Architecture et espaces de vie au Moyen-Orient (Alep) du XIIe au XVe siècle (2/2)

Glorification de Saint Thomas et humiliation d’Averroès représentées

a. Du traitement des sols en l’absence de sièges : autres marquages matériels et symboliques

Les pièces dans les architectures domestiques médiévales et classiques en Occident sont des volumes simples, avec des sols plans unis, et généralement une façade ouverte par une série de fenêtres sur l’extérieur, cour, jardin, rue. Les liens spécifiques de fonctionnalité établis entre la forme des espaces et les attitudes corporelles y sont faibles. Par contre le lien fondamental entre des marquages et des attitudes corporelles peuvent exister dans des contextes orientaux sans architecture ou avec des architectures rudimentaires, comme une estrade dans un jardin ou dans un espace sommairement aménagé ou délimité (fig. 15). Un tapis, une différence de matériau du sol ou une simple limite tracée ou imaginée suffisent pour différencier l’espace protégé où l’on est assis des espaces où l’on circule : « Là où est ton tapis, là est ta demeure » dit le proverbe persan !

Fig. 15 : Espaces de vie, loisirs : sols aménagés sans architecture sur la rive du Bosphore, gravure XVIIIe ou XIXe siècle

Dans le contexte occidental, certaines représentations ou des signes d’ordre spirituel ou symbolique sont particulièrement significatifs comme la mandorle, limite symbolique entre le sacré ou le divin et l’humain dans les représentations byzantines, fresques ou mosaïques, ou les représentations romanes et gothiques à leur début.

b. Saint Thomas d’Aquin et Averroès représentés en fresque dans un couvent de Florence.

Fig. 16 et 17. L’humiliation d’Averroès et la glorification de Saint Thomas représentées dans une fresque de Sainte Marie Nouvelle à Florence, par Andrea di Bonaiuto, 1366-71.

Une fresque du peintre Andrea di Bonaiuto (fig. 16 et 17), datée de 1366, sur un mur d’une salle du couvent des Dominicains à Florence, annexe de l’église Sainte Marie Nouvelle, représente la glorification de Saint Thomas d’Aquin en même temps que l’humiliation de trois vaincus, figurés à ses pieds. Saint Thomas est représenté assis dans une attitude hiératique sur un trône richement orné, entouré des quatre évangélistes et de personnages de l’Ancien Testament, Job, David, et d’autres, assis sur des sièges hauts. Averroès et les deux hérésiarques vaincus sont représentés aux  pieds de Saint Thomas, en avant de l’espace où il siège, Nestorius à gauche, Arius à droite. Averroès le théologien, philosophe et savant arabe et musulman né à Cordoue en 1126 est au centre coiffé d’un turban, le coude droit appuyé sur son livre, assis sur le sol d’une estrade basse : sa posture accroupie, sans siège, doit exprimer son humiliation. Le peintre connaît les images significatives des Orientaux (qui peuvent être des « clichés » ou des stéréotypes de représentation). Averroès est bien caractérisé par son vêtement et son turban, son attitude, la position de ses jambes avec un genou plié, levé. Une signification négative peut être perçue d’emblée dans son contact direct avec le sol ; mais l’humiliation, est surtout dans le fait d’être assis sur un sol de niveau bas où l’on devrait être debout. Dans le système des attitudes observées en Orient à la même époque, l’attitude valorisante est d’être assis sur un sol surélevé, les jambes pliées sous soi ; la véritable humiliation est d’être assis au niveau des pieds des autres sur un sol bas comme dans la fresque de Florence.

Une telle analyse suggère l’importance de la prise en compte des trois dimensions, pas seulement comme un élément de la représentation mais comme faisant partie des signes, symboliques d’un mode de pensée et de représentation des volumes dans les cultures orientales, repris par un peintre bien informé. L’espace architectural représenté a une valeur symbolique, attribuant à chaque personnage l’attitude et le siège qui lui correspondent.

Conclusion : l’origine de ce choix spatial

On pourrait penser que l’utilisation en Orient de la différence de niveau et de matériau des sols plutôt que des meubles est liée au nomadisme et à la recherche de la légèreté pour le transport. Le nomade déplace son espace vital sous la forme de nattes et de tapis, avec sa tente. Pourtant, en cas de sédentarisation dans une construction en dur traditionnelle en pain de sucre ou une construction moderne en moellons avec terrasse, l’utilisation des nattes et des tapis reste fondamentale pour différencier les espaces voués à certaines attitudes, notamment les espaces de circulation de ceux où l’on s’assoit (voir figures 12-13 billet précédent). Pour le nomade, le mobilier textile est essentiel, à la place ou en plus des différences de niveau et de matériau du sol. Par contre, le citadin sédentaire peut réaliser des solutions architecturales en dur, en volume, inamovibles, absolument contraires au nomadisme et même à l’idée de « mobilier » qui par définition doit être mobile. Le citadin privilégie par ses choix le sens plus symbolique de l’architecture plutôt que les aspects pratiques liés au transport. On pourrait argumenter pat là que l’habitat sédentaire urbain en Orient n’est pas une transposition de la tente ou ne l’est qu’en partie. A certains « Orientaux » actuels, qui ressentent l’absence de mobilier, et surtout de sièges, comme un signe d’arriération culturelle, on peut opposer la sophistication, le caractère symbolique et une dimension abstraite de cette « architecture » orientale conçue comme une image mentale qui n’a pas besoin de trônes pour signifier une élévation spirituelle.

Fig. 18. Représentation d’un personnage assis ; plat, Iran du XIIe siècle

Ainsi les personnes qui avancent dans la maison ou le palais pour accéder à l’espace habité sont debout sur le sol bas de couloirs puis de la ‘atabé et progressent en direction de l’espace plus élevé auquel ils n’accèdent que s’ils sont conviés à s’y asseoir par le maître de maison : l’iwan, lieu par excellence de l’attitude assise, qui peut être un lieu solennel. N’est-il pas assimilable à un vaste trône, ou au modeste lieu de valorisation d’un maître de maison au pouvoir limité ?

Le niveau bas où l’on est debout, éventuellement en mouvement, correspond aussi à une infériorité du statut social, à une attente, surtout pour des visiteurs ou des serviteurs. C’est aussi un espace où le visiteur laisse ses chaussures avant de franchir la marche d’accès à l’estrade, c’est l’espace d’une phase du processus de passage du sale ou de l’impur « extérieur » au propre et pur « intérieur », avec une différence de niveau et de matériau. On ne se déchausse pas seulement par respect pour le caractère considéré comme sacré du tapis de prière mais pour préserver l’ensemble de l’espace habité quand on a franchi la différence de niveau qui symbolise le passage de l’espace « extérieur », à l’espace « intérieur ».

D’autres attitudes caractéristiques de certains actes de la vie quotidienne peuvent être analysées en tenant compte de l’importance symbolique, pratique et fonctionnelle des trois dimensions, par exemple dans la préparation et la prise des repas, incluant les gestes, les attitudes dans la manipulation de la vaisselle et des ustensiles de cuisine, des récipients, les cuissons. Les attitudes corporelles dans le travail traditionnel sont aussi essentielles (David, 2015). Leur étude et celle des gestes dans l’espace de vie quotidienne, pourrait être développée avec une particulière attention prêtée à l’image mentale de l’espace en volume, dans un habitus que je qualifie d’oriental.

Fig. 19. Installation pour la préparation des aliments (mahchi, feuilles de vigne farcies) sur le dallage d’une cour de maison du XVII-XVIIIe siècle à Alep.
(Photo J.-C. David).

Références

La modélisation 3D comme outil heuristique 2017 ; Colloque IMU Lyon – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, les8-9 juin 2017. https://imu.universite-lyon.fr/colloque-bati3d-la-modelisation-3d-comme-outil-heuristique/

David J.-C. 2007. Ayyubid Palace Architecture in Syria, in S.Bianca (dir.) SYRIA Medieval Citadels Between East and West, collectif (en anglais) Aga Khan Trust for Culture 51-70. (L’ouvrage sous la direction de l’architecte Stefano Bianca inclut aussi des études de Thierry Grandin sur plusieurs citadelles en Syrie).

David J.-C. 2015. Le corps humain comme machine-outil ? Attitudes corporelles, technologies et espaces, dans les ateliers de métallurgie traditionnelle à Alep, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 11 septembre 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4603

David J.-C., Rousset M.-O. 2008. La qa‘a de la maison Wakil à Alep : origine d’un nouveau modèle d’espace domestique, in J. Gonella et J. Kröter (dir.) Angels, Peonies, and Fabulous Creatures: The Aleppo Room in Berlin.

Depaule J.-C. 2008.  Des espaces qualifiés 2. Présentation, Égypte/Monde arabe, Première série, 6 | 1991, mis en ligne le 07 juillet 2008. URL : http://journals.openedition.org/ema/432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.432.

(Ce texte, parmi d’autres de Depaule et d’autres auteurs sur le Levant et les régions de l’Empire ottoman, décrit et analyse ces « espaces qualifiés »).

Russell A. 1756. The Natural History of Aleppo. Scotland.

L’auteur

Jean-Claude David est chercheur au CNRS, retraité. Géographe, spécialiste des villes du Proche-Orient. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Jean-Claude David. Architecture et espaces de vie au Moyen-Orient (Alep) du XIIe au XVe siècle (2/2), ArchéOrient - Le Blog, 17 juin 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/19471

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search