Recherche sur les productions métalliques du site d’Artik (Arménie) du Bronze récent au début de l’Âge du Fer

Ce billet reprend les conclusions de mon mémoire de Master 2 réalisé à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne sous la direction de Pascal Butterlin (professeur des universités, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ArScAn – UMR 7041) et le tutorat scientifique de Bérengère Perello (chargée de recherche au CNRS, Archéorient – UMR 5133).

Le sujet est né du constat d’une lacune dans l’étude du mobilier métallique du site d’Artik. En effet, malgré l’importance de ce site, aucune étude complète n’a été menée depuis les publications dans les années 60-70 de T. Khachatrian (1960, 1975 et 1979). Aucune réévaluation de ces travaux ni analyses comparatives avec les données issues de fouilles récentes n’ont été entreprises. Pourtant, l’étude des grands sites du Bronze récent et du début de l’âge du Fer, ainsi que de leur mobilier respectif, est au cœur d’une véritable émulation scientifique en Arménie.Plusieurs sites arméniens du Bronze récent font actuellement l’objet de réévaluations en vue de publications exhaustives de leurs données et problématiques récentes, à l’image de Lori Berd et Lchashen.

Fig. 1 : carte des provinces d’Arménie et de la position d’Artik (Carte : M. Regnier).
Introduction

Le Caucase est connu pour la grande richesse et la grande diversité de ses productions métalliques : cette région est très riche en gisements métallifères divers (cuivre, arsenic, étain, fer…), la métallurgie y apparait dès le VIe millénaire av. J.-C. (Meliksetian et al. 2011, p. 201). Le Bronze récent (XIVe-XIe siècles av. J.-C.), marqué par la culture de Lchashen-Metsamor, connait un développement tant dans la quantité que dans la diversité des productions (Pernicka et Kunze, 2017, p. 504 et Sagona, 2017, p. 391).

Le corpus

Mon mémoire était consacré à l’étude du mobilier métallique du site d’Artik daté du Bronze récent (XIVe-XIe siècles av. J.-C.) et du début de l’âge du Fer (Xe-IXe siècles av. J.-C.). Le site, localisé au nord-ouest de l’Arménie dans le marz de Shirak (Fig. 1), dans une carrière d’exploitation de tuf et comprenait 641 tombes, ou « catacombes ». Le site fut découvert fortuitement en 1959 lors de l’exploitation des carrières et fit l’objet de fouilles de sauvetage, il fut malheureusement détruit par la suite. Ces tombes étaient creusées à même la pierre et recouvertes de terre et se composaient d’un puit comblé de pierres aboutissant à une chambre ovale pouvant comporter des inhumations uniques ou multiples. Ce site a ainsi livré 1122 objets métalliques variés (Fig. 2) issus de ces sépultures. Le site d’Artik, par la qualité et la quantité importante de matériel qu’il a livré, représente l’un des sites majeurs pour la compréhension des productions métalliques de cette période. Il permet non seulement d’avoir un aperçu de la culture matérielle locale (à l’échelle de la plaine de Shirak) mais également des contacts extra régionaux qui existent entre les différentes zones du Sud Caucase, du Nord Caucase, du Talyche perse, du Luristan de la Mésopotamie et du Levant.

Fig. 2 : planche sélective d’objets d’Artik étudiés en Master 2.
Problématique

Ce mémoire avait donc pour principal objectif de comprendre la place et la fonction des objets métalliques, en premier lieu, au sein de la communauté du site d’Artik, mais également au-delà au sein de la plaine de Shirak durant cette période de la culture de Lchashen-Metsamor.
Cette étude s’organisait selon une approche multiscalaire : à l’échelle de l’objet, du site et de la région.

Méthodologie

Pour cela, différentes approches méthodologiques ont été adoptées :

  • Un dépouillement bibliographique systématique des publications du site d’Artik ainsi que celles ayant trait au contexte global et aux corpus de comparaison.
  • Une étude du mobilier métallique au Musée d’Histoire de l’Arménie d’Erevan (prises de vue photographiques, mesure, récolement…).
  • Un enregistrement systématique de ce mobilier sur une base de données Open Source sous LibreOffice Base.
  • Une analyse statistique des données obtenues, notamment des analyse factorielles de correspondance (AFC).
Discussion

Ces différentes étapes ont mené à la création d’un catalogue exhaustif des pièces ayant pu être étudiées au sein du musée. Cette étape a permis la création d’une typo-chronologie adaptée intégrant toutes les pièces du corpus (Fig. 3). Ce classement permet d’avoir un aperçu complet de la collection tout en la replaçant dans un cadre spatial et chronologique global.

Fig. 3 : exemple de mise en place de la typo-chronologie. Planche des types de poignards (M. Regnier).

La mise en place de la typo-chronologie a montré que le mobilier de ce site s’inscrit globalement dans les types que l’on retrouve dans la plaine de Shirak et plus largement au Sud Caucase, tout en présentant quelques singularités. Des liens dans la typologie des objets sont visibles avec le Nord Caucase, bien qu’ils semblent plus forts avec différentes régions du Proche-Orient et du monde perse : l’Anatolie, le Levant, la Mésopotamie, le Talyche perse et le Luristan. De plus, ce corpus, bien que caractéristique du Bronze récent, s’inscrit dans une temporalité plus large que l’horizon de Lchashen-Metsamor et vient s’intégrer dans une tradition métallurgique ancienne. Certains types d’objets apparaissent de fait dès le IIIe millénaire av. J.-C. à l’image des diadèmes décorés, des faucilles ou des ciseaux à bois. En outre, l’analyse a permis de mettre en évidence les flux d’échanges et d’interactions qui pouvaient exister depuis des périodes anciennes entre le Sud Caucase et des zones plus éloignées des mondes eurasiatiques et orientaux. Ces différents points concordent avec la théorie de E. N. Chernykh d’une Circumpontic Metallurgical Province (une vaste zone géographique, caractéristique du Bronze ancien et moyen, allant des Balkans au monde iranien au sein de laquelle les productions métalliques partagent des caractéristiques technologiques et morphologiques communes), laissant place à une Caucasian Metallurgical Province (une zone géographique, caractéristique du Bronze récent, couvrant le Nord et le Sud Caucase et au sein de laquelle les productions métalliques partagent des caractéristiques technologiques et morphologiques communes. Des liens forts existent également avec le Proche-Orient et le monde iranien) au tournant du Bronze récent (Chernykh et al. 1991, p. 43).

À la suite de cette typo-chronologie, une première étude statistique générale a été menée sur les 1122 objets enregistrés. Cette étude a permis d’éclairer l’évolution des types d’objets observables selon les périodes (Fig. 4). Les XIVe-XIIIe siècles et les Xe-IXe siècles av. J.-C. se démarquent par leur association claire avec les objets d’armement et les outils. Elles correspondent aux périodes de transition, de début et de fin de vie du site. Les XIIe-XIe siècles av. J.-C., considérés comme les principales périodes d’occupation du site, sont quant à eux principalement associés aux objets de parures, ainsi qu’aux éléments de char et aux armes liées à la charrerie (têtes de lances, têtes de flèches…).           

Fig. 4 : classification hiérarchique ascendante coupée à 3 (M. Regnier).

La présence préférentielle de ces objets à une période d’apogée du site peut être signifiante. En effet, les objets de parures peuvent refléter, selon M. I. Marcus, l’appartenance à un groupe ou une communauté, mais également structurer cette dernière en marquant une hiérarchisation au sein des individus (Marcus, 1993, p. 159). Smith voit ainsi un lien entre la situation socio-économique et politique de cette période et la forte présence des objets de parure (Smith, 2015, p. 176). Ces objets pourraient être marqueur d’autorité à une époque où un pouvoir proto-étatique semble se former autour de larges forteresses, à une période qui précède l’empire urartéen.

Perspectives

Les premiers résultats issus de la réévaluation du mobilier d’Artik ayant été encourageants, son étude sera poursuivie dans le cadre d’une recherche doctorale. Au-delà du seul mobilier d’Artik, cette thèse portera sur l’étude des productions métalliques de la plaine de Shirak à travers la réévaluation et l’analyse de plusieurs ensembles clés : Artik, Mastara et Talin (Badalyan et Avetisyan, 2007, p. 67 ; 212 ; 242). Le but sera, à terme, d’avoir un aperçu global des productions métalliques de la plaine de Shirak pour cette période du Bronze récent au début de l’âge du Fer, encore trop méconnues aujourd’hui.

Bibliographie

Badalyan, R., et P. Avetisyan. 2007. Bronze and Early Iron Age Archaeological Sites in Armenia I, Mt. Aragats and its Surrounding Region.

Chernykh, E.N., L.I. Avilova, T.B. Barceva, L.B. Orlovskaja, et T.O. Tenejšvili. 1991. « The Circumpontic Metallurgical Province as a System ». East and West 41 (1/4): 11‑45.

Khachatrian, T. S. 1963. Materialnaâ kultura drevnego Artika. Erevan. (En russe).

Khachatrian, T. S. 1975. Drevnyaya kul’tura shiraka: III-I TyC.do H.È. Erevan: Yerevan State Univ. (En russe).

Khachatrian, T. S. 1979. Artikskij nekropolʹ :  katalog. Erevan. (En russe).

Marcus, M. I. 1993. « Incorporating the Body: Adornment, Gender, and Social Identity in Ancient Iran ». Cambridge Archaeological Journal 3 (2): 157‑78.

Meliksetian, K., S. Kraus, E. Pernicka, Pavel Avetisyan, S. Devejian, et L. Petrosyan. 2011. « Metallurgy of prehistoric Armenia ». Der Anschnitt, 201‑10.

Pernicka, E., et R. Kunze. 2017. « Society and Metal in Bronze Age Armenia ». Subartu 38.

Picchelauri, K. 1997. Waffen der Bronzezeit aus Ost-Georgien. Archäologie in Eurasien 4. Espelkamp: Leidorf.

Sagona, A. 2017. The Archaeology of the Caucasus: From Earliest Settlements to the Iron Age. New York: Cambridge University Press.

Smith, A. T. 2015. Political machine: assembling sovereignty in the Bronze Age Caucasus. Rostovtzeff lectures. Princeton: Princeton University Press.

L’auteur

Mathilde Regnier est archéologue spécialisée dans l’étude du mobilier métallique caucasien. Titulaire d’un Master de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.



Citer ce billet
Mathilde Régnier (2022, 23 septembre). Recherche sur les productions métalliques du site d’Artik (Arménie) du Bronze récent au début de l’Âge du Fer. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd29

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search