Les Journées Doctorales de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Historique des Journées Doctorales de l’ED 112

Les Journées de l’École doctorale d’archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED 112) existent depuis 2006 et ont lieu chaque année au cours du mois de mai. Lors de chaque édition, quatre ou cinq thèmes sont proposés par un comité organisateur constitué de deux à cinq doctorant(e)s, élus par les doctorant(e)s de l’École Doctorale. Après validation de ces thèmes par le conseil de l’ED, un seul est choisi à l’issue d’un vote mobilisant l’ensemble des doctorant(e)s. À la suite du lancement de l’appel à communications, tout(e) doctorant(e) dont les recherches portent sur la thématique choisie, quelle que soit son université de rattachement, peut proposer une communication orale ou un poster. Cela permet non seulement de regrouper de jeunes futur(e)s chercheur(e)s et archéologues autour d’un thème commun, mais également de créer un cadre pluridisciplinaire à ce thème, dans la mesure où des doctorant(e)s d’autres disciplines que l’archéologie peuvent communiquer.

Depuis 2006, les sujets abordés n’ont eu de cesse d’évoluer, tout en illustrant la diversité des thématiques que l’on peut aborder à travers l’archéologie et en sciences humaines. Du premier thème, “Objets et Symboles de la culture matérielle à l’espace culturel”, jusqu’au dernier en mai 2022, “Le Passé au fil de l’Eau : l’eau et ses enjeux dans les sociétés anciennes”, les dix-sept journées doctorales passées dressent déjà un portrait diversifié de la recherche récente en archéologie : approche des espaces archéologiques et de leurs économies, iconographie, archéologie du pouvoir, transmissions des savoirs, gestion des données archéologiques, usage des ressources au regard du passé, frontières et marqueurs archéologiques des environnements culturels, modifications et évolutions des modes de vie, pluridisciplinarité des méthodes archéologiques, situations d’absence ou de manque de données, modes d’enregistrement des données archéologiques, archéologie des techniques et de l’alimentation, difficultés liées aux contextes de fouilles ou d’étude de matériel archéologique. Il s’agit d’autant de journées ayant abouti à des publications disponibles en open access sous Open éditions (Archéo.Doct).

Fig. 1 : Affiches des précédentes Journées Doctorales de l’ED112
Organisation et déroulement des Journées Doctorales

L’objectif des Journées Doctorales de l’ED 112 est de permettre aux doctorant(e)s de présenter leurs travaux de recherche ; c’est pour certains une première expérience de communication dans un colloque et d’une première publication. La Journée Doctorale offre également la possibilité à des doctorant(e)s de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne d’organiser un événement scientifique dans son intégralité, depuis la construction du projet de la Journée jusqu’à la publication de ses actes. L’organisation de la J.D., par un comité d’organisation composé de doctorant(e)s, s’effectue dans le cadre administratif de l’Université, sous la responsabilité de l’École Doctorale d’archéologie, qui accompagne les organisateurs dans les diverses étapes de l’organisation (diffusion de l’appel à communications, demandes de financements, organisation logistique de la Journée, édition et publication des actes de la Journée). L’intérêt de la démarche réside notamment dans l’autonomie des organisateurs.

L’organisation d’une Journée Doctorale suit plusieurs étapes. Dans un premier temps, il s’agit de former le comité d’organisation, qui élabore ensuite les thèmes scientifiques, soumis aux votes des doctorant(e)s, afin de choisir la thématique scientifique de l’évènement. Une fois le thème sélectionné, le comité est chargé de contacter un modérateur ou une modératrice, dont les recherches s’inscrivent dans les problématiques de la Journée.

Après cette première étape vient le temps de communiquer sur la Journée Doctorale. Dans cette optique, il est impératif d’élaborer les supports de communication, dont l’affiche de la Journée et l’appel à communication, afin de diffuser aux doctorant(e)s de différentes universités la thématique et les axes scientifiques à débattre. Parallèlement au lancement de l’appel à communication, les organisateurs et organisatrices établissent le budget de la Journée, ainsi que les dossiers de demandes de financements, en concertation avec le/la responsable administratif/ve de l’École Doctorale. Les demandes de financement visent à couvrir les frais logistiques de la Journée (frais de mission du modérateur ou de la modératrice et des communicant(e)s, repas des différent(e)s participant(e)s) ainsi que les coûts de communication). Le comité sélectionne ensuite les participant(e)s à la Journée, sur la base de leurs propositions de communications. Ces derniers doivent impérativement être des doctorant(e)s, la Journée étant exclusivement destinée à la présentation des travaux de thèse de jeunes chercheur(e)s. La discipline du ou de la doctorant(e) importe peu, tant que ses travaux s’inscrivent dans la thématique de la Journée. Une grande attention est accordée à la problématique de la communication, ainsi qu’à la méthodologie proposée pour y répondre. Les propositions des communicant(e)s détaillant les approches employées dans leurs recherches, et les apports spécifiques de celles-ci pour répondre à la problématique étudiée, sont privilégiées. Les candidatures sélectionnées sont soumises au conseil de l’École Doctorale qui examine, à son tour, les propositions, afin de valider les communications des participants. Le comité prépare ensuite le programme officiel de la Journée, en définissant les différentes sessions, ainsi que l’ordre de passage des communicant(e)s.

Le jour même, l’événement débute par la prise de parole des différents acteurs de l’organisation et de l’encadrement de la Journée Doctorale. Ainsi, la Journée est inaugurée par un mot de bienvenue et de remerciement de la part du comité d’organisation, suivi d’une présentation de l’événement par le directeur de l’École Doctorale et d’une introduction du modérateur ou de la modératrice. Au cours des différentes sessions, organisées selon les problématiques abordées, les communicant(e)s disposent de quinze minutes de temps de parole, suivies de cinq minutes de questions. À l’issue des différentes communications, les échanges se terminent par une conclusion du comité d’organisation.

Peu de temps après la tenue de la Journée Doctorale, débute la phase éditoriale. Le comité, en concertation avec l’École Doctorale, définit une date limite pour le rendu des premiers manuscrits. Le modérateur ou la modératrice, ainsi que le comité d’organisation, doivent respectivement proposer une introduction et une conclusion rédigées pour la publication des actes de la Journée. Les manuscrits font l’objet d’une première relecture de la part du comité d’organisation, avant d’être renvoyés aux contributeurs pour corrections. Une seconde relecture est effectuée par le comité scientifique de la collection Archéo.Doct, publiant les actes de la Journée aux Editions de la Sorbonne. Celui-ci se compose de maîtres de conférence et de professeurs de l’UFR 03 d’Archéologie (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), ainsi que de responsables administratifs de l’École Doctorale 112, de chargés de recherche du CNRS et, enfin, de conservateurs du patrimoine liés à des musées ou à des services départementaux d’Archéologie. Ce comité de relecture permet d’approuver les articles proposés, qui sont ensuite renvoyés aux auteurs. La validation des articles permet d’amorcer le processus d’édition des actes de la Journée Doctorale, dont la publication s’effectue au cours des années universitaires suivantes.

Focus sur la dernière Journée Doctorale du 18 mai 2022

“Le Passé au fil de l’Eau : l’eau et ses enjeux dans les sociétés anciennes” a été le thème choisi par les doctorant(e)s de l’ED 112 pour l’année 2022. Le comité d’organisation s’est composé de quatre doctorant(e)s, Sarah Georgel-Debedde (UMR 7041, ArScAn-Protohistoire égéenne), Camille Hut (UMR 7041, ArScAn-VEPMO ; UMR 7206, Eco-anthropologie-ABBA), Valentine Martin (UMR 7041, ArScAn-Protohistoire égéenne), et Stèlio Poli (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn-Archéologie de l’Asie centrale). La Journée a été divisée en trois sessions, la première traitant des systèmes économiques liés à l’eau, la seconde de la gestion de l’eau par les sociétés anciennes et la dernière du rôle symbolique et cultuel de l’eau au sein de ces mêmes sociétés. L’événement a été organisé sous la modération de Tatiana Theodoropoulou, chargée de recherche au CNRS dans l’UMR CEPAM (Cultures – Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge), de l’Université Côte d’Azur de Nice. Ses recherches portent sur l’interaction entre les sociétés humaines et les environnements aquatiques, notamment en Méditerranée égéenne de la Préhistoire à l’Antiquité Tardive.

Treize doctorant(e)s ont pu communiquer sur leurs travaux de recherche, abordant la thématique de l’eau à travers plusieurs disciplines et une grande variété de contextes chronologiques et géographiques. En effet, le rôle de l’eau dans les sociétés et les environnements du passé a pu être abordé par l’archéologie et la bio-archéologie (archéologie environnementale, zooarchéologie, archéologie du bâtiment, etc.), mais également par d’autres champs disciplinaires comme la géographie ou l’histoire de l’art. Il en a résulté un aperçu original et diversifié de la façon dont les populations humaines ont cherché à s’approprier et à s’adapter à un élément, du Mésolithique aux périodes modernes, en Eurasie, en Afrique du Nord et en Océanie. Les pratiques et traditions techniques liées aux environnements aquatiques n’ont eu de cesse d’évoluer. De même, les environnements ont souvent été modifiés pour faciliter le contrôle et la gestion de l’eau. La construction d’infrastructures hydrauliques, parfois intégrées au sein de véritables réseaux, est révélatrice de cette maîtrise. Des zones arides aux milieux humides, les pratiques employées diffèrent selon leurs contextes d’utilisation. La part symbolique qu’occupe l’eau dans l’imaginaire des différentes sociétés témoigne aussi de l’étendue des rituels qui lui sont liés, qu’il s’agisse d’un élément dévastateur (crues, inondations) ou bienfaiteur (subsistance, irrigation, agriculture, purification par l’eau, etc.).

Regrouper des recherches récentes entamées dans le cadre de travaux de doctorat a permis de visualiser la façon dont pouvait être abordée la thématique de l’eau en archéologie et dans d’autres disciplines voisines. Les méthodes varient, de même que les contextes, mais se rejoignent sur un point : les questionnements de l’humanité vis-à-vis des ressources aquatiques et hydriques, ainsi que les solutions qu’elle conçoit, sont inhérents à ses sociétés, autant celles du passé que celles du présent. C’est un sujet d’autant plus ancré dans l’actualité que les populations contemporaines doivent faire face à de nouveaux enjeux, liés aux difficultés climatiques grandissantes.

Fig. 2 Affiche de la 17ème Journée Doctorale de l’ED 112, 18 mai 2022 (© Bruno Paredes).
Publications des actes des Journées Doctorales de l’ED 112

Dhennequin L., Gernez G., Giraud J., 2009. Objets et symboles : de la culture matérielle à l’espace culturel. Actes de la 1ère Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [20 mai 2006], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 1, Paris.

Nicolas T., Salavert A., 2010. Territoires et économies. Actes de la 2e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [2 juin 2007], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 2, Paris.

Leduc C., Salavert A., Nicolas T., 2012. Les images : regards sur les sociétés. Actes de la 3e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [mai 2008], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 3, Paris. 

Brunet O., Sauvin C.- E., 2013. Les marqueurs archéologiques du pouvoir. Actes de la 4e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [27 mai 2009], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 4, Paris.

Bouchaud C., Borderie Q., Vallette T., Sauvin C.- E., 2013. Adoption et adaptation. Actes de la 5e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [26 mai 2010], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 5, Paris.

Ferjani S., Le Bihan A., Onfray M., Trémeaud C., 2014. Matières premières et gestion des ressource. Actes de la 7e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [23 mai 2012], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 6, Paris.

Brancier J., Trémeaud C., Vallette T., 2015. Des vestiges aux sociétés : regards croisés sur le passage des données archéologiques à la société sous-jacente. Actes de la 6e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [25 mai 2011], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 7, Paris.

Bourrouilh A., Paris P.- E, Haidar-Vela N., 2016. Appréhension et qualification des espaces au sein du site archéologique. Actes de la 8e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [22 mai 2013], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 8, Paris.

Aniceto L., Delvoye A., Hermenault L., Khan B., Treuillot J., 2016. Archéologie de la frontière. Actes de la 9e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [21 mai 2014], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 9, Paris.

Filet C., Höltkemeier S., Perriot C., Rolland J., 2017. (R)évolutions : L’archéologie face aux renouvellements des sociétés. Actes de la 10e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [20 mai 2015], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 10, Paris.

Léglise S., Mathias F., Ripoche J., 2018. L’archéologie : science plurielle. Actes de la 11e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [18 mai 2016], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 11, Paris.

Caron-Laviolette E., Matomou-Adzo N., Millot-Richard C., Ramé B., 2019. Biais, hiatus et absences en archéologie. Actes de la 12e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [17 mai 2017], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 12, Paris.

Del Medico C., Dessaint M., Gorin C., 2019. Méthodes d’enregistrement des données en archéologie. Actes de la 13e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [23 mai 2018], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 13, Paris.

Bouché F., Bouzaglou L., Pinto A., Sauvageot P., 2020. Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques. Actes de la 14e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [22 mai 2019], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 14, Paris.

Bacoup P., Caurette N., Laurent A.- S., Marty A., 2021. À table ! De l’approvisionnement au dernier repas. Actes de la 15e Journée Doctorale d’archéologie : travaux de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris [27 mai 2020], Éditions de la Sorbonne, Archéo.Doct, 15, Paris.

Les auteurs

Sarah Georgel-Debedde est doctorante en Archéologie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur les modes de production des larnakès en Crète minoenne et sur la diffusion des techniques de façonnage impliquées dans leur fabrication. Elle est membre de l’UMR 7041 ArScAn (Archéologie et Sciences de l’Antiquité), au sein de l’équipe de Protohistoire égéenne.

Camille Hut est doctorante en Archéologie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur les pratiques et les espaces funéraires de la civilisation de l’Oxus, au Turkménistan central à l’âge du Bronze. Elle est membre de l’UMR 7041 ArScAn (Archéologie et Sciences de l’Antiquité), au sein de l’équipe VEPMO (Du village à l’État au Proche et Moyen Orient), ainsi que de l’UMR 7206 Eco-anthropologie, rattachée à l’équipe ABBA (Anthropologie biologique et Bio-archéologique).

Valentine Martin est doctorante en Archéologie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur les débuts du travail du métal à la fin du Néolithique égéen, à travers l’étude de la production, de la distribution et de l’usage des premiers objets métalliques dans le monde égéen. Elle est membre de l’UMR 7041 ArScAn (Archéologie et Sciences de l’Antiquité), au sein de l’équipe de Protohistoire égéenne.

Stèlio Poli est doctorant en Archéologie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur la définition et la délimitation archéologique du premier empire des steppes de Mongolie, l’Empire xiongnu, notamment en se penchant sur les variations régionales entre ses centres et périphéries. Il est membre de l’UMR 7041 ArScAn (Archéologie et Sciences de l’Antiquité), au sein de l’équipe Archéologie de l’Asie centrale.




Citer ce billet
Sarah Georgel-Debedde, Camille Hut, Valentine Martin, Stèlio Poli (2022, 29 juin). Les Journées Doctorales de l’École Doctorale d’Archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd25

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search