« Comment on fait un vase et ce que cela raconte de son potier ».  Un stage de céramologie à Jalès.

Ce stage organisé par Johny Baldi et Julien Ripoche du 5 au 10 septembre 2022 représentait une première incursion des chercheurs céramologues dans la commanderie de Jalès, souvent occupée par les formations de nos collègues préhistoriens, archéozoologues, archéobotanistes et géomorphologues, ce qui en soi constituait un événement. Alors que les formations pratiques en céramologie se sont raréfiées ces dernières années (manque de moyens, de spécialistes, difficultés liées aux pandémies récentes, etc…), l’initiation à l’étude des chaînes opératoires, concept français issu notamment des travaux de Marcel Mauss et d’André Leroi-Gourhan, rencontre un fort intérêt des étudiants comme des chercheurs sur un plan national mais aussi international.

Le stage a permis de rassembler une brochette assez variée de 11 participants, étudiants et professionnels, issus des universités (Lyon, Paris, Strasbourg), de l’archéologie préventive et du CNRS, tous intéressés par la céramique et la question des chaînes opératoires. La finalité de ce stage n’était pas de former des technologues ou d’apprendre aux stagiaires toutes les procédures et les modalités de l’analyse technique, mais plutôt, à l’issue de débats et d‘activités pratiques, de permettre aux participants de développer leurs propres questionnements, en évaluant l’apport que la lecture des chaînes opératoires céramiques pourrait offrir. Les participants ont donc été incités à alimenter les débats en présentant des problématiques, des démarches ou des résultats de leurs propres projets.

Les cours et présentations théoriques se sont échelonnés en suivant la progression la plus logique possible, dans les limites des possibilités des différents intervenants, et se sont succédés en présentiel ou à distance, avec des communications au cours desquelles ont été abordés des domaines divers : géomorphologie des argiles, restitution des techniques de façonnage, de traitements de surface et de décors, analyses radiographiques, IRM et tomodensitométrie, analyses pétrographiques, études ethnoarchéologiques autour des céramiques, de leur production à leur utilisation (cf. liste des interventions ci-dessous). Plusieurs cours théoriques ont pu être proposés concernant, par exemple, le façonnage avec et sans E.C.R. (énergie cinétique rotative) et se sont poursuivis ensuite par des ateliers d’identification des macro-traces (voir plus bas).

Liste des cours
  • Introduction à la céramologie (Johnny Samuele Baldi). (Fig. 1)
  • Techniques de façonnages sans ECR (énergie cinétique rotative) (Julien Ripoche)
  • Techniques de façonnages avec ECR (Armance Dupont-Delaleuf et Johnny Samuele Baldi)
  • Les terres à terre cuite et les argiles (Stéphane Gaillot)
  • Analyses pétrographiques en céramologie (Anne Schmitt)
Fig. 1. Cours de céramologie donné par Johnny Baldi lors du stage.
Liste des présentations (théories et études de cas)
  • Johnny Samuele Baldi (CNRS), les apports de l’étude des chaînes opératoires en céramologie.
  • Louise Gomart (CNRS), la question de la néolithisation de l’Europe au regard des traditions céramiques.
  • Pauline Debels (post-doctorante à l’université de Genève), une étude comparative au Sénégal entre ethnologie et archéologie contemporaine.
  • Théophane Nicolas (Inrap), les applications de la tomodensitométrie à l’étude des chaînes opératoires.
  • Julien Ripoche (SAVL), la question des échanges le long de la façade atlantique à l’aube de la protohistoire.
  • Armance Dupont-Delaleuf (potière et céramologue membre du laboratoire ArScAn), recherches au sujet de la Préhistoire et de la Protohistoire du Turkménistan (Fig. 2).
  • Eric Bertrand (SAVL), les techniques de décor des céramiques à paroi fine lyonnaise.
  • Stéphane Gaillot (SAVL), l’identification et la caractérisation des différents types d’argile.
  • Marie Phillipe (Anthéa), le logiciel PACO (en développement) permettant un tri et une élaboration automatisée des chaînes opératoires céramiques à partir de corpus archéologiques.
  • Anne Schmitt (CNRS), l’étude pétrographique des argiles et des céramiques.
  • Valentine Roux (CNRS), la mise en évidence des traditions techniques, et de leurs modalités, à partir d’exemples ethnologiques et archéologiques.
Fig. 2. Présentation de ses recherches par Armance Dupont-Delaleuf

Plusieurs excursions et ateliers ont également été proposés par petits groupes, afin que les stagiaires puissent se confronter directement à leur objet d’étude :

Un atelier de façonnage de pots (animation Eglantine Lavogez & Armance Dupont-Delaleuf) : Montage de pots par creusement et étirement d’une balle d’argile, Montage au colombin, traitements de surface (brunissage à consistance cuir, polissage sur céramique quasi sèche). Initialement cet atelier était prévu le vendredi, il est toutefois notable que de petits ateliers de façonnage ont eu lieu, à l’initiative des participants, tout au long de la semaine en fin de journée le plus souvent accompagnés d’un rafraîchissement (associant cette fois l’idée de formation à un cadre moins formel et plus reposant, nécessaire et bien mérité après des journées parfois très intenses pour les participants) (Fig.3, Fig.4, Fig. 4b).

Fig. 3. Atelier de façonnage : les premières manipulations d‘argile en extérieur
Fig. 4. Atelier de façonnage : polissage en petit groupe en intérieur
Fig. 4B : Premières œuvres façonnées par les stagiaires

Un atelier d’observation de tessons de poteries montées sans ECR (animation J. Ripoche, J. Baldi) : reconnaissances de techniques de montage, et de techniques de traitement de surface, élaboration de fiches descriptives.

Un atelier d’observation de tessons de poteries tournées et de poteries élaborées au colombin sur un tour (animation Armance Dupont-Delaleuf, J. Baldi). Comparaison des deux techniques.

Une excursion à la rencontre des potiers (animation Stéphane Gaillot) afin d’échanger sur la céramique, de visiter un atelier et même un petit musée avant de se rendre ensemble sur le terrain à la recherche de gisements d’argile (Fig. 5).

Fig. 5. Visite chez un potier : une collection d’œuvres céramiques contemporaine

Une excursion géomorphologique, en grotte, à la recherche d’argile (animation Stéphane Gaillot et Yann Callot) : expédition dans la grotte de la Cocalière en suivant le cours d’une rivière souterraine, de ses dépôts les plus grossiers à ses dépôts les plus fins (Fig. 6 ; Fig. 7).

Ce stage a enfin donné lieu à de belles rencontres humaines comme scientifiques, de nombreux échanges et de belles balades culinaires et philosophiques dans une ambiance chaleureuse autour de plats préparés par tous, des courgettes farcies d’Anne au pâté de pommes de terre d’Armance, en passant par la ratatouille de Théo, une jolie côte de bœuf achetée dans le voisinage , et  les salades de tomate-mozarella et de lentilles de Clara, Marie, Jérémie, Faustine et tous les autres qui ont largement participé à l’intendance du stage.

Fig. 8. Photo de groupe des stagiaires et intervenants

Tout le monde a convenu que ce stage extrêmement intensif et très formateur était aussi trop court, et qu’il faudrait, à l’avenir, le prolonger de quelques journées supplémentaires (allongement de la durée du stage ? Réalisation d’un second stage ? Malgré quelques belles pluies et un spectaculaire orage au cours duquel nous avons pu assister à un feu d’artifice d’éclairs auréolés de nuages roses, malgré aussi les intrusions olfactives répétées de nos voisins vignerons occupés à épandre du lisier de moûts de raisin dans leurs champs, l’équipe entière (Fig. 8) a éminemment apprécié le cadre ainsi que l’hospitalité d’Olivier Barge, discret mais toujours présent, sans qui Jalès ne serait pas Jalès.

Les auteurs

Julien Ripoche est archéologue, céramologue au SAVL – Service Archéologique de la Ville de Lyon, et membre de l’UMR 8215 Trajectoires, Paris.

Anne Benoist est archéologue, chargée de recherches au CNRS et spécialiste des études céramiques d’Arabie du Sud-est (Emirats, Oman) et d’Arabie du Sud (Yémen). Depuis 2012, elle a développé des recherches en Afrique orientale (Ethiopie, Soudan). Elle est membre de l’UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.

Johnny Samuele Baldi est archéologue, céramologue, chargé de recherches au CNRS et spécialiste de la phase proto-urbaine en Mésopotamie et au Levant Nord. Il est membre de l’UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.

Pour citer ce billet : Julien Ripoche, Anne Benoist et Johnny Baldi. « Comment on fait un vase et ce que cela raconte de son potier ».  Un stage de céramologie à Jalès., ArchéOrient - Le Blog, 30 septembre 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/20095

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.