiques romaines de la guerre”, a présenté un tableau de l’armée romaine à l’époque républicaine et impériale, en insistant sur les sujets abordés au cours de la rencontre. Cette armée est au départ celle d’une cité-État, et même si Rome est devenue un empire, son armée a longtemps gardé des caractéristiques liées à son origine : une armée censitaire recrutée parmi les citoyens. C’est d’autre part une armée qui n’a pratiquement pas employé de mercenaires, puisqu’elle pouvait compter sur des alliés (les habitants de l’Italie) puis des auxiliaires (les peuples conquis). La tâche première de cette armée était de conquérir et de garder les conquêtes, et ce n’est que quand elle n’avait rien d’autre à faire qu’elle pouvait assurer la paix intérieure, en menant par exemple des opérations de police. En fait, qu’il s’agisse de l’armée elle-même, du système des frontières ou de la logistique, et même si elle offre des points communs avec d’autres civilisations, la civilisation romaine présente incontestablement des aspects très originaux qui expliquent en grande partie ses réussites : Rome a su conquérir un immense empire, mais surtout elle a su le garder plus longtemps qu’aucune autre civilisation occidentale, et l’armée a été sur ce plan un instrument particulièrement efficace.

La présente rencontre s’est déroulée grâce aux subventions de l’Université Lyon 2 et de la ville de Lyon. Elle a également bénéficié du soutien financier et logistique du laboratoire Archéorient.

La publication des actes du colloque interviendra dans un numéro spécial de la Revue d’études militaires anciennes.

Bibliographie

Abrahami P., Battini L. (éds) 2008, Les armées du Proche-Orient ancien 3ième– 1ier millénaire av.

 Beal R. H. 1995, Hittite Military Rituals, in : M. Meyer et P. Mirecki (éd.), Ancient Magic and Ritual Power, Leiden, 63-76

 Lafont B. 2008, L’armée des rois d’Ur : ce qu’en disent les textes, in : Abrahami et Battini 2008, 23-47.

 Lafont B. 2009, The Army of the kings of Ur : The Textual Evidence, CDLJ 2009/5, 1-25.

L’auteur :
Philippe Abrahami est Maitre de Conférence (HdR) à l’université Lumière- Lyon 2.
Epigraphiste, Civilisations et langues du Proche-Orient ancien (Assyriologie).
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Abrahami P. 2013. L’art de la guerre au Proche-Orient ancien, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 20 décembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2142

4 réponses

  1. de lagausie dit :

    Bonjour, je voudrais acquérir les droits pour la photo de Sennachérib wa124789 pour la couverture d’un livre. Pourriez-vous me donner l’adresse pour le faire?
    Cordialement

  1. 9 février 2014

    […] L’art de la guerre au Proche-Orient ancien | ArchéOrient – Le Blog. […]

  2. 14 février 2014

    […] au Proche-Orient ancien, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 20 décembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2142 Bookmarquez le permalien. « IDENTITÉ NUMÉRIQUE ET VISIBILITÉ DU CHERCHEUR SUR LE WEB […]

  3. 27 mai 2014

    […] au laboratoire Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Lors d'un colloque à la fin de l'année dernière, il a présenté un état de l'art de la question du renseignement militaire chez les Assyriens, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *