Le Tibre deltaïque et Ostie

Figure 1. – Carte du delta du Tibre – Localisation des carottages étudiés dans la thèse.

Figure 1 : Carte du delta du Tibre – Localisation des carottages étudiés dans la thèse.

Les résultats présentés ici sont extraits d’une thèse de doctorat préparée à l’Université Lumière Lyon 2, et soutenue publiquement le 24 juin 2013. Cette thèse a pour titre « Géoarchéologie du delta du Tibre – Evolution géomorphologique holocène et contraintes hydrosédimentaires dans le système Ostie-Portus (Italie) ». Une approche globale y est proposée en replaçant le delta du Tibre à l’aval de son bassin versant, à l’interface du domaine marin et continental. Les processus de façonnement fluviaux et littoraux du delta sont étudiés en détail en prenant en compte les interactions homme-milieux. Des nouvelles données paléoenvironnementales sont apportées concernant le fleuve, les cordons littoraux et les lagunes du delta du Tibre. En tout, vingt-deux carottes sont analysées (Figures 1 et 2). Ces archives sédimentaires sont replacées dans leur contexte géomorphologique (photo-interprétation, cartographie ancienne), archéologique (synthèse des données archéologiques relatives aux différents milieux deltaïques) et historique (relecture de textes anciens).

            Ce billet est un résumé des résultats obtenus concernant le Tibre dans son delta. Cet élément pourtant fondamental pour la formation du delta avait été peu étudié jusque-là. Une attention particulière est aussi portée à la relation entre le Tibre et la ville d’Ostie à l’époque antique.

Rechercher la Paléo-Ostia du VIIe s. av. J.-C.

Les origines d’Ostie font l’objet d’un très large débat depuis le XIXe s (Zevi, 2002) : d’une part, la tradition littéraire antique fait remonter la fondation d’Ostie à la seconde moitié du VIIe s. av. J.-C. lors du règne d’Ancus Marcius, quatrième des sept rois de Rome ; d’autre part, les faits archéologiques ne permettent pas de remonter au-delà du IVe s. av. J.-C. voir au début du IIIe s. av. J.-C. (castrum).

Figure 2. – Réalisation d’un carottage dans le Fiume Morto (Castello di Giulio II en arrière-plan).

Figure 2 : Réalisation d’un carottage dans le Fiume Morto (Castello di Giulio II en arrière-plan).

Selon une hypothèse couramment énoncée, l’Ostie d’Ancus Marcius était située sur les rives d’une paléoembouchure du Tibre. Cette assertion s’appuie sur le toponyme « Ostia » qui proviendrait de « ostium » signifiant « embouchure » en latin. Mais où se trouvait cette embouchure ? La difficulté vient du fait qu’une embouchure est un point extrêmement mobile, dépendant tout autant de la position du littoral que du chenal du fleuve.

 La compilation des données sédimentaires issues de carottes (Bellotti et al. 2007 et données présentées dans la thèse), croisée avec des informations obtenues par prospections géophysiques (Keay et al. 2005 et 2011) et par photo-aériennes, permet de cartographier l’extension du faisceau de mobilité du Tibre depuis 4000 BP dans le delta. Contrairement à ce qui avait été énoncé antérieurement dans la littérature scientifique, aucun indice ne permet d’affirmer la présence d’un paléochenal du Tibre sous le site de Portus. Le faisceau de mobilité du fleuve passe grossièrement entre le site archéologique d’Ostie et le sud de Portus. Dans cet espace, le trait de côte au Ier millénaire av J.-C. se situe à l’est d’une ligne joignant ce qui deviendra le bassin de Trajan et le Fiume Morto au sud. Il s’agit d’une zone de potentialité encore assez étendue pour l’instant mais qui est amenée à être réduite dans le futur avec la réalisation et l’analyse d’autres carottes. La continuation de cette démarche permettra au final de localiser plus précisément un site potentiel d’installation de Paléo-Ostia.

Ostie et son méandre

 L’Ostie d’époque républicaine et impériale entretient aussi des relations étroites avec le fleuve le long duquel des quais étaient probablement aménagés. L’histoire d’Ostie est notamment liée au Fiume Morto (aussi appelé paléoméandre d’Ostie). L’analyse de ce paléoméandre procède d’une démarche régressive qui tire avantage de la documentation photographique, cartographique, textuelle et archéologique disponible. Ce travail est complété par l’analyse de trois carottes sédimentaires réalisées en travers du paléochenal (Figures 2 et 3).

Figure 3 : Tracé du paléoméandre d’Ostie recoupé en 1557, contexte archéologique et localisation des carottages.

Figure 3 : Tracé du paléoméandre d’Ostie recoupé en 1557, contexte archéologique et localisation des carottages.

Ce paléoméandre est recoupé en 1557 suite à une crue exceptionnelle du Tibre. Le sud du paléoméandre semble avoir été latéralement stable depuis la fin de l’Antiquité jusqu’ au XVIe s. mais avoir migré entre le IVe s. av. J.-C et le début du Ier s. ap. J.-C. Cette mobilité latérale aurait conduit probablement à l’érosion de la via Ostiensis. Cette route était particulièrement importante pour la ville d’Ostie car elle permettait de la connecter à Rome par voie terrestre. En l’état actuel de nos connaissances, il nous est cependant impossible de savoir si les romains ont tenté de protéger les berges concaves de l’érosion au niveau de la via Ostiensis.

En guise de conclusion

 A ce risque d’érosion s’ajoute à la fin du Ier s. av. J.-C. – début du Ier s. ap. J.-C., une crise hydrosédimentaire d’origine anthropoclimatique. Cette crise s’exprime très probablement par une plus forte fréquence des crues à l’époque augustéenne (Le Gall, 1953) et par un transport solide accru qui aurait eu pour conséquence l’accumulation de sédiments à l’embouchure du Tibre (Strabon 5, 3, 5). Cette situation aurait aussi conduit au comblement du port fluvial d’Ostie (Goiran et al., 2014). Ces contraintes environnementales, liées à un contexte démographique et socio-politique particulier, ont contribué à la décision de Claude au milieu du Ier s. ap. J.-C. de construire un nouveau port en marge du fleuve. Portus est ainsi considéré dans la thèse comme une réponse aux problèmes environnementaux posés à Ostie. Dans cette idée, si l’on ne sait pas si localement les romains ont lutté contre l’érosion du paléoméandre d’Ostie, les canaux maçonnés de Portus ont constitué une solution radicale à ce problème.

Bibliographie succincte

Bellotti P., Calderoni G. , Carboni M. G. , Di Bella L. , Tortora Valeri P.,  Zernitskaya V.  2007. Late Quaternary Landscape Evolution of the Tiber River Delta Plain (Central Italy): New Evidence from Pollen Data, Biostratigraphy and 14C Dating, Zeitschrift Für Geomorphologie 51 (4), 505–534.

 Goiran J.-P., Salomon F., Mazzini I., Bravard J.-P., Pleuger E., Vittori C., Boetto G., Christiansen J., Arnaud P., Pellegrino A., Pepe C., Sadori L. 2014. Geoarchaeology Confirms Location of the Ancient Harbour Basin of Ostia (Italy), Journal of Archaeological Science 41, 389–398. doi:10.1016/j.jas.2013.08.019.

 Keay S., Millett M., Paroli L., Strutt K. 2005. Portus : An Archaeological Survey of the Portus of Imperial Rome, Archaeological Monographs of the British School at Rome 15, London, British School at Rome.

 Keay S., Paroli L. 2011. Portus and Its Hinterland: Recent Archaeological Research, Archaeological Monographs of the British School at Rome 18, London,  British School at Rome.

 Le Gall, J. 1953. Le Tibre, Fleuve de Rome Dans L’antiquité. Paris: Presses Universitaires de France.

 Zevi F. 2002. Origini Di Ostia, in : C. Bruun &  A.G. Zevi  (éds), Ostia e Portus Nelle Loro Relazioni Con Roma, Rome, Institutum Romanum Finlandiae, 11–32.

Cadres institutionnels

Cette thèse a été préparée sous la direction de Jean-Paul Bravard, Professeur de géographie émérite à l’Université Lyon 2 (UMR 5600-EVS), et Jean-Philippe Goiran, Chargé de Recherche en géoarchéologie au CNRS (UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient Méditerranéen).

 Ce travail de thèse relève d’une recherche interdisciplinaire qui a bénéficié de soutiens financiers, logistiques et institutionnels de la part de l’Université Lyon 2 / Lumière, où a été réalisé la thèse, de l’UMR-5600 (Environnement-Ville-Société) et de sa composante IRG, mais aussi de la Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Roma, de l’Ecole Française de Rome, de la British School at Rome, de l’Université de Southampton, de l’ANR POLTEVERE, du Programme Artemis, et de l’UMR-5133 (Archéorient).

L’auteur :
Ferréol Salomon est actuellement en PostDoc à l’Université de Southampton.


Pour citer ce billet : Salomon F. 2013. Le Tibre deltaïque et Ostie, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 13 décembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/2044

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search