Publier le passé englouti : Cheikh Hassan, un village néolithique sous l’Euphrate

Le site de Cheikh Hassan est l’un des sites-clé du Levant Nord ayant permis la périodisation et la définition du Néolithique au Proche-Orient. Malgré son importance pour cette période, il n’a jamais fait l’objet d’une publication exhaustive. Grâce au soutien du programme Shelby White and Leon Levy pour les publications archéologiques, nous entreprenons aujourd’hui la publication d’un ouvrage dédié aux niveaux néolithiques fouillés par la Mission Permanente d’El-Kowm Mureybet ([MPK], voir Abbès 2020).

Naissance’ et ‘disparition’ d’un site majeur du Néolithique : du sondage au naufrage

Localisé en Syrie dans la partie nord de la vallée de l’Euphrate (36°05’46.01”N 38°05’48.29”E, Fig. 1), Cheikh Hassan a été découvert par M. van Loon (Université de Chicago), lors de prospections réalisées en 1964. Celui-ci répondait alors à un appel lancé par la Direction Générale des Antiquités de Syrie aux archéologues de la communauté internationale pour l’étude et la sauvegarde d’un maximum de matériel archéologique en amont de la construction du barrage hydro-électrique de Taqba, dont la première pierre a été posée en 1968 (Bahnassi 1978). Plusieurs sites néolithiques de la vallée de l’Euphrate ont ainsi fait l’objet de fouilles de sauvetage, tels que Mureybet (Ibañez ed, 2008), Jerf el Ahmar (Stordeur 2015), ou Tell Selenkahiya (van Loon ed, 2001).

Fig. 1 : Localisation des sites cités dans le texte.

Une décennie plus tard, J. Cauvin mène plusieurs sondages sur le site (en 1974 et 1976). Le mobilier archéologique exhumé montre d’importantes similarités avec le site de Mureybet, situé à seulement 20 km au sud et considéré comme le site de référence pour le Néolithique pré-céramique au Levant nord. Les sondages révèlent entre autres des niveaux d’occupation contemporains des niveaux IIIA et IIIB de Mureybet, correspondant à la fin du PPNA et à la transition vers le PPNB (Évin & Stordeur 2008). Cette période de transition PPNA/PPNB correspond à une phase rare de maturation d’éléments culturels PPNA annonçant la culture PPNB dans la vallée de l’Euphrate (Stordeur & Abbès 2002) et, plus généralement, au Proche-Orient : le PPNB est en effet considéré comme l’apogée des processus de néolithisation, une période durant laquelle culminent les profonds changements de longue durée ayant conduit au développement des économies productives basées sur l’agriculture et l’élevage (Goring-Morris & Belfer-Cohen 2020).

Plusieurs découvertes issues des sondages révèlent quelques-unes de ces mutations à Cheikh Hassan. Des structures architecturales en damier, construites en pisé ou à partir d’armatures de bois comblées par de l’argile, sont mises au jour : situées à l’extérieur des structures d’habitat domestique et de trop faibles dimensions pour constituer des habitations (c. 1m2), elles sont interprétées comme des structures de stockage (Cauvin 1978, Fig. 2). C’est dans le niveau supérieur à ces « silos » qu’une autre structure rectangulaire de dimensions plus larges est découverte : pour J. Cauvin, cette structure représente le « premier témoignage d’un habitat rectangulaire annonçant les grandes maisons à plusieurs pièces de la phase IV de Mureybet et d’Abu Hureyra» (Cauvin 1978 : 44).

Fig. 2 : Structures en damier de Cheikh Hassan (Cauvin 1978 : Figure 11).

Les sondages menés en 1976 révèlent rapidement la nécessité de procéder à la fouille des niveaux plus récents (Uruk, post-Uruk) empêchant le plein accès aux niveaux néolithiques. Le site est alors confié au Pr. Johannes Boese de l’Université de la Sarre. L’équipe syro-allemande qu’il dirige mène ainsi onze campagnes de fouilles entre 1984 et 1997, mettant au jour des niveaux d’occupation s’étalant de la période d’Uruk à l’époque romaine tardive. Les résultats préliminaires des campagnes de 1984-1990 et 1992-1994 sont parus dans un premier volume publié en 1995 (Boese 1995). Un second volume, dédié à l’architecture et la stratigraphie des niveaux Uruk, fait actuellement l’objet d’une préparation de publication menée par F. Bachmann (Vorderasiatisches Museum) et financée par la Deutsche Forschungsgemeinschaft(DFG) et la Deutsche Orient-Gesellschaft.

Ce n’est qu’en 1993, à la suite des fouilles des niveaux de l’Âge du Bronze, que les phases d’occupation néolithiques deviennent accessibles et sont investiguées. Ces fouilles se font sous la direction de Danielle Stordeur, alors directrice de la MPK (Stordeur 1999). Les niveaux du PPNB ancien, correspondant à la phase IVA de Mureybet, sont explorés pour la première fois : la grande surface dégagée (125m2) permet entre autres de révéler un atelier de taille complet dédié à la production de lames (Abbès et al. 2001). L’étude des productions retrouvées dans cet atelier a permis d’identifier et de définir, pour la première fois au Levant, les principes de la taille des lames prédéterminées, un procédé technique majeur qui signe l’ensemble des productions lithiques du Proche-Orient durant la néolithisation (Abbès 2003). L’atelier est situé à proximité d’une unité d’habitation de plan rectangulaire, construite en pierre et en terre, et abandonnée avec son équipement domestique à l’intérieur ; cette unité d’habitation revêt un potentiel considérable pour le décryptage des activités quotidiennes sur un site néolithique précéramique. Cette campagne a été la dernière, puisque la montée des eaux du lac Assad a submergé le site cette même année.

Un témoignage des premières communautés villageoises de l’Euphrate

À Cheikh Hassan, les témoignages des activités quotidiennes sont nombreux, et ils attestent des préoccupations des premières communautés villageoises de l’Euphrate. Le matériel exhumé comprend une industrie lithique abondante composée de silex, d’obsidienne et d’outils en calcaire et en basalte (meules et mortiers). Les restes fauniques et botaniques sont également nombreux. L’architecture en pierre suit des modes de construction faisant usage de « pierres à cigare » (Brenet et al. 2001) similaires à celles observées à Mureybet et Jerf el Ahmar. Des parures, des figurines, des bâtons polis et des fragments d’objets gravés en pierre indiquent la présence du même système symbolique qu’à Mureybet, Jerf el Ahmar et d’autres sites contemporains du sud de la Turquie. De nombreuses sépultures, retrouvées en place ou remaniées par des constructions néolithiques plus récentes, attestent de la pratique d’inhumations au sein des espaces de vie.

Les restes fauniques et le mobilier lithique forment les ensembles les plus abondants. L’industrie lithique taillée comprend un outillage composé de silex et d’obsidienne. Les productions sont orientées vers la confection de petites lames, dont la destination première est double : pointes de jet (Fig. 3) et éléments de faucille. Les études typo-technologiques menées sur ces outils ont montré que leurs caractéristiques sont anticipées à l’avance, prédéterminées, lors de la fabrication des lames (Abbès 2003). Il s’agit d’un débitage complexe, nécessitant un apprentissage spécifique.

Fig. 3 : Pointe de flèche des niveaux PPNB ancien de Cheikh Hassan. © F. Abbès/MPK

La faune est quant à elle représentée par des animaux chassés aussi bien dans la vallée de l’Euphrate (cervidés, porcs, aurochs) que dans les zones steppiques environnantes (chèvres sauvages, gazelles, équidés). L’étude préliminaire de ce matériel indique que les populations de Cheikh Hassan ne pratiquaient pas l’élevage et exploitaient au maximum leur double environnement, de la steppe à la vallée de l’Euphrate (Helmer et al. 1998 ; Gourichon 2004). Cette flexibilité est reflétée par les techniques de chasse, qui révèlent des pratiques et des gibiers divers (très gros gibier, hardes de gazelles, petits ruminants), comme observé à Mureybet ou Jerf el Ahmar (Gourichon 2004).

Publier l’englouti : le projet Shelby White

Si les fouilles menées sur les niveaux d’occupation néolithiques de Cheikh Hassan ont été brèves, elles ont toutefois mis en lumière son appartenance indubitable à la sphère culturelle du Mureybetien, et son importance pour la compréhension de la transition entre le PPNA (9e millénaire) et le PPNB ancien (début du 8e millénaire), une étape majeure de la néolithisation du Proche-Orient. Malgré la richesse du matériel archéologique de Cheikh Hassan, il n’avait jusqu’alors jamais fait l’objet d’une étude globale et exhaustive. Le projet en cours a donc pour but de reprendre l’étude des niveaux néolithiques du site et leur publication dans un ouvrage de synthèse, sous l’égide de la fondation Shelby White and Leon Levy. Cet ouvrage nous permettra de présenter à l’ensemble de la communauté scientifique internationale les données issues des sondages et des fouilles menés entre 1974 et 1993, ainsi que les inventaires et l’étude interdisciplinaire du matériel exhumé.

Le projet réunit à ce jour plusieurs spécialistes : les co-directeurs du projet, Frédéric Abbès (industries lithiques en silex et architecture) et Marie Orange (industries lithiques en obsidienne), Hala Alarashi (éléments de parure), Lionel Gourichon (restes fauniques), Valentin Lafont (macrolithique), Laura Manca (industrie en matière dure animale), Fiona Pichon (tracéologie) et Juan Sanchèz-Priego (macrolithique).

La publication de cet ouvrage de synthèse est prévue pour 2025.

Bibliographie

Abbès F., Bellot-Gurlet L., Bressy C., Cauvin M.-C., Gratuze B., Poupeau G. 2001. Nouvelles recherches sur l’Obsidienne de Cheikh Hassan (Vallée de l’Euphrate, Syrie) au néolithique : PPNA et PPNB Ancien, Syria 78/1, 5-17.

Abbès F. 2003. Les outillages néolithiques en Syrie du Nord. Méthode de débitage et gestion laminaire durant le PPNB, Oxford, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, Archaeopress, BAR International Series 1150.

Frédéric Abbès. Néolithisation et Néolithique en Syrie : 50 ans de recherches archéologiques de la mission el-Kowm-Mureybet, ArchéOrient – Le Blog, 20 mars 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14770

Bahnassi A. 1978. Le sauvetage des vestiges de la zone de submersion du barrage de Tabqa sur l’Euphrate, Monumentum 17/3, 57-70.

Boese J. 1995. Ausgrabungen in Tell Sheikh Hassan. Volume I. Vorläufige Berichte über die Grabungskampagnen, 1984-1990 und 1992-1994, Saarbrücken, Saarbrücker Druckerei und Verlag.

Brenet M., Sanchez-Priego J., Ibáñez-Estevez J. J. 2001. Les pierres de construction taillées en calcaire et les herminettes en silex du PPNA de Jerf El Ahmar (Syrie), analyses technologique et expérimentale, in: L. Bourguignon, I. Ortega, M.-C. Frère-Sautot (éds), Préhistoire et approche expérimentale. Montagnac, Éditions Monique Mergoil Montagnac,121-164.

Cauvin J. 1978. Les premiers villages de Syrie-Palestine du IXème au VIIème millénaire avant J.-C, Lyon, Collection de la Maison de l’Orient Méditerranén ancient no4, Série Archéologique 3.

Evin J., Stordeur D. 2008. Chronostratigraphie de Mureybet. Apport des datations radiocarbone, in: J. J. Ibañez (éd), Le site néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord). Volume I. Oxford, BAR International Series 1843,24-30.

Goring-Morris N., Belfer-Cohen A. 2020. Highlighting the PPNB in the Southern Levant, Neo-Lithics 20, 3-22.

Gourichon L. 2004. Faune et saisonnalité : L’organisation temporelle des activités de subsistance dans l’Epipaléolithique et le Néolithique précéramique du Levant nord (Syrie), Thèse de doctorat, Université Lumière-Lyon 2.

Helmer D., Roitel V., Saña Segui M., Willcox G. 1998. Interprétations environnementales des données archéozoologiques et archéobotaniques en Syrie du Nord de 16000 BP à 7000 BP, et les débuts de la domestication des plantes et des animaux, in: M. Fortin, O. Aurenche (éds), Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (10e – 2e millénaires av. J.-C.). Actes du colloque tenu à l’Université Laval (Québec) du 5 au 7 mai 1997. Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen, 28,9-33.

Ibañez J. J. (ed.), Le site néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord). Volume I. Oxford, BAR International Series 1843.

Stordeur D. 1999. Reprise des fouilles à Cheikh Hassan, une campagne de reconnaissance, Annales archéologiques arabes syriennes 43, 59-64.

Stordeur D., Abbès F. 2002. Du PPNA au PPNB : mise en lumière d’une phase de transition à Jerf el Ahmar (Syrie), Bulletin de la Société préhistorique française 99/3, 563-595.

Stordeur D. 2015. Le village de Jerf el Ahmar (Syrie, 9500-8700 av. J.-C.). L’architecture, miroir d’une société néolithique complexe, Paris, CNRS Éditions.

van Loon (ed.) 2001. Selenkahive. Final Report on the University of Chicago and University of Amsterdam Excavations in the Tabaa Reservoir, Northern Syria, 1967-1975, Leyde, Nederlands Historisch-Archaeologisch Instituut te Istanbul, Nederlands Instituut voor het Nabiye Oosten.

Les auteurs

Marie Orange est postdoctorante sur le GPR Human Past à l’Université de Bordeaux – Archéosciences Bordeaux (UMR 6034) et chercheuse associée à Archéorient (UMR 5133) et auDepartment of Archaeology, Classics and Historyde l’Université de New England (Australie). Elle est spécialiste des modes d’exploitation des matières lithiques par les communautés de la Préhistoire récente au Proche-Orient, au Caucase et en Méditerrannée occidentale.

Frédéric Abbès est ingénieur de recherche au CNRS (UMR 5133, Archéorient). Il est spécialiste des technologies lithiques néolithiques et de la néolithisation du Proche-Orient.



Citer ce billet
Marie Orange et Frédéric Abbès (2022, 14 octobre). Publier le passé englouti : Cheikh Hassan, un village néolithique sous l’Euphrate. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd2c

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search