Une semaine de formation aux métiers de l’archéologie pour les étudiants libanais

Le Liban traverse depuis plusieurs années une crise économique extrême qui s’est aggravée en 2019 et sur laquelle s’est greffée la crise sanitaire mondiale. L’inflation galopante et la flambée des prix réduisent tous les salaires à des sommes insignifiantes. Le manque d’électricité et le prix des carburants très élevé limitent les activités et de nombreuses familles commencent à souffrir de dénuement. Le monde universitaire est touché lui aussi par cette situation inextricable. Les déplacements en bus ou en voiture sont devenus trop chers pour les enseignants et les étudiants, les cours universitaires sont restés en distanciel, malgré des accès à internet inégaux et irréguliers à cause des vagues successives de Covid, des coupures d’électricité et d’autres raisons pratiques.

Organiser pour les étudiants libanais une formation aux domaines spécialisés de l’archéologie, en manipulant objets et outils sur le terrain pouvait paraître pour le moins compliqué dans ce contexte. C’est pourtant le pari qu’avait fait Jwana Chahoud. Pari tenu… et gagné ! Grâce au financement du programme PHC CEDRE (DPM Bekaa), né de la collaboration entre l’Université Libanaise (et plus particulièrement l’équipe de recherche « Archeosiences »), la Direction Générale des Antiquités (DGA) du Liban, l’Institut Français du Proche-Orient (IFPO) et le laboratoire Archéorient à Lyon, cette professeure d’archéologie orientale à l’Université Lumière Lyon 2, rattachée à Archéorient  et professeur associée à l’Université Libanaise a pu mettre en place une formation « à grande échelle » et … in situ, si l’on peut dire. Elle s’est déroulée du 2 au 6 mai et a réuni quatorze spécialistes, huit membres du laboratoire Archéorient (CNRS/université de Lyon) venus de Lyon, une étudiante du MNHN de Paris, ainsi que trois collègues de l’Université Libanaise et un de la DGA. Fraîchement débarqués d’avions en provenance de Lyon, ce fut pour nous une extraordinaire expérience de formation.

Chacun de nous, participants à la formation, représentait une des spécialités proposées dans le cadre de ce chantier-école en archéologie : la géophysique appliquée à l’archéologie (Christophe Benech, CNRS & Khaldoun Rajab, Lyon 2), la géomatique (Olivier Barge, CNRS), le relevé architectural archéologique (Raffi Georgian, DGA), la photogrammétrie et l’imagerie tridimensionnelle (Sabine Sorin, CNRS), la céramologie (May Haydar, UL), l’archéométrie (George Mouamar, Archéorient), la numismatique (Hassan Al Akra, UL), les études lithiques (Frédéric Abbès, CNRS), l’anthropologie biologique (Nada Elias, UL), l’archéozoologie (Emmanuelle Vila, CNRS & Jwana Chahoud, UL et Lyon 2), l’archéobotanique (Christelle Kabboul MNHN et Margareta Tengberg MNHN, cette dernière n’ayant pas pu venir en personne). 

Arrivés de France de nuit, après une courte nuit dans les chambres de l’IFPO, la route jusqu’à Byblos tôt le matin nous parut longue avant de prendre le premier café. Mais l’attente fût largement récompensée par le superbe petit déjeuner organisé sur la terrasse et dans le jardin attenant à une spacieuse salle mise à disposition par Hassan Al Akra pour une série de conférences sur les approches et les méthodes en archéologie, programme de la première journée. Ce cadre magnifique fut propice aux échanges, et la salle comble, car près d’une centaine de personnes s’étaient retrouvées pour assister à nos présentations d’une demi-heure chacun, de nos approches et de nos outils.

Ce fut le premier contact avec ce public estudiantin d’exception, suspendu à nos lèvres (Fig. 1 & Fig. 2). Les interventions se sont faites en français pour la plupart, la grande majorité des étudiants le comprenant, avec des interventions mixtes teintées d’anglais et d’arabe et le recours pour les diaporamas à la fonctionnalité assez magique des sous-titres ainsi que la traduction instantanée en arabe (parfois un peu baroque).

Fig. 1 : Byblos, journée des conférences : le public
Fig. 2 : Byblos, journée des conférences : introduction de Jwana Chahoud et Raffi Georgian

A l’issue de cette première journée mémorable, nous pûmes visiter le site de Byblos, grâce aux efforts conjoints de Raffi Georgian, Tania Zaven et  Hassan Al Akra qui ont pu nous assurer  une visite privée (Fig. 3). Cette visite était une première pour la plupart d’entre nous et une occasion rêvée de voir un célèbre site archéologique du Proche-Orient avec une occupation en continu particulièrement longue puisqu’elle débute au Néolithique il y a plus de 7000 ans. Le développement de Byblos à l’âge du Bronze et son histoire liée à la civilisation phénicienne en font un site remarquable qui a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1984.

Fig. 3 : Visite de Byblos (de gauche à droite H. Al Akra, F. Abbès, J. Chahoud, O. Barge, C. Benech, G. Mouamar, S. Sorin, R. Georgian, E. Vila)

La seconde matinée, l’objectif était d’atteindre tôt le site archéologique d’Anjar dans la Bekaa, à un peu plus d’une heure de route de Beyrouth, notre base pour les quatre jours suivants, consacrés aux ateliers.  Anjar est un exemple exceptionnel de l’urbanisme omeyyade du VIIIe siècle (Fig. 4). Le site est également inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1984. Les ruines de cette magnifique cité fondée par le calife Walid Ier – Walid Ibn Abd Al-Malik entre 705 et 715 sont très bien préservées et mises en valeur dans un cadre verdoyant au pied du mont Anti-Liban.  Elles reflètent les techniques de construction et les décors du tout début de l’époque islamique. La cité se trouve à une intersection importante, celle de la route menant de Beyrouth à Damas et de la route qui traverse la Bekaa du nord au sud vers le lac de Tibériade.

Fig. 4 : Le site archéologique de Anjar.

C’est donc dans ce splendide cadre que nous nous sommes retrouvés pour quatre jours intenses d’ateliers de formation, hébergés en appartements dans la ville de Zahleh à une quinzaine de kilomètres de là.

Pour mener à bien ce projet de formation à grande échelle, il était prévu des groupes de 5 à 10 étudiants par séances d’ateliers de deux jours. Quatre-vingts étudiants de toutes les régions du Liban s’étaient inscrits. Ils devaient donc choisir deux ateliers à suivre sur les quatre jours, ce qui visiblement avait conduit à beaucoup de dilemmes et de regrets, la plupart nous avouant par la suite qu’ils auraient bien voulu suivre tous les ateliers.

Les étudiants n’ayant pas les moyens de s’offrir un hébergement sur place, Jwana Chahoud avait mis en place un système de quatre bus, dont elle avait assuré une partie du financement. Matin et soir ils transportaient les étudiants, de Sidon (région sud du Liban), Tripoli (région nord du Liban), Beyrouth et du nord de la Bekaa. Le coût du déplacement pour les étudiants a ainsi été réduit à un quart du coût total, ce qui leur a permis de pouvoir le payer. En conséquence, les étudiants venant des régions nord et ceux du sud ont dû faire plus de quatre heures de route deux fois par jour.

La finalité de cette formation sur le terrain était de présenter des aspects très pratiques et concrets de nos spécialités, de faire exécuter des manipulations, de faire toucher du matériel, d’apprendre à utiliser des instruments et d’en comprendre le fonctionnement. Nous avons donc pris possession des lieux et du site, et, sous les arbres, nous avons étalé sur des tables qui des roches et des artefacts en silex, qui des tessons de céramiques, qui des ossements humains, qui des collections ostéologiques de références et des squelettes d’animaux, qui des graines et des collections botaniques. Enfin, ont été sortis microscopes, loupes, ordinateurs, scanners et appareil photos, GPS, cerf-volant, pieds à coulisse, papier et crayons, mètres enrouleurs, et jusqu’à un géoradar et un magnétomètre pour la prospection géophysique. Le site d’Anjar présentait tous les atouts pour une formation en conditions réelles. Les espaces intérieurs étaient cependant réduits, comme l’alimentation électrique. Cela a parfois conduit à des situations rocambolesques pour les ateliers faisant appel à l’électronique, aléas largement compensés par l’enjouement des étudiants (Fig. 5 à 12 – vidéos 1à 6).

Les ateliers en français étaient toujours suivis par quelques étudiants parfaitement francophones qui aidaient à la traduction tandis que chacun de nous participait à l’effort collectif de communication en s’exprimant en anglais ou même en arabe pour les plus calés lorsque c’était nécessaire (vidéo 1 à 6). Pour finir, les étudiants ont reçu une attestation de participation à cette formation, mentionnant les ateliers qu’ils avaient suivis.

Vidéo 1 : Atelier de géophysique

Vidéo 2 : Atelier d’archéozoologie

Vidéo 3 : Atelier de céramologie et d’archéométrie

Vidéo 4 : Atelier SIG

Vidéo 5 : Atelier céramologie et dessin de céramique

Vidéo 6 : Atelier d’archéobotanique

Durant ces journées d’ateliers, la motivation des étudiants, leur intérêt et leur enthousiasme en dépit des barrières linguistiques qui se sont parfois posées, nous ont tous impressionnés. Tous les étudiants étaient animés par un désir rare de connaître et d’apprendre. Leur assiduité et leur opiniâtreté pour suivre ces journées de formation malgré des trajets qui représentaient pour certains sept ou huit heures de transport journalier (et certains travaillaient la nuit) pour sept heures de présence avec nous et un sandwich à midi, et leur bonne humeur constante jusqu’au dernier jour, au-delà de la fatigue qui s’accumulait, nous ont profondément touchés.

Cette expérience de formation nous a laissé un souvenir impérissable. Membres du CNRS, nous sommes tous relativement investis dans la formation des étudiants en dehors de nos activités de recherche et participons ou organisons stages et ateliers régulièrement en France, voire à l’étranger sur les terrains où nous travaillons. C’était pourtant, pour tous, la première fois que nous avons eu des retours aussi émouvants et autant de reconnaissance à la suite d’une action de formation. Nous avons eu un réel plaisir à partager nos connaissances et notre savoir avec ces jeunes qui depuis quelques années sont privés de moyens, qui suivent leurs études en archéologie majoritairement en distanciel et qui ont su se saisir de l’opportunité unique de cette idée très audacieuse en 2022, dans la conjoncture actuelle, d’un chantier-école archéologique avec des ateliers en plein air dans le superbe site d’Anjar (Fig. 15).

Fig. 15 : Photo de groupe des participants à la formation aux métiers de l’archéologie, Anjar 6 mai 2022.

L’organisation (à partir de la France) dans ce contexte difficile aussi bien des aspects administratifs (arriver à avoir tous les documents nécessaires signés en temps et en heure, trouver une salle de conférence, faire les annonces pour les étudiants et les inscrire) que pratiques (transport de matériel de France, transport de matériel au Liban, gérer les locations des appartements, des tables et des chaises, veiller à l’accès à l’électricité et à internet, organiser les bus, le pique-nique de midi, les repas du soir….) était une réelle gageure. Sa réussite et l’ambiance chaleureuse et amicale de ces journées doivent tout à l’énergie et la détermination sans faille, le courage aussi, mis par Jwana Chahoud dans une telle entreprise, entreprise dans laquelle elle a su entraîner ses collègues, ravis de leur participation et d’avoir pu contribuer à leur toute petite échelle à la formation en archéologie.

La formation a bénéficié du soutien du projet PHC CEDRE, de l’ANR EvoSheep, de l’IFPO (le directeur du Département de l’archéologie et de l’histoire ancienne Pr. Dominique Pieri), de la DGA (le ministère de la culture et le directeur général des antiquités M. Sarkis Khoury ) et de l’UL (le Doyen de la faculté des Lettres et de Sciences humaines Pr. Ahmad Rabah et les membres du département d’Art et d’Archéologie Zahlé).

Les auteurs

Emmanuelle Vila est Chargée de Recherche au CNRS. Archéozoologue, spécialiste de l’Asie du Sud-Ouest. UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Olivier Barge est Ingénieur de Recherche au CNRS. Géographe et cartographe, il est membre de l’UMR 5133-Archéorient, basé à l’antenne de Jalès.

Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie. UMR 5133-Archéorient,  Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Emmanuelle Vila, Olivier Barge et Christophe Benech (2022, 8 juillet). Une semaine de formation aux métiers de l’archéologie pour les étudiants libanais. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd26

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search