A propos de l’étude des émotions en Assyriologie

Ce billet est une note de lecture sur l’ouvrage édité par Karen Sonik et Ulrike Steinert (Sonik, K. et Steinert, U. (2023) The Routledge Handbook of Emotions in the Ancient Near East. London/New York, Routledge). Cet ouvrage regroupe plusieurs contributions portant sur l’étude des émotions. Il constitue un apport important à un domaine de recherche relativement récent en assyriologie, devenu ces dernières années un champ d’étude très fécond.

Ce thème avait en effet déjà été abordé dans deux ouvrages : Hsu, S.-W. et Llop Raduà (2020) The Expression of Emotions in Ancient Egypt and Mesopotamia. Leiden/Boston, Brill, et Kipfer, S. (2017) Visualizing Emotions in the Ancient Near East. Fribourg, Academic Press Fribourg. Certains auteurs ont d’ailleurs publié dans ces trois ouvrages, mais ce qui distingue celui qui vient de paraître est qu’il est complètement dédié à la Mésopotamie, l’Anatolie et le Levant.

L’étude des émotions est complexe car à la croisée de plusieurs disciplines (anthropologie, psychologie et philologie) ; elle vise à mieux comprendre la façon dont les sociétés anciennes manifestaient par écrit et/ou artistiquement leurs émotions et, de ce fait, appréhendaient leur monde. Aussi, l’étude des émotions nécessite qu’un auteur définisse bien ce qu’il entend par « émotion », puisqu’il s’agit d’un concept culturel et changeant. De ce fait, on repère des différences selon les auteurs dans leur définition et leur manière d’évoquer les émotions. Ces différences reposent sur l’arrière-plan culturel du chercheur. En outre, le terme est apparu à l’époque moderne en France et a été incorporé dans la langue anglaise vers les XVIème et XVIIème siècles. Cela montre, dans une toute première approche, la complexité de parler des émotions exprimées par d’autres cultures, et plus particulièrement par les cultures anciennes. À cette difficulté, je me permets d’en ajouter une dernière : rechercher, parler et écrire sur les émotions dans une langue étrangère. En effet, étudier les émotions dans une langue qui n’est pas notre langue maternelle exige un effort particulier pour bien transmettre ce que nous avons compris dans une nouvelle langue (notre cerveau étant « modelé » normalement dans une langue, ou deux ou plus si la personne est bilingue ou plurilingue).

Ces nuances et difficultés sont bien exposées dans l’introduction de cet ouvrage, rédigée par Karen Sonik et Ulrike Steinert. L’introduction a pour objectif de présenter au lecteur les études des émotions dans l’Antiquité au Proche-Orient ancien. Elle souligne les discussions toujours d’actualité dans le domaine des émotions : Comment définir le terme « émotion » ? Les émotions sont-elles des concepts culturels d’un côté et bio-psychologiques de l’autre ? Si oui, à quel degré peut-on les considérer comme un produit culturel ou bio-psychologique ? Il n’y a pas de consensus pour la définition du terme, mais il suffit de bien expliquer ce que nous, les auteurs d’une contribution, comprenons par « émotion ». Pour ce qui est de la deuxième question, les chercheurs et chercheuses sont parvenus, plus ou moins, à se mettre d’accord sur le fait que les émotions sont, avant tout, un concept culturel. En effet, plusieurs études anthropologiques et linguistiques montrent des différences dans l’expression des émotions entre différentes cultures et, également, dans la conception du mot « émotion ». En ce qui concerne la troisième question, il n’y a pas non plus de consensus. Il s’agit d’une question qui, aujourd’hui, est au centre des débats : les êtres humains sont des êtres bio-psycho-sociaux, et les chercheurs tendent à utiliser cette même « étiquette » pour parler des émotions. Or, la question se pose actuellement de comment établir la part de chaque facteur. Ainsi, ce chapitre introductif ne sert pas seulement à présenter au lecteur les  études des émotions mais aussi à lui exposer les discussions en cours et les limites de ces études. Il permet également de faire un récapitulatif des travaux antérieurs sur ce sujet en assyriologie, et de ce qui reste à explorer. Il ouvre aussi de nouveaux horizons pour les recherches à venir.

L’ouvrage est ensuite divisé en deux parties : « Theoretical and Thematic Approaches and Methods » et « Corpus-Based Approaches ». Chaque partie est divisée en plusieurs sections, chacune contenant plusieurs contributions. Dans la première partie, chaque section porte sur une thématique différente de l’étude des émotions, tandis que dans la seconde partie, chaque section porte sur un groupe d’émotions différent. Cf: La table des matières

La première contribution est rédigé par Karen Sonik, « The Emotions of Dead Civilizations: ‘Come, Tell Me How You Lived’ ». Elle expose l’histoire des recherches sur les émotions. Elle permet de bien comprendre les débats qui ont eu lieu entre anthropologues et psychologues/psychiatres afin de définir le concept « émotion » ainsi que les différentes émotions et, donc, complète l’introduction.

Ensuite, on trouve l’étude d’Ulrike Steinert « Emotion and the Body: Embodiment, Conceptual Metaphor, and Linguistic Encoding of Emotions in Akkadian ». Ulrike Steinert montre l’importance de la linguistique, qui apparaît comme un outil essentiel pour l’étude des émotions. En effet, les langues et les émotions constituent un binôme difficile à diviser. Les émotions ont un composant somatique et nous avons parfois le besoin de les communiquer, de parler aux autres de ce que nous (res)sentons. De ce fait, nous rencontrons plusieurs mots et expressions servant à exprimer des émotions qui, après analyse, nous permettent de comprendre comment l’émotion en question était appréhendée et somatisée par la société employant le mot étudié, et ainsi repérer un lien entre vocable et corps. Cela permet sans doute une meilleure approche au « cœur » de l’expression de l’émotion au sein de la société qui a créé le mot.

L’étude de Tero Alstola, Heidi Jauhiainen, Saana Svärd, Aleksi Sahala et Krister Lindén, « Digital Approaches to Analyzing and Translating Emotion : What is Love? », se trouve aussi dans la première partie de l’ouvrage. Cette étude menée par les membres de de l’université d’Helsinki   (Equipe Digital Humanities Approaches du Centre of Excellence in Ancient Near Eastern Empires) porte aussi sur la linguistique. Elle présente une nouveauté par rapport aux autres chapitres de la première partie : elle est focalisée sur une seule émotion, l’amour (rā’imum en akkadien), et la méthode employée repose sur les digital humanities. Cette recherche peut être tout à fait mise en rapport avec celle que les auteurs ont publiée dans S.-W. Hsu et J. Llop Raduà (2020), portant sur la peur. Dans les deux études, l’équipe d’Helsinki se sert de deux méthodes technologiques appliquées à différents mots akkadiens exprimant, dans ce cas, « amour », « affect », etc. présents dans le corpus néo-assyrien publié sur le site web Open Richly Annotated Cuneiform Corpus (Oracc). Les deux méthodes utilisées sont le Pointwise Mutual Information (PMI) et l’implémentation du modèle skip-gram utilisant fastText. Ces méthodes leur ont permis de repérer des similarités entre différents mots akkadiens exprimant « amour », « affection », etc. En outre, ils sont parvenus à proposer différents ego networks pour le mot rā’imum, chacun correspondant à un genre de texte distinct. Cette contribution nous permet d’appréhender d’une nouvelle façon comment ces sociétés exprimaient les concepts d’« amour » et d’« affection » et elle sert aussi à repérer toutes les possibilités et avantages d’implémenter les digital humanities dans le domaine de l’étude des émotions. En effet, les graphiques permettent de repérer des détails difficiles à percevoir à l’œil nu.

L’une des nouveautés de cet ouvrage se trouve dans la deuxième section de la première partie, « Defining the Terms ». Cette section est dédiée à la définition générale des termes akkadiens, sumériens, hittites et ougaritiques servant à exprimer des émotions. Ce rassemblement de tous les termes identifiés jusqu’à présent portant sur les émotions dans différentes langues du Proche-Orient ancien facilite le travail pour les recherches à venir.

Dès la troisième section, et jusqu’à la cinquième (« Materialization and Material Remains », « Kings and the State » et « Engaging the Gods »), les contributions portent sur des cas d’étude spécifiques, comme dans la seconde partie “Corpus-Based Approaches” de l’ouvrage. La principale différence entre les dernières sections de la première partie et la seconde partie sont les sujets et les sources d’étude employés. Tandis que la fin de la première partie présente des contributions sur des thématiques diverses, la seconde partie n’est dédiée qu’à l’étude des émotions à partir des corpus textuels, et chaque étude est centrée sur une émotion spécifique. Cette dernière est divisée en plusieurs sections répondant à des groupes d’émotions (« Happiness and Joy », « Fear, Terror, and Awe », « Sadness, Grief, and Depression », etc.). Cette séparation n’est cependant pas aléatoire. Elle répond très probablement au désir de présenter des recherches également intéressantes qui, en raison de la nature de leur étude, portent sur plusieurs émotions et se servent de plusieurs types de sources, comme « Emotions and Musical Performance » par Dahlia Shehata.

Ainsi, et comme on l’a dit plus haut, la seconde partie aborde des sujets très divers touchant aux émotions étudiées exclusivement à partir des sources cunéiformes.  Les sujets portent sur des questions générales, comme « Joy and Happiness in Hittite Texts » par Alice Mouton ou « Grief and Sadness in Ugaritic Texts » par Joseph Lam, ou sur des questions plus spécifiques, comme « Shaming the Enemy in Assyrian Palace Reliefs and Royal Inscriptions » par Davide Nadali.

En définitive, il s’agit d’un ouvrage très complet et bien structuré. Les premiers chapitres permettent de bien comprendre les enjeux autour de l’étude des émotions, tout en exposant l’historiographie de cette thématique de recherche ; les problématiques présentes dans ce domaine ainsi que les limites de ces études sont très bien définies dans les contributions. Les différents termes employés par les cultures du Proche-Orient ancien y sont rassemblés de manière très complète. Cet ouvrage est donc accessible aux personnes qui ne maîtrisent pas le sujet.

L’auteur

Patricia Bou Pérez est chercheur associé à Archéorient (UMR 5133), Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Elle est spécialiste en épigraphie et langue akkadienne et histoire militaire.



Citer ce billet
Patricia Bou Pérez (2022, 25 novembre). A propos de l’étude des émotions en Assyriologie. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2i

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search