Afghanistan, ombres et légendes, une exposition résonnant dans l’actualité diplomatique

Inaugurée le 26 octobre 2022 au Musée national des Arts asiatiques – Guimet, une grande exposition commémorant le centenaire de la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) revient sur un siècle de recherches et de politique culturelle entre la France et l’Afghanistan. Le retour au pouvoir des talibans, avec la prise de Kaboul le 15 août 2021, donne un éclat singulier à cet évènement. Entraînant immédiatement la rupture des relations diplomatiques entre la France et l’Afghanistan, il a interrompu le processus de coopération mis en œuvre entre le musée Guimet et le musée national d’Afghanistan, empêchant dès lors tout prêt d’œuvres de Kaboul.

L’aventure archéologique de la France en Afghanistan demeure tout à la fois intellectuelle, sentimentale et littéraire comme il en existe peu entre deux pays et au cœur même d’un musée. Ces 100 années ont vu des découvertes prestigieuses, l’inauguration au musée Guimet des salles afghanes et d’expositions consacrées aux dernières découvertes archéologiques, la recherche infatigable et longtemps vaine de ce qu’André Malraux appelait le « maillon grec », la découverte inouïe de Begram, la révélation de Bamiyan, une ethnographie inconnue, une palpable émotion à la rencontre des populations, et enfin l’impression forte produite par des paysages parmi les plus somptueux au monde.

C’est dans le contexte d’une modernité orientale « en travail » qu’il faut comprendre le geste fort que représente en 1922, de la part du roi Amanullah, l’appel à la France pour créer la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA). De nouveaux États émergent alors des décombres de l’empire ottoman, les sentiments nationalistes s’éveillent tant au Proche-Orient qu’en Inde – l’Afghanistan n’échappant pas au phénomène, sur un fond de « Great Game » joué tout au long du 19e siècle entre Russes et Britanniques et dans lequel l’Afghanistan fait figure d’ « État-tampon ». Le choix du roi, détaché de la tutelle britannique pesant sur la politique étrangère afghane jusqu’à l’issue de la 3e guerre anglo-afghane en 1919, s’explique par le prestige intellectuel dont jouit alors la France, auréolée de l’éclat de ses lycées à l’étranger, au Caire, à Istanbul ou à Beyrouth où se forment tous les aristocrates locaux, et de ses missions archéologiques à l’étranger – notamment dans la Perse voisine. L’aide et l’expertise françaises sont ainsi demandées en matière d’éducation, et donneront naissance au lycée Amaniya pour les garçons puis au lycée Mastourat pour les filles, rebaptisés par la suite respectivement lycée Esteqlal et lycée Malalai. Et le 9 septembre 1922 est signée la Convention concernant la concession du privilège des fouilles archéologiques en Afghanistan, établissant la DAFA. Par l’éducation et l’histoire, il s’agit dans l’esprit d’Amanullah, souverain acquis à l’idée de « Progrès » tel qu’on le conçoit alors en Europe, de consolider progressivement une identité nationale.

La DAFA obtient en 1922 le droit exclusif de prospecter et fouiller sur l’ensemble du territoire afghan. La convention inclut une clause de partage des découvertes : les objets mis au jour seront partagés entre les deux États, enrichissant les collections du musée Guimet à Paris et celles du musée national d’Afghanistan alors en cours de création ; les objets en or, argent, ou uniques par leurs formes resteront toutefois propriété afghane. Cette clause de partage restera en vigueur jusque dans le courant des années 1950 où elle sera progressivement abandonnée d’un commun accord, son abolition officielle n’intervenant qu’en 1982.

Le musée Guimet, par ses collections afghanes issues des travaux de la DAFA, est donc étroitement lié à la politique patrimoniale mise en œuvre en Afghanistan et aux collections du musée national à Kaboul, auxquelles il fait écho. Il est aussi dépositaire des archives photographiques de la DAFA, couvrant toutes les opérations de fouilles et de prospections de 1922 à 1982. L’exposition Afghanistan, une histoire millénaire répondait en 2002 à la destruction des Bouddhas monumentaux de Bamiyan le 15 mars 2001. Afghanistan, trésors retrouvés, à l’hiver 2006-2007, célébrait après la chute du premier régime taliban fin 2001 la redécouverte de certaines collections du musée national à Kaboul, préservées de toute destruction grâce aux efforts des conservateurs afghans. Avec l’exposition en cours, Afghanistan, ombres et légendes, l’angle de vue diffère, s’attachant aux hommes et femmes ayant porté ces recherches archéologiques au fil d’un siècle de travaux de terrain, dévoilant la création progressive de services patrimoniaux afghans, la coopération internationale qui s’est mise en place avec l’arrivée d’autres missions étrangères, les techniques de documentation, les problématiques de préservation des sites et des monuments. L’absence d’œuvres venant du musée de Kaboul, que l’on pourrait a priori juger problématique pour illustrer des fouilles majeures des années 1960-1970 ou des deux dernières décennies, est heureusement compensée par la richesse des fonds photographiques du musée Guimet, complétés par des prêts de tirages pour les vingt dernières années. D’autres œuvres, dotées d’une provenance archéologique, ont été prêtées par le Museo d’arte orientale à Rome et le British Museum, ainsi que des œuvres des départements des Antiquités orientales et des Arts de l’Islam du musée du Louvre, du département des manuscrits et de celui des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France.

Ouvriers à l’ombre du temple aux niches indentées, photographie (1968-1973), Aï Khanoum, ©MNAAG

Après une galerie introductive présentant le contexte jusqu’à la création de la DAFA en 1922, une première section est dévolue aux sites de Bactres/Balkh et d’Aï Khanoum. Les savants européens de ce début du 20e siècle, empreints des sources grecques et latines, sont en effet fascinés par ce « royaume aux mille villes » créé en Bactriane, aux confins du monde hellénistique et aux portes de l’Asie, par les successeurs d’Alexandre le Grand au 3e siècle avant J.-C. Fouiller Bactres est donc incontournable même si Alfred Foucher, premier directeur de la DAFA et arrivé à Kaboul avant tout diplomate français, aurait préféré s’investir dans les environs de la capitale et la région voisine de Kapisa, où les sites « gréco-bouddhiques » semblent si nombreux. Désappointé par ses travaux en 1924-1925 sur la citadelle de Bactres, il ironise sur le « mirage bactrien ». La DAFA, sous la direction de Daniel Schlumberger, y revient en 1947 avec une approche nouvelle, usant de coupes stratigraphiques et de sondages, mais les niveaux espérés lui échappent encore. Avec l’exploration d’Aï Khanoum de 1964 à 1978, une ville hellénistique est enfin mise au jour ; elle associe des monuments et décors emblématiques du monde grec à un héritage architectural local construit de briques crues. À Bactres/Balkh, ce n’est que lors des fouilles de 2004-2008 qu’une occupation hellénistique est enfin reconnue avec la mise au jour de blocs, fûts de colonnes et chapiteaux, quoique trouvés en contexte de remploi.

Bouddha de Shravasti, schiste, 3e-4e siècle, Païtava, MG17478 ©MNAAG, Paris, Dist. RMN-Grand Palais, Thierry Ollivier

Dans une deuxième partie se succèdent les sites aux noms prestigieux de Hadda, Shotorak, Bamiyan, Fundukistan et Begram, fouillés entre 1923 et 1941 par la DAFA sous la direction officielle d’Alfred Foucher, mais dirigée de facto par Joseph Hackin de 1925 à 1940, puis Roman Ghirshman de 1940 à 1942. Les œuvres – sculptures de schiste, d’argile et de stuc, peintures murales, ivoires, bronzes ou verres – témoignent de la vivacité de la production artistique et des échanges tant humains qu’intellectuels au cours d’un 1er millénaire marqué par l’essor du bouddhisme en Afghanistan. Les résultats des missions archéologiques françaises sont salués par la presse et les expositions organisées à Paris en 1925, 1929, 1938, au fil de l’arrivée en France des œuvres issues du partage des découvertes, sont une des fiertés du musée Guimet d’alors. Œuvres, tirages photographiques, contextualisant leur découverte ou illustrant les fouilles menées, et copies – tant celles faites en 1923 puis dans les années 1930 des peintures ornant les niches des bouddhas monumentaux ou des grottes de Bamiyan que les moulages réalisés en 1934 de bas-reliefs sculptés en schistes attribués au musée de Kaboul – se font écho. Il en était en réalité de même dans le musée Guimet des années 1920 et 1930, par le rapprochement purement iconographique entre école de modelage de Hadda et sculpture gothique française, ou par l’exposition de photographies des « paysages archéologiques » du Séistan afghan aux côtés d’ivoires de Begram des premiers siècles de notre ère et de sculptures de terre crue de Fondukistan datées de la fin du 7e siècle. La Seconde Guerre mondiale, avec l’engagement en faveur de la France Libre du Général de Gaulle des membres de la DAFA, Joseph et Ria Hackin et l’architecte Jean Carl, puis Roman Ghirshman, marque un bref arrêt des travaux de terrain. Leur succède en 1945 Daniel Schlumberger, lui aussi engagé pour la France Libre.

La troisième partie de l’exposition, couvrant la période allant de 1945 à 1982, souligne l’adaptation des recherches françaises aux demandes afghanes désormais plus précises : former davantage de professionnels afghans afin de se doter de structures patrimoniales nationales – dont un service archéologique qui sera créé en 1966 et relancera aussitôt des recherches à Hadda ; élargir les champs de la recherche en englobant les périodes anciennes et l’histoire islamique ; préserver le patrimoine architectural et archéologique. La DAFA, conduite par Daniel Schlumberger, entame ainsi des fouilles pluri-annuelles à Lashkari Bazar (1949-1951), répond par les fouilles de Surkh Kotal (1952-1963) et d’Aï Khanoum (1965-1978) à des découvertes fortuites et lance des prospections d’envergure dans l’Hindou Kouch, en Bactriane orientale et dans le Haut-Tokharistan. Elle soutient les travaux menés par Jean-Marie et Geneviève Casal sur le site de l’âge du bronze de Mundigak (1951-1958). Elle s’ouvre également à des coopérations internationales, accueille des thématiques de recherche nouvelles telles que la linguistique, l’ethnographie, la botanique ou la géologie et s’investit au musée de Kaboul par la création d’un tessonnier de référence.

Dans les années 1950 se dessine l’arrivée d’autres missions archéologiques étrangères, réparties sur le territoire et travaillant sur des périodes variées, du Paléolithique aux Timourides : américaines dès 1950 puis à partir de 1968 dans le Séistan ; allemande dans cette même région de 1968 à 1973 ; britannique à Kandahar en 1974 ; japonaises à partir de 1959 dans les régions de Bamiyan, Jalalabad, Kunduz et Kaboul. De 1969 à 1979, la mission afghano-soviétique fouille en Bactriane divers sites des âges du bronze et du fer ou de la période kouchane. La mission archéologique italienne en Afghanistan, créée en 1957, se voit confier Ghazni. Un ensemble de marbres et de briques sculptés provenant du palais royal ghaznévide, cédé par l’Afghanistan à l’Italie en 1966 et prêté au musée Guimet à l’occasion de l’exposition, permet d’illustrer une partie des travaux italiens en Afghanistan, en écho aux photographies de la mission les contextualisant sur le site. L’ouverture internationale est d’autant plus désirée par les autorités afghanes que la préservation des sites et monuments, appuyée par l’Unesco dès les années 1960, est indispensable au développement touristique. Des monuments sont redécouverts et étudiés, tels le minaret de Jam en 1957 et la mosquée Noh Gonbad en 1967. L’engagement des missions étrangères à restaurer les monuments est d’ailleurs inséré dans les divers accords archéologiques signés, donnant lieu à des restaurations. Enfin, les prospections, plus systématiques dans les années 1960-1970, nourrissent progressivement le projet, évoqué dès Alfred Foucher dans les années 1920, d’une carte archéologique de l’Afghanistan, aboutissant au premier Catalogue des sites d’Afghanistan en 1982, de Warwick Ball et Jean-Claude Gardin.

Panneau sculpté, marbre, fin 11e-12e siècle, Ghazni ©Paolo Ferroni 2018, courtesy of the Museo delle Civiltà Rome

L’exposition consacre la section suivante aux vingt ans de conflits traversés par l’Afghanistan, de 1979 à 2001, illustrés par des photographies de Steve Mc Curry, de Pascal Convert ou par des clichés plus documentaires pris lors de missions effectuées au musée de Kaboul en 1995 et fin 2001. La dégradation de la situation politique à partir de 1978 et l’intervention soviétique en 1979 restreignent rapidement les déplacements des archéologues et conduisent au départ des missions étrangères. Le 15 septembre 1982, l’Afghanistan demande que la DAFA cesse provisoirement ses activités jusqu’à ce que les circonstances soient favorables à une reprise des travaux. Le retrait soviétique en 1989 laisse place à une guerre civile entre factions rivales, avant que les talibans n’imposent leur loi de 1996 à la fin 2001. Si l’Institut afghan d’archéologie parvient un temps à fouiller à Kaboul, le patrimoine subit de plein fouet vingt années de guerre : site de Hadda détruit en 1982, pillages de sites archéologiques à travers le pays, pillages et incendie du musée national d’Afghanistan en 1993-1994 ; sous les talibans ensuite, plus de 2500 statues sont systématiquement détruites. Le directeur du musée, Omar Khan Massoudy, et son équipe réussissent toutefois à préserver certains objets, les ayant cachés dès 1988 puis en 1996 en différents lieux de Kaboul. La menace des talibans de détruire les bouddhas de Bamiyan est mise à exécution le 11 mars 2001 ; les images sont filmées et diffusées pour leur propagande. Six mois plus tard a lieu l’attentat du World Trade Center à New York, entraînant l’intervention des troupes de l’OTAN et le renversement des Talibans dès la fin de l’année.

La dernière section de l’exposition relate l’éclaircie – relative au vu de la situation actuelle – que connaît l’Afghanistan de 2002 à 2021. La coopération internationale renaît et le patrimoine est un des axes forts de la diplomatie occidentale. Le musée national d’Afghanistan rouvre ses portes en 2004 après rénovation, les restaurations d’œuvres se succèdent et les inventaires sont repris. La DAFA, dès 2003, fouille divers sites, dont Bactres. D’autres missions – italienne à Ghazni, allemande à Hérat – reprennent leurs travaux, en coopération avec l’Institut afghan d’archéologie, investi lui-même depuis 2009 à Mes Aynak. Dans un pays en phase de « réconciliation nationale », l’archéologie doit néanmoins faire face à des enjeux nouveaux : assurer un rôle de conseil auprès des autorités ; préserver un site tout en exploitant le sous-sol ; reconstruire les bouddhas de Bamiyan ou garder mémoire, par le vide, de leur destruction. Dans la lignée des années 1960-1970, de nombreux monuments sont restaurés à Kaboul, Hérat ou Balkh, et des sites fouillés sont aménagés pour de futures visites, tel le sanctuaire bouddhique de Tepe Narenj à Kaboul. Cette politique en faveur du patrimoine bâti, dont l’Aga Khan Trust for Culture est un acteur majeur, bénéficie depuis 2017 du soutien de la fondation ALIPH, œuvrant à la préservation du patrimoine matériel comme immatériel. La prise de pouvoir des talibans sur l’ensemble de l’Afghanistan le 15 août 2021 a toutefois marqué l’arrêt de plusieurs projets, tels la dépose et le transfert vers le musée national à Kaboul des sculptures monumentales de terre crue polychromes du site bouddhique de Mes Aynak, qu’illustre une vidéo de la société Iconem, réalisée pour l’exposition à partir de modèles 3D du site.

Mis au ban de la communauté internationale, l’Afghanistan est depuis un an en proie à une grave crise économique et humanitaire. Les tentatives des Talibans d’adoucir leur image aux yeux des puissances étrangères, leurs promesses d’une éducation pour toutes se révèlent aujourd’hui trompeuses et la liberté des femmes est bafouée. Leurs déclarations récentes sur une nécessaire protection du patrimoine peuvent inspirer la même méfiance, bien qu’aucune destruction volontaire n’ait encore été rapportée, et bon nombre d’acteurs patrimoniaux et d’ambassades occidentales restent dans l’expectative.

L’auteur

Nicolas Engel est Conservateur en chef en charge des collections Afghanistan et Pakistan au Musée national des arts asiatiques – Guimet et co-commissaire de l’exposition Afghanistan, ombres et légendes, ouverte jusqu’au 6 février 2023. L’exposition bénéficie du soutien financier de la Fondation ALIPH et de la DAFA.



Citer ce billet
Nicolas Engel (2022, 9 décembre). Afghanistan, ombres et légendes, une exposition résonnant dans l’actualité diplomatique. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2k

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 janvier 2023

    […] Bouddha de Shravasti, schiste, 3e-4e siècle, Païtava, MG17478 ©MNAAG, Paris, Dist. RMN-Grand Palais, Thierry Ollivier (source de l’illustration) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search