Gérer la mort des tout-petits à Bahreïn à l’époque Tylos : l’exemple d’Abu Saiba

La mission archéologique française à Bahreïn développe depuis 2017 un nouveau programme de recherche sur la période Tylos de Bahreïn (env. 300 av. J.-C. – 300 ap. J.-C.) après de nombreuses années de travaux consacrés au site de Qal’at al-Bahreïn. Le nom de Tylos nous est connu par le biais de sources grecques et est certainement une déformation hellénisée de Dilmun/Tilmun, nom ancien de Bahreïn et de la région littorale de l’Arabie du Nord-Est. Au cours de cette période, Bahreïn subit l’influence de l’hellénisme (usage de la langue grecque par les élites, frappe de monnaies inspirées des alexandres à l’effigie d’Héraclès et suivant l’étalon attique, apparition de nouvelles formes de céramique inspirées de formes grecques) tout en conservant de très fortes spécificités locales. Cette époque est surtout connue à travers l’exploration de nécropoles dont les fouilles se sont multipliées dans les années 1990 et 2000 (Andersen 2007 ; Salman et Andersen 2009). Le niveau Tylos de la capitale Qal’at al-Bahreïn est le seul établissement identifié. Il n’a pour l’instant livré que peu d’architecture et ne donne pas une idée claire de l’état de développement de la ville à cette période (Højlund et Andersen Højlund 1994, 1997 ; Lombard 2016).

L’attention de la mission française s’est portée sur une nécropole située dans l’ancienne zone de palmeraie du nord de l’île principale, aujourd’hui en voie d’urbanisation avancée. Abu Saiba est un tell d’environ 70 m de diamètre et de 4 à 5 mètres de haut, à environ 2,8 km au sud-ouest de Qal’at al-Bahreïn. Lors de travaux de voirie en 1983, ses franges sud et ouest avaient fait l’objet de fouilles de sauvetage qui avaient conduit à la découverte de 44 sépultures. Il s’agissait de tombes individuelles en fosses maçonnées de belle qualité architecturale, dont plusieurs avaient livré un matériel bien préservé permettant de les dater du Ier siècle de notre ère environ (al-Sindi et Littleton 1983). La richesse et la variété du mobilier en faisaient un site de choix pour étudier les pratiques funéraires et préciser la datation de la culture matérielle de Bahreïn à cette époque.

Fig. 1 : Abu Saiba. Vue du secteur fouillé. Etat à l’issue de la campagne de 2022. © Mission archéologique française à Bahreïn.

Les travaux commencés en 2017 se sont poursuivis chaque année malgré les imprévus dus à la crise sanitaire de la Covid-19 et la sixième campagne a pu se dérouler en février-mars 2022. Actuellement un grand quart sud-ouest de la nécropole est dégagé, quatre-vingt-treize sépultures ont été identifiées et soixante-dix fouillées. Les tombes pillées, probablement dès l’Antiquité, sont nombreuses (Lombard et al. 2020 ; Chamel et Lombard 2022). Cependant, même pillées, elles peuvent livrer un matériel ostéologique et archéologique de première importance. Dix-huit tombes fouillées se sont révélées inviolées.

Fig. 2 : Bérénice en train de fouiller la tombe 91. Mars 2022. © Mission archéologique française à Bahreïn.
Tombes en fosse maçonnée et tombes en jarre

L’architecture des tombes d’Abu Saiba est très homogène et offre seulement deux types : des tombes en fosse maçonnée sous tumulus de taille variable en fonction de l’âge du défunt ; et des tombes en jarre destinées aux tout-petits (cf. ci-dessous). Le premier type représente la majorité des cas. Les parois d’une fosse creusée dans le substrat sont tapissées de moellons recouverts, ainsi que le fond de la fosse, d’une épaisse couche de mortier de chaux très résistant. En surface, ces murets nappés de chaux débordent pour former une sorte de banquette destinée à recevoir les dalles de couverture, elles-mêmes scellées au mortier. La largeur et la profondeur des caveaux s’expliquent par l’usage fréquent de cercueil de bois dont des traces ont été observées aussi bien dans le sédiment de remplissage de tombes pillées que sur et sous les ossements de tombes intactes. L’usage de cercueils ne semble toutefois pas avoir été absolument systématique. En effet, même si les gestes funéraires restent très semblables entre les individus, les cercueils ne sont pas présents dans toutes les tombes ; il semble que le linceul ait été préféré pour certaines personnes, sans qu’une sélection par âge ou par sexe ne soit visible. L’usage de cercueils est par ailleurs parfaitement attesté dans la nécropole voisine de Shakhoura, également d’époque Tylos, où ont été retrouvés en 1996 deux cercueils à couvercles en bâtière exceptionnellement conservés (Andersen et al. 2004). Du matériel funéraire est toujours déposé dans la tombe avec le défunt, même les plus pauvres qui comptent un vase au minimum. Dans certains cas, un bol contenant des cendres était également renversé sur les dalles de couverture avant que l’ensemble de la tombe soit recouvert par le tumulus.

Les caveaux et leurs dalles de fermeture étaient généralement recouverts d’un monticule de sable et de fins cailloutis et le tout, dans certains cas, protégé d’une couche de petites dalles calcaires dont plusieurs portions à Abu Saiba ont échappé à l’arrachage volontaire ou à l’érosion. Les tombes sont densément installées à proximité les unes des autres, les monticules s’appuyant les uns contre les autres en se recoupant. Autour de ces monticules de tailles et de qualités plus importantes, des tombes secondaires sont disposées soit de manière rayonnante, soit en cercle, sans orientation préférentielle. Le soin apporté à la construction de ces tombes secondaires peut être moindre. Les dimensions varient de 2,70 × 0,72 m pour un 1,20 m de profondeur pour les plus grandes (par ex. tombe 30) à 0,96 × 0,42 m pour 30 à 40 cm de profondeur pour les tombes d’enfants (par ex. tombe 65).

Fig. 3 : Tombe en jarre T36 installée dans le tumulus de la tombe T21. Campagne 2019. © Mission archéologique française à Bahreïn.

L’autre type de tombe est représenté par quatre jarres réutilisées comme sépultures. Il s’agit de jarres pansues en céramique commune beige sans aucun décor, le col généralement cassé et obstrué par une petite dalle ou un petit bouchon de pierre ou de mortier. Elles sont en général installées dans de petites fosses creusées dans le monticule d’une tombe préexistante. Alors que les tombes en jarre sont bien attestées à la même époque en Mésopotamie, en Susiane et en Iran pour des défunts d’âge varié, leur usage à Abu Saiba semble réservé aux fœtus et aux périnatals, les nourrissons âgés de plus d’un mois faisant déjà l’objet d’un traitement funéraire comparable au reste de la population.

Bébés et fœtus : gérer la mort des tout-petits à l’époque Tylos

Le travail de laboratoire de l’anthropologue consiste dans un premier temps à estimer l’âge et le sexe de chaque individu, quand cela est possible, en utilisant plusieurs méthodes selon la fourchette d’âge. Pour les immatures, nous privilégions la maturation dentaire, et quand cela n’est pas possible, le degré d’épiphysation et la taille des os longs (Adalian 2002, Moorrees et al. 1963). Pour les adultes, ce sont les méthodes basées sur la sénescence de l’os coxal qui ont été utilisées (Schmitt 2005). Les individus sont ensuite répartis selon des classes d’âge. Pour les immatures, on appelle périnatals les individus dont l’âge au décès est compris entre un mois avant et un mois après terme. Viennent ensuite les classes des 0-1 ans, 1-4 ans, 5-9 ans, 10-14 ans et 15-19 ans. Pour les adultes, étant donné que l’estimation de l’âge au décès est bien moins précise, nous nous bornons à déterminer des classes décennales.

En ce qui concerne la composition par âge et par sexe de la population, et bien que la fouille ne soit pas terminée, il semble que le profil démographique soit ici différent d’une population naturelle. En effet, des adultes et des immatures sont enterrés dans cette nécropole, mais aucun individu décédé entre 5 et 14 ans n’a pour le moment été identifié.

Jusqu’à présent, les tombes d’immatures ont été retrouvées éparses dans la nécropole, sans qu’aucun regroupement par âge ou classe d’âge n’ait pu être mis en évidence. Tout comme les adultes, leurs sépultures sont primaires et individuelles, à l’exception d’une tombe double adulte/immature. Les tombes d’enfants (hors périnatals) sont très similaires à celles des adultes. On retrouve la même construction de tombes en fosse maçonnée, plus ou moins soignée. La taille de la tombe est bien entendu proportionnée à celle de l’immature, sauf dans certains cas où la sépulture, construite à l’origine pour un adulte, a été réutilisée pour un enfant.

Un seul type de tombe, différent des autres, pourrait être le signe d’une sélection liée à l’âge au décès. Il s’agit des tombes en jarre présentées plus haut. Sur les quatre jarres retrouvées jusqu’à présent (T29, T34, T36, T69), seules trois ont pu être étudiées, les restes osseux de la quatrième (T69) étant trop mal conservés. À l’intérieur, les individus sont placés en position semi-fléchie, sur le côté droit ou gauche, et n’ont livré aucun mobilier, à l’exception de fragments de tissus (dans 3 cas sur 4), sans que l’on puisse dire si ces fragments appartiennent à un vêtement ou à un linceul. Concernant l’âge au décès, les jarres T34 et T36 ont livré des fœtus, décédés avant terme, autour de 26 à 30 semaines d’aménorrhée pour T36, et de 30 à 35 semaines pour T34. L’individu de la tombe T29 s’est révélé un peu plus âgé, étant décédé entre la naissance et un mois et demi au maximum (périnatal). Le choix de l’inhumation en jarre pour cette classe d’individus décédés juste avant ou juste après terme n’a toutefois pas été systématique. En effet, nous avons mis au jour deux autres tombes comprenant des périnatals décédés à un mois après terme au maximum (T48 et T91). Ce sont des tombes à fosse maçonnée qui se distinguent par le riche mobilier funéraire qu’elles ont livré.

Fig. 4 : Tombe T48 fouillée en 2021. Le périnatal décédé à l’âge d’un mois au plus tard portait deux bracelets en cuivre et une boucle d’oreille en or sertie de deux perles naturelles. Un vase miniature en céramique glaçurée et deux coquillages étaient déposés à ses pieds. © Mission archéologique française à Bahreïn.

La tombe T48 (fouillée en 2021) était intacte, mais les ossements très dégradés. L’individu, disposé sur le dos, portait un bracelet en alliage cuivreux à chaque poignet, et une boucle d’oreille en or sertie de deux perles naturelles a été retrouvée près du crâne. Un amphorisque en céramique glaçurée et deux larges coquilles complétaient le viatique. L’analyse taphonomique démontre l’absence de cercueil mais un petit fragment de tissu retrouvé sous le poignet gauche pourrait provenir d’un linceul ou bien d’un vêtement.

L’âge au décès de l’individu de la tombe T91, fouillée cette année (2022), est estimé entre 36 et 42 semaines d’aménorrhée et le range lui aussi dans la catégorie des périnatals. Là également, la tombe est formée de moellons grossiers tapissés d’une couche de mortier. Le dépôt funéraire est assez riche et varié. On compte deux colliers de perles en verre et en cornaline, un bracelet de cheville à perles en verre, en fritte et en cuivre ; un pot à onguent en albâtre et une poupée taillée dans un os long d’herbivore étaient disposés à son flanc gauche. La poupée en os, dont seuls deux autres exemplaires ont été trouvés à Bahreïn, est quasiment identique à des exemplaires connus en Mésopotamie et en Susiane et datés du Ier s. apr. J.-C. (Boucharlat et Haerinck 1994). Enfin, un dernier geste touchant caractérisait cette tombe : contre la cheville gauche avait été déposé « en vrac » un amas de vingt-six perles naturelles, dont Bahreïn était déjà sûrement à cette période le centre principal de pêche et de commerce.

Fig. 5 : Tombe T91 fouillée en 2022. Le périnatal décédé à un âge compris entre 36 et 42 semaines d’aménorrhée portait au moins deux colliers et un bracelet de cheville. Il était accompagné d’un vase à onguent en albâtre et d’une poupée en os. Un lot de perles naturelles brutes avait été déposé en vrac à ses pieds. © Mission archéologique française à Bahreïn.

On voit que ces deux bébés, pour les désigner de façon plus familière, ont bénéficié d’un traitement funéraire tout à fait particulier. L’investissement représenté par le dépôt dans leur tombe d’objets de valeur, et par la soustraction de ces objets du monde des vivants, est particulièrement significatif de l’attention qu’on a souhaité leur porter, et donc d’un statut particulier aux yeux des vivants. Le cas du périnatal de la tombe en jarre T29 mentionnée plus haut surprend donc, car l’âge au décès (un mois et demi dans ce cas) n’était donc pas le seul critère de choix d’inhumation en jarre ou en fosse. À un âge comparable, on reconnaît à des bébés des statuts différents. Différences de richesse ? Ou bien d’autres critères, plus idéels, étaient-ils aussi à l’œuvre ? On sait en effet que dans de nombreuses sociétés humaines, la naissance sociale ne suit pas d’emblée la naissance physique, et qu’il ne suffit souvent pas d’engendrer pour faire un être humain (Godelier 2004 ; 2007 : chap. 3). Quoi qu’il en soit, la société de Bahreïn à l’époque Tylos semble se distinguer par le soin qu’elle a accordé aux tout-petits. Nous espérons que les prochaines campagnes permettront d’affiner nos recherches sur le recrutement de cette nécropole, et de mieux comprendre ces différences de traitement.

Bibliographie

Adalian P., Piercecchi-Marti M.-D., Bourlière-Najean B., Panuel M., Leonetti G., Dutour O. 2002. Nouvelle formule de détermination de l’âge d’un fœtus, Comptes Rendus Biologies 325/3, 261-269.

Andersen S.F. 2007. The Tylos period burials in Bahrain. Volume 1 : The Glass and Pottery Vessels. Manama, Culture and National Heritage, Kingdom of Bahrain.

Andersen S.F., Strehle, H., Tengberg, M., Salman, M.I. 2004. Two wooden coffins from the Shakhoura necropolis, Bahrain, Arabian Archaeology and Epigraphy 15/2, 219-228.

Boucharlat R., Haerinck E. 1994. Das Ewig-Weibliche:  Figurines en os d’époque parthe de Suse. Iranica Antiqua 29, 185-199.

Chamel B., Lombard P. 2022. Abu Saiba, une nécropole de la phase de Tylos à Bahreïn (200 BC-300 AD) : pratiques funéraires, étude du recrutement et des gestes de pillage, Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 34 Supplément, 2022, Résumés des journées 2022, mis en ligne le 30 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/8399

Godelier M. 2004. Métamorphoses de la parenté. Paris, Fayard.

Godelier M. 2007. Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie. Paris, Albin Michel, Bibliothèques Idées.

Højlund F., Andersen H.H. 1994. Qala’at al-Bahrain 1, The Northern City Wall and the Islamic Fortress. Aarhus, Aarhus University Press.

Højlund F., Andersen H.H. 1997. Qala’at al-Bahrain 2, The Central Monumental Buildings. Aarhus, Aarhus University Press.

Lombard P. 2016. L’archéologie du royaume de Bahreïn aujourd’hui, entre avancées et inquiétudes. Routes de l’Orient Hors-série 2, 117–138.

Lombard P., Chamel B., Cuny J., Cotty M., Guermont F., Lux R., Noca R. 2020. Les fouilles françaises de Abu Saiba (Mont 1). Données nouvelles sur la phase Tylos de Bahreïn (c. 200 BC-AD 300), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 50, 225-241.

Salman M.I., Andersen S.F. 2009. The Tylos period burials in Bahrain. Volume 2 : The Hamad Town DS-3 and Shakhoura Cemeteries. Manama, Culture and National Heritage, Kingdom of Bahrain.

Moorees C. F. A., Fanning E. A., Hunt E. E. Jr. 1963. Age variation of formation stages for ten permanent teeth. Journal of Dental Research 42, 1490-1502.

Salman M. I., Andersen S.F. 2009. The Tylos burials in Bahrain. Vol. 2. The Hamad Town DS3 and Shakhoura Cemeteries. Culture and National Heritage, Kingdom of Bahrain.

Schmitt A. 2005. Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro pelvienne iliaque, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 17/1-2, 1-17.

al-Sindi K., Littleton J. 1983. Excavations at Busaibh 1983. Manama, Bahrain National Museum.

Les auteurs

Julien Cuny est archéologue, conservateur du patrimoine au département des Antiquités orientales du musée du Louvre, en charge des collections de l’Iran ancien, de l’âge du Fer aux Sassanides. Enseignant à l’École du Louvre et à l’INaLCO, il est directeur de la mission archéologique française à Bahreïn depuis 2022.

Bérénice Chamel est chercheuse associée au laboratoire de recherche Archéorient (UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon), anthropologue spécialiste des pathologies infectieuses sur les restes humains du Néolithique proche-oriental.

Pierre Lombard est Chargé de Recherche Hors Classe honoraire au CNRS et chercheur associé à Archéorient. Il assure aussi la fonction de Conseiller pour l’Archéologie à la Bahrain Authority for Culture and Antiquities (Royaume du Bahreïn). Archéologue, il a dirigé la Mission archéologique française à Bahreïn (Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères) de 1989 à 2022.



Citer ce billet
Julien Cuny, Bérénice Chamel et Pierre Lombard (2022, 27 mai). Gérer la mort des tout-petits à Bahreïn à l’époque Tylos : l’exemple d’Abu Saiba. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd21

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 1 juin 2022

    […] Gérer la mort des tout-petits à Bahreïn à l’époque Tylos : l’exemple d’Abu Saiba, par Julien Cuny, Bérénice Chamel et Pierre Lombard, sur le Carnet ArchéOrient-Le Blog. […]

  2. 14 avril 2024

    […] Gérer la mort des tout-petits à Bahreïn à l’époque Tylos : l’exemple d’Abu Saiba ArchéOrient – Le Blog (Hypothèses.org), avec J. Cuny J. & P. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search