Tabqa : un barrage, un lac, des hommes à travers le regard d’Omar Amiralay

En 1968, avec la construction du barrage de Tabqa sur l’Euphrate en Syrie, commence une aventure archéologique exceptionnelle qui va jouer un rôle essentiel dans la compréhension de l’histoire de cette région, toutes périodes confondues (Bourgey 1974). Afin de favoriser la recherche archéologique avant la mise en eau du barrage, la Direction Générale des Antiquités et des Musées va mettre en place des conditions souples de travail, incluant la possibilité pour les missions étrangères de ramener dans leur pays la moitié des collections archéologiques trouvées en fouille (Bahnassi 1978).

L’équipe de Jacques Cauvin fait partie des missions archéologiques engagées dans le projet à travers ce qui deviendra et demeure encore aujourd’hui la mission El Kowm Mureybet (Abbes 2020). L’apport scientifique de ces résultats est considérable pour la compréhension du phénomène de néolithisation de toute la région et le matériel archéologique issu de ces fouilles fait encore l’objet d’analyses, comme l’a encore montré un billet récent (Orange et Abbes 2022). Une partie de l’histoire du laboratoire Archéorient est ainsi liée à la construction du barrage de Tabqa, aux découvertes archéologiques qui en ont découlé, mais aussi à l’aventure humaine qu’elle a représentée, pour les archéologues bien sûr, mais surtout pour les ouvriers et leurs familles qui ont travaillé à leurs côtés et pour qui le bouleversement dans leur vie allait être infiniment plus grand. L’histoire de ces populations, d’autres se sont attachés à en garder la mémoire.

À l’automne 2021, l’écrivain Antoine Wauters publie un ouvrage intitulé « Mahmoud ou la montée des eaux » (Wauters 2021). La sortie de cet ouvrage et l’obtention du prix Inter au printemps 2022 remet un temps au-devant de la scène l’histoire du barrage et du régime politique qui l’a construit. En dédicace, Antoine Wauters évoque un réalisateur dont il a été peu question dans les émissions consacrées au livre. L’auteur écrit : « Mes pensées vont au réalisateur Omar Amiralay dont le cycle de documentaires autour du barrage de Tabqa m’a fortement marqué, nourri et inspiré. Il est décédé à Damas en mars 2011 ».

Omar Amiralay. CC BY-SA 2.0

Je n’avais jusque-là jamais entendu parler de ce réalisateur, mes collègues français du laboratoire non plus. Quant à mes collègues syriens, ils le connaissent bien sûr, et en parlent avec respect et admiration, comme l’homme qui a initié et développé le film documentaire en Syrie, un style de documentaire bien spécifique, n’hésitant pas à intégrer une part de fiction, « pour aller chatouiller l’ambiguïté » comme le disait avec malice Omar Amiralay. Après quelques recherches, je vois que sa carrière de cinéaste s’ouvre et se termine avec Tabqa et que sa vie restera intimement liée à ce barrage et aux populations de la région, comme c’est le cas pour les chercheurs d’Archéorient qui ont travaillé là-bas et qui continuent à étudier les archives de la mission El Kowm.

Après des études inachevées en France et une participation active aux manifestations de mai 1968, Omar Amiralay rentre en Syrie en 1969. Comme beaucoup de Syriens, il est porté par l’espérance du développement de son pays, symbolisé par la construction du barrage de Tabqa. Sans aucune réelle expérience dans le cinéma, il tente un premier essai de documentaire sur le barrage (Boëx 2009). Intitulé « Essai sur le barrage de l’Euphrate », il dure 13 mn et donne l’impression par son format et son montage d’un film de propagande :

Omar Amiralay exprimera dans plusieurs entretiens son regret d’avoir réalisé ce film où, porté par l’enthousiasme général, il n’a traité que superficiellement ce que représente la construction de ce barrage pour l’économie du pays et la transformation de la vie des paysans de la vallée qui perdent leurs maisons et leurs terres. C’est ce qui le pousse en 1973 à retourner voir ces populations déplacées pour témoigner de leurs conditions de vie. Ce nouveau documentaire, intitulé « Vie quotidienne dans un village syrien », présente une enquête approfondie, rythmée par des témoignages mais aussi des images fortes, parfois répétées, silencieuses et d’une force évocatrice considérable. Omar Amiralay développe ici une approche très personnelle du documentaire, que l’on retrouvera dans le reste de son œuvre :

En 2003 Omar Amiralay sort son dernier documentaire « Déluge au pays du Baas » où il revient sur les bords du lac Assad qui occupe dorénavant la vallée en amont du barrage. Le film débute avec des images tirées de son premier documentaire ; encore une fois, il exprime ses regrets sur sa réalisation. Puis apparaît le lac, qui semble fait d’une eau noire et presque visqueuse, avec en arrière-plan une barque écrasée par un ciel lourd de nuages. Voilà la barque de l’homme qui a inspiré le personnage de Mahmoud, dans le roman d’Antoine Wauters. Omar Amiralay filme l’homme en plan très serré, sur la partie de son visage non couverte par son keffieh : un nez, un bout de moustache grisonnante et une paire d’yeux qui regarde bien au-delà de la caméra. Il parle de son village noyé, de sa maison et de toutes les ruines, de toutes les civilisations qui se trouvent dessous. Il évoque son village, le plus ancien construit ici, il parle de l’agriculture et de l’élevage qui sont nés ici, de cette longue histoire qui aboutit ici, dans sa barque. Omar Amiralay filme le village, les chefs de clan, les instituteurs : il les laisse parler et fait confiance à la clairvoyance du spectateur pour comprendre ce qu’est aujourd’hui la vie de ces villageois :

Omar Amiralay meurt le 5 février 2011 à Damas, peu de temps avant que la Syrie ne bascule dans la guerre, dans cette histoire tragique qu’il aurait certainement suivie pour que tous ceux qui sont morts ne tombent pas dans l’oubli.

Même si la sortie de Syrie d’une partie des collections archéologiques s’est faite avec l’accord des autorités, elles pourraient aussi apparaître comme un précieux butin ramené de croisade. Le jeu du hasard – ou du destin – fait que c’est dans les murs d’une ancienne commanderie templière, à Jalès, que les archives archéologiques de la mission El Kowm Mureybet sont aujourd’hui conservées et protégées. Elles ont d’ailleurs fait l’objet d’une réorganisation complète afin de les maintenir accessibles à ceux qui aujourd’hui encore travaillent sur l’histoire de la région de Tabqa, l’histoire de Mahmoud, de sa maison, et de toutes celles avant elle.

Archives archéologiques de la mission El Kowm Mureybet à la commanderie de Jalès. Photo V. Lafont
Entretiens avec Omar Amiralay

Omar Amiralay: “Documentary, history and memory”, enregistré en 2007 : https://vimeo.com/137470700

Conversation avec Omar Amiralay, enregistré en janvier 2011 : https://vimeo.com/161382469

Filmographie d’Omar Amiralay
  • 1970 : Film-essai sur le barrage de l’Euphrate
  • 1974 : La Vie quotidienne dans un village syrien
  • 1977 : Les Poules
  • 1978 : Yémen, À propos d’une révolution
  • 1982 : Le Malheur des uns…
  • 1982 : Un parfum de paradis
  • 1983 : Le Sarcophage de l’amour
  • 1984 : Vidéo sur sable
  • 1985 : L’Ennemi intime
  • 1987 : La Dame de Shibam
  • 1989 : À l’attention de madame le premier ministre Benazir Bhutto
  • 1991 : Le Dernier des pionniers
  • 1992 : Mudarres (Le Maître)
  • 1994 : Ombres et Lumières
  • 1995 : Par un jour de violence ordinaire, mon ami Michel Seurat
  • 1997 : Il y a tant de choses encore à raconter
  • 1997 : Le Plat de sardines
  • 2000 : L’Homme aux semelles d’or
  • 2003 : Déluge au pays du Baas

Bibliographie

Abbes F. 2020. Néolithisation et Néolithique en Syrie : 50 ans de recherches archéologiques de la mission el-Kowm-Mureybet. ArchéOrient – Blog. URL https://archeorient.hypotheses.org/14770 (dernier accès 11. 9. 22).

Bahnassi A. 1978. Le sauvetage des vestiges de la zone de submersion du barrage de Tabqa sur l’Euphrate. Monumentum 17, 57–70.

Boëx C. 2009. Être cinéaste syrien : Expériences et trajectoires de la création sous contrainte, in : Mermier, F., Puig, N. (Eds.), Itinéraires Esthétiques et Scènes Culturelles au Proche-Orient, Contemporain Publications. Presses de l’Ifpo, Beyrouth, pp. 175–201.

Bourgey A. 1974. Le barrage de Tabqa et l’aménagement du bassin de l’Euphrate en Syrie. Géocarrefour 49, 343–354. https://doi.org/10.3406/geoca.1974.1658

Orange M., Abbes F. 2022. Publier le passé englouti : Cheikh Hassan, un village néolithique sous l’Euphrate. ArchéOrient – Blog. URL https://archeorient.hypotheses.org/20487 (dernier accès 11. 9. 22).

Wauters A. 2021. Mahmoud ou la montée des eaux. Verdier, Lagrasse.

L’auteur

Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie. UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Christophe Benech. Tabqa : un barrage, un lac, des hommes à travers le regard d’Omar Amiralay, ArchéOrient - Le Blog, 11 novembre 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/20767

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.