Élevage et exploitation du milieu naturel aux marges de la Mésopotamie : la faune de Kunara (Kurdistan, Iraq) au IIIe millénaire av. J.-C.

Introduction

La mission archéologique du Peramagron, déjà présentée sur ce blog, a débuté en 2011 par une prospection pédestre sur le plateau où s’implante la ville actuelle de Souleimaniye. Elle a notamment permis la découverte du tell de Kunara, situé à quelques kilomètres à l’est de la ville moderne. Ce site est fouillé depuis 2012, d’abord sous la direction de Christine Kepinski puis d’Aline Tenu depuis 2015. La fouille a livré plusieurs ensembles de bâtiments, dont certains de grandes dimensions, et une quantité de faune conséquente, permettant une analyse archéozoologique fine. Nous allons présenter ici un aperçu de l’économie animale du site à la fin du IIIe millénaire av. J.-C. (période 4 et 5, 2200-2000 av. J.-C.), les fouilles étant toujours en cours.

Le site de Kunara

Le tell est situé ur les piémonts du Zagros à une altitude d’environ 700 m, sur un plateau bordé, à l’est et à l’ouest, par des chaînes de montagne. Le long du tell, côtés nord et est, coule le Tanjaro rejoint par l’un de ses affluents un peu plus d’un kilomètre plus au sud. Deux secteurs du site sont actuellement étudiés : la ville haute, sur laquelle est établi le chantier A, et la ville basse, fouillée en trois points, à savoir les chantiers B, C et E (fig.1) (Tenu 2021 ; Tenu and Kepinski 2015).

Fig. 1 : Plan général des fouilles du site de Kunara

Le chantier A a permis la mise au jour d’un grand bâtiment à plan elliptique et aux murs particulièrement impressionnants, implanté sur une terrasse artificielle. Le chantier B livre un grand bâtiment à cour centrale mesurant une quarantaine de mètres en façade, autour duquel s’organisent des rues et divers autres bâtiments dont la fouille n’a pas encore été achevée. Le chantier C a mis en évidence la présence de plusieurs bâtiments de tailles diverses. Deux d’entre eux présentent des proportions similaires et sont occupés, en leur centre, par une structure en terre compactée et creusée d’un ensemble de cupules. Ils s’organisent autour d’une place, fermée sur son côté ouest par une pièce abritant deux fours. Ce secteur présente également un réseau complexe de canalisations et un bâtiment excavé dans lequel ont été découvertes des tablettes qui laissent à penser qu’il pourrait s’agir d’un espace de stockage de farines. Le chantier E, situé le plus au nord de la ville basse, est composé d’un grand bâtiment dont les six pièces, de tailles variées, de la façade nord-est ont été fouillées. Un plus petit bâtiment, constitué de deux pièces, lui est accolé directement et semble s’ouvrir sur une cour extérieure. Dans son ensemble, le site semble principalement occupé durant la deuxième moitié du IIIe millénaire av. J.-C. avant d’être en grande partie détruit intentionnellement et incendié. Il livre des ensembles céramiques conséquents (Tenu 2021 : 153-162) mais aussi une faune assez abondante et très diversifiée (tab.1). Nous présentons ici les résultats de l’étude archéozoologique regroupant les données collectées au cours des campagnes de fouilles effectuées entre 2012 et 2019.

Tableau 1 : Représentation des différents taxons et espèces sur le site de Kunara (2200-2000 av. J.-C.)
Les animaux domestiques dans l’économie alimentaire

La très grande majorité de la faune de Kunara est composée de mammifères domestiques, parmi lesquels le bœuf, le porc, le mouton et la chèvre sont les mieux représentés. Ces quatre espèces rassemblent, à elles seules, 91,6% du nombre de restes déterminés (NRd) et constituaient donc, comme sur tous les sites proche-orientaux de l’âge du Bronze, l’essentiel de l’élevage et de la consommation carnée humaine. Les caprinés (moutons et chèvres) sont de loin les animaux les plus abondants, avec un peu plus de 57% du NRd. Les restes déterminés spécifiquement montrent un rapport d’une chèvre pour 1,6 mouton, indiquant par là une exploitation notable des deux espèces et pas seulement du mouton, comme c’est le cas dans d’autres parties de la Mésopotamie (Vila, Chahoud 2019 ; Gaastra et al. 2020). Le porc est la seconde espèce en nombre de restes et pourrait avoir été élevé au plus près du site, soit en son sein même, soit à proximité du Tanjaro. Le bœuf complète le tableau de l’élevage bien que la part de cette espèce dans la consommation soit bien inférieure, en nombre de restes, à celle des caprinés ou du porc. Malgré tout, l’importante masse de viande fournie par les bovins en fait une espèce essentielle pour la consommation humaine.

L’étude des âges d’abattage nous offre une vision, d’une part, des choix alimentaires des occupants de Kunara et, d’autre part, des pratiques d’élevage et des produits secondaires recherchés (fig.2). Ainsi, bien que les données soient très peu abondantes, rendant leur interprétation hasardeuse, les bovins semblent avoir été surtout élevés dans le but de produire du lait. De même, les caprinés semblent surtout élevés pour la production laitière et, dans une moindre mesure, pour la laine. Dans les deux cas, la viande consommée sur le site provient d’individus principalement adultes et mis à mort après avoir fourni d’autres produits. Seuls les porcs sont majoritairement mis à mort au stade juvénile ou, du moins, avant d’avoir atteint un an. Cela indique une viande porcine de bonne qualité issue d’animaux ayant atteint un poids non négligeable. Il ressort des précédentes observations que l’élevage, à Kunara, avait vraisemblablement pour but principal de produire différents produits secondaires avant la mise à mort et la consommation des individus. A cela s’ajoute une recherche de viande en grande quantité, plutôt que d’une viande particulièrement tendre. 

Fig. 2 : Profils d’abattage des bœufs (en rouge), des caprinés (en bleu) et des porcs (en orange) à partir des âges dentaires (en nombre de dents : ND).

Aux espèces domestiques principales viennent s’ajouter le chien, représentant environ 1 % du NRd, attesté non seulement par des éléments issus de tout le squelette mais aussi par des traces de rognage sur des ossements. En outre, sur le chantier B, deux os portent des traces de découpe marquant un probable prélèvement de peau mais aussi de viande, pratique connue en Mésopotamie (Price et al. 2021) mais peu répandue. Les équidés sont essentiellement représentés par l’âne dont les restes appartiennent en majorité aux parties anatomiques de la tête et, dans une moindre mesure, des bas de pattes. Cela est sans doute lié à un traitement spécifique des carcasses de ces animaux, qui ne semblent pas avoir été consommés. Les chantiers A et B livrent également trois restes dont la taille ne laisse aucun doute sur la présence du cheval, à la fin du IIIe millénaire av. J.-C., sur le site. Enfin, le cortège des animaux domestiques est complété par la poule, espèce sud-asiatique qui est attestée en Syrie à partir de 2400 av. J.-C. (Seigle 2018) et qui semble bien présente au Kurdistan (Piatkowska-Malecka 2015) et sur le site de Kunara dès les deux derniers siècles du IIIe millénaire av. J.-C.

L’exploitation de l’environnement

L’observation du spectre de la faune sauvage révèle une réelle diversité (du lion au lièvre en passant par les caprinés et cervidés) et une chasse et une capture effectuées dans des milieux très diversifiés. En effet, chaque espèce privilégiant un environnement particulier, il est possible, en étudiant celles qui ont été retrouvées sur le site, d’analyser les espaces fréquentés par les chasseurs et par les populations humaines de la région en général (fig. 3). La pratique de la chasse peut être vue comme le résultat d’un partage du territoire entre l’espèce humaine et les autres animaux, que ce soit dans un but alimentaire, de protection ou de prestige. Les milieux très différents dont viennent les espèces chassées observées à Kunara nous invitent à penser que les populations humaines étaient présentes sur un territoire particulièrement étendu. Cela n’est guère étonnant si l’on considère les différentes activités économiques pratiquées sur le site et dans ses alentours, parmi lesquelles l’élevage et l’agriculture nécessitent de grands espaces. En nous fondant sur les restes dentaires et osseux mis au jour sur le site, nous avons tenté d’estimer la surface de territoire nécessaire pour les principales espèces domestiques consommées.

Fig. 3 : Milieux privilégiés des espèces sauvages représentées à Kunara.

Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur l’estimation du nombre minimum d’individu des bœufs, des porcs et des caprinés à l’échelle du site, que nous avons combinée avec un indice utilisé dans le cadre de l’élevage contemporain, l’Unité Gros Bétail (UGB). Cette dernière permet de comparer les besoins nutritionnels de toutes les espèces domestiques à celle d’une vache laitière, qui constitue l’individu de référence. Ainsi, l’indice UGB d’une vache laitière est de 1, tandis que celui d’un mouton est de 0,1 et celui d’un verrat adulte de 0,3. Partant de ces indices et d’autres données agronomiques concernant la surface de terre nécessaire pour alimenter un bovin durant une année, nous avons calculé les surfaces nécessaires à l’élevage des individus estimés à partir des restes retrouvés à Kunara. Il en résulte la nécessité de disposer de 55,5 hectares au minimum, soit 111 fois la superficie du site actuellement dégagée (fig. 4), ceci n’étant qu’une estimation basse qui ne prend en compte que les individus consommés sur le site et pas des troupeaux entiers, nécessaires à la survie d’une population conséquente. Néanmoins, si nous prenons en compte le territoire important qui devait être mis en culture pour fournir des produits végétaux, base de l’alimentation, à la population, il est certain que l’élevage devait se développer en des lieux parfois assez éloignés de la ville et très diversifiés.

Fig. 4 : Représentation schématique de l’espace nécessaire pour chacune des espèces principales consommées à Kunara par rapport à l’espace actuellement fouillé.

Cette méthode de calcul est, bien entendu, assez problématique étant donné qu’elle se fonde sur des estimations, réalisées à partir d’animaux abattus sur une période assez longue, mais aussi sur un indice d’élevage actuel basé sur des animaux vivant en Europe, où le climat est autre et dont la topographie et l’espace agricole diffèrent de ceux du Kurdistan.

Conclusion

Du point de vue archéozoologique, le site de Kunara est assez riche et permet d’aborder différentes thématiques dont celle de l’exploitation du milieu au travers de la diversité de la faune sauvage mais aussi des pratiques d’élevage et d’agriculture. De fait, la recherche de produits secondaires tels que la laine ou le lait implique le développement de troupeaux importants dans différentes parties du territoire.

Remerciements

Je tiens à remercier ici Aline Tenu, Christine Kepinski et tous les membres de la mission archéologique du Peramagron pour leur accueil et leur soutien, ainsi que le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères qui rend possible cette mission.

Bibliographie

Gaastra J.S., Greenfield T.L., Greenfield H.J. 2020. Constraint, complexity and consumption: Zooarchaeological meta-analysis shows regional patterns of resilience across the metal ages in the Near East. Quaternary International 545, 45–62.

Piatkowska-Malecka J. 2015. Different types of animal economy at Bakr Awa, Iraq, in the Bronze Age. Bioarchaeology of the Near East 9, 1–19.

Price M., Meier J., Arbuckle B. 2021. Canine Economies of the Ancient Near East and Eastern Mediterranean. Journal of Field Archaeology 46, 81–92.

Seigle M. 2018. De l’Asie à la Méditerranée à pas de poule. Archéorient – Le Blog. URL https://archeorient.hypotheses.org/9236 (accessed 11.9.22).

Tenu A. 2021. Rapport préliminaire sur la septième campagne à Kunara (2019). Studia Mesopotamica 5, 137–245.

Tenu A., Kepinski C. 2015. Nouvelles recherches au Kurdistan Iraquien : la mission archéologique du Peramagron. Archéorient – Le Blog. URL http://archeorient.hypotheses.org/3738 (accessed 11.9.22).

Vila E., Chahoud J. 2019. Sheep husbandry from the sixth to the third millenia BC in the Near East : a launching pad for the Mesopotamian urban revolution ? In Gourichon L., Daujeard C., Brugal J.-P. (Eds.) Hommes et caprinés, de la montagne à la steppe, de la chasse à l’élevage, Editions APDCA, p.137-157.

L’auteur

Michaël Seigle est archéozoologue au sein de la société Evéha (Etudes et Valorisations Archéologiques), et chercheur associé au laboratoire Archéorient (UMR 5133, Lyon).

Pour citer ce billet : Michaël Seigle. Élevage et exploitation du milieu naturel aux marges de la Mésopotamie : la faune de Kunara (Kurdistan, Iraq) au IIIe millénaire av. J.-C., ArchéOrient - Le Blog, 18 novembre 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/20825

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search