Récits sur les pathologies animales : un retour sur l’APWG

La huitième conférence de l’Animal Pathology Working Group (APWG), issue de l’International Council of Archaezoology (ICAZ), s’est déroulée du 6 au 9 septembre 2022 à Wrocław, capitale de la Basse-Silésie, en Pologne (Fig.1-2). Cette conférence, prévue initialement en mai 2021, a réuni un ensemble de chercheuses et de chercheurs intéressés par la paléopathologie animale, un des vastes domaines de recherche propres à l’archéozoologie.

Fig.1: Illustration de la huitième conférence de l’APWG d’après la charte graphique des organisateurs. © C. Lamarque.

Apparue avec la discipline dans les années 1960 et l’intérêt renouvelé de la science vétérinaire sur ces questions, l’analyse des pathologies animales tend à retracer l’état de santé des populations animales du passé sous les pressions écologique et/ou anthropique (Siegel, 1976 ; Baker et Brothwell, 1980). Cette discipline, par l’exigence des connaissances des traces pathologiques et de l’anatomie musculo-squelettique, a longtemps été considérée comme un champ disciplinaire à part entière (Chaix et Méniel, 1996).

La paléopathologie s’intéresse, en effet, à la diagnose (détermination des lésions caractéristiques) des pathologies et de leur prévalence au sein des populations anciennes. C’est ce point de diagnose qui fait l’objet de réflexions méthodologiques et épistémologiques récurrentes dans l’étude des ossements animaux depuis la création de l’APWG en 1999 (Bartosiewicz et Gál, 2013 : 17).

Fig.2 : Centre-ville de Wrocław, capitale de la Basse-Silésie. © C. Lamarque.

Depuis sa naissance, l’APWG a été le reflet des dynamiques de recherche actuelles sur la paléopathologie animale et cette huitième conférence ne fait évidemment pas exception.

Le comité d’organisation de cette conférence se composait d’Aleksander Chrószcz (Wrocław, Université des Sciences de la Vie et de l’Environnement),  Dominik Poradowski (Wrocław, Université des Sciences de la Vie et de l’Environnement) et Kamilla Pawłowska (Poznań, Université Adam Mickiewicz).

À l’image de son comité, cette conférence tendait à réunir en symbiose l’archéozoologie et la paléopathologie qui, malgré des sujets d’étude dissemblables, se rejoignent dans leurs approches méthodologiques, en particulier par la diagnose différentielle. Le sous-titre de la conférence en témoigne : « Function creates shape, shape creates function. Cases of pathology as a scientific bridge between palaeontology and zooarchaeology ».

À travers les quatre sessions et les conférences d’ouverture, la question de la nomenclature des pathologies, de la description des lésions osseuses associées et surtout de leurs classifications, par-delà les limites taxonomiques, est revenue fréquemment dans les communications. L’APWG est un lieu de discussions et d’échanges autour de cas pathologiques complexes, de propositions de réflexions méthodologiques sur l’étude des traces pathologiques, ou encore l’occasion de présenter des travaux en cours avec des résultats préliminaires sur les pathologies.

Une grande partie des présentations de cette huitième conférence consistait à discuter des cas pathologiques, de la question du diagnostic et de l’état précoce ou avancé des lésions osseuses et leur récurrence ou non dans les assemblages archéologiques. En archéozoologie, certaines pathologies aux périodes historiques, comme les fractures, interrogent toujours l’impact de la relation homme-animal sur l’animal lui-même. D’autre part, la paléontologie tend davantage à questionner les impacts environnementaux sur les espèces animales. La diagnose, « base » de la paléopathologie, constituait ainsi un point méthodologique de convergence entre ces deux disciplines.

Cette question de la diagnose a fait l’objet d’une attention particulière lors de cette conférence puisque la méthode pour y parvenir est relativement peu définie à l’heure actuelle. Il est ressorti, en particulier dans la présentation spéciale de Richard Thomas (University of Leicester), que la description des lésions doit prévaloir avant toute spéculation et/ou recherche comparative dans la littérature afin de proposer une diagnose cohérente. Les hypothèses de diagnose seront, par la suite, soumises à des examens complémentaires, comme la radiographie ou le micro-scanner CT, pour les confirmer ou les infirmer. Cette étape de description paraît trop souvent négligée par les pathologistes.

Enfin, plusieurs communications, dont la nôtre et celle de Linoy Namdar et al., ont porté sur l’apparition et l’évolution des pathologies au cours du temps et leurs impacts sur les populations domestiques. Ces communications s’intéressaient, dans la première, à l’impact de la sélection sur la santé du chien à l’âge du Fer et l’époque romaine en Gaule, puis, dans la seconde, celle de Linoy Namdar (University of Tel-Aviv), à l’impact de la domestication sur la santé animale entre le Néolithique et l’âge du Bronze au Liban. Elles se basaient sur la prévalence des pathologies, une notion-clé de l’épidémiologie moderne qui permet de quantifier les pathologies dans une population domestique et/ou sauvage afin de déterminer si elles sont communes ou rares. Ces approches sur la prévalence se développent de plus en plus dans une perspective diachronique sur des grandes aires géographiques pour retracer l’histoire de la santé animale.

Les actes de cette huitième conférence de l’APWG devraient prochainement faire l’objet d’une publication commune dans une revue internationale à comité de lecture.

Suivre l’actualité de l’APWG 

https://animalpalaeopathologywg.wordpress.com/

https://www.alexandriaarchive.org/icaz/workapwg

Bibliographie

Baker J.R., Brothwell D.R.1980. Animal Diseases in Archaeology, London, Academic Press.

Bartosiewicz L., Gal E. 2013. Shuffling Nags, Lame Ducks. The archaeology of animal disease, Oxford, Oxbow Books.

Chaix L., Meniel P. 1996. Eléments d’archéozoologie, Paris, Errance.

 Siegel J. 1976. Animal palaeopathology: Possibilities and problems, Journal of Archaeological Science 3 (4): 349–384.

L’auteur

Camille Lamarque est doctorante en archéozoologie à l’Université Lyon 2, rattachée à l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Camille Lamarque (2022, 4 novembre). Récits sur les pathologies animales : un retour sur l’APWG. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2f

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search